La Terrasse n°274 mars 2019
La Terrasse n°274 mars 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°274 de mars 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 18,8 Mo

  • Dans ce numéro : visages de la danse 2019.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
la terrasse 274 mars 2019 hors-série danse XXII Concordan(s)e 2019 Le Carreau du Temple/Festival Le festival Concordan(s)e, qui convie chorégraphes et écrivains à créer ensemble, revient au Carreau du Temple. Depuis maintenant douze ans, le festival Concordan(s)e invite à la rencontre entre danse et littérature. Il convie en effet des couples de chorégraphes et écrivains, qui au préalable ne se connaissent pas, à se retrouver pour échanger, mêler mots et mouvements et créer ensemble un spectacle, forme courte et légère d’une trentaine de minutes. Le Carreau du Temple s’en fait l’écho pour la quatrième année consécutive en programmant lors d’une soirée deux de ses dernières créations. Rencontres danse et littérature YvannAlexandre, chorégraphe nantais à l’écriture élégante et incisive, et Sylvain Patthieu, historien et romancier, s’associent d’abord pour En armes. Ces armes sont les mots, la danse, qu’il s’agit de brandir pour lutter contre la tristesse, l’abandon, les divers malheurs de l’existence, pour inventer un ailleurs où retrouver celles et ceux que l’on a aimés. Le danseur Franck Ragueneau les accompagne dans cette quête. Puis Pascale Houbin, chorégraphe friande de collaborations artistiques et adepte de gestes manuels dont elle réalise d’enthousiasmants portraits filmés, et la romancière Carole Martinez, lauréate du Goncourt des lycées pour Du domaine des murmures, s’emparent du plateau. Avec Entre nos mains, Don Quijote de Goyo Montero. Région/Grimaldi Forum à Monaco/Chor. Jean-Christophe Maillot, Goyo Montero Les Ballets de Monte-Carlo  : soirée Maillot/Montero Jean-Christophe Maillot et Goyo Montero partagent l’affiche pour une soirée placée sous le signe de la création. LÀ POL PI 28, 29 & 30 MARS Danse ZOOMING IN ON LOSS ANN VAN DEN BROEK 4, 5 & 6 AVRIL + 5 POP CONF’+ 1 INSTALLATION SONORE En armes d’YvannAlexandre et Sylvain Patthieu. entre nos jambes elles explorent le désir et le plaisir féminin dans un dialogue dansé fait de confidences, qui prend sa source dans la préparation d’un lit de noces. Delphine Baffour Le Carreau du Temple, 4 rue Eugène-Spuller, 75003 Paris. Le 5 avril à 19h30. Tél. 01 83 81 93 30. Durée  : 1h. Printemps créatif pour Les Ballets de Monte Carlo. Après le succès d’Antonio Castrignanò, qui avait accompagné avec son orchestre venu des Pouilles le Core meu de Jean-Christophe Maillot lors de F(ê)aites de la danse, le chorégraphe a décidé de convier à nouveau le maître de la Tarentelle. Se mettant à l’écoute de la mélodie et du rythme créé par son nouveau complice, le Directeur des Ballets de Monte- Carlo propose un opus grand format, « création dionysiaque en clin d’œil à Maurice Béjart ». Lors de la même soirée, Goyo Montero, directeur et chorégraphe principal du Ballet de Nuremberg mais aussi collaborateur récurrent du Prix de Lausanne, qui fut un danseur d’exception passé par l’École du Ballet national de Cuba, sera lui aussi invité à proposer une création. C’est dans « sa capacité à fédérer un groupe de danseurs en lui insufflant une énergie peu commune à travers son langage poétique et personnel » que l’on trouve les raisons de sa venue à Monaco. Delphine Baffour Grimaldi Forum, 10 av. Princesse-Grâce, 98000 Monaco. Du 25 au 27 avril à 20h, le 28 avril à 16h. Tél. +377 99 99 20 00. Incubateur artistique et citoyen www.lapop.fr Péniche amarrée au 61 Quai de Seine, 75019 Paris Delphine Michel Jesús Vallinas mai Imagine Centre National de la Danse/projet singulier Imaginer un autre espace, un autre lieu pour la femme, où le corps et le soin à soi et aux autres prennent une juste dimension  : c’est le pari du projet Imagine, qui traverse sa deuxième saison. Automne 2017  : le Centre National de la Danse posait les bases d’un nouveau type de projet, à Pantin et dans différentes villes de Seine-Saint-Denis, intitulé Imagine. À l’attention de femmes d’âges et de milieux socio-culturels variés, cette démarche au long cours réunissait les participantes autour d’une chorégraphe pour une pratique de la danse doublée chaque jour de rencontres avec des intervenantes autour de la question du corps (philosophique, esthétique, politique…), du soin, ou de pratiques somatiques. Cette saison, la chorégraphe Nina Santes mène le projet à Pantin, le tandem Marcela Santander/Bettina Blanc Penther à Aubervilliers avec le Théâtre de la Commune, Liz Santoro avec la ville de Bondy, et Sandrine Lescourant à Tremblay-en-France avec le Théâtre Louis Aragon. Un projet hors des sentiers battus Danser, méditer, se toucher, se parler, lâcherprise, se masser, être à l’écoute, entrer dans une bossa nova en douceur… Et surtout Rencontres chorégraphiques internationales de Seine Saint-Denis Seine Saint-Denis/Festival Si les soirées du festival impressionnent par leur foisonnement, leur cohérence reflète tout l’art de la programmation. Les Rencontres Chorégraphiques de Seine- Saint-Denis sont toujours aussi dynamiques. Cette édition 2019 ne déroge pas à la règle en alignant sept créations et huit premières en France pour un total de 23 chorégraphes et 26 spectacles dans 13 lieux différents. On y retrouve les chorégraphes les plus doués du moment, et on y découvre des artistes quasi inconnus à l’intérieur de nos frontières. Comme toujours, les Rencontres sont le fruit des déplacements d’Anita Mathieu, sa directrice et infatigable voyageuse. Parmi ses invités les plus attendus, citons Radhouane El Meddeb, Jan Martens (Belgique/Pays-Bas), Daniel Linehan (états-Unis/Belgique), Virgilio Théâtre Paul éluard/Chor. Hélène Blackburn Les contes d’Hélène Blackburn Deux occasions de découvrir en famille le travail de la chorégraphe québécoise Hélène Blackburn, grande figure de la danse mais aussi grande pédagogue. Au sein de sa compagnie Cas Public, Hélène Blackburn compte plus de quinze créations, parmi lesquelles beaucoup de projets destinés au jeune public. Avec les deux pièces proposées par le Théâtre Paul éluard de Bezons, c’est en famille que l’on se rendra au spectacle de danse, avec en toile de fond deux contes pour le moins populaires  : Cendrillon et Le Petit Chaperon Rouge. Ce dernier donne lieu à des Suites curieuses où l’univers enfantin des jouets laisse place à la danse et au langage des signes pour un chassé-croisé entre la danseuse et l’animal. L’histoire de Cendrillon prend forme quant à elle dans une danse à la force virtuose, où Sieni (Italie), ainsi que les créations de François Chaignaud pour Carte Blanche, compagnie nationale de Norvège, et de l’américaine Eleanor Bauer pour le célèbre Ballet Cullberg de Suède. Enfin, les recréations de Chiquenaudes (1982) et de Romances en Stuc (1985), pièces majeures de Daniel Larrieu, font partie des événements de cette année 2019. Corps mémoire, mouvements performants Parmi les jeunes pousses, on distingue la présence de Pierre Pontvianne, dont la dernière pièce, Mass, s’est fait remarquer à Lyon et Paris. Une toute nouvelle génération de jeunes choré- Not quite midnight, une variation autour de Cendrillon d’Hélène Blackburn. la jeune souillon sur pointes laisse éclater sa puissance et sa beauté. Un spectacle comme un ballet, entre ombres et lumières, ciselé au millimètre dans un entre-deux où l’on attend que minuit sonne. Not quite midnight, dit-elle cependant, soit l’heure où tout est encore possible… Nathalie Yokel Théâtre Paul éluard, 162 rue Maurice- Berteaux, 95870 Bezons. Not quite midnight, le 10 mai 2019 à 20h30. Suites curieuses, le 15 mai 2019 à 17h30. Tél. 01 34 10 20 20. Damian Siqueiros
Marc Domage Helge Hansen prendre le temps. Imagine porte la rare possibilité d’offrir un espace protégé et bienveillant tout à fait singulier pour ces femmes, un espace où le dialogue, la pratique et la réflexion sur des débats sociétaux s’entremêlent. Imagine expérimente également une collaboration nouvelle et constructive entre les artistes et entre les structures culturelles, offrant aux chorégraphes et aux porteuses graphes belges monte au créneau, ainsi que des artistes venus du Brésil, de Taïwan, d’Iran et de Québec. Les thèmes prioritaires qui semblent traverser cette édition restent la représentation des corps dans l’histoire de la danse et le culte du mouvement jusqu’au-boutiste. On les retrouve aussi bien chez Jacques Poulin-Denis et sa Running Piece sur tapis roulant, que chez David Wampach et sa création au titre évocateur de Bérézina, dans Lostmovements de Jan Martens et Marc Vanrunxt, ou dans Softcore – a hardcore encounter de Lisa Vereertbrugghen, une création haletante à 200 bpm, ou encore dans The Swan and the Pimp d’Hillel Kogan avec Théâtre de la Ville au Théâtre des Champs-élysées/PAR Sankaï Juku/Création mondiale Sankaï Juku événément ! La si singulière et si universelle compagnie Sankaï Juku présente à Paris sa nouvelle création. Né à Yokosuka le 31 décembre 1949, Ushio Amagatsu a déjà raconté son enfance dans l’immédiat après-guerre et cette odeur de suie qui enveloppa ses plus jeunes années, retombée des cendres d’Hiroshima. D’où peut-être la naissance de son intérêt pour le butô, cette nouvelle danse engendrée au cœur de ces mêmes ténèbres. Avec ses corps nus, entièrement poudrés de blanc, ses éclairages qui racontent l’aube et le crépuscule, le passage des saisons ou le fond des mers, et sa gestuelle expressive, il invente une danse butô très personnelle. De pièce en pièce, il trace des gestes où prennent place les racines de sa danse, de ses sensations, de son imaginaire créatif. Sa compagnie Sankaï Juku, qui signifie « atelier de la montagne et de la mer », est une troupe exclusivement masculine. Evoluant en indolentes métamorphoses, tout en lenteurs qui D. R. du projet sur les territoires l’opportunité de l’invention et de l’échange, hors de tout dispositif formel. Nathalie Yokel Centre National de la Danse, 1 rue Victor- Hugo, 93500 Pantin. Restitution finale les 6 et 7 mai 2019. Tél. 01 41 83 27 27. Souflette de François Chaignaud, création pour la compagnie norvégienne Carte Blanche. sa vision du danseur « fort et virtuose » avec le Cygne. Le corps dans tous ses états envahit l’espace de représentation chez Liz Santoro et Pierre Godard comme dans Body of Work de Linehan ou If you could see me now d’Arno Schuitemaker. Bref, apprêtez-vous à vivre des moments de danse vertigineux, et surtout des rencontres surprenantes aux Rencontres ! Agnès Izrine Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis, du 17 mai au 22 juin 2019. Tél. 01 55 82 08 01. Ushio Amagatsu. retiennent le temps et déploient tout l’univers, toute création des Sankaï Juku est un événement esthétique singulier. Imprégnées de la force et de la beauté de la nature, ces créations sont éblouissantes, gageons que celle-ci ne détonnera pas. Agnès Izrine Théâtre des Champs-élysées, 15 av. Montaigne, 75008 Paris. Dans le cadre de la saison du Théâtre de la Ville Hors les murs. Du 29 avril au 4 mai à 20h00. Relâche le 1er mai. Tél. 01 49 52 50 50. Partenariats, contactez-nous/01 53 02 06 60 ou la.terrasse@wanadoo.fr Centre chorégraphique national de Bourgogne Franche-Comté à Belfort VIADANSE Direction Fattoumi/Lamoureux UN RÉPERTOIRE AU FÉMININ BNETT WASLA Re-création du solo Wasla-ce qui rélie à l’occasion de ses 20 ans pour 4 interprètes du Ballet de l’Opéra de Tunis 14 mars, Festival On marche - Marrakech 18 avril, Transversales, Festival des arts Mélangés de Méditerranée, Théâtre Jean Vilar - Vitry sur Seine MANTA Dans le cadre de ses 10 ans, reprise du solo emblématique de Héla Fattoumi 18 avril, Transversales, Festival des arts mélangés de Méditerranée, Théâtre Jean Vilar - Vitry sur Seine VIADANSE - CCNBFC À BELFORT - 3 AVENUE DE L’ESPÉRANCE, 90000 BELFORT + 33 (0)3 84 58 44 88 - contact@viadanse.com - www.viadanse.com - www.facebook.com/viadanse VIADANSE est subventionné par le Ministère de la Culture - DRAC Bourgogne Franche-Comté, le Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté, le Département du Territoire de Belfort, le Grand Belfort, Pays de Montbéliard Agglomération et l’Institut français. Licences d’entrepreneur du spectacle  : n°1-1084939 - n°2-1084940 - n°3-1084941 Laurent Philippe, BNETT WASLA hors-série danse XXIII la terrasse 274 mars 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 1La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 2-3La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 4-5La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 6-7La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 8-9La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 10-11La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 12-13La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 14-15La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 16-17La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 18-19La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 20-21La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 22-23La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 24-25La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 26-27La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 28-29La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 30-31La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 32-33La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 34-35La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 36-37La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 38-39La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 40-41La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 42-43La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 44-45La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 46-47La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 48-49La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 50-51La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 52-53La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 54-55La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 56-57La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 58-59La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 60-61La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 62-63La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 64-65La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 66-67La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 68-69La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 70-71La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 72-73La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 74-75La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 76-77La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 78-79La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 80-81La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 82-83La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 84-85La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 86-87La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 88