La Terrasse n°274 mars 2019
La Terrasse n°274 mars 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°274 de mars 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 18,8 Mo

  • Dans ce numéro : visages de la danse 2019.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
théâtre 10 la terrasse 274 mars 2019 Jean Louis Fernandez réservation(s) 01 41 32 26 26 www.theatre2gennevilliers.com — T2G – Théâtre de Gennevilliers Centre dramatique national 41, avenue des Grésillons - 92230 Gennevilliers M 13 Station Gabriel Péri navettes gratuites retour vers Paris certains soirs www.theatre2gennevilliers.com/facebook/twitter/instagram  : @T2Gennevilliers 21 mars au 1er avril texte et mise en scène LAZARE ARTISTE ASSOCIÉ/CRÉATION Critique Amour et Psyché Reprise/Théâtre 71/d’après Molière/MES Omar Porras Omar Porras et son équipe revisitent le mythe d’Amour et Psyché, histoire d’amour entre une mortelle et un dieu. Une féerie grandiose, un drame familial, et un éblouissant hommage au théâtre  : un voyage à ne pas manquer au Théâtre 71 ! Depuis la nuit des temps, le cœur humain souffre ou se réjouit par amour. Et depuis la nuit des temps les hommes racontent encore et encore les péripéties inouïes de ce cœur si exigeant et capricieux ! Exemple fécond parmi ces récits, le mythe de Psyché et Cupidon, où le dieu de l’Amour s’éprend de la belle mortelle, suscita diverses interprétations et inspira depuis l’Antiquité une foule de poètes, peintres, sculpteurs, musiciens et librettistes d’opéra. Apulée au II e siècle après J.C., Fulgence le Mythographe, Giambattista Marino, PedroCalderon de la Barca, Jean de La Fontaine, et bien sûr l’illustre Molière, qui créa en janvier 1671 à la demande de Louis XIV Psyché, une spectaculaire et fastueuse tragédie-ballet aujourd’hui méconnue, conçue avec l’aide de Pierre Corneille et Philippe Quinault pour le texte, et Jean-Baptiste Lully pour la musique. Créée en 2017 au TKM Théâtre Kléber-Méleau, la mise en scène d’Omar Porras façonne un bijou d’invention, de fantaisie et de science Bells & spells Théâtre de l’Atelier/De Victoria Thierrée Chaplin/chor. Armando Santin La famille Thierrée-Chaplin continue son exploration originale de l’empire du pouvoir des objets avec un spectacle où la kleptomanie s’aventure entre rêve et fantasmagorie poétique. Victoria Chaplin, dont le génotype porte un petit chapeau rond et une drôle de moustache, a inventé, en compagnie de Jean-Baptiste Thierrée, un nouveau style de cirque, poétique et ludique. Leur fille Aurélia a fait ses débuts, enfant, avec eux, au sein du Cirque Imaginaire puis du Cirque Invisible. Artistes engagés dans le renouveau des arts de la piste, au début des années 70, Victoria Chaplin et Jean-Baptiste Thierrée ont entraîné leurs rejetons dans leur univers  : James Thierrée s’est depuis fait connaître à travers ses propres spectacles (citons les magnifiques Symphonie du hanneton et Veillée des abysses) et Aurélia a montré son sidérant talent dans les précédents spectacles imaginés par sa mère (L’Oratorio d’Aurélia et Murmures des murs). Bells & spells est leur troisième collaboration. Aurélia retrouve sur scène Jaime Martinez, le danseur qui s’éprenait follement des habits de la charmante arpenteuse de fantasmes dans leur premier opus. Objets inanimés, avez-vous donc une âme ? Comme les précédents, Bells & spells est un spectacle inattendu, déroutant, sensible et drôle qui invite les spectateurs à pénétrer en douce au pays des rêves lumineux et des métamorphoses polychromes. Aurélia Thierrée s’y glisse dans la peau d’une kleptomane un peu particulière, que les objets vampirisent en voulant s’emparer d’elle d’avantage qu’elle ne cherche à les voler. Avec humour et délicatesse, « Aurélia Thierrée nous ouvre les portes de son imaginaire teinté d’intranquillité et de poésie ». « Un porte-manteau se met à marcher. Des sièges et une table glissent, s’esquivent, pendant qu’un mur s’ouvre pour laisser surgir un couple de danseurs. Une robe est soudainement mue par une vie autonome… L’étrange rejoint ici le merveilleux. Toutes sortes de mirages font sourire et rêver. » Avec facétie et dans une ambiance imprégnée de folie Aurélia Thierrée dans Bells & spells. douce, « Aurélia Thierrée et Jaime Martinez nous guident vers des terres hallucinatoires », se jouant de tout ce qui les entourent. Naissent alors des panoramas irréels, des chimères émouvantes, des tableaux utopiques et « des contrées libertaires qui conjuguent humour surréaliste et sens du féérique ». Catherine Robert Théâtre de l’Atelier, 1 place Charles-Dullin, 75018 Paris. A partir du 7 mars 2019. Du mardi au samedi à 21h ; dimanche à 15h. Tél. 01 46 06 49 24. théâtrales. Imprégné de toutes les strates littéraires et exégétiques du mythe, de connaissances et pratiques de multiples horizons, il laisse voir avec malice la fabrique d’un art scénique remarquablement maîtrisé, partageant avec le public la jouissance et la magie de cet artisanat minutieux. Entre archétypes et personnages incarnés, entre histoire antique et échos contemporains, entre féerie grandiose et drame familial, entre lyrisme et dérision, la pièce réussit la prouesse d’équilibrer ses ingrédients avec une éblouissante maestria. Feu sacré et distance amusée De superbes tableaux activent ensemble le jeu, le mouvement, le son et l’image, avec humour et parfois une distance amusée. Tout cela grâce aux machinistes et spécialistes en effets spéciaux, au scénographe Freddy Porras, aux lumières de Mathias Roche, à la partition sonore d’Emmanuel Nappey aussi efficace que dans les meilleurs films à suspense, Richard Haughton
Christophe Dessaigne – Trevillion images Mario Del Curto Les Sorcières de Salem Théâtre de la Ville - Espace Cardin/d’Arthur Miller/MES Emmanuel Demarcy-Mota Dénoncer son semblable pour avoir la vie sauve, ou refuser de le dénoncer et mourir. Le choix est clair ! Plus clair encore est le combat contre l’obscurantisme, que continue Emmanuel Demarcy-Mota avec cette nouvelle création. Emmanuel Demarcy-Mota met en scène Les Sorcières de Salem. Créée en 1953 à Broadway, la pièce d’Arthur Miller est une pièce « d’urgence et de résistance », dit Emmanuel Demarcy-Mota qui, après Rhinocéros, L’Etat de siège et Le Faiseur, continue son « interrogation sur l’homme et le pouvoir, sur les fondements de l’humanité et de ses valeurs, sur le courage et la résistance, les ravages de la pensée unique et totalitaire, l’aveuglement des êtres face à certaines idées ». En 1692, à Salem, en Nouvelle-Angleterre, Elisabeth renvoie sa servante, Abigail, parce qu’elle est la maîtresse de son mari. Pour se venger, Abigail organise, au plus profond de la forêt, une séance nocturne de sorcellerie. Les jeunes filles sont surprises nues et en transe. Pour échapper aux sanctions, elles se prétendent victimes des sorcières et entraînent la ville dans leur délire. Résister à la séduction du mal Révélations mensongères, délations, faux aveux  : « la pièce nous rappelle tout ce qui, partout (fanatisme, persécutions, racisme, antisémitisme, xénophobie, misogynie, ordre moral) relève, aujourd’hui, d’une chasse aux aux costumes d’élise Vuitel, aux maquillages, perruques et masques de Véronique Soulier- Nguyen, et aux huit excellents comédiens. La splendide scène inaugurale avec son feu sacré et ses masques primitifs ancre l’intrigue dans un espace-temps archaïque et rituel, et ouvre l’imaginaire. L’épée du fantassin-narrateur bondissant devient brigadier de théâtre, consacrant la scène comme lieu d’écoute où se racontent des histoires. Celle-ci est étonnante. Jalouse de la beauté de Psyché qui séduit tous les cœurs, Vénus envoie son garçon Amour la punir. L’obéissant se rebelle, succombe lui aussi aux charmes de Psyché, et l’installe dans un palais somptueux. Dépitées et envieuses, les deux sœurs de Psyché, Aglaure (le jeune Jonathan Diggelmann) et Cidippe (remarquable Philippe Gouin, complice de longue date d’Omar Porras et interprète aussi du dieu Amour), forment un sorcières ! » Avec élodie Bouchez dans le rôle de celle par qui le scandale arrive, Emmanuel Demarcy-Mota interroge les affres de la trahison et du mensonge qui flétrissent ceux qui s’y laissent aller, par méchanceté ou par lâcheté, et finissent immanquablement par tuer ou laisser tuer. L’Amérique maccarthyste l’illustra, mais le risque guette ailleurs et toujours  : le fanatisme irrationnel, surtout quand il contrefait la vertu, a des alliés très sûrs et des collaborateurs zélés parmi les pleutres, les naïfs et les frustrés. « Ce que nous savons, c’est qu’en chacun de nous il y a prise aussi bien pour Dieu que pour le Diable », dit Arthur Miller. Emmanuel Demarcy- Mota continue de le rappeler à ses contemporains  : le ventre de la bête est toujours fécond et le chemin des égarements et des compromissions est facile à emprunter… Catherine Robert Théâtre de la Ville - Espace Cardin, 1 av. Gabriel, 75008 Paris. Du 26 mars au 19 avril 2019. Du mardi au samedi à 20h ; le dimanche à 16h. Tél. 01 42 74 22 77. Un conte ancestral magnifié par Omar Porras. savoureux duo d’onnagatas. Une mèche de cheveux qu’on triture, un orteil qui frétille, la voix qui déraille dans les graves  : toutes deux sont irrésistibles. Les comédiens Jeanne Pasquier (Psyché), Yves Adam, la jeune et prometteuse Maëlla Jan, KarlEberhard, Emmanuelle Ricci et Juliette Vernerey sont à l’unisson. Un merveilleux voyage à la gloire de l’amour qui touche les âmes  : n’est-ce pas de cette audace dont nous avons le plus besoin ? Agnès Santi Théâtre 71, 3 place du 11 Novembre, 92240 Malakoff. Du 9 au 18 avril, mardi et vendredi à 20h30, mercredi, jeudi et samedi à 19h30, dimanche à 16h, relâche lundi. Tél. 01 55 48 91 00. Durée  : 1h30. Spectacle vu lors de sa création au TKM Théâtre Kléber-Méleau. Miguel Bartolomeu monstro 14 > 17 MARS 2019 MISE EN PISTE DE ET AVEC COLLECTIF SOUS LE MANTEAU résa 01.72.59.40.30 academie-fratellini.com théâtre 11 la terrasse 274 mars 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 1La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 2-3La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 4-5La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 6-7La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 8-9La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 10-11La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 12-13La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 14-15La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 16-17La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 18-19La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 20-21La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 22-23La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 24-25La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 26-27La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 28-29La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 30-31La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 32-33La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 34-35La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 36-37La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 38-39La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 40-41La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 42-43La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 44-45La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 46-47La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 48-49La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 50-51La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 52-53La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 54-55La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 56-57La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 58-59La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 60-61La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 62-63La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 64-65La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 66-67La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 68-69La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 70-71La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 72-73La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 74-75La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 76-77La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 78-79La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 80-81La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 82-83La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 84-85La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 86-87La Terrasse numéro 274 mars 2019 Page 88