La Terrasse n°277 juin 2019
La Terrasse n°277 juin 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°277 de juin 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 15,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'été des festivals.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
théâtre 20 la terrasse 277 juin-juillet 2019 Fléchage Avignon OFF/premier volet Avignon Off  : quelques projets à découvrir En avant-première, alors que notre hors-série Avignon en Scène(s) 2019, sur le point d’être finalisé (parution le 1er juillet), chroniquera environ 300 spectacles – In et Off –, voici un premier jet de projets d’Avignon Off à consulter avant votre venue. Parmi ceux-ci, certains que nous avons vus et aimés, d’autres qui seront créés en juillet et qui nous paraissent intéressants. Bien évidemment, ce choix de spectacles lacunaire est à compléter. à suivre… La Dernière Bande Après Cap au pire en 2017, Denis Lavant revient cette année au Théâtre des Halles avec un autre texte de Samuel Beckett mis en scène par Jacques Osinski  : La Dernière Bande. Une passionnante descente dans les profondeurs de l’humain. Théâtre des Halles à 21h30. Vivre sa vie Charles Berling met en scène l’adaptation théâtrale du film de Godard. Hélène Alexandridis, Pauline Cheviller, Sébastien Depommier et Grégoire Léauté font résonner de nos jours le destin magnifique et tragique de Nana, qui veut « vivre sa vie ». Théâtre des Halles à 19h00. Hercule à la plage India, Melvil, Angelo et Charles se tournent autour pendant que le temps tourne autour d’eux  : Fabrice Melquiot emprunte à la mythologie pour ce spectacle dont Mariama Sylla crée la mise en scène. 11 Gilgamesh Belleville à 10h10. La Théorie de l’enchantement Fabrice Hervé et Vincent Reverte (avec le génial Olivier Broche en cuisiniste à l’image) interprètent la théorie délirante orchestrée par Pascal Reverte. Intelligent et désopilant ! Théâtre du Train bleu à 20h50. Trois songes, un procès de Socrate Olivier Coulon-Jablonka met en scène le montage du Premier Alcibiade, d’Euthyphron et de L’Apologie de Socrate, montage réalisé par Olivier Saccomano. Jean-Marc Layer et Guillaume Riant se prêtent au jeu socratique… Théâtre L’Entrepôt à 11h40. La Green Box En parallèle de sa vaste mise en scène de L’Homme qui rit, Claire Dancoisne du Théâtre La Licorne crée une petite forme à partir du même roman de Victor Hugo. Un seul en scène pour un loup et un tas d’ossements. Présence Pasteur à 18h. Trapèze au coeur « Trapèze au cœur », roman-théâtre signé par Louise Doutreligne, est l’histoire d’une renaissance suite à un terrible accident de la vie. Le metteur en scène Jean-Luc Paliès s’est attaché à trouver l’écriture scénique respectueuse du romanesque de l’œuvre. Théâtre du Petit-Chien à 17h10. être là Dans la veine d’un théâtre de l’intime, Vincent Ecrepont explore en compagnie d’un trio de comédiens la question du vieillissement et de la fin de vie. Présence Pasteur à 16h30. Un Garçon d’Italie Après son succès l’an dernier, Mathieu Touzé revient au Théâtre Transversal avec son Garçon d’Italie d’après Philippe Besson. Une enquête polyphonique sur la vie d’un disparu. Théâtre Transversal à 12h. Toutes les choses géniales et Séisme Compagnie défricheuse de textes anglosaxons d’aujourd’hui, le Théâtre du Prisme crée Toutes les choses géniales de Duncan Macmillan, qui explore de manière à la fois légère et grave ce qui vaut la peine d’être vécu, et reprend Séisme du même auteur, dissection d’un couple en crise. La Manufacture à 10h15 et 11h55. Le Massacre du Printemps Avec sa compagnie La Décharge Mentale, Elsa Granat construit des spectacles à partir d’histoires, de moments vécus. Dans Le Massacre du Printemps, elle fait de la fin de vie de ses parents une fiction tragique. Théâtre du Train Bleu à 11h50. La Légende de Bornéo Le collectif L’Avantage du Doute explore les impacts du monde du travail sur nos vies. Percutant et réjouissant ! Théâtre des Carmes André Benedetto à 20h35 Marx et la Poupée Aude Jarry, Clotilde Lebrun et Elsa Rozenknop interprètent le texte de Maryam Madjidi et mêlent la musique et les langues pour raconter les racines comme fardeau, rempart et arme de séduction massive. Théâtre Artéphile à 11h45. La Clairière du Grand n’importe quoi Alain Béhar, auteur en résidence à la Fabrique du Théâtre des 13 Vents à Montpellier, livre et interprète un texte poétique sur les migrations. Théâtre Artéphile à 16h35. Le grand Foire Un meeting politique pour préparer Le grand Foire, c’est la proposition humoristique des Belges du Klark Théâtre. Théâtre EpiScène à 16h20. Burnout Compagnie dont le projet s’articule autour des écritures contemporaines, Le Plateau Ivre s’empare de Burnout d’Alexandra Badea. Une pièce au sein de laquelle les artistes vosgiens insèrent un fragment d’Extrêmophile, autre œuvre de l’auteure d’origine roumaine. 11 Gilgamesh Belleville à 16h55. Lampedusa Beach Avant de mettre en scène Lampedusa Snow et Lampedusa Way, Eleonora Romeo dirige Stefania Ventura dans Lampedusa Beach, premier volet de La Trilogie du Naufrage de l’auteure italienne Lina Prosa. Théâtre des Carmes à 22h30. La Légende du Saint-Buveur Dans sa dernière création, le comédien Christophe Malavoy interprète, joue de la trompette et met en scène la nouvelle de Joseph Roth. L’histoire d’Andreas, un homme qui vit sous un pont de la Seine et se voit offrir par un inconnu une somme d’argent qu’il promet de rembourser. Y parviendra-t-il ? Théâtre du Chêne noir à 18h45. Le Grand Feu Jean-Michel Van den Eeyden, directeur de L’Ancre – Théâtre royal, met en scène une plongée contemporaine dans l’œuvre du grand Jacques, menée par le rappeur Mochélan et le DJ Rémon Jr. Théâtre des Doms à 22h. Disparu Dans sa nouvelle création, Cédric Orain s’intéresse au phénomène de la disparition volontaire. À ce qu’il provoque chez ceux qui restent. Théâtre du Train Bleu à 13h45. Exodus À partir de son expérience familiale, Patrick Masset crée Exodus autour de la question des migrations, et cherche les chemins sensibles susceptibles de dépasser l’impasse politique. Villeneuve en scène à 21h. Guerre, et si ça nous arrivait ? Si aujourd’hui il y avait la guerre en France, où iriez-vous ? Le Théâtre du Rictus renverse les points de vue et incite le public à revoir ses certitudes en mettant en scène le texte incisif de Janne Teller. Présence Pasteur à 9h50. After the end Enfant de la balle, Antonin Chalon a choisi, comme sa mère Zabou Breitman, de s’élancer sur le chemin du théâtre. Sorti du Conservatoire national supérieur d’art dramatique l’année dernière, le jeune metteur en scène dirige Xavier Guelfi et Marie Petiot dans After the End, une pièce du dramaturge anglais Dennis Kelly. La Manufacture à 13h40. Le Ventre Dans ce deuxième volet d’un triptyque autour de l’œuvre d’un auteur québecois contemporain, SteveGagnon, Vincent Goethals met en scène Ventre, qui revisite les idéaux amoureux à travers le conflit d’un jeune couple. Présence Pasteur à 20h10. Le petit Boucher Avec Marion Bottollier, Agnès Renaud porte à la scène le texte de Stanislas Cotton, retraçant le parcours de la jeune Félicité, proie facile en temps de guerre. Sur le chemin de la résilience, un théâtre délicat et ample, tout en nuances. 11 Gilgamesh Belleville à 13h50. Mu Laetitia Mazzoleni reprend Mu, odyssée crépusculaire et onirique autour de l’absence, écrite par Fabrice Melquiot. Avec Thomas Rousselot. Théâtre Transversal à 14h. Hamlet Jérémie Le Louët et les membres de la compagnie des Dramaticules présentent un remarquable Hamlet, foisonnant et jouissif, animant la scène d’une fièvre et d’un talent comme on en voit peu. 11 Gilgamesh Belleville à 22h10. Cherchez la faute À partir d’une séance d’étude du récit fondateur de la Genèse, François Rancillac célèbre la naissance de l’homme comme sujet libre. La Manufacture à 10h45. Laterna magica Pour porter sur scène Laterna magica, le récit autobiographique du metteur en scène et réalisateur suédois Ingmar Bergman, Dorian Rossel et Delphine Lanza imaginent un subtil langage où ombres et lumières sont l’égal des mots. Un paysage mouvant où rayonne le jeune comédien Fabien Coquil. 11 Gilgamesh Belleville à 10h30. 40° sous zéro Après Le Chien, la nuit et le couteau de Marius von Mayenburg, le Munstrum Théâtre présente deux pièces de Copi  : L’Homosexuel ou la difficulté de s’exprimer (1971) et Les quatre Jumelles (1973), unies sous le titre 40° sous zéro. Une réussite. La Manufacture - La Patinoire à 21h20. J’ai rencontré Dieu sur Facebook AhmedMadani ausculte la relation conflictuelle entre une mère et sa fille qui se radicalise. Un théâtre à l’écoute de la fragilité des êtres. 11 Gilgamesh Belleville à 11h50. Le Dernier Ogre Un conteur, un guitariste, un dessinateur  : les membres de la Compagnie Le Cri de l’Armoire mettent en miroir le conte du Petit Poucet avec les aventures contemporaines d’une famille ayant choisi de changer d’existence. Un spectacle coup-de-poing. 11 Gilgamesh Belleville à 14h45. Carmen Flamenco Carmen Flamenco entrelace théâtre, chant lyrique, chant et danse flamenco en un spectacle total, fruit du talent et de la passion de la compagnie Influenscènes, animée par Louise Doutreligne et Jean-Luc Paliès. Théâtre des Gémeaux à 21h10.
La Mécanique du hasard Après un triptyque sur l’engagement, Olivier Letellier porte à la scène un roman en forme de fable initiatique interrogeant le déterminisme et les héritages. Un théâtre qui invite à lutter contre les résignations. À partir de 9 ans. 11 Gilgamesh Belleville à 13h45. Reconstitution Pour Guy Delamotte et Véro Dahuron, fondateurs du Panta-théâtre à Caen, Pascal Rambert a écrit Reconstitution. Un rituel beau et touchant, qui interroge l’amour au sein du couple. Et la place du théâtre dans l’intime. La Manufacture – La Patinoire à 11h40. Ma Colombine Le comédien et metteur en scène Omar Porras et l’auteur Fabrice Melquiot ont uni leurs talents pour créer un solo inspiré par la vie d’Omar, depuis l’enfance. Un merveilleux hommage au théâtre, poème où le jeu et la scène célèbrent la force du rêve. Une pièce tout public, dès 10 ans. 11 Gilgamesh Belleville à 11h40. La Magie lente Benoit Giros incarne l’avancée de la parole d’un être traumatisé, qui cherche à panser ses souffrances. Une mise à nu impressionnante. Le texte de Denis Lachaud est mis en scène par Pierre Notte. Théâtre Artéphile à 11h15. Marys’à minuit Vingt après sa mise en scène de Marys’à minuit de Serge Valletti, Catherine Marnas, directrice du Théâtre de Bordeaux en Aquitaine, revient à ce soliloque d’une femme seule à l’âme d’enfant et au langage fantasque. Un touchant personnage auquel Martine Thinières prête toute sa délicatesse. Théâtre des Halles à 11h. Les Couteaux dans le dos Pierre Notte, tout en acidité et en tendresse, met en scène cinq comédiennes et explore les affres de la vie familiale et les chemins qui permettent d’y échapper. Le Petit Louvre à 16h25. La Révolte L’implacable critique de Villiers de l’Isle-Adam résonne toujours aussi cruellement dans la mise en scène atemporelle de Salomé Broussky, qui souligne les rapports de force intimes et sociaux. La Scierie à 14h. Galilée le mécano Nouvelle étape pour la scène parisienne des arts et des sciences, qui ouvre un théâtre à l’occasion du festival. Avec notamment ce spectacle tout public lors duquel Jean Alibert raconte l’histoire de Galilée, acteur d’une révolution qui doit tout à l’observation empirique et à la force de la pensée. Avignon - Reine Blanche à 19h. Le Rouge éternel des coquelicots La magistrale et intense Catherine Germain interprète le texte composé par François Cervantes à partir de conversations avec Latifa Tir, Marseillaise des quartiers Nord qui raconte sa vie et sa ville. 11 Gilgamesh Belleville à 22h15. Le jour où j’ai appris que j’étais juif Découvrant stupéfait sa judéité à l’âge de 10 ans, Jean-François Derec interroge et met en scène la tumultueuse quête de soi qui s’est ensuivie. Une quête réjouissante et émouvante, qui montre de manière éclatante l’absurdité de l’antisémitisme et de tout racisme. Théâtre du Chêne Noir à 15h. Qui va garder les enfants ? Théâtre-récit issu de collectages et d’échanges  : Nicolas Bonneau présente la politique du point de vue des élues, loin du tintamarre des casseroles qu’on accroche à leurs jupes. Emouvant et caustique ! 11 Gilgamesh Belleville à 17h05. Du Nord au Sud, récit d’une expérience Wilma Lévy reprend son spectacle créé l’an dernier, qui retrace une expérience menée au sein de deux lycées marseillais que tout oppose. Théâtre L’Entrepôt à 21h30. Les Tondues Mises à part la photo de Capa prise à Chartres et la chanson de Brassens, on évoque rarement les tondues de la Libération. Périne Faivre en fait le sujet d’une enquête intime et historique poignante. Villeneuve en Scène à 18h30. L’Homme sans souci Didier Brice adapte librement, met en scène et interprète L’Indigent Philosophe de Marivaux  : une comédie pétillante, drôle et émouvante sur les pouvoirs du théâtre et les rapports entre réel et représentation. Théâtre du Girasole à 14h40. Je ne suis pas narcissique À partir d’interviews d’actrices récoltés dans la presse féminine, Sophie Rockwell et Alain Klinger imaginent avec et pour la comédienne Chloé Mons un poème musical. Une partition incantatoire qui questionne la figure de l’Actrice. Atelier 44 à 13h. Nous étions debout et nous ne le savions pas Quelle est la nécessité intérieure qui fait, qu’un jour, on bascule dans la résistance ? Catherine Zambon a écrit un texte vibrant et singulier dont la compagnie l’Agit s’empare avec ferveur. Villeneuve en Scène à 19h. Contre les bêtes Quinze ans après sa création pour le In du festival d’Avignon, Jacques Rebotier rejoue Contre les bêtes, un spectacle poétique et mordant qui n’a malheureusement rien perdu de son actualité. Présence Pasteur à 19h20 Genoma B La compagnie espagnole Al Badulake vient pour la première fois à Avignon. Une occasion de présenter son nouveau spectacle  : une adaptation libre de La Maison de Bernardo Alba de Federico Garcia Lorca. Théâtre du Girasole à 18h15. Le Casque et l’Enclume Dans la tradition du dialogue philosophique, Cyril Cotinaut et Sébastien Davis se mettent dans la peau de deux experts en arts dramatiques en 1968. À l’heure de toutes les utopies. Théâtre des Carmes André Benedetto à 18h50. Anguille sous roche Avec Anguille sous roche, l’auteur comorien Ali Zamir faisait en 2016 une entrée remarquée sur la scène littéraire. Dans sa belle adaptation, Guillaume Barbot en confie la langue-fleuve à la jeune et brillante Déborah Lukumuena. La Parenthèse à 17h. Tonnerre dans un ciel sans nuage Bousculant les codes de la représentation, les quatre interprètes de Mind the gap investissent le plateau pour interroger les obstacles et les conditions de possibilité de la création collective. Théâtre du Train bleu à 10h. L’Ordre du jour Dominique Frot conçoit et interprète une performance autour de L’Ordre du jour, le livre d’Éric Vuillard, prix Goncourt 2017. Théâtre Transversal à 17h. Claudel « De l’ascension à la chute »  : tel est le sous-titre de la création de Wendy Beckett, qui met son talent de psychologue et d’artiste au service d’une sculptrice incomprise. Théâtre de la Condition des Soies à 15h30. Zinc À la frontière de la philosophie, de la sociologie et de l’histoire, Zinc de David Van Reybrouck offre à la compagnie Dynamo Théâtre une riche partition pour questionner l’état de l’Europe. Théâtre Épiscène à 11h25. Les secrets d’un gainage efficace Ceci n’est pas un cours d’abdo-fessiers mais un spectacle drôle et instructif sur le rapport des femmes à leur corps, comme savent si bien les faire Les Filles de Simone. 11 Gilgamesh Belleville à 18h45. MLKing 306 (Lorraine Motel) Son précédent opus, Raging Bull, avait marqué le public du off. Après Jake LaMotta, le Caliband Théâtre revient avec une figure incontournable de l’Amérique du XX e siècle  : Martin Luther King. 11 Gilgamesh Belleville à 20h30. Tribus Comédie dramatique de l’auteure anglaise Nina Raine, Tribus éclaire les particularités d’une « famille contemporaine dysfonctionnelle ». Sous la direction de Mélanie Leray. La Manufacture à 19h25. Le roi nu Sur l’Île de la Barthelasse, Le roi nu monté par les Belges des Baladins du miroir montre combien le théâtre gagne à se promener sous un chapiteau. L’Ilôt chapiteaux à 17h. HEN Pour sa nouvelle création, le metteur en scène et marionnettiste Johanny Bert crée un spectacle qui interroge les questions de genres et d’identités. Théâtre du Train Bleu à 17h10. Le Champ des Possibles À partir de sa propre expérience de jeune étudiante montée à Paris, élise Noiraud crée une réjouissante épopée universelle. Un excellent moment de théâtre. Théâtre Transversal à 18h50. My Land Quand la Hongrie rencontre l’Ukraine  : l’un des grands succès circassiens du Festival Fringe à Edimbourg arrive en France, porté par la compagnie Recirquel, pionnière du renouveau du cirque en Europe de l’Est. Théâtre du Chêne Noir à 10h30. Choisir de vivre Porté par la comédienne Nathalie Mann, le solo déchirant mis en scène par Franck Berthier à partir de l’autofiction de Mathilde Daudet raconte un extraordinaire parcours, d’une identité sexuelle à une autre. Le Girasole à 19h50. Les Imposteurs Fruit d’une rencontre entre l’auteur Alexandre Koutchevsky et les comédiens Isabelle Ronayette et Régis Laroche, Les Imposteurs est une subtile enquête intimiste sur le métier d’acteur. 11 Gilgamesh Belleville à 10H45. La Vrille du Chat À partir d’une unique scène de quelques minutes, les cinq artistes de la compagnie de cirque Back Pocket déploient un jeu acrobatique virtuose et poétique. Une invitation à tout oser. Théâtre des Doms à 11h. L’enseignement de l’ignorance Seb Lanz adapte au théâtre L’enseignement de l’ignorance et ses conditions modernes, texte explosif de Jean-Claude Michéa. Théâtre des Carmes à 10h. Pio Ospedale della Pietà [XSaisons] Un monument de la musique revisité par une jongleuse  : deux raisons d’aller découvrir le solo d’Audrey Decaillon. Ile Piot à 14h20. Désobéir Dans Désobéir, Julie Berès donne la parole à quatre jeunes femmes issues de l’immigration. Quatre personnes aux trajectoires singulières, indociles, loin de tous les clichés. La Manufacture à 13h40. Les Pieds tanqués Philippe Chuyen évoque la guerre d’Algérie, l’immigration, l’identité, le vivre ensemble dans une originale confrontation des mémoires, sur un terrain de pétanque où les « pés tanqués » (les pieds ancrés dans le sol) interrogent leurs racines. Boulodrome sous le pont Daladier à 19h15. théâtre 21 la terrasse 277 juin-juillet 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :