La Terrasse n°275 avril 2019
La Terrasse n°275 avril 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°275 de avril 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : sorcellerie de la danse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
danse 24 la terrasse 275 avril 2019 Les Rencontres Essonne Danse 2019 est l’année Joanne Leighton. Une création, et un fourmillement de propositions, dont une présence centrale aux Rencontres Essonne Danse. Pour sa deuxième année en résidence au sein du collectif Essonne Danse, Joanne Leighton, auteure d’une nouvelle création, a mis les bouchées doubles. Au cœur de sa démarche, la relation aux autres – au public et aux danseurs –, est fondamentale. Après une ouverture du festival façon carte blanche, après son Corps exquis, directement issu du travail réalisé en 2012 Exquisite corpse, et après ses Songlines marchés et colorés, elle persiste et signe avec 9000 pas. Cette pièce, autant visuelle que chorégraphique, donne à la marche un motif lancinant tout en beauté et en rondeur. Même le sol, couvert de cristaux de sels, ne suffira pas à rendre le travail rugueux. Jusqu’à faire danser Camille Laurens Bercés par le fameux Drumming de SteveReich, les six danseurs éprouvent la circularité d’un déplacement tourbillonnant. La spirale, rondement menée, devient un motif géométrique de base pour la chorégraphie, Dans les écoles de l’Essonne/Chor. émilie Buestel ET Marie Doiret Ma Maîtresse ? Que se passe-t-il lorsqu’une danseuse prend la place de la maîtresse ? Réponse dans la classe avec le Collectif Sauf le dimanche. Ma Maîtresse ?, une parenthèse dans la vie d’un écolier. Sauf le dimanche émilie Buestel et Marie Doiret ont fait du « hors scène » la raison d’être de leur démarche chorégraphique  : leurs spectacles naissent dans la rue, sur la façade d’un immeuble, dans un appartement, une maison de retraite, un bar, une médiathèque… Avec Ma Maîtresse ?, tout est dit dans le titre, et c’est bel et bien en classe que la représentation a lieu. Une représentation qui ne dit d’ailleurs pas son nom, puisque les enfants accueillent l’événement de façon impromptue, sans s’y attendre. Dans cette posture, ils font la connaissance d’un étrange personnage qui pourtant reprend tous les codes d’une journée ordinaire à l’école, tout en les détournant de D. R. Les spirales de Joanne Leighton, artiste associée aux Rencontres Essonne Danse. qui se transforme en un rituel des temps modernes. Le travail sur les costumes, qui évoluent tout au long de la pièce, rajoute à l’émotion de ce cérémonial tout aussi rigoureux que touchant. Après cela, on reste curieux de voir comment la chorégraphe s’est inscrite dans le travail de commande du festival Concordan(s)e qui lui a fait rencontrer l’écrivaine Camille Laurens pour un duo inédit. Réponse en toute fin de festival à Etampes. Nathalie Yokel Les Rencontres Essonne Danse, jusqu’au 16 avril 2019. Tél. 01 69 57 80 72. 9000 pas de Joanne Leighton  : le 5 avril 2019 à 20h30 à l’Espace Culturel Boris Vian, rue du Morvan, esplanade de la République, 91940 Les Ulis. Tél. 01 69 29 34 91. L&L de Joanne Leighton et Camille Laurens, le 13 avril à 14h30 à la bibliothèque intercommunale Diane de Poitiers d’étampes. façon mystérieuse et loufoque. Les espaces sont réinvestis et transformés par les surgissements surréalistes de la danseuse, qui questionne en filigrane la figure de l’autorité au sein même de l’institution, et le rapport adulte-enfant. Nathalie Yokel Dans les écoles de l’Essonne, avec l’Agora scène nationale, place de l’Agora, 91000 Evry. Du 8 au 12 avril 2019. Tél. 01 60 91 65 65. MC93/Chor. Jan Lauwers Jan Lauwers Le metteur en scène et chorégraphe belge a les honneurs de la MC93 qui fait le lien entre deux œuvres puissantes de l’artiste  : La Chambre d’Isabella et Guerre et térébenthine. L’histoire d’un peintre dans la Grande Guerre par Jan Lauwers. « Guerre et térébenthine est à Stefan ce que La Chambre d’Isabella est à moi », dit Jan Joanne Leighton Gwen Laroche Allegria de Kader Attou. Allegria Les Gémeaux – Scène nationale de Sceaux/Chor. Kader Attou Portée par huit danseurs et la pure énergie de la danse, Allegria, du chorégraphe Kader Attou, souffle un vent d’optimisme. Une pièce inventive et époustouflante, pour un hymne à la joie chorégraphique. Allegria raconte tout en légèreté la gravité du monde. Kader Attou est parti chercher la poésie là où elle se trouve, à commencer par le corps des danseurs et leurs mouvements en pleins et déliés qui inscrivent dans l’espace la joie de danser. Partis d’un minuscule geste du quotidien, ils s’envolent vers le pays des rêves où règnent d’étranges chimères. De façon touchante et drôle, Kader Attou sème l’illusion, faisant appel à notre part d’enfance, cultivant l’absurde et l’impossible. Lauwers en parlant de deux chefs-d’œuvre. Le sien a été créé en 2004 sur la base de sa propre histoire familiale, dont le succès n’a jamais été démenti depuis. La MC 93 n’a pas hésité à le reprendre. Elle accueille aussi son adaptation du best-seller de son ami Stefan Hertmans, qui traverse la Première Guerre mondiale. Ce qui pouvait paraître comme un pari risqué s’appuie tant et si bien sur la présence de son incroyable muse et performeuse Viviane de Muynck que la pièce devient une œuvre totale. Elle se glisse dans la peau du narrateur, mais endosse aussi les rôles des personnage féminins pour dérouler le récit. Autour d’elle, les tableaux s’enchaînent dans des chorégraphies qui mêlent la violence à la beauté. Nathalie Yokel MC93, 9 boulevard Lénine, 93000 Bobigny. Guerre et Térébenthine, les 9 et 10 avril 2019 à 20h, La Chambre d’Isabella le 12 avril 2019 à 20h et le 13 à 18h. Tél. 01 41 60 72 72. Théâtre de l’Agora/Chor. Koen Augustijnen ET Rosalba Torres Guerrero (B) Créée l’an dernier, (B) marque l’affirmation de Koen Augustijnen et Rosalba Torres Guerrero de mener ensemble leur cheminement créatif, et donne naissance à leur compagnie Siamese. Un B majuscule pour dire boxe, et toute la grandeur de ce sport, surtout lorsqu’il Refaire le monde en le rêvant Inspiré du roman graphique, du singspiel enchanté et du cinéma, il campe avec ses huit interprètes une humanité dansante dans un monde diaphane, baigné par la seule magie des éclairages. Avec l’humour un peu nostalgique qui le caractérise, Kader Attou signe une danse de son temps où le hasard rencontre une figure burlesque ou un mouvement imprévu. Plutôt surréaliste, n’hésitant pas, parfois, à faire danser quelque objet, la chorégraphie se teinte d’une narrativité agissant par petites touches sensibles. Puisant dans son langage hip hop une nouvelle écriture, virtuose, teintée parfois de tendresse ou de mélancolie, Kader Attou, transcende - ou transdanse - la vie de chaque jour. Une manière de refaire le monde en éloignant les noirceurs qui nous menacent à travers une série de tableaux, tout en clarté et contrastes. Agnès Izrine Les Gémeaux/Scène Nationale, 49 av. Georges-Clemenceau, 92330 Sceaux. Du 12 au 14 avril. Ven. 12, sam. 13 à 20h45, dim. 14 à 17h. Durée  : 1h10. Tél. 01 46 61 36 67. également  : à la MAC de Créteil du 22 au 24 mai. Quand boxe et danse font bon ménage. est transfiguré par la danse. Ce n’est pas la première fois que la danse contemporaine entame un dialogue avec la boxe. Et nombre d’arts martiaux ont eux-mêmes beaucoup de similitudes avec une gestuelle chorégraphiée. Les deux pratiques exercent l’une envers l’autre une fascination que Koen Augustijnen et Rosalba Torres Guerrero transforment en synergie en s’appuyant sur des personnalités issues de la danse contemporaine, du hip hop, et sur des boxeurs professionnels, qui livrent ici une part de leur intimité. La vie est un combat sans fin, semblent-ils dire, entre énergie brute et poésie. Face à cet éloge de la pugnacité et de l’exigence, face à cette humanité chancelante qui se relève toujours, le spectateur a de quoi être K.O. Nathalie Yokel Théâtre de l’Agora, place de l’Agora, 91000 évry. Le 11 avril à 19h. Tél. 01 60 91 65 65. Justine Jugnet Danny Weillems
L’Epiphanographe Nadia Lauro Danse dans les nymphéas Musée de l’Orangerie/Ballet de Lorraine à chaque joyau son écrin. Et quand l’écrin s’élève au rang d’une œuvre d’art, la découverte est inestimable… Danser dans des musées ne relève plus aujourd’hui d’un acte exceptionnel. Mais il faut entrer dans l’Orangerie pour comprendre à quel point le lieu donne ici une dimension supplémentaire à la performance. C’est ici que reposent, au creux de salles circulaires, les fameuses Nymphéas Des danseurs comme sortis de la mécanique du Bauhaus, au Musée de l’Orangerie. de Claude Monet. D’emblée, on est saisi par le fonctionnement immersif de l’œuvre, dont les touches de couleurs impressionnent – dans tous les sens du terme. Elles invitent à flâner, circuler, et plongent le corps du visiteur dans un dialogue avec l’environnement. Monet entre Ballet et Bauhaus Depuis le début de la saison, Les Nymphéas deviennent également le lieu de programmation de performances dansées qui ont déjà vu se succéder entre autres Carolyn Carlson, Noé Soulier, François Chaignaud, Latifa Laâbissi et la Sorcière de Wigman. Witch noises Théâtre de Gennevilliers/Chor. Latifa Laâbissi Latifa Laâbissi poursuit son travail sur l’histoire et la mémoire, en reprenant ici sa recherche autour de la sorcière de Mary Wigman. En 2012, Latifa Laâbissi créait Ecran somnambule, un solo directement issu de la fameuse Danse de la sorcière de Mary Wigman. Elle y réinterprétait l’œuvre, ou plutôt un frag- ment récupéré du seul film existant montrant la chorégraphe dans cette danse qu’elle n’a jamais, par la suite, transmise à quiconque. Dominique Brun et Sylvain Prunenec… Tous ont questionné ce dialogue entre les œuvres d’hier et d’aujourd’hui, pour mieux fouiller la notion d’héritage et de patrimoine. Au tour du Ballet de Lorraine ce mois-ci de danser dans les Nymphéas. Fort d’une première expérience au Centre Pompidou-Metz autour de la figure de l’artiste Oskar Schlemmer, ils réinvitent avec L’Envers les fantômes du Ballet triadique et de son œuvre révolutionnaire dans une forme passionnante d’échange de modernité à modernité. Nathalie Yokel Musée de l’Orangerie, Jardin des Tuileries, place de la Concorde, 75001 Paris. Le 15 avril 2019 à 19h et 20h30. Tél. 01 44 77 80 07. Elle y jouait sur la durée, étirant le temps à l’extrême, faisant surgir un état de corps profondément habité, voire possédé. « Comme j’aimais entrer dans la fièvre de cet univers ! », disait Mary Wigman à propos de son interprétation du solo. Les notions de transe, de fièvre, d’hystérie ont en effet été des axes importants de la recherche de Latifa Laâbissi pour cette pièce. Une sorcière à réactiver Aujourd’hui, elle fait resurgir ce corps en réactivant la question de la mémoire et de l’histoire. Il est intéressant de voir à quel point notre regard sur la figure de la sorcière a encore évolué aujourd’hui. L’ensorceleuse, dangereuse femme de pouvoir, a toujours représenté un danger. Mais ne contient-elle pas en elle une puissance émancipatrice ? Avec le Théâtre de Gennevilliers, Latifa Laâbissi présente sa performance tout en menant un travail avec les élèves du conservatoire Edgar Varèse pour mieux s’interroger sur les suites contemporaines de cette danse. Nathalie Yokel Théâtre de Gennevilliers, 41 av. des Grésillons, 92230 Gennevilliers. Le 13 avril 2019 à 19h. Tél. 01 41 32 26 26. Les rendez-vous chorégraphiques de Sceaux Allegria Direction artistique & chorégraphie Kader Attou/CCN de La Rochelle Du vendredi 12 au dimanche 14 avril Soirée partagée Les Gémeaux/Sceaux/Scène nationale et la Cie Art Move Concept, compagnie en résidence aux Gémeaux/Sceaux/Scène nationale Sowe/À l’intérieur de chez moi/Costard Vendredi 10 mai à 20h45 Dance Ballet de l’Opéra national de Lyon Chorégraphie Lucinda Childs Musique Philip Glass Du vendredi 17 au dimanche 19 mai Une autre passion Ballet du Grand Théâtre de Genève Chorégraphie Pontus Lidberg Directeur général  : Tobias Richter Directeur du Ballet  : Philippe Cohen Du vendredi 24 au dimanche 26 mai Tél. 01 46 61 36 67 Adaptation graphique Naïs Kinet/Atelier Michel Bouvet. Photographie Jaime Roque de la Cruz danse 25 la terrasse 275 avril 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :