La Terrasse n°278 jui/aoû 2019
La Terrasse n°278 jui/aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°278 de jui/aoû 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 148

  • Taille du fichier PDF : 33,2 Mo

  • Dans ce numéro : grands entretiens.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 102 - 103  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
102 103
théâtre 102 la terrasse 278 juillet 2019 – avignon en scène(s) La Manufacture/de Paul Verrept/mes collectif SKaGeN Le Raz de marée Un monologue, l’histoire d’un couple derrière une fenêtre, qui voit s’échouer sur la plage des adultes, puis un enfant. C’est Le Raz de marée des belges du collectif SkaGen. Clara van den Broek dans Le Raz de marée. Bien sûr, toute ressemblance avec la réalité est assumée. À travers l’histoire de ce couple, apparaît l’embarras de l’Occident, dérangé dans son confort par ce qu’on a très mal nommé « les vagues de réfugiés » de ces dernières années. Ici, dans ce texte de l’anversois Paul Verrept traduit par Monique Nagielkopf, l’homme et la femme vont voir leur amour violemment ballotté par ces échouages successifs, et, presque sur le pas de leur porte, par la mort de l’enfant. Le monologue, où le réel se sublime dans une certaine poésie, met en question la capacité d’un couple et à travers lui d’une société à renoncer à sa douceur de vivre et à éprouver une véritable empathie. Le Raz de marée est interprété par Clara van den Broek comme un monologue intérieur, « un processus émotionnel, une décoction ». Éric Demey Avignon Off. La Manufacture, 2 rue des Écoles. Du 5 au 24 juillet2019 à 19h20. Relâches les 11 et 18. Tél. 04 90 85 12 71. Désobéir La Manufacture/de Julie Berès, Kevin Keiss, Alice Zeniter/mes Julie Berès Dans Désobéir, Julie Berès donne la parole à quatre jeunes femmes issues de l’immigration. Quatre personnes aux trajectoires singulières, indociles, loin de tous les clichés. Elles ont dit non. Non à leurs pères, non aux traditions, non au racisme et non au machisme. Contre les injonctions sociales et familiales, elles ont choisi des voies qui leur ressemblent. Libres, artistiques. Dans Désobéir, Lou-Adriana Bouziouane, Charmine Fariborzi, Hatice Özer et Séphora Pondi racontent comment elles sont devenues ce qu’elles sont à l’heure où elles nous parlent. Écrits par Julie Berès, Kevin Keiss et Alice Zeniter à partir d’entretiens, et mises en scène par la première, leurs témoignages donnent à voir et à entendre des portraits d’insoumises qui soulèvent des questions majeures. Créée dans le cadre des Pièces d’actualité commandées à des artistes SKaGeN par La Commune, Centre Dramatique National d’Aubervilliers, Désobéir est un pied-de-nez aux représentations qui font des banlieues des territoires sans horizons. Théâtre Transversal/de Daniel Keene/mes Olivier Chambon La Pluie Olivier Chambon s’empare de La Pluie de Daniel Keene. Une fable qui aborde la tragédie de la Shoah. Sans la nommer. Valérie Leconte dans La pluie. En bon personnage de l’auteur australien Daniel Keene, Hanna est une femme au bord du gouffre, chancelante mais encore prête à en découdre avec le monde. Héroïne de La Pluie, extraite du recueil Pièces courtes 2, elle est la mémoire vivante, mais plus pour longtemps, d’une époque – la Seconde Guerre Mondiale – où des gens partaient en train pour ne jamais revenir. Dans une mise en scène d’Olivier Chambon, co-fondateur de la compagnie Théâtre Chat Bus, Valérie Leconte interprète cette vieille femme avec sensibilité. Avec une sobriété qui lui permet, comme le veut Daniel Keene dans l’écriture, de « saisir le poème à sa source, à la formation du son, avant même la syntaxe ». Sous un ciel de manteaux inspiré de l’exposition Personnes au Grand Palais en 2010, elle est une énigme. Une présence-absence qui fait résonner La Pluie aujourd’hui. Anaïs Heluin Avignon Off. Théâtre Transversal, 26 rue des Teinturiers. Du 5 au 28 juillet 2019 à 19h, relâche les 9, 16 et 23. Tél. 04 90 27 05 87. Compétences et métiers techniques Formez-vous ! www.cfpts.com www.cfa-sva.com 01 48 97 25 16 Laurent Pascal Désobéir. Belles et rebelles C’est Hatice Özer qui ouvre le spectacle choral. Vêtue d’un hijab, face au public, elle évoque sa découverte de l’islam. Explique que si la religion a pris place dans sa vie, c’est d’abord par amour non de Dieu, mais d’un garçon. Puis elle ôte son voile, et c’est au tour de Charmine Fariborzi de s’exprimer. Par les gestes d’abord, car c’est par le hip hop que la jeune femme d’origine iranienne a réussi à supporter une situation familiale violente. Toutes deux issues du programme Premier Acte initié à Strasbourg par Stanislas Nordey, Lou-Adriana Bouziouane et Séphora Pondi affirment elles aussi des féminités bien trempées. Aujourd’hui comédiennes professionnelles, elles mettent leurs luttes passées et présentes au service d’une réflexion collective sur l’identité. Selon la méthode dite « Alexievitch » – du nom de l’auteure russe, inventrice d’un genre littéraire Avignon-Reine Blanche/de Jean Lambert-wild/mes Michel Bruzat Comme disait mon père/Ma mère ne disait rien « Jean Lambert-wild est un poète qui continue de croire que l’art peut témoigner pour la vie », dit Michel Bruzat, qui guide Natalie Royer entre les mots rocailleux et tendres de cet incandescent sémantique. Natalie Royer dans Comme disait mon père/Ma mère ne disait rien. « De jadis à aujourd’hui, le théâtre fut la boussole des naufragés qui cherchent dans la brume et l’arc-en-ciel le masque qui leur servira de radeau. », dit Jean Lambert-wild. C’est avec cette phrase en tête que Michel Bruzat et les siens (Vincent Grelier à la scénographie et Franck Roncière aux lumières) se sont embarqués dans ce voyage à travers le texte de ce « marmonneux songeur », qui plonge dans l’intime du foyer parental pour en tirer des pépites universelles. « Au début il y a la parole du père. Celle qu’on écoute, qu’on croit, qu’on n’ose interrompre. Il y a le silence que la parole impose. Puis vient la parole du fils face à la mère, face à celle qui ne dit rien. Une parole emplie d’affirmation, un torrent de mots. Au final, il y a ce père qui a tout dit et cette mère qui s’est tue. » Michel Bruzat a choisi la vibrante Natalie Royer en Ulysse moderne car, dit le metteur en scène, « nous n’avons qu’une alternative  : vivre chez Circé, en hommes-porcs, une vie morte, ou reprendre le grand large, êtres du désir invincible aimantés par l’ouvert et amants du plein vent ». Catherine Robert Avignon Off. Avignon-Reine Blanche, 16 rue de la Grande-Fusterie. Du 6 au 26 juillet 2019 à 13h. Relâches le 12 et le 19 juillet. Tél. 04 90 85 38 17. Franck Roncière nouveau  : le « roman à voix » –, elles disent leurs inquiétudes face au monde, mais aussi leur détermination et leur joie. Anaïs Heluin Avignon Off. La Manufacture, 2 rue des Écoles. Du 5 au 14 juillet 2019 à 13h40. Relâche le 11. Tél. 04 90 85 12 71. www.lamanufacture.org Le Verbe fou/de Jean-Claude Humbert d’après Cervantès/mes Jean-Claude Passerat Don Quichotte et Sancho Panza, l’attente de l’amante absente Pour fêter ses 20 ans, la Compagnie Théâtrale 7pm choisit un texte de Jean- Claude Humbert d’après le chef-d’œuvre de Cervantès. 0 Matthias Leonhard Lang et Jean-Claude Humbert. Quelle gageure d’adapter pour le théâtre le roman mythique de Cervantès ! Jean- Claude Humbert ne craint pas de relever le défi, dans un texte qu’il compose pour deux comédiens  : Matthias Leonhard Lang et lui-même, sous la direction de Jean-Claude Passerat. Loin des grands espaces de l’Espagne du xvii e siècle traversés par Don Quichotte et Sancho Panza, l’auteur place ses personnages dans un huis clos, « un décor représentant un enfermement, telle une cave dans laquelle ils se retrouvent confinés et où toutes leurs folies apparaîtraient ». Car au fond, ce que l’on retient du livre, c’est surtout l’évasion dans le rêve, qui s’affranchit des lieux et des époques. Dès lors, même les anachronismes sont permis pour donner vie à la folie de Don Quichotte, une folie qui, selon Jean-Claude Humbert, « nous conduit à son génie, puisque celui-ci n’est jamais très loin de celle-là, et à une saine réflexion sur notre société et la vanité de nos courses vers le pouvoir et la gloire, qui n’ont pas plus de sens que ses extravagances. » Isabelle Stibbe Avignon Off. Le Verbe fou, 95 rue des Infirmières. Du 5 au 27 juillet 2019 à 18h15. Tél. 04 90 85 29 90. Axelle de Russé Nathalie Rendu
Compagnie à vrai dire - Être là La compagnie dans l’arbre Costa le Rouge Compagnie L’Échappée Pierre de patience L’Embellie Cie - Babïl Cie L’Esprit de la Forge Le Petit boucher Cie franchement, tu Swanns’inclina poliment Grand Boucan À ceux qui nous ont offensés Il faut toujours finir ce qu’on a commencé Guillaume, Jean-Luc, Laurent et la journaliste Compagnie Jours dansants Des Lustres Compagnie Kalaam Née un 17 octobre Compagnie Les Papavéracées Pays de malheur ! Compagnie Teatro di Fabio - L’Équation Cie Théâtre du prisme Toutes les choses géniales Théâtre la Licorne - La Green Box Le tour du Cadran La Théorie de l’enchantement La Traversée - Disparu Retrouvons-nous sur Toute la programmation sur www.hautsdefrance.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 1La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 2-3La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 4-5La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 6-7La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 8-9La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 10-11La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 12-13La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 14-15La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 16-17La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 18-19La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 20-21La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 22-23La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 24-25La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 26-27La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 28-29La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 30-31La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 32-33La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 34-35La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 36-37La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 38-39La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 40-41La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 42-43La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 44-45La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 46-47La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 48-49La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 50-51La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 52-53La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 54-55La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 56-57La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 58-59La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 60-61La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 62-63La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 64-65La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 66-67La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 68-69La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 70-71La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 72-73La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 74-75La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 76-77La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 78-79La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 80-81La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 82-83La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 84-85La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 86-87La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 88-89La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 90-91La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 92-93La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 94-95La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 96-97La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 98-99La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 100-101La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 102-103La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 104-105La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 106-107La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 108-109La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 110-111La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 112-113La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 114-115La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 116-117La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 118-119La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 120-121La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 122-123La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 124-125La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 126-127La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 128-129La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 130-131La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 132-133La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 134-135La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 136-137La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 138-139La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 140-141La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 142-143La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 144-145La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 146-147La Terrasse numéro 278 jui/aoû 2019 Page 148