La Terrasse n°277 juin 2019
La Terrasse n°277 juin 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°277 de juin 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 15,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'été des festivals.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
focus 16 la terrasse 278 juin-juillet 2019 Paris l’été, le moment de tous les possibles Musée, lycée, gare, gymnase, place, parvis, jardin…  : divers spectacles pluridisciplinaires investissent la ville du 12 juillet au 3 août 2019. Qu’ils soient mondialement connus ou moins repérés, les artistes surprennent, enchantent, réinventent le rapport à la scène et bousculent les repères. Le festival unit les spectateurs dans un élan collectif joyeux, et crée avec chacun d’entre eux un lien singulier. Une alchimie féconde qui nourrit nos mémoires. Entretien/Laurence de Magalhaes et Stéphane Ricordel Renouveler le plaisir du spectacle, c’est tout un art ! Des scènes à ciel ouvert, des spectacles hors du commun, des manières autres de goûter l’art  : les directeurs du Monfort Laurence de Magalhaes et Stéphane Ricordel proposent une troisième édition de Paris l’été, toujours aussi originale et festive. Comment envisagez-vous cette troisième édition ? Stéphane Ricordel  : Après le succès des deux éditions précédentes, nous poursuivons les mêmes objectifs autour d’une idée centrale  : celle de surprendre. C’est une difficulté, mais c’est aussi très stimulant de casser les rythmes et les codes. « Nous créons une atmosphère festive autour de la programmation. » Laurence de Magalhaes Le festival affirme à nouveau les mêmes lignes directrices  : une programmation pluridisciplinaire – théâtre, danse, cirque, musique, performances et installations plastiques… –, gratuite ou payante, et de nombreuses scènes à ciel ouvert, dans des lieux insolites. Laurence de Magalhaes  : Alors qu’au cours de l’année la programmation au Monfort obéit à un calendrier strict, Paris l’été devient le moment de tous les possibles. De 10 heures du matin à minuit voire bien au-delà... Nous créons une atmosphère festive autour de la programmation, avec notamment le lycée Danse/chor. Kader Attou Un break à Mozart Dix danseurs du CCN de La Rochelle s’accordent avec dix musiciens de l’orchestre des Champs- Élysées pour une fusion entre hip-hop et chefsd’œuvre de Mozart. Kader Attou réunit ainsi danse d’aujourd’hui et musique des Lumières pour écrire une partition présentée sur le parvis de la Pyramide du Louvre, pour fêter ses 30 ans. Sur les airs de Don Giovanni et du Requiem, des figures virtuoses du hip-hop s’entremêlent avec une danse contemporaine fluide. Osant les ralentis et les suspens, Kader Attou invente un hip-hop tout en grâce, en nervosité et en élégance, à la limite de la haute voltige. Agnès Izrine Parvis de la Pyramide du Louvre. Les 12, 13, 14 juillet à 22h30. Danse/chor. Christian Rizzo D’après une histoire vraie Quelle est cette histoire vraie ? Celle d’un groupe d’hommes qui une nuit de 2004 exécute à Istanbul une brève danse folklorique, avant d’aussitôt disparaître. Image furtive qui imprime la rétine de Christian Rizzo, l’émeut au point qu’elle lui inspire une pièce près de Xavier Léoty dix ans plus tard. Huit danseurs et deux musiciens sont sur scène. Tandis que les seconds emplissent l’espace de sons percussifs qui font s’épouser rythmiques tribales et rock psychédélique, les premiers inventent une communauté où les danses masculines méditerranéennes se marient en de savantes compositions contemporaines. Captivant. Delphine Baffour Lycée Jacques Decour. Du 31 juillet au 3 août à 22h. Danse/chor. Xie Xin Laurence de Magalhaes et Stéphane Ricordel. Jacques Decour comme lieu de rendez-vous convivial. Cette année, le festival s’ouvre à 34 lieux partenaires – un peu plus que l’an dernier –, à Paris et autour de Paris. Certaines structures, comme Le Louvre ou l’Institut du Monde Arabe, nous ont sollicités pour que l’on devienne partenaires. Nous travaillons aussi dans le sillage du travail accompli toute l’année avec certaines villes comme Aubervilliers ou Villepinte, afin de convier les spectateurs à diverses propositions. From IN Marc Domage Feng Yuehong Fer de lance de la toute jeune et dynamique danse contemporaine chinoise, Xie Xin développe un style singulier tout en fluidité, souplesse et spiritualité. Celle qui fut l’interprète de Sidi Larbi Cherkaoui et multiplie les collaborations avec des artistes internationaux fait escale à Paris cet été et y présente From In, une pièce subtile et élégante pour neuf danseurs. Dans cette fantasmagorie où rêves, souvenirs et réalité s’entremêlent, la chorégraphe sonde le mystère d’une rencontre. « À quel moment deux vies entrent-elles en connexion, cessant alors d’exister dans des univers parallèles » ? Delphine Baffour Lycée Jacques Decour. Du 17 au 20 juillet à 22h. F 451 Théâtre/Librement adapté de Platonov d’Anton Tchekhov/mes Lorraine de Sagazan L’Absence de père Après ses versions de Démons et Une maison de poupée, remarquables d’intelligence dramaturgique et de virtuosité scénique, Lorraine de Sagazan poursuit son exploration des textes fondateurs du théâtre avec Platonov, adapté avec Guillaume Poix. Il s’agit de « se concentrer sur l’essentiel » de l’histoire de Platonov, ce raté lumineux, parangon du désir incertain, « en poussant les limites du cadre de représentation et en se faisant les Quelles sont les propositions ? Et pour quel public ? S. R.  : Le fait de construire une programmation ponctuelle permet une grande liberté, à travers des propositions inhabituelles, parfois très spectaculaires. Nous proposons des événements culturels, dont certains frappent l’esprit, comme par exemple l’an dernier la traversée sur un fil du site du Sacré-Coeur par Tatiana-Mosio Bonga, ou cette année le surgissement Gare de l’Est de centaures légendaires ! Certains sont conçus en plein air pour des milliers de personnes, d’autres ont lieu dans un espace intime. Les spectacles se destinent à tous, à ceux qui ont l’habitude des théâtres, comme à ceux qui n’ont jamais franchi leurs portes et qui peut-être après l’été voudront en savoir davantage sur ce qui se passe dans les salles à l’année.L. de M.  : Nous accueillons des Parisiens, des touristes étrangers ou français qui sont heureux de découvrir que l’été « C’est très stimulant de casser les rythmes et les codes. » Stéphane Ricordel Paris propose une actualité culturelle aussi excitante. À travers plusieurs associations, nous accueillons aussi des personnes fragiles. Nous sommes heureux de programmer des créations, mais aussi des spectacles que nous considérons comme des chefs-d’œuvre, sans se conformer au diktat de devoir programmer absolument des choses nouvelles. C’est en effet une grande chance de pouvoir (re)découvrir en extérieur le superbe D’après une histoire vraie de Christian Rizzo ou encore Decadance de la Batsheva, œuvre majeure acclamée dans le monde. Nous créons un équilibre tout en contrastes… Propos recueillis par Agnès Santi Natalia interprètes de notre époque ». Interrogeant la notion d’héritage et la figure du père, l’équipe de la compagnie La Brèche fait du théâtre un « espace où l’émotion n’est jamais jouée mais vécue au présent ». Catherine Robert Gymnase Japy. Du 26 au 28 juillet à 20h30. événement espace public/par la compagnie Carabosse Installation de feu La compagnie Carabosse allume le feu ! La compagnie Carabosse a pris l’habitude d’illuminer l’espace public en y installant des créations éphémères, éblouissantes et sidérantes, entre feux de joie et météorites fabuleuses. À la fois sonores et visuelles, ses machines ignées de grande ampleur offrent « un théâtre de rue généreux qui s’adresse à tous ». Les spectateurs déambulent à travers une expérience artistique qui alternent flânerie et rêverie, dans un espace poétique où tous les sens sont en éveil. Catherine Robert La Villette. Les 19 et 20 juillet de 22h30 à 1h30. Vincent Muteau
Patrick Girot Jean-Louis Fernandez Michèle Leproust Cirque/une création d’Olivier Debelhoir L’Ouest loin Il se définit comme un équilibriste sur « agrès du quotidien », un « trappeur des banlieues des années 2010 », un « acrobate des montagnes ». Après Un Soir chez Boris, Olivier Debelhoir sort de sa yourte et chausse ses mini skis. Muni d’un escabeau, d’une poutre, d’un accordéon, d’un balancier, il dit de la poésie et pousse la chansonnette. « Je monte, je monte, explique-t-il. Je décolle. Je respire. Si j’ai peur, je parle et ça m’ancre, me rattache aux gens. Je raconte alors d’où je viens  : l’ouest loin. » Le temps d’une performance de trente minutes, Olivier Debelhoir explore ses forêts intérieures. Manuel Piolat Soleymat En itinérance. Du 14 au 21 juillet 2019. Théâtre/mes Caroline Guiela Nguyen Mon grand Amour La Compagnie Les Hommes Approximatifs présente une création de théâtre en appartement qui nous permet de suivre simultanément trois histoires se déroulant le même jour, à la même heure, dans des villes différentes. « L’appartement se transforme en un lieu commun à trois blessures, déclare Caroline Guiela Nguyen, moments de vie où tout bascule, où le monde de chacun ne ressemblera plus jamais à celui qu’il est en train de perdre sous nos yeux. » Mêlant le vietnamien, l’anglais, l’espagnol et le français, la metteure en scène nous place au plus intime de récits qui éclairent à la fois la diversité et le destin commun de notre humanité. Manuel Piolat Soleymat En appartement. Du 16 juillet au 3 août 2019, du mardi au dimanche à 10h et 20h, les mercredis à 16h, 18h et 20h. Théâtre forain/par les 26 000 couverts Véro 1 ère, Reine d’Angleterre Il faut s’attendre à tout avec les 26 000 couverts, et leur fameuse troupe de comédiens, musiciens, et manipulateurs ! Cette pièce les Cyril Delettre fait renouer avec le dramaturge Gabor Rassov, qui livre un texte en forme de mélo, véritable comédie cruelle entre farce et fable. Au centre de leurs élucubrations  : la vie et la destinée de Véronique, ses aspirations, entre le Franprix et Buckingham Palace. De rires en larmes, de rebondissements en coups de théâtres, de rêves en cauchemars, le spectre des émotions est large, joyeusement mis en scène par Philippe Nicolle. Nathalie Yokel Centre Culturel Irlandais. Du 30 Juillet au 3 août 2019 à 21h. événement espace public/Théâtre du Centaure Surgissements Si au beau milieu de la foule, sous la voûte de la Gare de l’Est, apparaissent soudain un cavalier, une cavalière, tout de noir vêtus, qui ne font qu’un avec leur monture et engagent un drôle de ballet, vous n’êtes pas victime d’une insolation, mais vous assistez à un des Surgissements du Théâtre du Centaure qui perturbent l’ordre morne de notre environnement quotidien en y faisant surgir d’improbables moments de poésie. Des créatures mi hommes mi chevaux, des êtres mythologiques dans les lieux de l’urbanité. Il se peut qu’ensuite vous ne passiez plus jamais là sans y penser... éric Demey Gare de l’Est. Le 21 juillet à 16h, le 22 à 19h30. Installation espace public/par le Collectif Captain Boomer Jeanne Roualet Pasture with cows Après la découverte d’un cachalot échoué en bord de Seine (2017), une plongée dans les entrailles du Grand Palais (2018), qu’inventera cet été le Collectif flamand Captain Boomer pour surprendre les Parisiens ? Nous sommes cette fois invités à une expérience d’un autre ordre, propice à la contemplation et au vagabondage de l’esprit. Car l’art s’est échappé de ses cadres et fait irruption dans le réel  : le tableau bucolique Pasture with cows se réinvente en une douce scène pastorale plus vraie que nature. Une scène hyper réaliste, mais aussi hyper fantaisiste par sa manière d’interroger le regard. Agnès Santi La Villette. Du 26 juillet au 1er août de 15h à 21h, relâche le 29. Maxime Waratt D. R. D. R. Danse/chor. Ohad Naharin Decadance événement ! L’une des toutes meilleures compagnies de danse au monde propose l’un de ses spectacles emblématiques, éblouissant par son expressivité et son inventivité. Conçu par Ohad Naharin en 2000 afin de célébrer dix ans de créations à la tête de la Batsheva Dance Company, interprété par le très talentueux Young Ensemble de la compagnie, Decadance compile dix séquences saisissantes puisées au cœur du répertoire du chorégraphe, en un condensé hallucinant de la diversité de son écriture. Si la pièce se réinvente au fil du temps, elle préserve son atmosphère extraordinairement festive et sa puissance singulière. Emotions garanties ! Agnès Santi Lycée Jacques Decour. Du 24 au 27 juillet à 22h. Expérience culinaire/Conception JohannLe GuillermET Alexandre Gauthier Encatation JohannLe Guillermpoursuit avec Encatation ses explorations hors des sentiers battus du cirque contemporain. Plus qu’un spectacle, cet objet au titre mystérieux est une expérience. Une invitation à vivre autrement notre rapport à la nourriture, conçue avec Alexandre Gauthier. Un chef réputé à l’international pour sa créativité et son envie de repousser les limites de sa discipline. Dans une scénographie issue d’Attraction, projet que JohannLe Guillermdéploie depuis ses débuts, les spectateurs-convives vont de surprise culinaire en surprise visuelle. Anaïs Heluin Le Monfort Théâtre. Le 22 juillet à 21h. Du 23 au 25 à 13h et 21h. Le 26 à 13h. Installation/Conception Collectif Tout/Reste/à/Faire Anima (ex) musica « Rendre vivant à nouveau ». Tel est le mot d’ordre du collectif Tout/Reste/À/Faire, qui D. R. donne une seconde vie à des instruments de musique anciens en inventant à partir d’eux des créatures animées. Des insectes géants, dont les articulations multiples évoquent tantôt celles d’une araignée, tantôt celles d’un crustacée. Poétique, cette correspondance entre objet et animal s’exprime à travers des partitions visuelles et sonores singulières qui se déclenchent au contact des spectateurs. C’est un bestiaire des plus originaux que nous fait découvrir Paris l’été. Un bestiaire étrange et interactif. Anaïs Heluin Lycée Jacques Decour. Du 17 juillet au 3 août, du mercredi au samedi et le mardi 30 juillet de 17h à minuit. Concert et tournoi de foot Arab Youth Philharmonic Orchestra L’Arab Youth Philharmonic Orchestra. Créé en 2006 par l’égyptien Fawzy El-Shamy, l’Arab Youth Philharmonic Orchestra rassemble de jeunes talents d’une dizaine de pays arabes, unis par l’amour de la musique et fortifiés par leur pratique commune. Leur venue à Paris célèbre le jeu collectif par les notes mais aussi… par les dribbles, passes et but ! S’ils font entendre sous la direction de Mathieu Braud un programme conjuguant des œuvres orchestrales, un concerto et une composition égyptienne, ils proposent aussi un tournoi de foot sur le parvis de l’Institut du Monde Arabe, transformé en terrain de foot à l’occasion de l’exposition « Foot et monde arabe  : la révolution du ballon rond ». Agnès Santi Institut du Monde Arabe. Le 17 juillet à 16h. Et aussi – Festen par Cyril Teste, qui allie avec talent théâtre et cinéma. – Faro Faro, chorégraphie explosive de l’ivoirien Massidi Adiatou. – Ramkoers, un concert qui invente ses instruments par la compagnie Bot. – Mnémosyne, performance de Josef Nadj. – Le Paradoxe de Georges, spectacle bluffant par le Camion-Théâtre de YannFrisch. – Confesse proposé par Sébastien Gindre. – La grande Folie, concert à 6 voix et 12 mains par San Salvador. – Phasmes, duo main à main par la compagnie Libertivore. – La Nuit des Morts-Vivants, ciné-concert par Frédéric Fleischer et Joachim Latarjet. – Le noyé le plus beau du monde, théâtre musical par Daniel Scalliet. Festival Paris l’été, du 12 juillet au 3 août 2019. Tél. 01 44 94 98 00. www.parislete.fr focus 17 la terrasse 278 juin-juillet 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :