La Terrasse n°277 juin 2019
La Terrasse n°277 juin 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°277 de juin 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 15,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'été des festivals.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
classique/opéra 32 la terrasse 277 juin-juillet 2019 VENTE DES BILLETS SUR PLACE AVANT CHAQUE CONCERT LOCATION  : Fnac, Carrefour, Géant, Magasin U, Intermarché www.concertclassic.com - www.ticketac.com - www.francebillet.com RENSEIGNEMENTS  : www.frederic-chopin.com Email  : chopinparis@aol.com Tél  : 01 45 00 22 19 - Fax  : 01 40 67 70 08 INDRE/FESTIVAL La Grange aux Pianos Forte du succès d’un festival d’abord concentré sur le temps du week-end de la Pentecôte, la programmation imaginée par Cyril Huvé est en train de devenir une véritable saison musicale, d’avril à septembre, avec un temps fort final consacré à la guitare. Dans le cadre d’une grange monumentale réhabilitée en salle de concert et le décor d’une merveilleuse bulle de campagne, dans ce Berry que George Sand aimait tant, le pianiste Cyril Huvé aime recevoir de grands musiciens en amis, comme à la maison, autour de sa fabuleuse collection de pianos anciens. La Grange aux pianos est « une sorte de maison Centre national du costume de scène/Exposition Habiller l’Opéra En partenariat avec l’Opéra de Paris, le Centre national du costume de scène présente une exposition consacrée aux costumes de productions lyriques et chorégraphiques, de 1875 à nos jours. Ils sont un élément essentiel pour aider les artistes à se fondre dans leurs personnages  : les costumes de scène. Rendant hommage aux ateliers de couture de l’Opéra et revisitant 144 ans de leur histoire, cette nouvelle exposition organisée de façon chronologique fait revivre les grandes productions de ballet et d’opéra de l’Opéra de Paris depuis 1875, date d’inauguration du Palais Garnier. En 150 costumes, on y retrouve les grands noms d’hier  : Léon Bakst, Jean Cocteau ou Raoul Dufy pour le début de XX e siècle, les peintres invités par Serge Lifar, puis l’Ecole de Paris ou l’ère Lieberman pour s’acheminer vers les costumes d’aujourd’hui, qui puisent parfois dans des stocks de fripes vintage. Véritables reflets des courants esthétiques de chaque époque, les costumes de scène sont Opérette/Critique Mam’zelle Nitouche THéâTRE MARIGNY/De Hervé/direction musicale Christophe Grapperon/mes Pierre-André Weitz De toutes les œuvres rares qu’il a ressuscitées ces dernières saisons, c’est peut-être bien cette Mam’zelle Nitouche de Hervé que le Palazzetto Bru Zane a le plus scrupuleusement traitée. Nous sommes allés lui rendre visite tandis qu’elle était de passage à Toulouse. Ni rénover un regard (qui n’existait pas sur une œuvre aujourd’hui si rare), ni traiter l’intrigue de manière à nous ouvrir les yeux politiquement  : Mam’zelle Nitouche se contente avant tout, et avec succès, de renouer avec un esprit, un folklore, un appareillage bien particulier dont on aurait pu craindre que le parfum ne se soit éventé avec les années – celui de l’opérette telle qu’elle était pratiquée dans les années 1880. Le sujet, pantalonnade à l’irrévérence appuyée, suit les mésaventures du malencontreux Célestin (alias Floridor) et de la piquante Denise de Flavigny (alias Mam’zelle Nitouche). Le premier mène une double vie d’organiste au couvent des Hirondelles le jour et de compositeur d’opérette la nuit. La seconde est une jeune pensionnaire indocile qui rêve de monter sur les planches. Passons sur le peu de crédibilité de la désopilante cascade de quiproquos sur laquelle est construite l’intrigue et contentons-nous de souligner à quel point il est méritoire d’avoir su la servir avec cette blague, cette gentillesse, ce chic aussi, qui sont d’un autre temps. Sur scène, d’exubérants personnages qui semblent tout droit sortis d’une bande dessinée, des costumes allant chercher dans les tons tricolores, un plateau central tournant comme un manège, dévoilant au passage un chœur d’église et quelques décors de cabaret. Une fête de l’œil plus que de l’esprit, d’autant plus croquignolesque que des nonnes et militaires en goguette y sont mêlés – saluons à cet égard les chorégraphies gentiment impertinentes d’Iris Florentiny. Soirée à marquer d’une pierre blanche Avec une musique si parfaitement troussée pour plaire, sans couplet ni air mémorable, mais pourtant délicieusement instrumentée, il fallait un chef qui trouve instantanément l’esprit et le mouvement de l’œuvre, qui n’y débarque pas en pays étranger. Christophe Grapperon a l’extrême bon goût de ne jamais de musiciens, avec comme programme essentiel la convivialité. Entrer dans « l’atelier du compositeur » La Grange aux Pianos rassemble des solistes internationaux pour vous inviter à partager la vie intérieure de chaque artiste et l’authenticité des œuvres dans la proximité qu’autorise son Costume d’Anthony Powell porté par Renée Fleming (la Comtesse) dans Capriccio de Strauss, mis en scène de Robert Carsen, Palais Garnier, 2004. tout autant une vitrine du savoir-faire français qu’une invitation à la poésie. Isabelle Stibbe Centre national du costume de scène, quartier Villars, route de Montilly, 0300 Moulins. Du 25 mai au 3 novembre 2019. Tél. 04 70 20 76 20. www.cncs.frC. Leiber – OnP
Marco BorggreveD. R. D. R. D. R. se laisser aller à l’emphase, tirant de l’Orchestre national du Capitole une belle motricité, ainsi qu’une sonorité idéalement transparente. Ajoutons Pierre-André Weitz, direct et efficace dans sa mise en scène, menant son monde tambour battant (pour compenser la minceur objective du propos ?) et dont les quelques habiles dispositifs scéniques (allant de l’enseigne tournante à des costumes composites mi soldat mi demoiselle) font judicieusement avancer l’action. Côté cast, aurait-on pu rêver Denise plus délicieuse que Lara Neumann ? Dans un rôle à demandes si diverses, elle possède l’essentiel  : le charme, la gouaille, l’aisance en scène (et dans le parlé) et une voix joliment fraîche. Tout aussi mémorable, le Célestin de Matthieu Lécroart allie souplesse vocale à une irréprochable musicalité. À leurs côtés, Flannan Obé et son beau ténor naturel se délecte en Vicomte de Champlâtreux, Sandrine Sutter campe Sylvia Le pianiste Cyril Huvé, « chef d’orchestre » des concerts de « La Grange aux Pianos ». acoustique remarquable » confie-t-il. La programmation se poursuit en juin avec, autour du week-end de Pentecôte, un cycle de concerts « Beethoven » de musique de chambre joués sur instruments historiques avec sur scène des étudiants du CNSMD de Paris, sous la houlette de la violoniste Stéphanie-Marie Degand et de Cyril Huvé au clavier de son pianoforte Schanz, MARNE/FESTIVAL Flâneries musicales de Reims Le festival fête son trentième anniversaire et s’offre une très riche programmation de musique de chambre, vocale et symphonique. Arcadi Volodos, invité des Flâneries musicales de Reims. Il fallait un geste fort pour cette trentième édition  : ce sera, dès le 7 juin, en « pré-ouverture » du festival, la 3 e Symphonie de Mahler, symphonie-monde aux proportions gigantesques, qu’interprèteront le World Doctors Orchestra (formation amateur de haut niveau réunissant et une Tourière au caractère bien trempé, et le comédien Eddie Chignara dessine un Major irrésistiblement ronchon. Cerise sur ce gâteau en forme de pièce montée, Olivier Py sous la triple défroque d’une très burlesque mère supérieure, d’une diva capricieuse et de Loriot, ne se prive pas d’en rajouter des caisses, pour le plus grand plaisir du public. Une soirée à marquer d’une pierre blanche et un spectacle à ne pas manquer ! Julien Hanck Théâtre Marigny, Carré Marigny, 75008 Paris. Du Vendredi 7 juin 2019 au Samedi 15 juin 2019. Les 7, 10, 11, 12, 14, 15 juin à 20h ; les 7, 10, 11, 12 et 15 juin et le dimanche 9 juin à 15h. Tél. 01 76 49 47 12. Dans le cadre du Festival Palazzetto Bru Zane. 7 e édition. Du 1er au 30 juin 2019. mais aussi l’excellent Trio Sacher. Chaque jour, le musicologue Bernard Fournier nous fera entrer dans « l’atelier du compositeur » pour présenter les œuvres jouées le jour même. Une conférence de François-Xavier Szymcza, autre spécialiste de Beethoven, est aussi annoncée. Plus tard, du 7 au 17 août, le festival international de guitare, luth et piano, doublé d’une académie, accueillera le Duo Bensimhon (piano à 4 mains), les pianistes Michel Dalberto, Varduhi Yerytsian et David Lively (associé au Quatuor Cambini dans la version chambriste des 2 concertos de Chopin), et les guitaristes Judicaël Perroy, Antoine Fougeray, Rémi Jousselme et Natalia Lipnitskaya, sans oublier une star du jazz manouche, virtuose de la six cordes, Angelo Debarre. Jean Lukas La Grange aux pianos, Les Chattons, 36400 Chassignolles. Jusqu’au 22 septembre. Tél. 02 54 48 22 64. Places  : 8 à 24 € . des médecins du monde entier), le Chœur Nicolas de Grigny et la mezzo Delphine Haidan. En clôture, les Flâneries célèbreront le 150 e anniversaire de la mort de Berlioz avec Michel Plasson à la tête de l’Orchestre symphonique de Mulhouse (Symphonie fantastique, ainsi que le Boléro de Ravel). Entre ces deux dates, la programmation imaginée par Jean-Philippe Collard (qui sera lui-même au piano pour un concert « à 8 mains » avec Marie-Josèphe Jude, Claire Désert et Emmanuel Strosser le 20 juin et le 9 juillet avec Lambert Wilson pour un concert-lecture autour de Marcel Proust) visite tous les genres et toutes les époques  : récitals (le pianiste Arcadi Volodos, les sœurs Labèque, le guitariste Philippe Mouratoglou, la violoniste Marina Chiche, la harpiste Marielle Nordmann), musique de chambre (le quatuor Tchalik et le violoncelliste Edgar Moreau, Pierre et Théo Fouchenneret), et beaucoup de voix (le contre-ténor qui monte Jakub Jozef Orlinski, la colorature Jodie Devos dans un programme Offenbach, la soprano Magali Léger dans un hommage à Joséphine Baker, les ensemble Ars Vocalis, Vox Luminis et Clément Janequin). Un de nos grands festivals, populaire et exigeant à la fois. Jean-Guillaume Lebrun Reims (51). Du 7 juin au 20 juillet. Tél. 03 26 36 78 00. 18-19 Maison de la musique de nanterre MERCREDI 26 JUIN à 20h30 Maison de la musique de nanterre CONCERT MULTIMÉDIA CRÉATION BAL PASSÉ TM+ Dans le cadre du festival Manifeste 2019 de l’ircam www.maison delamusique.eu RER A Nanterre ville MMN-AP-LA TERRASSE-JUIN-121x380.indd 1 18/04/2019 12:28 classique/opéra 33 la terrasse 277 juin-juillet 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :