La Terrasse n°274 mars 2019
La Terrasse n°274 mars 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°274 de mars 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 18,8 Mo

  • Dans ce numéro : visages de la danse 2019.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
théâtre 38 la terrasse 274 mars 2019 Comédie De l’Est Carte blanche à Émilie Capliez et Matthieu Cruciani 05.03. — 09.03. Rapport sur moi D’après Grégoire Bouillier Mise en scène  : Matthieu Cruciani 06.03. & 09.03. Little Nemo - Ouverture Inspiré de la bande dessinée de Winsor McCay Mise en scène  : Émilie Capliez 09.03. The Party ! Baladez-vous le long de ce samedi, entre « Little Nemo », « Rapport sur moi », une lecture, un concert de Françoiz Breut, mais surtout découvrez l’univers de deux artistes, directeurs de la Comédie De l’Est. Comédie De l’Est — Colmar Réservations  : 03 89 24 31 78 www.comedie-est.com 21 MARS > 14 AVR. Cartoucherie 75012 Paris T. 01 43 28 36 36 www.la-tempete.fr Les Safra’numériques région/amiens, Le Safran/Festival Dirigée depuis 2015 par Ikbal Ben Khalfallah, la scène conventionnée Le Safran participe de la transformation des quartiers Nord d’Amiens. Dédiés aux arts numériques et aux nouvelles technologies, les « Safra’numériques » (19-23 mars 2019) en sont l’un des temps forts. Avec ses 4 500 mètres carrés répartis dans une structure circulaire sur deux étages, le Safran est un terrain de jeu idéal pour un festival d’arts numériques et de nouvelles technologies. Labyrinthique, riche d’une salle de spectacles, d’une salle d’expositions et de nombreux autres espaces, il est propice à l’accueil d’installations, d’œuvres en tous genres aussi bien que de pièces de danse et de théâtre. L’an dernier, le lieu a accueilli lors des Safra’numériques pas moins 12 000 personnes. Parmi lesquelles une majorité d’habitants du quartier Nord, désigné prioritaire par la politique de la ville mais en pleine mutation, mais aussi des personnes venues d’ailleurs. Une mixité importante pour le directeur du lieu, Ikbal ben Khalfallah, qui pour la quatrième année a concocté avec son administrateur de production Didier Gus Ringalle un riche programme composé d’une quarantaine de propositions artistiques éclectiques, pour la plupart gratuites. Voyages au cœur du Safran Visualiser des ondes sonores (Bloom de Tristan Menez), découvrir plusieurs futurs possibles (Chiromancie, N2U), dialoguer avec un oracle (Discursive immanence, Vincent Ciciliato), dessiner avec les yeux (Anima, Elhem Younes)… Voici quelques-unes des très diverses expériences qu’offre cette année l’équipe du Safran, mobilisée tout entière pour l’occasion. Des artistes comme les chorégraphe Olé Khamchanla (Attraction), les danseurs de hip hop Aziz El Youssoufi et Sofiane Chala (Robotisé) ou encore le musicien Camille Rocailleux (Muances), prouvent eux aussi l’étendue des possibilités offertes en Critique Muances. matière d’art par les nouvelles technologies. Rendez-vous désormais incontournable de la Région des Hauts-de-France, les Safra’numériques croisent réalité augmentée, art génératif et art interactif pour le plaisir de tous. Anaïs Heluin Les Safra’numériques, Le Safran, scène conventionnée, 3 rue Georges-Guynemer, 80080 Amiens. Du 19 au 23 mars 2019. Tél. 03 22 69 66 06. www.amiens.fr/safran. https://www.facebook.com/ccLeSafran Je m’appelle Ismaël T2G – Théâtre de Gennevilliers/Écriture et mes Lazare La violence du monde, chez Lazare, s’exprime toujours dans un foisonnement de poésie, de musique et de mots. Construit autour d’une figure de poète incompris, Je m’appelle Ismaël peine hélas à rendre partageable ses élans. La colère de Lazare, son amertume envers un présent qui ne vaut selon lui pas mieux que l’Histoire, avait jusque-là toujours eu une cible précise. Un moment autour duquel se cristalliser. Une date, une époque où s’appuyer pour se déployer ensuite en des chemins multiples. Au carrefour de plusieurs disciplines. Dans Au pied du mur sans porte (2010) c’était la crise des banlieues. La guerre d’Algérie dans Rabah Robert – Touche ailleurs que là où tu es né (2012), et enfin les attentats parisiens de 2015 dans Sombre rivière (2017). Dans Je m’appelle Ismaël, le point d’ancrage de la réflexion sur la brutalité du monde est plus flou. Incarné par Lazare lui-même – au cœur du film qui ouvre le spectacle et le ponctue, mais absent du plateau –, le personnage éponyme de la pièce évolue dans le Paris et le Bagneux de l’après-atten- La Terrasse, premier média arts vivants en France YSTERIA texte et mise en scène Gérard Watkins D. R.
Jean-Louis Fernandez Pascal Victor/ArtcomPress La Double Inconstance Théâtre 14/DE Marivaux/MES Philippe Calvario Après Le Jeu de l’amour et du hasard en 2009, Philippe Calvario revient aujourd’hui au théâtre de Marivaux avec La Double Inconstance. Une nouvelle occasion d’explorer un thème cher au comédien et metteur en scène  : celui du désir. La Double Inconstance, dans une mise en scène de Philippe Calvario. Ils s’aimaient d’un amour qu’ils croyaient éternel. Absolu. Un amour d’enfants, en quelque sorte – sentiment issu de cœurs purs, d’êtres qui n’ont pas encore été contaminés par les doutes et les compromissions du monde. Le couple que forment Sylvia et Arlequin va pourtant devoir faire face aux manigances d’un prince qui, lui aussi, est tombé sous le charme de la jeune villageoise. Un prince qui n’a nulle intention de laisser à un autre celle sur laquelle il a jeté son dévolu. Il met alors en branle une double machination visant à mettre les deux amoureux sur la voie de l’inconstance. Un jeu de massacre amoureux Pour mettre en scène ce jeu de massacre amoureux, Philippe Calvario (qui incarne également, en alternance avec Roger Contebardo, le rôle de Trivelin) a plongé l’œuvre de Marivaux dans l’univers d’un conte. Un conte Je m’appelle Ismaël. tats, quelque part entre 2015 et aujourd’hui. Réalisateur autodidacte, sans budget, Ismaël est une sorte de clown. Un poète errant qui rappelle le personnage principal de Sombre rivière. Avec son projet de film de science-fiction complètement fantasque, il est le révélateur des injustices de l’époque. D’une méfiance généralisée qui est sans doute pour beaucoup dans sa disparition mystérieuse, suivie dans la pièce par le passage du cinéma au théâtre. Un poète dans la ville Comme toutes les pièces de Lazare, Je m’appelle Ismaël est traversée par des lignes de faille multiples. Par des identités qui se cherchent. À la frontière entre la réalité des artistes qui tentent de comprendre la personnalité et le message laissé par Ismaël et le scénario foutraque imaginé par celui-ci, la scène est un lieu de rencontres improbables. Un faux Christ (Thibault Lacroix, nouveau venu auprès de Lazare), par exemple, côtoie des hommes cérébralement modifiés par un certain Alain Melon, psychiatre qui cherche à vider l’être humain de toutes ses passions. Lesquels fraient aussi avec des extraterrestres chassés sombre qui imagine « l’action de la pièce resserrée en une nuit de tous les possibles, une sorte de nuit de la Saint-Jean où les esprits seraient de sortie et où les pactes d’amour s’envoleraient avec les feuilles des arbres ». Le directeur de la Compagnie Saudade rapproche sa vision de la Double Inconstance des pastorales de Shakespeare, mais aussi des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos. Il propose un théâtre de troubles et des paradoxes qui traversent les corps et les âmes. Manuel Piolat Soleymat Théâtre 14, 20 av. Marc-Sangnier, 75014 Paris. Du 5 mars au 20 avril 2019. Le mardi, le vendredi et le samedi à 20h30 ; le mercredi et le jeudi à 19h ; matinée le samedi à 16h. Relâche le dimanche et le lundi. Tél. 01 45 45 49 77. www.theatre14.fr de leur planète « Somax » et parqués en périphérie urbaine. Interprétée par une troupe faite d’anciens complices de Lazare – Marion Faure, Olivier Leite du groupe La Rue Kétanou ou encore Anne Baudoux – et de nouveaux venus comme Thibault Lacroix et la violoncelliste Odile Heimburger, cette drôle de société est un incroyable laboratoire de formes et de récits alambiqués. Tous prometteurs à leur naissance, ces derniers se mêlent hélas assez vite au point de perdre leurs contours. Le soir de la première au Théâtre National de Strasbourg, les trois heures de représentation ont fini par en avoir raison. Anaïs Heluin Théâtre de Gennevilliers, 41 av. des Grésillons, 92230 Gennevilliers. Du 21 mars au 1er avril 2019, lundi, jeudi et vendredi à 20h, samedi à 18h, dimanche à 16h. Tél. 01 41 32 26 26. www.theatre2gennevilliers.com Également le 3 mai au Liberté, Scène nationale de Toulon, du 4 au 8 juin au Théâtre de la Ville – Paris… Vu le 27 février 2019 au Théâtre National de Strasbourg. 19 MARS – 14 AVRIL, 18H30 DIMANCHE, 18H30 — RELÂCHE LES LUNDIS, LE 24 MARS ET LE 9 AVRIL LE FILS TEXTE MARINE BACHELOT NGUYEN IDÉE ORIGINALE, MISE EN SCÈNE ET SCÉNOGRAPHIE DAVID GAUCHARD AVEC EMMANUELLE HIRON Au nom de la mère, du fils et de l’intégrisme. Saisissant. GÉRALD ROSSI – L’HUMANITÉ Portée par un texte percutant, la pièce ausculte les mécanismes du glissement vers la radicalisation religieuse d’une femme, pharmacienne de province subtilement incarnée par Emmanuelle Hiron, que ses nouvelles convictions vont peu à peu éloigner de ses propres enfants. EMMANUELLE BOUCHEZ – TÉLÉRAMA Emmanuelle Hiron, superbe de tension intérieure, réalise une performance de première grandeur. JEAN PIERRE HAN – THÉÂTRE(S) Le texte est incroyable ! Il donne véritablement de quoi affûter ses armes pour le combat. Et c’est porté par une comédienne merveilleuse. CHARLOTTE LIPINSKA – FRANCE INTER/LE MASQUE ET LA PLUME Emmanuelle Hiron excelle à rendre l’inquiétante banalité de son personnage. Elle passe de la gravité à l’humour sans changer de ton ou presque. La carrière, l’éducation des enfants, sa relation conjugale… Le glissement du Fils est d’autant plus troublant qu’il loge dans les mots et les habits de tous les jours. ANAÏS HELUIN – POLITIS Une écriture nécessaire, éclairante et brillante. STÉPHANE CAPRON – SCENEWEB.FR RÉSERVATIONS 01 44 95 98 21 WWW.THEATREDURONDPOINT.FR théâtre 39 la terrasse 274 mars 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 1La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 2-3La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 4-5La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 6-7La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 8-9La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 10-11La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 12-13La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 14-15La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 16-17La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 18-19La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 20-21La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 22-23La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 24-25La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 26-27La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 28-29La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 30-31La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 32-33La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 34-35La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 36-37La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 38-39La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 40-41La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 42-43La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 44-45La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 46-47La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 48-49La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 50-51La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 52-53La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 54-55La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 56-57La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 58-59La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 60-61La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 62-63La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 64-65La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 66-67La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 68-69La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 70-71La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 72-73La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 74-75La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 76-77La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 78-79La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 80-81La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 82-83La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 84-85La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 86-87La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 88