La Terrasse n°274 mars 2019
La Terrasse n°274 mars 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°274 de mars 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 18,8 Mo

  • Dans ce numéro : visages de la danse 2019.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
théâtre 34 la terrasse 274 mars 2019 LPS18-19-encart-laterrasse-mars19.indd 1 15/02/2019 15:00 TnBA ET Théâtre de la Tempête/texte et mes Gérard Watkins Ysteria Trouble de la matrice, possession diabolique ou maladie de la réminiscence, l’hystérie demeure un mystère… Gérard Watkins en fait la matière d’inspiration d’une interrogation sur l’histoire du sexisme. Gérard Watkins, auteur et metteur en scène d’Ysteria. Dans l’esprit de recherche et d’écriture qui a donné naissance à son précédent spectacle, Scènes de violences conjugales, Gérard Watkins propose une étude qui puise dans la matière théâtrale de l’hystérie, passant en revue ses conceptions passées et auscultant ses formes actuelles. « Cette affection – réputée féminine – fait énigme et a, de tout temps, constitué un défi au savoir – traditionnellement masculin – qu’il soit religieux, juridique ou médical. Mais qu’entend-on par ce terme ? » Sans symptôme typique, l’hystérie est, selon le mot d’André Breton, un « moyen suprême d’expression » qui engage le corps tout entier dans la représentation, à l’instar de l’art théâtral. Gérard Watkins imagine « une sorte d’installation médicale », qui rappelle les leçons du mardi où Charcot essayait de comprendre ce mal mystérieux. A mi-chemin entre thriller et conférence, les comédiens composent un florilège de la domination masculine à travers les âges. Catherine Robert TNBA – Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, place Renaudel, 33000 Bordeaux. Du 7 au 16 mars 2019. Mardi à vendredi à 20h et samedi à 19h. Tél. 05 56 33 36 80. Théâtre de la Tempête, Cartoucherie, route du Champ-de-Manœuvre, 75012 Paris. Du 21 mars au 14 avril. Du mardi au samedi à 20h30 ; le dimanche à 16h30. Tél. 01 43 28 36 36. Théâtre des Quartiers d’Ivry/DE Jean Racine/MES Gaëtan Vassart Bérénice Après Anna Karénine et Mademoiselle Julie, Gaëtan Vassart signe le dernier volet de sa trilogie sur « les grandes héroïnes en quête d’émancipation et de liberté » avec Bérénice de Racine. Les comédiennes et comédiens de Bérénice, présentée au Théâtre des Quartiers d’Ivry. La règle de Rome est implacable. Un empereur romain ne peut s’unir à une femme étrangère. Ainsi, à la mort de son père, Titus doit D. R. D. R. choisir entre l’amour qu’il porte à Bérénice, la reine de Palestine, et son désir d’accéder au pouvoir. Bérénice perd ainsi l’homme qu’elle aime… « Cette pièce me paraît d’une actualité brûlante, confie Gaëtan Vassart. Comment accomplir nos rêves d’épanouissement personnel dans une société où le travail régit notre vie, où la réussite sociale nous impose ses lois, nous oblige sans cesse à un sprint au bord du précipice ? Comment pouvons-nous encore donner du pouvoir à nos rêves ? » Aux côtés de Stéphane Brel, Valérie Dréville (dans le rôle-titre), Sabrina Kouroughli, Anthony Paliotti et Maroussia Pourpoint, le comédien et metteur en scène souhaite ici éclairer la dimension politique de l’œuvre de Racine. Et ainsi rendre hommage, à travers son héroïne malheureuse, à toutes les femmes oppressées du monde. Manuel Piolat Soleymat Théâtre des Quartiers d’Ivry, Manufacture des Œillets, 1 place Pierre-Gosnat, 94200 Ivry-sur-Seine. Du 14 au 24 mars 2019. Les lundis, mercredis et vendredis à 20h, les jeudis à 19h, les samedis à 18h, les dimanches à 16h. Durée de la représentation  : 1h50. Tél. 01 43 90 11 11. www.theatre-quartiers-ivry.com Le TARMAC/DE Gustave Akakpo, d’après Shakespeare/MES Paola Secret Macbeth, titre provisoire Adeptes du décentrage, de l’impertinence et du mélange des genres, les membres des Moutons Noirs mêlent leur talent à ceux de Shakespeare et Gustave Akakpo pour une mise en abyme de Macbeth. La compagnie Les Moutons Noirs s’emparent de la pièce écossaise revisitée par Gustave Akakpo. Le théâtre, amateur de superstitions autant que de merveilles, charrie nombre de rumeurs. Parmi celles-là, la malédiction de la « pièce écossaise »  : la nommer porte malheur et provoque les forces maléfiques qui guident les protagonistes monstrueux de cette tragédie sanglante. Revisitant Shakespeare et les histoires épouvantables de Duncan, Banquo et les époux Macbeth, les Moutons Noirs ont demandé à Gustave Akakpo « une écriture crue, sans détour, une poésie sanglante et fiévreuse » pour interroger « la violence très contemporaine, somme toute, très humaine et très universelle » de la pièce. Une troupe de théâtre s’apprête à monter Macbeth et sollicite un mystérieux mécène pour mener à bien leur projet. Mais celui-ci exige de jouer le rôle-titre. Entre les comédiens, se joue alors le même drame que sur la lande, la cupidité et la soif du pouvoir conduisant inexorablement au crime et à la folie… Catherine Robert Le TARMAC, La scène internationale francophone, 159 av. Gambetta, 75020 Paris. Du 27 au 29 mars 2019 à 20h. Tél. 01 43 64 80 80. Olivia Casajus/Editions Austréales
Adam Fitzgerald Anaïs Nin, une de ses vies Athénée Théâtre Louis-Jouvet/texte et mes Wendy Beckett Wendy Beckett reprend, avec des comédiens français, sa création autour de la figure et de l’œuvre d’Anaïs Nin, pour un hommage ardent à cette artiste inclassable que la vie ordinaire n’intéressait pas… Tout aimer, puisque seuls les esprits rabougris pensent que la privation est un choix ; tout tenter, puisque rien ni personne ne peut légitimement l’empêcher ; tout vivre et surtout faire table rase des conventions et des contraintes. Avec comme seul guide la liberté, dans les mœurs autant que dans la création, dans le langage autant que dans le ton, Anaïs Nin délace les corsets culturels de son temps avec une jubilation libertaire. L’histoire écrite par Wendy Beckett se déroule dans le Paris des années 1930, alors que « de nombreux artistes étrangers convergent vers la capitale française pour échapper au carcan de la morale trop restrictive de leur propre pays ». Feu de tout bois Anaïs rencontre Henry Miller, dont elle tombe passionnément amoureuse, en même temps Wendy Beckett et ses compagnons de création en répétition. qu’elle succombe aux charmes de June, la femme d’Henry. « Alors qu’Anaïs travaille avec son thérapeute pour tenter de comprendre les rouages de ce trio amoureux qui mêle le sexe et l’amour à l’art, son père, jusque-là absent de sa vie, apparaît soudain, troublant davantage encore des frontières mal définies. » Au cœur du tourbillon des affects, surgit la question de la création et du travail, triomphateur des passions qu’il transcende quand il s’en nourrit pour faire une œuvre… Catherine Robert Athénée Théâtre Louis-Jouvet, square de l’Opéra-Louis-Jouvet, 7 rue Boudreau, 75009 Paris. Du 13 au 30 mars 2019. Le mardi à 19h ; du mercredi au samedi à 20h ; dimanche à 15h. Tél. 01 53 05 19 19. THÉÂTRE BERNARD-MARIE KOLTÈS NOUVELLE PRODUCTION DE L’OPÉRA-THÉÂTRE DE METZ MÉTROPOLE DANS LE CADRE DE LA 4 E BIENNALE ANNIVERSAIRE BERNARD-MARIE KOLTÈS MISE EN SCÈNE PAUL-ÉMILE FOURNY AVEC HUGO BECKER DANS LE RÔLE DE ZUCCO D. R. Alix Riemer dans Susan. Susan Théâtre-Studio/d’après les journaux de Susan Sontag/conception et mes Alix Riemer Alix Riemer a conçu une adaptation scénique des journaux de Susan Sontag qu’elle interprète en compagnie de Quentin Vigier  : un spectacle au cœur de la vie et un voyage à travers l’intimité du plateau. Critique littéraire, cinéaste, essayiste et militante, Susan Sontag est aussi l’auteur de journaux intimes, qu’elle commença de rédiger quand elle avait quinze ans et dans lesquels elle se livra pendant trente ans. Alix Riemer s’empare de ce matériau textuel et explore l’intime de cette femme qui « écrit sur l’amour, le sexe, la littérature, le mariage, la famille, la musique (et) marque ses peurs, ses ambitions, ses révélations, dresse des listes des films à voir, des livres à lire et des musiques à écouter ». Entre œuvre et vie Le fils de Susan Sontag, qui a publié ces journaux, dit qu’ils oscillent entre « la douleur et l’ambition » et Alix Riemer a décidé d’explorer « le processus de vie d’un être qui veut devenir exceptionnel ». L’espace scénique se partage entre le lieu du déploiement privé de la diariste et le lieu public, éclairé et lumineux, où est reprise une interview accordée en 1978 par Susan Sontag au magazine Rolling Stone. Le spectateur change de rôle au fur et à mesure du spectacle  : confident et témoin invisible dans la première partie, il se transforme en complice fervent des engagements et des prises de positions publiques dans la seconde. L’ensemble vise à interroger le processus de création et les rapports entre l’œuvre et la vie. Catherine Robert Théâtre-Studio, 16, rue Marcelin-Berthelot, 94140 Alfortville. Du 13 au 30 mars 2019. Du mercredi au samedi à 20h30. Tél. 01 43 76 86 56. Réservations 03 87 15 60 60 opera.metzmetropole.fr OperaTheatreMetzMetropole OperaMetz 3 4 5 6 AVRIL 2019 OT_PUB_ROBERTO_ZUCO_TERRASSE_248X187.indd 1 08/02/2019 10:42 CRÉATION GRAPHIQUE  : CHRISTOPHE FERRY/DIRECTION DE LA COMMUNICATION/METZ MÉTROPOLE. LICENCE D’ENTREPRENEUR DE SPECTACLES DE 1 ER, 2 E ET 3 E CATÉGORIES/1-1078078/2-1078079/3-1078080. théâtre 35 la terrasse 274 mars 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 1La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 2-3La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 4-5La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 6-7La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 8-9La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 10-11La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 12-13La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 14-15La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 16-17La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 18-19La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 20-21La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 22-23La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 24-25La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 26-27La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 28-29La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 30-31La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 32-33La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 34-35La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 36-37La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 38-39La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 40-41La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 42-43La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 44-45La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 46-47La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 48-49La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 50-51La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 52-53La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 54-55La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 56-57La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 58-59La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 60-61La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 62-63La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 64-65La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 66-67La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 68-69La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 70-71La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 72-73La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 74-75La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 76-77La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 78-79La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 80-81La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 82-83La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 84-85La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 86-87La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 88