La Terrasse n°271 décembre 2018
La Terrasse n°271 décembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°271 de décembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : art des métamorphoses.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
classique/opéra 32 la terrasse 271 décembre 2018 THéâTRE DES CHAMPS-éLYSéES/PIANO Leif Ove Andsnes Le pianiste norvégien joue Schumann, Janacek, Bartok et Schumann. Leif Ove Andsnes a jeté son bonnet par-dessus le moulin ! Il le dit lui-même, avouant être passé de Sviatoslav Richter, de l’esthétique sévère pour ne pas dire janséniste qu’il suivait depuis son adolescence, à Vladimir Horowitz et à son piano ruisselant des couleurs de l’orchestre et de la vocalité de l’opéra. Le Norvégien était connu pour jouer – admirablement – d’une façon dont on dira qu’on aurait – quand même ! – aimé qu’elle soit plus sensible à la sonorité et à la ligne vocale. Ce soir, les masques du Carnaval, le lyrisme intime des Romances op. 28 de Schumannvoisinent avec les brouillards et les accents étreignants du Janacek du Sentier recouvert. Des œuvres qui, pas plus que les Burlesques op.8 de Bartok, ne sauraient être peintes en camaïeu de gris. Alain Lompech Théâtre des Champs-élysées, 15 av. Montaigne, 75008 Paris. Mardi 11 décembre à 20h. Tél. 01 49 52 50 50. Places  : 5 à 65 € . PETIT PALAIS/MUSIQUE DE CHAMBRE Trio Hélios Invité de la saison « Jeunes Talents » pour leur saison de concerts au Petit Palais, ce jeune et brillant trio interprète Beethoven et Brahms. Formé en 2014 au sein du CNSM de Paris, le Trio Hélios s’est rapidement installé dans le paysage de la musique de chambre en France et en Europe. La violoniste Camille Fonteneau, le violoncelliste Raphaël Jouan et le pianiste Alexis Gourmel abordent sans complexe le répertoire romantique allemand, qui est au cœur de leur travail (ils ont remporté le 2 e Prix du concours de musique de chambre de Lyon avec le Triple Concerto de Beethoven). Critique Flesh En tournée/voyage musical et visuel de musique contemporaine/Conception Franck Vigroux Créé dans le cadre du festival Aujourd’hui Musiques de l’Archipel à Perpignan, Flesh propose un voyage musical et visuel, immersif et captivant. Le festival Aujourd’hui Musiques fête cette année sa 27 e édition. Initialement porté par le Conservatoire Régional de Perpignan, il est maintenant entre les mains de l’Archipel, scène nationale sortie de terre il y a tout juste 7 ans sous la direction de Jean Nouvel. Jackie Surjus-Collet, programmatrice d’Aujourd’hui Musiques, souhaite depuis longtemps emmener le public vers des formes nouvelles, audacieuses, des expériences pluridisciplinaires qui proposent, pour reprendre ses mots, « des aventures » aux spectateurs. L’aventure avec Flesh prend la forme d’une traversée. Sensorielle et imaginaire à la fois. Son dispositif allie musique, vidéo, danse, arts numériques et performance pour créer un roadtrip visuel et sonore inspiré de J.G Ballard, écrivain américain dystopique à qui l’on doit notamment le fameux Crash, adapté pour le cinéma par David Cronenberg. Franck Vigroux, le concepteur du spectacle, est parti d’une expérience personnelle d’accident de la route et l’a croisée avec l’univers ballardien pour composer la musique – jouée en direct – d’une œuvre qu’il a ensuite retravaillée pour la marier avec le travail vidéo de Kurt d’Haeseleer. Deux danseuses, comme des apparitions pré ou post humaines, ont été dirigées par Myriam Gourfink, spécialiste d’une gestuelle lente, minimaliste, qui s’accorde très bien avec l’univers hypnotique de Flesh. Aventure sensorielle S’il inscrit du récit dans une forme avant tout plastique, le motif de l’accident n’est pas indispensable à la compréhension de l’odyssée Flesh. Des nappes électroniques épaisses aux longs crescendos accompagnent tout d’abord les visions éclatées d’un univers fantastique. Aux visions renversées d’un pont, succèdent, au milieu du vaste espace du plateau tapissé de blanc, des moteurs de voiture en suspension, qui semblent bouger, respirer, attendre leur proie, bêtes menaçantes à l’étrange beauté, technologiques et archaïques à la fois. Par flashs apparaît une figure animale aux allures totémiques. Les danseuses reviendront sur scène couvertes de vastes fourrures, entre vestes de bergers et peaux de yétis. La nature s’oppose à la mécanique. L’animal à l’humain. Des moteurs s’échappe un jet d’huile visqueuse qui tombe Le Trio Hélios en concert au Petit Palais. Ils interprètent ici le Trio en ut mineur op. 1 n°3 de Beethoven et l’ultime trio de Brahms, en ut mineur également, deux jalons essentiels dans l’histoire de la musique de chambre. Jean-Guillaume Lebrun Petit Palais, av. Winston-Churchill, 75008 Paris. Jeudi 13 décembre à 12h30. Tél. 01 40 20 09 20. THÉÂTRE DES CHAMPS-éLYSÉES/ORATORIO L’Enfance du Christ Emmanuel Krivine dirige l’oratorio de Berlioz à la tête d’une belle distribution vocale. Depuis sa nomination à la tête de l’Orchestre national de France, Emmanuel Krivine a mis l’accent sur quelques grandes pages du répertoire français. Cette saison le verra retrouver Berlioz à trois reprises  : en février pour La Damnation de Faust, en mai avec Harold en Italie et dès ce 14 décembre en mettant à l’affiche L’Enfance du Christ. Dans cette œuvre de la maturité, le romantisme flamboyant et la dramaturgie incandescente des opéras et des grandes pages sacrées (au premier rang desquelles le Requiem) laissent place à une musique apaisée qui puise dans des manières anciennes la matière à traiter avec douceur les épisodes bibliques de cette pastorale en trois parties (Berlioz l’intitule « Trilogie sacrée »). Emmanuel Krivine a réuni autour de l’Orchestre national de France un quatuor vocal de haute tenue  : D. R. Flesh, en tournée en France. tout droit par terre, s’évase en flaque épaisse, comme la bouse au pied des vaches. Au-delà d’une histoire, Flesh, spectacle sans paroles, invite donc à se laisser envelopper et à construire un sens ouvert. C’est aussi une aventure esthétique, celle des nouvelles sensations que rendent possibles les nouvelles technologies. Spectacle total où l’art numérique croise le primitif et le contemporain, Flesh porte tout du long l’interrogation sur la place de l’homme dans ce monde qui, malgré la technique, n’en finit pas de le dépasser. éric Demey Théâtre des Treize Arches à Brive la Gaillarde, le 22 janvier. Reims Scène d’Europe, le 29 janvier. Théâtre de Mende, le 7 février. Spectacle vu à l’Archipel à Perpignan. Durée  : 1h. Stéphanie d’Oustrac (Marie), Edwin Crossley- Mercer (Joseph), Nicolas Testé (Hérode) et Bernard Richter (le narrateur), ainsi que – rôle essentiel – le Chœur de Radio France. Jean-Guillaume Lebrun Théâtre des Champs-élysées, 15 av. Montaigne, 75008 Paris. Vendredi 14 décembre à 20h. Tél. 01 49 52 50 50. SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES/MUSIQUE MISE EN SCÈNE Zonzo Compagnie La compagnie belge s’installe au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines avec trois spectacles tout public où la musique – de Berio et Bach notamment – est mise en scène et en images. 3ach, l’un des trois spectacles de la Zonzo Compagnie à Saint-Quentin-en-Yvelines. Quand la compagnie Zonzo s’empare de l’œuvre d’un compositeur, c’est pour lui donner corps, pour le faire vivre hors du temps codifié, austère et convenu du concert. Pour évoquer Luciano Berio (1925-2003) et rendre accessible à tous sa musique merveilleusement inventive, Letizia Renzini met en avant le couple que le compositeur a formé avec l’extravagante – et remarquable – chanteuse Cathy Berberian. Un monde musical plein de fantaisie et d’humour est interprété par l’ensemble Revue Blanche (soprano, flûte, harpe et alto), dans une mise en scène faisant un large usage de la vidéo. Le spectacle suivant, intitulé 3ach, se veut une immersion dans la Dries Segers D. R. musique de Jean-Sébastien Bach, portée par les deux violonistes Cynthia Freivogel et Ruyko Reid dans une mise en scène abstraite et onirique de Wouter Van Looy. La dernière production de cette résidence de Zonzo à Saint-Quentin-en-Yvelines est signée Nathalie Teirlink. Slumberland est une plongée dans le monde du sommeil, portée par les mélodies composées par le multi-instrumentiste Fulco Ottervanger et la chanteuse An Pierlé. Les trois spectacles sont destinés à tous les publics, à partir de 6 ans. Jean-Guillaume Lebrun Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, place Georges-Pompidou, 78054 Saint- Quentin-en-Yvelines. Du 15 au 22 décembre. Tél. 01 30 96 99 00. SURESNES/CONCERT PARTICIPATIF Bach & Tea Time Un concert participatif où le public est invité à répéter puis chanter une cantate de Bach aux côtés de chanteurs et musiciens professionnels. Jérôme Pernoo dirige un concert participatif autour d’une cantate de Bach à Suresnes. La musique d’église est – on l’oublie parfois dans les salles de concert – une musique de ferveur, où l’auditoire – les fidèles – a toute sa place. Les cantates de Bach ne sont plus guère jouées à l’office mais davantage au concert. Ainsi sécularisées, elles n’ont cependant rien perdu de leur puissance d’attraction. Pour ce concert un peu spécial, où le public est invité à répéter puis chanter sur scène (avant de partager un thé), Jérôme Pernoo, le chef de chœur Ariel Alonso et l’ensemble baroque du Centre de musique de chambre de Paris ont choisi la cantate In allen meinen Taten avec ses deux grands chœurs en ouverture et finale. Jean-Guillaume Lebrun Théâtre Jean Vilar, 16 place Stalingrad, 92150 Suresnes. Dimanche 16 décembre à 17h. Tél. 01 46 97 98 10. PHILHARMONIE DE PARIS/PIANO Mitsuko Uchida Trois sonates de Schubert sont au programme du récital de la pianiste japonaise. -. 1 iF Mitsuko Uchida retrouve la Philharmonie de Paris après y avoir interprété le Troisième Concerto de Beethoven en mai 2017 sous la direction de Bernard Haitink. Avec le temps, Mitsuko Uchida est sortie de sa chrysalide, déployant un jeu d’une présence poétique et dramatique inoubliable. La pia- Baptiste Delfarguiel Decca/Marco Borggreve
Luca Del Pia niste un peu timide, un peu carrée aussi, qui enregistrait naguère des concertos de Mozart un brin éteints, y est revenue avec une autorité, une vivacité et une implication décuplées depuis qu’elle dirige du clavier. À la Philharmonie, elle va donner trois pièces de Schubert, la fausse petite Sonate D 537, puis celle en ut OPéRA COMIQUE/NOUVELLE PRODUCTION Hamlet D. R. majeur D 840 inachevée et enfin la der des der, en si bémol majeur D 960. Deux des œuvres les plus bouleversantes du compositeur. Et Uchida est chez elle, comme trop peu de pianistes vivants le sont, dans le douloureux cheminement schubertien... Alain Lompech Opéra Nouvelle production de l’ouvrage phare d’Ambroise Thomas, avec Sabine Devieilhe et Stéphane Degout dans les deux rôles principaux. Hamlet d’Ambroise Thomas représente avec son autre opéra, Mignon, composé deux ans plus tôt en 1866, la partition la plus fameuse de ce compositeur français, célèbre en son temps, dont on a depuis oublié l’essentiel de la production. « Il y a deux espèces de musique, la bonne et la mauvaise. Et puis il y a la musique d’Ambroise Thomas »  : la citation d’Emmanuel Chabrier en dit long sur le charme mais aussi l’académisme du compositeur en question… Reste que ce Hamlet est un pilier incontestable de l’opéra français du xix e siècle, d’abord parce qu’il offre à travers le personnage d’Ophélie une partition magistrale qui fait le bonheur des plus grandes voix, et de leurs adorateurs. La dernière chanteuse française en date à avoir marqué de son empreinte ce rôle légendaire fut évidemment Natalie Dessay. C’est une fois de plus la jeune et magnifique Sabine Devieilhe qui semble marcher dans ses pas. Elle bénéficiera pour sa prise de rôle du concours de Louis Langrée, directeur musical idéal et grand connaisseur Après Zerbinetta dans Ariane à Naxos au festival d’Aixen-Provence l’été dernier, la jeune soprano française Sabine Devieilhe aborde pour la première fois un autre rôle important  : Ophélie, dans Hamlet. Il Primo Omicidio PALAIS GARNIER/NOUVELLE PRODUCTION René Jacobs dirige le B’Rock Orchestra dans un superbe oratorio de Scarlatti mis en scène par Romeo Castellucci. Inlassable défricheur de partitions, René Jacobs ressuscite à l’Opéra de Paris une œuvre rare  : Il Primo omicidio. Cet oratorio d’AlessandroScarlatti – le père de Domenico –, écrit en 1707, explore l’un des thèmes forts de l’Ancien Testament  : le meurtre d’Abel par son frère Caïn. Un premier meurtre qui a suscité nombre de questions théologiques et Le metteur en scène Romeo Castellucci de motifs artistiques, inspirant peintres, poètes et musiciens. Enflammée par les potentialités du sujet, la partition de Scarlatti prend les allures d’un véritable opéra  : lutte de Dieu et de Lucifer dans l’âme de Caïn, portrait d’Adam et ève, voix d’Abel descendant du ciel créent des effets saisissants, tandis que les récitatifs éloquents, les somptueuses arias et l’orchestration raffinée composent un surprenant « divertissement sacré ». Douceur, culpabilité et religion Après Moses und Aron, Romeo Catellucci revient à l’Opéra de Paris pour mettre en scène cette œuvre que René Jacobs avait ressuscitée au disque en 1997. Sensible à la dimension métaphysique de la partition, il trouve « extraordinaire la beauté, la douceur avec lesquelles Scarlatti traite l’homicide ». Des deux frères, « le personnage de Caïn touche le plus parce qu’il y a une dimension de culpabilité sacrée, magnifique, c’est vraiment le père de l’humanité. La religion est indépassable (…), c’est dans la fibre de notre société, je dirais encore plus aujourd’hui peutêtre, dans des formes névrotiques. C’est une dimension totalement contemporaine. » On attend avec impatience ce que l’Italien provocateur va imaginer. Isabelle Stibbe Palais Garnier, place de l’Opéra, 75009 Paris. Du 24 janvier au 23 février 2019. Tél. 08 92 90 90. Durée  : 2h55 avec un entracte. Partenariats, contactez-nous/01 53 02 06 60 ou la.terrasse@wanadoo.fr Philharmonie de Paris, 221 av. Jean-Jaurès, 75019 Paris. Mercredi 19 décembre à 20h. Tél. 01 44 84 44 84. Places  : 10 à 60 € . de l’ouvrage, et de la mise en scène inventive du jeune metteur en scène Cyril Teste, dont les œuvres conjuguent les atouts de la scène et de l’écran. Une mise en scène à la fois filmique et scénique « Fondées sur la coexistence d’images filmiques et scéniques, la mise en scène de Cyril Teste et la scénographie de Ramy Fischler entendent ouvrir une réflexion sur l’articulation entre vérité et représentation. Inspiré du travail d’Alexandre Dumas sur Shakespeare, mais aussi des peintures de Delacroix sur Hamlet, l’opéra d’Ambroise Thomas est la somme de références et de procédés d’écriture de son temps. Partant de là, la tentation est d’autant plus grande de sonder l’œuvre au moyen d’outils techniques résolument contemporains, et spécifiquement conçus pour cette mise en scène. Le pari étant que l’écriture numérique permette de renouveler le regard porté sur l’opéra, et même, de révéler certains de ses secrets » souligne dans une note d’intention Leila Adham, dramaturge du projet. Avec l’Orchestre des Champs-élysées et le Chœur Les éléments. Jean Lukas Opéra Comique, place Boieldieu, 75002 Paris. Du 17 au 29 décembre  : les lundi 17, mercredi 19, vendredi 21, mercredi 27, samedi 29 à 20h et dimanche 23 à 15h. Tél. 01 70 23 01 31. Places  : 6 à 135 € . SAMEDI 15 DÉCEMBRE/20H THÉÂTRE DES CHAMPS-ELYSÉES PRETTY YENDE SOPRANO CAPPELLA GABETTA ANDRÉS GABETTA VIOLON ET DIRECTION GEORG FRIEDRICH HAENDEL LE MESSIE (EXTRAITS) ODE POUR L’ANNIVERSAIRE DE LA REINE ANNE SAMSON (EXTRAITS) WOLFGANG AMADEUS MOZART EXSULTATE, JUBILATE lesgrandesvoix.fr Licence 2-1094949 Photo Lev Efimov - Deutsche Grammophon, Berlin RÉCITAL Daniel Lozakovich violon Alexander Romanovsky piano MERCREDI 19 DÉCEMBRE 2018 À 20H THÉÂTRE DES CHAMPS ELYSÉES PARIS « Le violon plus que parfait de Daniel Lozakovich (...) Le garçon possède une technique de folie, une intonation proche de la perfection, une grande sûreté d’archet (…) » LE MONDE 20.12.2017 01 49 52 50 50 www.theatrechampselysees.fr CI{Virma JEUDI 20 DÉCEMBRE/20H30 SALLE GAVEAU Réservations SALLE GAVEAU 01 49 53 05 07 THÉÂTRE DES CHAMPS-ELYSÉES 01 49 52 50 50 ROLANDO VILLAZÓN TÉNOR CARRIE-ANN MATHESON PIANO MÉLODIES DE MANUEL DE FALLA FEDERICO MOMPOU FERNANDO OBRADORS CARLOS GUASTAVINO SILVESTRE REVUELTAS Gregor Hohenberg/Sony Classical Dario Acosta/DG classique/opéra 33 la terrasse 271 décembre 2018



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :