La Terrasse n°274 mars 2019
La Terrasse n°274 mars 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°274 de mars 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 18,8 Mo

  • Dans ce numéro : visages de la danse 2019.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
classique/opéra 46 la terrasse 274 mars 2019 29 e Concours International des Grands Amateurs de Piano 96 candidats du monde entier Demi-finale vendredi 22 Mars 2019 à 19h00 Mairie du XVIe - Paris Finale SAMEDI 23 MARS 2019 à 17h00 Grand Amphi de la Sorbonne 45 rue des Écoles, 75005 Paris Réservation - Renseignements FNAC ou  : Concours des Grands Amateurs 23, rue Raynouard - 75016 Paris (joindre une enveloppe timbrée) Information au 01 47 55 45 20 Tarif  : 25 euros pour la finale 13 euros pour la demi-finale www.pianoamateurs.com gerard@pianoamateurs.com Jakob Lenz opéra de Wolfgang Rihm, vidéo Nieto les vendredis 15, 22, 29 mars 2o19 athenee-theatre.com o1 53 o5 19 19 classique/opéra Fête des belles orgues PHILHARMONIE DE PARIS/WEEK-END ORGUES Le grand invité du weekend du 23 mars n’est pas un interprète mais un instrument  : l’orgue. Mais quel est son visage ? De Bach à Poulenc, Olivier Latry et Iveta Apkalna, interprètes de référence, laisseront sans doute la palme de l’originalité à deux nouveaux venus  : Cameron Carpenter et Ondrej Adámek. À l’heure des premiers balbutiements du printemps, une orgie de claviers et de tuyaux sera de mise un peu partout à la Cité de la Musique. Avec une demi-douzaine d’événements, les organisateurs ont tablé sur la qualité plus que sur la quantité, tant pour le choix des instrumentistes que des programmes. Alors qu’en 1842, Berlioz déclarait l’orgue et l’orchestre incompatibles, prétextant que « leurs missions ne sont pas les mêmes, leurs intérêts trop vastes et trop divers pour être confondus », ce week-end réfute l’auteur de la Symphonie fantastique en introduisant l’instrument au cœur de plusieurs manifestations avec orchestre  : confrontation directe dans le concerto de Poulenc, avec l’organiste lettone Iveta Apkalna et la mythique phalange de la Radiodiffusion Bavaroise (BRSO) ; fusion plus intime avec la masse orchestrale dans Richard Strauss avec Mathias Lecomte et les musiciens de Pasdeloup. Bach et plus encore Avec le programme « Bach + », Olivier Latry accomplit un grand retour au maître allemand en lui dédiant un récital complet, entre arrangements, transcriptions et hommages, dans lequel il faut voir la somme de sa réflexion sur celui qui, au fil des ans, façonne chaque jour davantage sa vie d’interprète. Un disque les projections Dracula musique Pierre Henry d’après Richard Wagner 17 mars 2o19 La Métamorphose opéra de Michaël Levinas 24 mars 2o19 15 › 3o mars 2o19 soirée mystique Harvey, Suarez, Nieto, Wagner 23 mars 2o19 le Grand Gala des 10 ans du Balcon soirée des enfants Grisey, Riley 3o mars 2o19 intitulé « Bach to the future » sortira au même moment chez La Dolce Volta. Mais la visite la plus remarquée risque cependant d’être celle de Cameron Carpenter, Paganini déjanté de la tribune, et de son « International Touring Organ » numérique. On gage que le jeune musicien saura par une spectaculaire chorégraphie de mains et de pieds démultiplier les plans sonores des Variations Goldberg, que l’oreille sera mise en alerte par des dosages inédits, de subtils détournements de sonorités. La présence enfin de trois partitions nouvelles d’Édith Canat de Chizy, Ondrej Adámek et Raphaël Cendo, chacune d’un style bien distinct, prouve la vivacité de la création pour orgue. Lors de ce concert, les grandes orgues tendront la main à des cousins Cameron Carpenter, détonnant organiste. plus modestes mais non moins intéressants  : l’orgue à bouche de Wu Wei, l’extravagante Airmachine d’Ondrej Adámek, et le chœur d’orgue, composé d’enfants soufflant dans des tuyaux répartis dans la salle, une initiative signée Raphaël Cendo. Julien Hanck Philharmonie de Paris- Grande salle Pierre Boulez, 221 av. Jean-Jaurès, 75019 Paris. Les 23 et 24 mars  : Mathias Lecomte et l’Orchestre Pasdeloup le 23/03 à 15h ; Cameron Carpenter le 23/03 à 16h30 ; Iveta Apkalna et Jansons/BRSO le 23/03 à 20h30 ; Hampus Lindwall et l’Ensemble 2E2M le 24/03 à 15h ; Olivier Latry le 24/03 à 18h. Tél. 01 44 84 44 84. Le Printemps du violon CENTRE RUSSE/FESTIVAL Quatrième édition de ce festival annuel qui, au-delà du grand répertoire, explore toutes les facettes de l’instrument. Cette année, gros plan sur le compositeur et violoniste virtuose George Enesco (1881-1955). Imaginé par Anton Martynov et Michaël Guttman, deux violonistes nourris – mais pas seulement – de l’école russe de violon, ce jeune festival regarde évidemment vers l’Est. Installé dès l’origine dans le 7 e arrondissement, il prend désormais ses quartiers dans le tout nouvel auditorium du Centre russe, à l’ombre des bulbes de la cathédrale orthodoxe de la Sainte-Trinité, mais également au Temple de Pentemont, à la Maison de l’Amérique latine ou dans la magnifique « Salle byzantine » de l’Ambassade de Roumanie. C’est là que seront donnés, le samedi 23 mars, deux concerts célébrant la musique de George Enesco dans le cadre de la saison France-Roumanie. On entendra successivement, à 11h et 20h, les Impressions d’enfance du compositeur (également violoniste, pianiste et chef d’orchestre), interprétées par George Tudorache (violon solo de l’Orchestre philharmonique royal de Liège) et Sarah Nemtanu (qui occupe le même poste à l’Orchestre national de France). Accompagnée au piano par Saida Zulfugarova, cette remarquable musicienne a conçu son programme comme un dialogue des cultures, avec les Danses roumaines de Bartók, la Sonate de Ravel (mais aussi celle du compositeur azéri Gara Garayev, composée en 1960) ainsi qu’une création de François Nicolas (né en 1947). Le goût de la surprise L’éclectisme – et même le goût de la surprise – se retrouvent de programme en programme. Le concert d’ouverture, qui célèbre le 334 e anniversaire de Bach, le marie à Vivaldi (concertos avec Anna Fusek, virtuose de la flûte baroque, également violoniste), mais aussi aux propres œuvres d’Anton Martynov (un Concerto baroque, Ba-Rock pour orchestre à cordes et une transcription de Jimi Hendrix). Le trio Soledad (bandonéon, piano et violon) propose dans la même veine un florilège à la Maison de l’Amérique latine (le 25 mars) avec des pièces originales ou arrangées de Franck, Le violoniste Philippe Graffin, invité du festival Le Printemps du violon. Debussy, Ravel ou Prokofiev, en regard de pépites rock (Jeff Buckley, Supertramp) ou tango (Piazzolla). Familier du festival, le violoniste Philippe Graffin crée (le 22 mars) une sonate retrouvée d’Ysaÿe (qui vient s’ajouter aux six célèbres pièces de son opus 27, graal virtuose des violonistes) et retrouve des partenaires de musique de chambre – tels l’altiste Lyda Chen Argerich, la pianiste Claire Désert, le violoncelliste Manfred Stilz – dans des pages d’Enesco, Dohnanyi, Brahms ou Ligeti. Un autre archet « multicolore », celui de Gilles Apap, revisitera Vivaldi et d’autres dans un programme intitulé « Quatre saisons et demie » (le 30 mars) servi par un instrumentarium étonnant (violon, accordéon, contrebasse, cymbalum). Enfin, le festival s’achèvera le 31 mars avec la remise du Prix Ivry Gitlis, en présence du virtuose humaniste qui lui donne son nom  : un concert-surprise, comme il se doit. Jean-Guillaume Lebrun Centre russe, 1 quai Branly, 75007 Paris (et autres lieux du 7 e arrondissement). Du 21 au 31 mars. Tél. 01 43 54 40 42. D. R. Heiko Laschitzki
D. R. HôTEL DES INVALIDES/INSTRUMENTS à VENTS Festival Vents d’hiver Une programmation dédiée à tous les instruments à vents, qui s’ouvre même cette année à la voix. Le clarinettiste Paul Meyer, invité du Festival Vents d’hiver. Huit concerts sont à l’affiche de ce festival, qui fleurit chaque année avec un avant-goût de printemps dans la riche programmation des Invalides mettant à l’honneur les instruments à vents. Une famille où les interprètes hexagonaux excellent depuis des décennies. Trois joutes instrumentales entre musiciens français et coréens, deux cartes blanches, un duo, un trio et un quatuor sont à l’affiche. Impossible de détailler ici les huit programmes mais on retiendra volontiers la carte blanche à Paul Meyer, l’un de nos grands clarinettistes, soliste et chef en compagnie de l’Orchestre de la Garde républicaine (le 14 mars à 20h à la Cathédrale Saint-Louis), le Quatuor Rayuela composé de quatre jeunes femmes saxophonistes dans un programme de transcriptions partagé entre Mendelssohn et Grieg (le 15 à 12h15), la carte blanche aux frères Enhco avec David à la trompette et Thomas au piano (voir rubrique jazz, le 31 à 20h), le magnifique trio clarinette-violoncelle-piano que forment Pascal Moraguès, Gary Hoffman et Claire Désert, dans un programme « Jusqu’à l’incandescence » composé d’œuvres de Beethoven, Brahms et Frühling (le 25 à 20h), et enfin un florilège de madrigaux et motets de Monteverdi, défendu par l’Ensemble Il Festino et les voix parfaites de la soprano Claire Lefilliâtre et la mezzo Dagmar Sašková (le 28 à 20h). Jean Lukas Musée de l’Armée – Les Invalides, Hôtel National des Invalides, 129, rue de Grenelle, 75007 Paris. Du 4 mars au 28 mars. Tél. 01 44 42 54 66. PHILHARMONIE DE PARIS/SYMPHONIQUE Enrique Mazzola et l’Orchestre national d’Île-de-France Les trois derniers concerts d’Enrique Mazzola au poste de directeur musical de l’ONDIF. Le chef d’orchestre franco-italien (il a obtenu la citoyenneté française il y a un an) va quitter à la fin de cette saison son poste à la tête de la formation francilienne, après sept saisons et une passionnante collaboration. Son énergie et son sens aigu et naturel de la communication avec ses auditeurs auront permis à l’ONDIF d’installer une relation intense avec le public. Un autre chef prendra sa succession à partir de septembre 2019  : le jeune américain Case Scaglione en tant que directeur musical et chef principal. Mais pour l’heure, éric Garault D. R. Enrique Mazzola conclut sept saisons passées à la tête de l’Orchestre national d’Île-de-France. Enrique Mazzola a encore quelques beaux programmes à défendre à Paris et en Ile-de- France  : une soirée autour de la soprano Julie Fuchs dans Rossini et Donizetti, deux de ses chouchous (le 7 mars à la Cité de la Musique), la Cinquième Symphonie de Mahler (le 15 mars à la Philharmonie) et enfin, le 22 mai, toujours à la Philharmonie, pour ses adieux dans des œuvres réunies sous le titre « Dolce Vita »  : Prélude symphonique de Puccini, Rhapsodie sur un thème de Paganini de Rachmaninov (avec le pianiste Alexander Gavrylyuk en soliste, Les Fontaines de Rome (1916) et Les Pins de Rome (1924), deux magnifiques poèmes symphoniques d’Ottorino Respighi. Jean Lukas Philharmonie de Paris, 221 av. Jean-Jaurès, 75019 Paris. Jeudi 7 mars à 20h30, vendredi 15 à 20h30, et mercredi 22 mai à 20h30. Tél. 01 44 84 44 84. FONDATION LOUIS VUITTON/PIANO Eric Lu Un jeune pianiste américain à découvrir dans un programme de poids. Un jeune américain à Paris  : Eric Lu joue Mozart, Brahms et Chopin à la Fondation Vuitton. Agé d’à peine 20 ans, Eric Lu remportait le prix convoité du Concours de Leeds en septembre 2018, succédant ainsi à une liste impressionnante d’impétrants  : Rafael Orozco, Radu Lupu, Murray Perahia, Michel Dalberto, Artur Pizarro, Sunwook Kim. Et l’on ne dit rien des deuxièmes et troisièmes prix  : Vladimir Krainev, Viktoria Postnikova, Mitsuko Uchida, Georges Pludermacher, Andras Schiff, Severin von Eckardstein ou encore Pascal Devoyon. Cet élève de Dang Thai Son joue avec une franchise, un classicisme et une présence qui emportent l’adhésion et rappellent que l’âge n’entretient que des relations distantes avec la maturité. À la Fondation Vuitton il a choisi le Rondo en la mineur de Mozart, les Klavierstücke op. 118 de Brahms et la Sonate « funèbre » de Chopin... Comme un grand. Alain Lompech Fondation Louis Vuitton, 8 av. du Mahatma- Gandhi, 75116 Paris. Vendredi 8 mars à 20h30. Tél. 01 40 69 96 00. Places  : 25 € . Partenariats, contactez-nous/01 53 02 06 60 ou la.terrasse@wanadoo.fr DANSE JEUDI 14 MARS CENTRE D’ART ET DE CULTURE BATAILLE 93.03 C IE RÉGIS OBADIA OPÉRA/JEUNE PUBLIC SAMEDI 23 MARS ESPACE CULTUREL ROBERT-DOISNEAU L’ÉBLOUI ARS NOVA ET LE CARROSSE D’OR 01 49 66 68 90/01 41 14 65 50 billetterie.cac@mairie-meudon.fr billetterie.meudon.fr Locations  : fnac.com 0 892 68 36 22 (0,34 € euros/min)/Carrefour SAISON CULTURELLE 2018–2019 THÉÂTRE JEUDI 28 MARS CENTRE D’ART ET DE CULTURE ON NE VOYAIT QUE LE BONHEUR GRÉGOIRE DELACOURT MISE EN SCÈNE  : GRÉGORI BAQUET classique/opéra 47 la terrasse 274 mars 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 1La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 2-3La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 4-5La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 6-7La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 8-9La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 10-11La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 12-13La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 14-15La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 16-17La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 18-19La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 20-21La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 22-23La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 24-25La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 26-27La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 28-29La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 30-31La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 32-33La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 34-35La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 36-37La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 38-39La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 40-41La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 42-43La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 44-45La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 46-47La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 48-49La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 50-51La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 52-53La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 54-55La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 56-57La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 58-59La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 60-61La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 62-63La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 64-65La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 66-67La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 68-69La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 70-71La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 72-73La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 74-75La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 76-77La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 78-79La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 80-81La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 82-83La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 84-85La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 86-87La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 88