La Terrasse n°270 novembre 2018
La Terrasse n°270 novembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°270 de novembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 17,8 Mo

  • Dans ce numéro : festival d'instance.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
danse 44 la terrasse 270 novembre 2018 e H1'11111111 ESPACE DES ARTS Scène nationale Chalon-sur-Saône FESTIVAL DE DANSE INSTANCES 15 > 21 NOV. 2018 LUC SANOU SERGE AIMÉ COULIBALY/ROKIA TRAORÉ/FELWINE SARR TATIANA JULIEN MARINA MASCARELL PERE FAURA MARCOS MORAU HAFIZ DHAOU/AÏCHA M’BAREK ALBAN RICHARD/ARNAUD REBOTINI ESPACE-DES-ARTS.COM 31. «. orrn cem EOURCOGME FRANCHE 000 IR SOULÈVEMENT HERVÉ GOLUZA Mirages, les âmes boréales Théâtre de Châtillon/Ferme de Bel ébat/Théâtre de la Passerelle…/Chor. Christian et François Ben Aïm Christian et François Ben Aïm explorent une terre lointaine dans une vision fantastique et plastique de la nature, pour mieux parler du monde contemporain. Les précédentes pièces des frères Ben Aïm mettaient l’être humain au cœur de la réflexion chorégraphique, à travers un groupe d’hommes comme dans Brûlent nos cœurs insoumis, ou par des solos et des présences fortes, comme dans Peuplé, dépeuplé ou le projet des Instantanés. Aujourd’hui, cette nouvelle création aborde aussi la question de la nature. C’est dans un environnement d’images, de lumières et de sons que les chorégraphes plantent le décor de leur pièce. Au cœur du Grand Nord, l’igloo devient même un des personnages principaux, refuge de deux danseurs qui vivent au rythme de la nature et des éléments. Opéra Bastille/Palais Garnier/Chor. Rudolf Noureev/Chor. John Neumeier Deux ballets pour les fêtes Dès le mois de novembre et pour toute la période des fêtes de fin d’année, le Ballet de l’Opéra national de Paris propose deux ballets narratifs, Cendrillon et La Dame aux camélias. Mon premier est une transposition signée Rudolf Noureev du conte de Perrault dans les studios d’Hollywood, années 30. Cendrillon se réfugie dans ses rêves où elle retrouve Charlot et King Kong, ses deux sœurs rêvent de décrocher le rôle de leurs rêves et la fée-marraine n’est autre qu’un producteur en quête de jeunes talents. Dans une magnifique limousine citrouille, le voilà qui l’entraîne sur les lieux d’un tournage où elle rencontre l’acteur-vedette… Mon deuxième est beaucoup plus sombre. Il s’agit de l’adaptation du célèbre roman d’Alexandre Dumas fils, dans lequel Marguerite Gautier, célèbre courtisane parisienne s’éprend d’Armand Duval. Le père de celui-ci oblige la jeune femme à rompre pour ne pas faire d’ombre à l’honneur de la famille. Ce drame psychologique, porté à la scène au théâtre et à l’opéra (La Traviata) prend une Deux danseurs sur la banquise dans une fable écolo. Paysages lointains, questionnements de proximité Déjà avec La Forêt ébouriffée, les chorégraphes avaient littéralement transporté le jeune public dans un univers en transformation, faisant de la dimension visuelle une partenaire pour la danse. Leur Mirages, visibles dès 5 ans, poussent plus avant l’exploration. Comment raconter les étendues glaciales, l’immensité de l’Arctique, et la place de l’homme dans cette beauté ? Sous la forme d’une fable philosophique, où la fonte inéluctable de l’igloo devient un enjeu qui dépasse toute vision fantasmée, fantastique ou onirique, le spectacle déploie son propos autour de la question de l’empreinte de l’homme sur la nature. Nathalie Yokel Théâtre de Châtillon, 3 rue Sadi-Carnot, 92320 Châtillon. Les 8 et 9 novembre 2018 à 10h et 14h, le 10 à 18h. Tél. 01 55 48 06 90. Ferme de Bel-ébat, 1 place de Bel-Ebat, 78280 Guyancourt. Les 22 et 23 novembre 2018 à 9h45 et 14h15, le 24 à 18h. Tél. 01 30 48 33 44. Théâtre de la Passerelle, 16 av. de la République, 91120 Palaiseau. Le 9 décembre 2018 à 17h, le 10 à 10h. Tél. 01 69 31 56 20. Puis au festival Ad hoc au Volcan du Havre, au Théâtre André Malraux de Chevilly-Larue, à l’ECAM du Kremlin-Bicêtre, au Centre des Arts d’Enghien, au Prisme à élancourt, au Tangram d’Evreux-Louviers, au Festival À pas contés de Dijon, au Théâtre de la Coupe d’Or de Rochefort, au Centre culturel Marc Sangnier de Mont-Saint-Aignan, au Théâtre des Bergeries de Noisy-le-Sec, au Stereolux de Nantes, au Théâtre 71 de Malakoff, à la Machinerie de Vénissieux, au Lux de Valence, à Théâtres en Dracénie, au Trident de Cherbourg, au Théâtre de Villefranche, à Fontenay-en-scènes. Cendrillon, une chorégraphie de Rudolf Noureev. dimension romantique et tragique dans ce ballet chorégraphié par John Neumeier, sur la musique de Chopin. Agnès Izrine Cendrillon, Opéra Bastille, place de la Bastille, 75012 Paris. Du 26 novembre au 2 janvier. 2h50 avec 2 entractes. La Dame aux camélias, Opéra Garnier, place de l’Opéra, 75009. Du 30 novembre au 3 janvier. Durée  : 3h00 avec 2 entractes. Tél. 08 92 89 90 90. D. R. Sébastien Mathé/OnP
Requiem pourL. Chaillot - Théâtre national de la Danse/Chor. Alain Platel Quatorze musiciens de plusieurs continents se rencontrent autour du Requiem de Mozart. Ils reconstruisent ce Requiem en fusionnant leurs influences musicales personnelles avec du jazz, de l’opéra et de la musique africaine populaire. Requiem pourL. réunit de nouveau Fabrizio Cassol et Alain Platel, un duo de choc à qui l’on doit déjà Coup fatal, un spectacle qui mâtinait rumba et airs baroques, mais aussi VSPRS ou Pitié ! On l’aura compris, le premier est musicien, compositeur et fondateur du groupe de jazz Aka Moon, le second est le chorégraphe fondateur des BalletsC. de la B. Cette fois, ils s’attaquent au Requiem et pas n’importe lequel, celui de Mozart. De la partition mythique, on connaît l’inachèvement dû à la mort du compositeur. D’où l’idée de combler les « trous » du manuscrit original par une véritable musique intercontinentale, avec Les Vagues Chaillot - Théâtre National de la Danse/Chor. Noé Soulier Jeune chorégraphe brillant, Noé Soulier présente à Chaillot Les Vagues, sa nouvelle création. De pièce en pièce Noé Soulier, un des chorégraphes les plus doués et inventifs de sa génération, affine sa gestuelle singulière et ses procédés de composition. Dans Removing, créé en 2015, il utilisait des mouvements pratiques comme frapper, éviter, lancer, en les détournant de leur but habituel ou en les interrompant. Il les déclinait en de multiples unissons ou contrepoints, créant ainsi conjointement une impression de familiarité et d’étrangeté fascinante. L’année suivante, avec Faits et gestes, il ajoutait à ces actions des séquences chorégraphiques abstraites et des gestes porteurs de sens, suggestifs. Les six danseurs, dont Noé Soulier luimême, improvisaient, dans les séquences de groupe, à partir des phrases écrites. Une recherche formelle provoquant l’émotion Il poursuit et approfondit aujourd’hui cette recherche dans un nouvel opus intitulé Les Vagues. Là encore, il a demandé à ses cinq interprètes d’improviser à partir de phrases et de règles d’interaction préétablies, mais Maison de la Musique de Nanterre – Maison Daniel Féry/hip hop Premières scènes hip hop Un programme très intense que ces Premières scènes  : deux jours de découvertes avec de jeunes chorégraphes, entourés de valeurs sûres. C’est déjà la quatrième édition de ce temps fort dédié aux jeunes pousses de la danse hip hop. Si Ousmane Sy et Philippe Almeida font figures de vieux routards habitués de lieux – l’un vient avec ses Queen Blood quand l’autre propose en Substance une expérience immersive –, ils ne cachent pas pour autant le talent de la nouvelle génération. Celle-ci s’exprime dans l’amitié sublimée entre Colline Aubry et Camille Simon et leur duo Du’elles, dans le solo « chaussé » de Sandrine Monar (Shoes me), ou dans la figure de Chaplin. Le comédien et cinéaste s’avère en effet un sujet German Palomeque Willow Evanndes apports de chanteurs d’Afrique du Sud, un haute-contre d’origine brésilienne, des choristes des deux Congo (RDC et Congo Brazzaville), un accordéoniste, un batteur, deux guitaristes pour la plupart déjà présents dans Coup fatal, notamment l’exceptionnel Rodriguez Vangama, et bien sûr un trio de chanteurs lyriques occidentaux. La mort en face On y entend les paroles du Requiem en latin, mais aussi en kilari, en lingala, en swahili, avec çà et là une pincée de tshiluba ou de kikongo. Alain Platel, quant à lui, organise les corps Les Vagues de Noé Soulier le résultat est cette fois précisément fixé avant les représentations. Deux musiciens de l’Ensemble Ictus, groupe installé dans les Femmes puissantes, les Queen Blood selon Ousmane Sy tout trouvé pour Slyde, artiste pluridisciplinaire qui ose le mélange entre danse, magie, mime et maniement de canne, dont il a fait un art à part entière appelé Lyr’x. Nathalie Yokel Maison de la Musique de Nanterre – Maison Daniel Féry, 10-14 bd Jules-Mansart, 92000 Nanterre. Les 30 novembre et 1er décembre 2018 à 20h30. Tél. 01 41 37 94 21. Chris Van Der Burght Requiem pourL. d’Alain Platel et Fabrizio Cassol locaux de Rosas, la compagnie d’Anne Teresa de Keersmaeker, partagent la scène avec les danseurs. Noé Soulier, qui a étudié le clavecin, a composé la musique percussive avec eux en même temps qu’il créait la chorégraphie. Pour en régler la rythmique, il s’est appuyé sur la langue de Virginia Woolf et de son livre The Waves (Les Vagues). Il dit apprécier sa musicalité particulière autant que la sensorialité qui affleure de son écriture. À travers ses explorations formelles, c’est l’émotion, le sensible, que l’artiste associé au CND depuis 2014 convoque et provoque. « Il ne s’agit pas de faire un mouvement qui rappelle explicitement tel ou tel événement, mais de construire des gestes qui par leurs aspérités sont à même d’activer notre mémoire corporelle avec ego dans une cérémonie de deuil qui embrasserait deux visions différentes de la mort, l’une très occidentale dans la douleur et la contrition, l’autre très vivante, liée à d’autres formes de spiritualité. Elle représente la mort, collective, individuelle, dans sa radicalité définitive. D’où la référence dans la scénographie aux stèles du mémorial de l’Holocauste à Berlin, et un film, projeté en fond de scène, qui nous montreL. à ses derniers instants. Bien sûr, il ne s’agit en aucun cas d’un macabre voyeurisme, mais d’une forme d’adieu et d’hommage très pudique. La chorégraphie est minimaliste, c’est de la dentelle qui entrelace regards et présence, puissance et absence, et si elle nous incite au recueillement, elle force aussi la joie de rituels funéraires très festifs. Au fond, le chorégraphe donne corps aux notes mozartiennes et invente au passage une nouvelle forme de représentation de la musique et de la danse. Agnès Izrine Chaillot – Théâtre national de la Danse, 1 place du Trocadéro, 75116 Paris. Du 21 au 24 nov. Mer. 21 à 20h30, jeu 22 à 19h45, ven 23 à 20h30, sam 24 à 15h30. Tél. 01 53 65 30 00. Durée  : 1h40. toutes ses ramifications physiques et psychologiques », écrit-il. Une raison supplémentaire de courir découvrir cette nouvelle pièce qui promet d’être captivante. Delphine Baffour Chaillot - Théâtre National de la Danse, 1 place du Trocadéro, 75016 Paris. Le 14 novembre à 19h45, les 15, 16 novembre à 20h30 et le 17 novembre à 15h30. Tél. 01 53 65 30 00. Durée  : 1h. Également les 18 et 19 décembre au Théâtre Garonne, Toulouse, les 1er et 2 février au Kaaitheater, Bruxelles, les 19 et 20 mars à l’Opéra de Lille, le 25 avril au Théâtre d’Orléans, le 10 mai au Theater Freiburg. au jour — Olivier Dubois jeudi 8, vendredi 9 novembre 20h30 — danse Première en île-de-France I mi Théâtre Centre d'Art 8 bis avenue Louis Breguet 78140 Vélizy-Villacoublay londe.fr la terrasse 270 novembre 2018 danse 45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 1La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 2-3La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 4-5La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 6-7La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 8-9La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 10-11La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 12-13La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 14-15La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 16-17La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 18-19La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 20-21La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 22-23La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 24-25La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 26-27La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 28-29La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 30-31La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 32-33La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 34-35La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 36-37La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 38-39La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 40-41La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 42-43La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 44-45La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 46-47La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 48-49La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 50-51La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 52-53La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 54-55La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 56-57La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 58-59La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 60-61La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 62-63La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 64