La Terrasse n°277 juin 2019
La Terrasse n°277 juin 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°277 de juin 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 15,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'été des festivals.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
classique/opéra 42 la terrasse 277 juin-juillet 2019 Les Musicales de Cambrai Délices musicaux Avec comme écrin le magnifique Théâtre Municipal de Cambrai, petite merveille Art Déco, et comme antichambre le Musée Matisse voisin, ce jeune festival ne manque pas d’atouts. Au charme de ces lieux s’ajoute la qualité de la programmation dominée par la musique de chambre et ponctuée par un concert final avec orchestre en hommage à Maria Callas. Béatrice Uria-Monzon, Alain Duault et… La Callas La voix de la grande mezzo Béatrice Uria-Monzon et l’orchestre Philharmonique des Hauts de France (direction Jean-Pierre Wiart) réunis pour un hommage à La Callas signé Alain Duault. Entretien/Pierre Génisson La musique de chambre comme étendard Clarinettiste et conseiller artistique du festival, Pierre Génisson (né en 1986) est l’un des spécialistes français de son instrument les plus appréciés dans le monde. Lauréat du Prestigieux Concours International CarlNielsen, il a aussi remporté le 1er Prix du Concours international Jacques Lancelot de Tokyo en 2014. Il sera trois fois à l’affiche du festival, multipliant les rencontres chambristes originales. La musique de chambre semble être une priorité du festival… Pierre Génisson  : La musique de chambre fait partie intégrante de l’ADN des Rencontres musicales de Cambrai. Elle favorise un contact direct entre les artistes et le public. Par ailleurs, nous commençons à fidéliser durant le festival une famille de musiciens qui aime se réunir en période estivale. Faire de la musique ensemble, ici à Cambrai, en petite formation et surtout entre amis est un grand plaisir. Lors de cette Pierre Génisson. édition, j’aurai la chance de partager la scène avec beaucoup d’amis musiciens dans divers programmes. Autour du grandiose Octuor de Schubert et du Septuor de Beethoven avec Geneviève Laurenceau et son quintette à cordes Smoking Joséphine, le corniste David Guerrier, et la bassoniste Lola Descours. Mais aussi dans un programme retraçant la vie de Brahms présenté par Olivier Bellamy, puis au Musée Matisse avec Delphine Haidan (mezzosroprano) et Nicolas Stavy (piano). D. R. Jean-Pierre Wiart. brai, « un des rares théâtres « art déco » avec un plafond savamment agencé, procurant une qualité d’écoute assez proche des standards attendus dans de bien plus grandes salles » souligne le directeur artistique du festival. Jean Lukas Samedi 13 juillet à 20h. Geneviève Laurenceau. « L'idée de ce concert est née avec Alain Duault l’année dernière après un merveilleux concert du festival ! Le théâtre qu’il a découvert lui a semblé un écrin parfait pour rendre hommage au personnage de Callas qui le fascine autant qu’il le passionne. Quand une envie est à ce point commune, cela devient une évidence ! » explique Jean-Pierre Wiart, le directeur artistique des Musicales de Cambrai. « Les plus beaux airs d’opéra sont intemporels et touchent toujours autant » ajoute-t-il aussitôt. Ils seront magnifiés lors de ce concert-hommage par la voix exceptionnelle – rendue inoubliable pour ses maintes incarnations de la Carmen de Bizet – de Béatrice Uria-Monzon, et par les textes d’Alain Duault. Une soirée en configuration « opéra », l’orchestre Philharmonique des Hauts de France étant placé dans la belle fosse d’orchestre du Théâtre de Camposer une œuvre en hommage à Matisse. Il était donc tout naturel d’en faire la création mondiale au musée qui lui est dédié ! Jean Lukas Musée Matisse, le 7 juillet à 11h. Théâtre de Cambrai, le 9 juillet à 20h (Schubert, Beethoven) et le 11 à 20h (« Autour de Brahms » avec aussi Geneviève Laurenceau (violon), Antoine Pierlot (violoncelle), Delphine Haidan (mezzo) et François Chaplin (piano). Et aussi L’accordéoniste Félicien Brut et son « Pari des Bretelles », puis le Quatuor Hermès (le 5/07 à 20h) ; le Brass Band Douai (le 6 à 11h), le mandoliniste Julien Martineau (à 15h) et le Trio Wanderer (à 20h) ; le trompettiste Romain Leleu et le Local Brass Quintet (le 7 à 16, église Saint Géry) ; les pianistes Marie-Josèphe Jude et Jean-François Heisser (le 10 à 20h) ; le spectacle d’humour musical « Duel Opus 3 » (le 12 à 20h) et la violoniste Anna Dorathéa Mutterer (le 13 à 11h). Théâtre Municipal de Cambrai 5 place Jean-Moulin, 59400 Cambrai. Tél. 03 27 74 55 20. www.lesmusicales-cambrai.fr Adrien L’auwarier D. R. Pourquoi ce choix de jouer au Musée Matisse ? Pierre Génisson  : Le choix du musée pour ce programme vient d’une rencontre artistique très forte avec le compositeur éric Montalbetti. Nous avons souhaité travailler ensemble sur un projet de création pour voix et clarinette, formation unique pour laquelle il n’existe quasiment aucun répertoire. Il se trouve qu’éric a souhaité comscolaire notamment, à l’instar du contre-ténor Alexis Vassiliev, à l’origine du projet. Cette année, la programmation se signale par le récital de trois contre-ténors (Stanislav Tsema, Joao Paulo Peças et Luca Parolin) dans des airs espagnols, brésiliens, baroques italiens et contemporains, par le concert de Florian Sempey, parrain de l’édition 2019, dans des airs de Mozart et Rossini, et par la présence de la mezzo roumaine Viorica Cortez, inoubliable Dalila, son premier rôle dans les années soixante… Elle a aujourd’hui 83 ans et est toujours en activité, comme le montrera son florilège d’airs de Bizet, Delibes ou Enesco. Isabelle Stibbe Sainte-Foy-la-Grande, 33220. Du 11 au 24 juillet. Tél. 05 57 46 10 84. AVEYRON/FESTIVAL Festival de Sylvanès Plus d’un mois de concerts dédiés aux musiques sacrées et musiques du monde. Une formation vocale à quatre voix, l’Ensemble Héliodores, chemine de Purcell à Debussy, le 21 août au Festival de Sylvanès. Dans un département, l’Aveyron, où les festivals ne sont pas si nombreux, la musique rayonne depuis plus de 40 ans avec force et humilité. La magnifique abbaye cistercienne devient chaque été un lieu d’expression et de création musicale où les interprètes sont portés par la beauté et la sobriété de l’architecture mais aussi par une acoustique exceptionnelle. Michel Wolkowitsky, le directeur artistique et fondateur du festival aime à replacer le sens de la musique dans un champ plus large de préoccupations sociétales, humaines ou philosophiques. « Plus que jamais, contre les idéologies extrémistes et les fondamentalismes religieux, la culture, la musique, l’éducation des jeunes générations et la création artistique s’élèvent comme des ferments de lien social, puissants remparts capables de nous offrir des espaces de libertés, d’émotions partagées… » insiste-t-il. Sa généreuse programmation se partage entre répertoires sacrés et musiques du monde, faisant aussi dialoguer partitions anciennes et œuvres contemporaines, comme lors du concert d’ouverture du 14 juillet partagé entre le Gloria de Vivaldi et le Requiem for the living de Dan Forrest (né en 1978). À noter aussi parmi les dizaines de propositions de la programmation  : le Neapolis Ensemble dans des chants et musiques traditionnels napolitains (le 21), un récital d’orgue de Henri-Franck Beaupérin, titulaire des grandes orgues de l’Abbaye de Sylvanès, en hommage à Jean-Louis Florentz (le 25), la création d’une relecture musicale et théâtrale de la Divine Comédie de Dante par l’ensemble La Camera delle Lacrime (le 27/07), « De la Perse à la Méditerranée »  : la rencontre de la voix de Françoise Atlan et du setar, instrument à cordes iranien, Shadi Fathi dans des chants sacrés et profanes des trois traditions monothéistes de Al Andalus (le 2/08), un programme Mozart (Messe du Couronnement, Vêpres Solennelles d’un Confesseur…) dirigé par Michel Piquemal (les 13 et 15/08), ou encore, dans un registre plus intimiste, dans le Scriptorium de l’Abbaye, un récital de l’Ensemble vocal Héliodores, entre Songs anglais et mélodies françaises, de Purcell à Debussy (le 21/08). Jean Lukas Abbaye de Sylvanès, 12360 Sylvanès. Du 14 juillet au 25 août. Tél. 05 65 98 20 20 D. R. ALPES DE HAUTE-PROVENCE/FESTIVAL/MUSIQUE, THéâTRE, DANSE Nuits de la citadelle de Sisteron La 64 e édition propose neuf rendezvous dans la citadelle, le cloître et la cathédrale. La mezzo Catherine Trottmann. Lors de sa création, en 1928, le Festival était placé sous le signe du théâtre. Les Nuits de la citadelle de Sisteron n’ont pas oublié cette vocation première en programmant le 6 août une adaptation de La Légende d’une vie, une pièce méconnue de Stefan Zweig qui traite de la difficulté d’être et de créer pour un fils écrasé par son père. La mise en scène de Christophe Lidon affiche une affiche de prestige avec Natalie Dessay et Macha Méril (6 août). Parmi les propositions musicales, on note la présence de jeunes voix, celles de Ludivine Gombert et d’Ambroisine Bré, qui ouvrent le festival avec des airs d’opera buffa, ou celle de Catherine Trottmanndans un répertoire célébrant Mozart et Haendel. Au piano, Nicholas Angelich sera présent avec l’Orchestre Symphonique Ose qui jouera la Symphonie fantastique de Berlioz pour le 150 e anniversaire de sa mort, tandis qu’à la clarinette, Raphaël Sévère interprètera le Quatuor pour la fin du temps de Messiaen avec le Trio Wanderer. La danse ne sera pas en reste avec une chorégraphie de Benjamin Millepied, Envoûtante Eurydice, et une proposition de Mourad Merzouki, Boxe Boxe Brazil, avec le Quatuor Debussy. Isabelle Stibbe Sisteron, 04200. Du 19 juillet au 13 août. Tél. 04 92 61 06 00. ALPES-MARITIMES/FESTIVAL/CLASSIQUE Festival de musique de Menton Pour son 70 e anniversaire, le festival affiche une programmation éclectique et une distribution prestigieuse. Jordi Savall en ouverture du festival. Cela fait déjà 70 ans que le Hongrois André Böröcz a fondé le festival de musique de Menton, inspiré par le parvis de la Basilique Saint-Michel qu’il découvrait à l’occasion d’une flânerie estivale pendant que le violon de Jasha Heifetz s’échappait d’un poste de radio posé sur le rebord d’une fenêtre. Depuis, le festival s’est imposé comme un des Thierry de Girval D. R.
Jean-Baptiste Millot rendez-vous incontournables de la musique classique. Son directeur, Paul-Emmanuel Thomas, a à cœur d’inviter de grands interprètes, les fidèles comme Renaud Capuçon ou Fazil Say, les « nouveaux » comme Jordi Savall qui ouvre le festival avec un concert consacré aux éléments (Locke, Vivaldi, Rebel, Marais, Telemann, Rameau), ou encore les jeunes talents comme la pianiste Beatrice Rana ou la violoniste Alexandra Conunova. Parmi les concerts marquants, on note la Carte blanche de Bertrand Chamayou, la présence d’Emmanuel Pahud et ses amis de la Philharmonie de Berlin, le récital de Patricia Petibon, celui des trois contre-ténors Carlo Vistoli, Justin Kim et Jake Arditti, et la première Nuit du piano. Isabelle Stibbe Menton, 06500. Du 25 juillet au 13 août. Tél. 04 92 41 76 76. HAUTES-ALPES/FESTIVAL Festival Messiaen au Pays de la Meije Depuis plus de vingt ans, ce festival inventif rend hommage à Messiaen et promeut avec simplicité la musique d’aujourd’hui. Le pianiste Roger Muraro. Prenant le relais de son fondateur Gaëtan Puaud, Bruno Messina est le nouveau directeur de ce festival installé face au glacier de La Meije, lieu de respiration et d’inspiration d’Olivier Messiaen (1908-1992). Sa première édition sera une célébration de l’oiseau, dont le chant inonde les partitions du compositeur de la Turangalîla-Symphonie. De la journée d’ouverture, à la Maison Messiaen de Saint- Théoffrey, à la nuit de clôture durant laquelle Roger Muraro jouera l’intégralité du Catalogue d’oiseaux, d’autres oiseaux viendront se joindre à ceux de Messiaen, sous la plume de Michaël Levinas, grand invité, Bruno Coulais ou encore Francesco Filidei. Jean-Guillaume Lebrun Église, 05320 La Grave (et autres lieux du Pays de la Meije). Du 26 juillet au 4 août. Tél. 04 76 79 90 05. PYRéNéES-ORIENTALES/MUSIQUE DE CHAMBRE Festival Pablo Casals Placé sous le signe du rêve, la xx e édition du Festival de Prades invite, comme à son habitude, la fine fleur de la musique de chambre. En gravissant la montagne, on se rapproche des étoiles. Choisir pour thème « Les Rêves en liberté », c’est, pour le festival fondé par Pablo Casals, se laisser prendre par la magie des lieux et les sortilèges de la musique de chambre. Le nocturne y abonde, lors des concerts d’ouverture par l’Aurora Chamber Orchestra (25-27 juillet), avec La Nuit transfigurée de Schoenberg ou Une petite musique de nuit de Mozart, ou un peu plus tard, avec le Quatuor « Ainsi la nuit » de Dutilleux et la Piccola musica notturna de Dallapiccola. Comme toujours, la liste des musi- D. R. Julien Daniel L’Aurora Chamber Orchestra ouvre le Festival Pablo Casals de Prades. ciens invités par le festival pyrénéen donne le vertige  : Patrick Gallois, Jean-Louis Capezzali, André Cazalet pour les instruments à vent (qui rejoignent ainsi le clarinettiste et directeur artistique Michel Lethiec), l’organiste Olivier Latry, les pianistes Gaspard Dehaene et Yves Henry, les violonistes Jan Talich, Ulf Wallin et Boris Garlitzky, le violoncelliste François Salque, la soprano Magali Léger, les quatuors Meta4, Métamorphoses et de Shanghai... Ils côtoieront cette année quelques personnalités scientifiques, les pieds sur terre et la tête dans les étoiles  : le spationaute Jean-Loup Chrétien, l’historien Jean- Pierre Verney, le préhistorien Henry de Lumley ou encore l’hydrogéologue Henri Salvayre. Jean-Guillaume Lebrun Prades (66) et ses environs. Du 26 juillet au 13 août. Tél. 04 68 96 33 07. DORDOGNE/FESTIVAL Festival du Périgord noir Du baroque au jazz, la 37 e édition du festival met en musique le riche patrimoine architectural et culturel environnant le site de Lascaux. Le Quatuor Tchalik. Pour la dix-huitième année consécutive, le Festival du Périgord noir accueille l’Académie baroque internationale, lieu majeur de formation et d’insertion professionnelle. Sous la direction d’Iñaki Encina Oyón, un jeune chef au répertoire très large, ancien assistant de Thomas Hengelbrock et Emmanuelle Haïm, les stagiaires montent cette année l’oratorio Le Jour du Jugement, l’une des ultimes œuvres de Telemann(représentations les 6 et 7 août en l’abbaye Saint-Amand-de-Coly), et proposent un concert de musique de chambre (Bach, Telemann, Vivaldi, le 5 août). Les sonorités de la viole de gambe courront par ailleurs tout au long du festival dans les églises de la région (Fahmi Alqhai le 9 août, Lucile Boulanger en trio le 11, Vincent Tournet et La Chapelle Harmonique autour de la musique du film de Tous les matins du monde le 14). Les répertoires plus récents (du classique au contemporain) seront illustrés par quelques fratries et dynasties de musiciens  : les quatre frères et sœurs du Quatuor Tchalik (16 août), les frères Théo et Pierre Fouchenneret avec le violoncelliste Victor Julien-Laferrière (18 août) et, en allant vers le jazz, le 13 août, la soprano Caroline Casadesus et ses fils Thomas et David Ehnco (piano et trompette). Jean-Guillaume Lebrun Festival du Périgord noir, place Bertrande-Born, 24290 Montignac. Du 28 juillet au 17 octobre. Tél. 05 53 51 61 61. V A R S O V I E S’I N V I T E À PAR I S C H O P I N A U J A R D I N 2 0 1 9 F E S T I V A L M U S I C A L E N P L E I N A I R 1 0 e É D I T I O N DIMANCHE 16 JUIN 17H Jacek Kortus piano DIMANCHE 23 JUIN 17H Onuté Gražinyté piano PAR C M O N T S O U R I S PAR I S 1 4 e DIMANCHE 7 JUILLET 17H tomasz ritter piano DIMANCHE 30 JUIN 17H Caroline Sageman piano www.i n s t i t u t p o l on ais.fr WWW.FLANERIESREIMS.COM du DIMANCHE 14 JUILLET 17H beata bilińska piano entrée libre FESTIVAL 19 JUIN > 11 JUILLET 2019 CONCERT PIQUE-NIQUE 20 JUILLET 2019 Licences  : 2-1080519 (LT2)/3-144986 (LT3) www.monsieurthibault.com classique/opéra 43 la terrasse 277 juin-juillet 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :