La Terrasse n°274 mars 2019
La Terrasse n°274 mars 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°274 de mars 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 18,8 Mo

  • Dans ce numéro : visages de la danse 2019.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
hors-série danse VI la terrasse 274 mars 2019 ENTREZ DANS LA DANSE PERFORMANCE PARTICIPATIVE IMAGINÉE PAR JOSÉ MONTALVO AVEC L’ORCHESTRE NATIONAL D’ILE-DE-FRANCE SAMEDI 18 MAI AU DOMAINE DE GROSBOIS Soyez l’un des 200 ambassadeurs de l’événement ! 4 ateliers de préparation à la Maison des Arts de Créteil Danses contemporaine hip-hop afro-antillais (aucun niveau requis) le plaisir XXL ! INFOS entrezdansladanse@maccreteil.com encart_laterrasse_danse.indd 1 10/02/2019 18:39 Photo Patrick Berger  : « Bal de Babelle » mai 2018 danseuse chorégraphe  : Natacha Balet Théâtre 71/Chor. Léo Lérus Entropie Figure montante de la scène guadeloupéenne, Léo Lérus réserve la primeur de sa pièce Entropie au théâtre 71. Passé par le prestigieux Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, le guadeloupéen Léo Lérus a fait ses armes de danseur chez Wayne McGregor, Ohad Naharin ou Sharon Eyal. Chorégraphe depuis 2010, il a installé sa compagnie, Zimarel, à Pointe-à-Pitre. C’est là, et plus exactement à L’Artchipel, qu’il devait il y a un peu plus d’un an effectuer une résidence d’un mois pour poursuivre des recherches entamées en 2017 sur sa prochaine création. Las, le cyclone Maria en décidait autrement et provoqua d’importantes infiltrations d’eau dans les bâtiments de la Scène nationale. C’est ainsi que, grâce au Théâtre 71, il était finalement relogé à La Fabrique des Arts de Malakoff et qu’il réserve aujourd’hui la primeur de sa création, Entropie, à cette ville métropolitaine. Théâtre Jacques-Carat Cachan/Chor. Joanne Leighton/Biennale de danse du Val-de-Marne Corps Exquis Créé en ouverture de la Biennale de Danse du Val de Marne, Corps Exquis transforme une première version proposée en 2012. Surréaliste et audacieux ! Le cadavre exquis est à l’origine un jeu inventé par les Surréalistes. Outre que le résultat est généralement hilarant, l’approche théorique rattache le cadavre exquis à une automatisation de l’écriture, afin notamment de désacraliser la figure de l’auteur démiurge, et d’attribuer l’acte créatif à une dynamique collective. En 2012, la chorégraphe Joanne Leighton s’était saisie de ce procédé pour créer Exquisite Corpse, associant la phrase de 57 de ses pairs à la sienne. Seule contrainte  : les dernières dix secondes de chaque séquence devaient être transmises au chorégraphe suivant qui en faisait son point de départ. Les intervenants avaient rivalisé d’invention pour transmettre Entropie de Léo Lérus. Traditions guadeloupéennes et nouvelles technologies Dans ce nouvel opus, il poursuit son travail directement inspiré de son île natale, du gwoka (musiques et chants percussifs représentatifs de la culture guadeloupéenne), et de célébrations festives telles que le Lewoz, qui date de l’époque de l’esclavage et est aujourd’hui partagé par tous. À ces vivantes traditions, il mêle, à l’aide de l’artiste sonore Gilbert Nouno qui développe de nouvelles technologies interactives, la pointe de la modernité. En effet, danseurs et danseuses sont munis sur scène de capteurs qui permettent d’agir en temps réel sur la musique, les lumières. « Rythme et amplitude des mouvements, contacts et déséquilibres des corps… Tout est capté pour participer au groove, sans effet démonstratif, avec ce qu’il faut de modernité pour faire perdurer le corps musical de la Caraïbe. » Delphine Baffour Théâtre 71 Scène nationale de Malakoff, 3 place du 11 novembre, 92240 Malakoff. Le 12 mars à 20h30, le 13 mars à 19h30. Tél. 01 55 48 91 00. Durée  : 1h. Également le 20 mars au CCNT, Tours ; le 22 mars à la Scène nationale de l’Essonne Agora - Desnos, Ris-Orangis. leur phrase  : vidéo, images, textes, consignes, ou, bien sûr, transmission directe dans le studio. Aujourd’hui, il s’agit de reprendre cette partition hétéroclite de 58 minutes écrite par 58 chorégraphes pour la transformer, à la manière d’un palimpseste, pour trois interprètes. Cette nouvelle version, intitulée Corps Exquis, revoit également toute sa scénographie pour devenir matière vivante, pâte chorégraphique, visuelle et plastique, avec patchworks sonores aussi bien que visuels, pour dessiner et matérialiser ce défi surréaliste fait d’interruptions, d’incohérences, d’absurdité et d’ironie. Agnès Izrine Théâtre Jacques Carat, 21 av. Louis-Georgeon, 94230 Cachan. Le 21 mars à 20h30. Tél. 01 45 47 72 41. Durée  : 58 mn. À 19h00 et 19h30 visite guidée de l’exposition Traces exquises. L’installation fait découvrir au public les documents envoyés par les chorégraphes en réponse à la proposition de Joanne Leighton (imprimés, vidéo, son, instructions, partitions…). Dans le cadre de la Biennale de Danse du Val-de-Marne. également le 23 mars salle Lino Ventura à Athis-Mons, dans le cadre des Rencontres Essonne Danse Corps Exquis de Joanne Leighton. Partenariats, contactez-nous/01 53 02 06 60 ou la.terrasse@wanadoo.fr Ndoho Ange Patrick Berger
Peter Greig Hari Adivarekar Week-end Ouverture Centre national de la danse Le CND ouvre une programmation de printemps qui fait de Xavier Leroy son invité d’honneur et convie son futur voisin, le Centre national des arts plastiques. Temporary Title de Xavier Leroy. Comme chaque année, le CND lance sa collection de printemps avec un week-end festif accueillant tous les publics pour des performances, expositions et ateliers. Xavier Leroy, qui sera à l’honneur cette saison avec un portrait intitulé This is not a concept et dessiné en neuf pièces emblématiques, y présente Temporary Title. Spécialement conçue pour les espaces d’expositions, cette performance exceptionnelle réunit dix-huit danseurs qui, nus, composent et décomposent des paysages vivants six heures durant. Le public est libre de se mouvoir parmi eux comme il le souhaite et d’entamer ou d’achever l’expérience quand bon lui semble. Performances et ateliers hors normes Le Centre national des arts plastiques s’installera à Pantin en 2020. Ce week-end Ouverture est également l’occasion pour le CND d’inaugurer l’invitation faite à son futur voisin pour Mandeep Raikhy. Portrait l’exposition Trois fois rien qui réunit une quinzaine d’artistes et deux performances données en continu. Emilie Pitoiset, qui travaille sur les marathons de danse nés aux Etats Unis durant la grande dépression, propose Where Did our Love Go ? Edit Dekyndt présente quant à elle One Thousand And One Nights, qui voit un faisceau de lumière épouser un carré de poussière, puis se déplacer sur son axe avant qu’un performeur ne les réaccorde. Bien sûr, les amateurs à partir de huit ans pourront aussi expérimenter lors de ces deux journées toutes les danses à travers une vingtaine d’ateliers lors des désormais célèbres danses partagées. Delphine Baffour Centre National de la Danse, 1 rue Victor- Hugo, 93507 Pantin. Les 16 et 17 mars. Tél. 01 41 83 98 98. www.cnd.fr Mandeep Raikhy Théâtre de la Ville - Espace Pierre Cardin Mandeep Raikhy, figure de la scène contemporaine en Inde, investit l’Espace Pierre Cardin avant de partir en tournée en France. Depuis une quinzaine d’années, une nouvelle scène émerge en Inde aux côtés de la danse traditionnelle. Des artistes questionnent les pratiques ancestrales auxquelles ils ont été formés, repoussent leurs limites, redessinent leurs contours. D’autres inventent de nouvelles formes de relations au public ou développent des performances engagées, interrogeant voire dénonçant leur environnement politique et social. Mandeep Raikhy est une des figures de proue de ce mouvement. Initié à la danse jazz à New Delhi, il parfait sa formation à Londres, étudiant notamment la danse théâtre, puis devient interprète et pédagogue pour la Shobana Jeyasingh Dance Company. De retour en Inde, il prend en 2009 la direction du Gati dance forum. Il y travaille à déployer, dans un pays qui manque cruellement d’infrastructures pour la danse indépendante, un environnement favorable et pérenne pour l’art chorégraphique contemporain, à travers des résidences, des festivals, des publications. Depuis 2017, il dirige également l’équipe de développement du programme de maîtrise en pratique de la danse, lancé à l’Université Ambedkar de Delhi, pionnier en Asie du Sud. émergence d’une scène engagée Mais Mandeep Raikhy est avant tout chorégraphe. Après notamment l’élégant Inhabited Geometry et male ant has straight antennae, qui explore le masculin à travers des jeux et stéréotypes, il crée Queen-size en 2016. Petite forme qui peut être jouée partout et vise ainsi à toucher un large public, au-delà des personnes qui fréquentent habituellement les théâtres en Inde, elle réunit deux hommes sur un lit traditionnel que surplombe un baldaquin de verres d’eau, au plus près du public qui l’entoure. En réponse à l’article 377 du Code pénal indien qui criminalise les relations homosexuelles, elle explore les rouages d’une rencontre entre deux amants, nous invitant à nous interroger sur ce qui est de l’ordre de l’intime. Delphine Baffour Théâtre de la Ville - Espace Pierre Cardin, 1 av. Gabriel, 75008 Paris. Du 28 au 30 mars. Tél. 01 42 74 22 77. également les 14 et 15 mars au Théâtre Sévelin, Lausanne, le 19 mars au Gymase, Roubaix, le 22 mars au Musée de l’immigration, Paris, le 4 avril à KLAP Maison pour la danse, Marseille. Festival du 13 mars au 21 avril 2019 Séquence Danse Paris 7 e édition avec Kaori Ito et Miraï Moriyama Emilio Calcagno Olivier Dubois Thibaud Le Maguer Mathieu Desseigne-Ravel Théo Mercier et Steven Michel le GdRA Josef Nadj AlessandroSciarroni Angelin Preljocaj Compagnie Black Sheep Christian et François Ben Aïm et Piers Faccini Alban Richard et Arnaud Rebotini Marco Da Silva Ferreira Clément Cogitore Shaymaa Shoukry Alexandre Fandard Smaïl Kanouté Willy Pierre-Joseph lieu infini d’art, de culture et d’innovation direction José-Manuel Gonçalvès 104.fr pub MOUVEMENT 91x273mm - 104 SDP.indd 1 13/02/2019 15:18:09 hors-série danse VII la terrasse 274 mars 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 1La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 2-3La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 4-5La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 6-7La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 8-9La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 10-11La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 12-13La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 14-15La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 16-17La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 18-19La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 20-21La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 22-23La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 24-25La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 26-27La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 28-29La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 30-31La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 32-33La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 34-35La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 36-37La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 38-39La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 40-41La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 42-43La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 44-45La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 46-47La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 48-49La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 50-51La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 52-53La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 54-55La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 56-57La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 58-59La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 60-61La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 62-63La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 64-65La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 66-67La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 68-69La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 70-71La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 72-73La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 74-75La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 76-77La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 78-79La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 80-81La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 82-83La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 84-85La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 86-87La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 88