La Terrasse n°278 jui/aoû 2019
La Terrasse n°278 jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°278 de jui/aoû 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 148

  • Taille du fichier PDF : 33,2 Mo

  • Dans ce numéro : grands entretiens.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 142 - 143  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
142 143
musiques/théâtre musical 142 la terrasse 278 juillet 2019 – avignon en scène(s) « Son Dylan est comme je l’aime. Cru, âpre, drôle, cynique, roots, poétique, acide, rugueux, surréaliste, bouleversant… » Frédéric Bobin YOANNA dès le 13 Juillet à 20h40 - Atypik Théâtre L’appli de référence sur le spectacle vivant en France Disponible gratuitement sur google play et AppStore. www.journal-laterrasse.fr Théâtre DU CHêNE NOIR/TEXTES, CHANSONS ET MES PIERRE LERICQ Allons enfants ! (Originale version de l’Histoire de France) Création 2019 avec le soutien du Chêne Noir qui les accueillent  : les épis noirs revisitent l’Histoire de France, du Big Bang à l’explosion de la Bastille, en une épopée burlesque, iconoclaste et lyrique. Les épis noirs revisitent l’Histoire de France. Propos recueillis/Sonia Wieder-Atherton Sonia Wieder-Atherton, violoncelliste et sourcière La Chartreuse, Villeneuve-lès-Avignon/Création/La Nuit des Odyssées Sonia Wieder-Atherton, grande soliste classique, n’a jamais cessé d’inventer des propositions musicales où elle se fait avant tout « raconteuse d’histoires », bien au-delà de la forme du concert traditionnel. En préambule à la création qui sera présentée à la Philharmonie de Paris à l’automne, la violoncelliste propose à Avignon un volet du projet, intitulé « Il y a quinze femmes autour de moi ». Une Nuit des Odyssées musicale, sonore et visuelle où, seule en scène mais habitée de rencontres, Sonia Wieder- Atherton jouera Profoviev, Bellini, Bach et Schumann. « Je suis partie faire un voyage, avec mes sons, mon imaginaire, mon jeu… Et je les ai ouverts à des rencontres. Ces rencontres ont été très réelles et intenses. C’est comme si j’étais revenue complètement habitée par leurs présences… Ce que j’essaye de toucher, c’est une espèce de présence-absence  : on ne la voit pas mais on la ressent tout le temps, en se faisant nos propres images. Pour la création d’Avignon, j’ai choisi des rencontres faites à Lille grâce à la jeune écrivaine Samira El Ayashi, avec une quinzaine de femmes d’une association qui viennent du Maroc, de Tunisie, d’Afrique… J’étais avec mes petites enceintes, mon ordinateur et mon violoncelle. Je leur ai dit  : « C’est comme un voyage où vous choisissez l’endroit où vous aimeriez rester un moment et planter votre tente ». On est parties sur l’idée du rêve, des « L’Histoire de France comme vous ne l’avez encore jamais vue », promettent les épis noirs ! D’où venons-nous et où allons-nous ? Loin des pénibles et stériles débats sur l’identité, Pierre Lericq et les siens ont tranché  : nous sommes nés de la poussière des étoiles et nous y retournons ! Mais, forts de l’adage de Brecht Micky Clément mots d’amour, de la prière, de la tempête… Cela s’est passé pendant une semaine, très intensément, on s’est vues tous les jours. Et j’enregistrais  : elles chantaient, il y avait des souvenirs qui remontaient. Je suis repartie avec des heures d’enregistrements. Ensuite, j’ai choisi des moments que j’ai intégrés dans le spectacle. Profoviev, Bellini, Bach et SchumannJ’aime faire venir dans mon univers des gens que j’ai rencontrés. Il y a eu d’autres rencontres, d’autres odyssées, comme avec Giovanna Marini ou Aharon Appelfeld, mais à Avignon, j’ai choisi de présenter le volet intitulé « Il y a quinze femmes autour de moi ». J’aime raconter des histoires mais j’aime aussi que tout ne soit pas dit. C’est dans cet espace entre ce qu’on dit et ce qu’on ne dit pas qu’il selon lequel, « avant la nuit, il faut bien se débattre », les épis noirs aménagent le chaos avec bonne humeur et talent. Manon Andersen, Pierre Lericq, Lionel Sautet et Marwen Kammarti, membres de la troupe depuis plusieurs spectacles, sont rejoints par de nouveaux artistes détonants, Manon Gilbert, Stéphanie Lassus Debat, Damien Roussineau et Marianne Selekovitch. Ensemble, ils livrent, en mots et en musique, leur version du roman national, infiniment plus drôle que celui des austères manuels édifiants et pontifiants ! Catherine Robert Avignon Off. Théâtre du Chêne Noir, 8 bis rue Sainte-Catherine. Du 5 au 28 juillet 2019 à 21h30. Relâche les 8, 15 et 22 juillet. Tél. 04 90 86 74 87. Théâtre DU REMPART/SPECTACLE MUSICAL Gaby mon amour Cet épatant spectacle musical invite à la découverte d’un immense personnage, pourtant oublié, de l’histoire du musichall en France  : Gaby Deslys. Cette Marseillaise – née Gabrielle Caire en 1881 et morte 39 ans plus tard à Paris – a connu très tôt dans sa brève et fulgurante carrière une véritable renommée mondiale, du Moulin Rouge au Casino de Paris jusqu’à la conquête de Londres et des Etats-Unis. Partout, ses tenues extravagantes, sa vie personnelle agitée de femme libre (une liaison avec le roi du Portugal Manuel de Bragance provoqua le scandale !) , et avant tout son La Terrasse, premier média arts vivants en France La violoncelliste Sonia Wieder-Atherton. y a une telle force de vie. Je pense, en vous parlant, au métier de sourcier. C’est merveilleux de chercher des sources ! J’ai quant à moi l’impression de chercher l’endroit où quelque chose palpite. L’endroit où la musique est vraiment vibrante, lorsqu’elle s’ouvre au monde. Quand elle réagit, défend, hurle, se cache, est interdite, réapparaît, se transforme, se mélange, rencontre… Quand on demandait à la pianiste soviétique Maria Youdina (1899- 1970) pourquoi elle jouait si fort, elle répondait  : « Parce que c’est la guerre ! ». J’ai été marquée, imprégnée par cette idée-là. Quand la musique prend la parole, elle dit des choses qu’on ne peut pas dire avec les mots… » Propos recueillis par Jean-Luc Caradec Festival d’Avignon. La Chartreuse, 58 rue de la République, Villeneuve-lez- Avignon. Les 21, 22 et 23 juillet 2019 à 20h. Tél. 04 90 14 14 14. La soprano Clémentine Decouture incarne le personnage de Gaby Deslys dans Gaby mon amour. incroyable talent firent merveille. Gaby Deslys peut et doit être considérée comme la première star du music-hall, dont l’originalité influença directement Mistinguett et Mae West. Le ténor Jean-Christophe Born a eu la très jolie idée de s’intéresser à cette artiste oubliée et de lui consacrer un spectacle. Une revue musicale impeccablement réalisée où s’enchaînent avec brio extraits d’opérettes, cakewalks et ragtimes, servie par trois interprètes irréprochables  : la brillante soprano Clémentine Decouture, artiste « Génération Spedidam », dans le rôle de Gaby, Jean-Christophe Born incarnant Harry Pilcer, un jeune danseur américain, fidèle partenaire de la star, et le pianiste Mark Nadler, désigné « Performer of the year 2015 » à Broadway qui a signé, en expert, l’adaptation de tout le répertoire. Jean Lukas Avignon Off. Théâtre du Rempart, 56 rue du Rempart-Saint-Lazare. Du 5 au 28 juillet 2019 à 20h30. Relâches les 8, 15 et 22. Tél. 04 90 85 37 48. Xavier Arias D. R.
La SPEDIDAM met tout en œuvre pour garantir aux artistes-interprètes de toutes catégories la part des droits à rémunération qu’ils doivent percevoir dans le domaine sonore comme dans le domaine audiovisuel. La SPEDIDAM répartit des droits à 110 000 artistes dont près de 37 000 sont ses associés. En conformité avec la loi de 1985, la SPEDIDAM affecte une part des sommes qu’elle perçoit à des aides à la création, à la diffusion du spectacle vivant et à la formation d’artistes. En 2018, la SPEDIDAM a participé au financement de 40 000 manifestations (festivals, concerts, théâtre, danse), contribuant activement à l’emploi de milliers d’artistes qui font la richesse et la diversité culturelle en France. WWW.SPEDIDAM.FR 16, rue Amélie - 75007 PARIS +33 (0)1 44 18 58 58 communication@spedidam.fr Shangyou Shi Do The Lan Tajmia Loiacono DR Craig Whitehead Hailey Kean Vinicius Vilela Thibault Trillet



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 1La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 2-3La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 4-5La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 6-7La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 8-9La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 10-11La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 12-13La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 14-15La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 16-17La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 18-19La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 20-21La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 22-23La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 24-25La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 26-27La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 28-29La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 30-31La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 32-33La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 34-35La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 36-37La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 38-39La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 40-41La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 42-43La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 44-45La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 46-47La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 48-49La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 50-51La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 52-53La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 54-55La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 56-57La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 58-59La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 60-61La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 62-63La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 64-65La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 66-67La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 68-69La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 70-71La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 72-73La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 74-75La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 76-77La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 78-79La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 80-81La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 82-83La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 84-85La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 86-87La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 88-89La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 90-91La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 92-93La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 94-95La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 96-97La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 98-99La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 100-101La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 102-103La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 104-105La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 106-107La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 108-109La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 110-111La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 112-113La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 114-115La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 116-117La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 118-119La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 120-121La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 122-123La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 124-125La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 126-127La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 128-129La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 130-131La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 132-133La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 134-135La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 136-137La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 138-139La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 140-141La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 142-143La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 144-145La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 146-147La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 148