La Terrasse n°270 novembre 2018
La Terrasse n°270 novembre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°270 de novembre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 17,8 Mo

  • Dans ce numéro : festival d'instance.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
théâtre 20 la terrasse 270 novembre 2018 C raignons toujours les excès où conduit le fanatisme. Qu’on laisse ce monstre en liberté, qu’on cesse de couper ses griffes et de briser ses dents, que la raison si souvent persécutée se taise, on verra les mêmes horreurs qu’aux siècles passés ; le germe subsiste  : si vous ne l’étouffez pas, il couvrira la terre... JE SUIS VOLTAIRE e LAVOIR MODERNE PARISIEN 35 rue Léon, 75018 Paris Tél  : 01 46 06 08 05 Courriel  : reservation@lavoirmoderneparisien.com LA FORGE 19 rue des Anciennes Mairies, 92000 Nanterre Tél  : 01 47 24 78 35 Courriel  : contact@laforge-theatre.com UTRE F LA REINE BLANCHE LE = Vie_108.1.1,nee-b5641.4.SieelœPer « S*4 « 1410>eleirse-540. -Orel.e.seatmemas JEU MARIANNE BASLER Em= und WWW.LESDECHARGEURS.FR 0142 36 00 50 fnciv te P&ellne TE ((T LISE E 54ÉNE Umm% kid « OLYEC MM » Offlià Lama Minier% rhume* dri Puni FferriariElex eAveSa ko.bziEl Celhodrre ti L 105 1 JiiilleNCIS « M'IN R CEP.tOGRAPI-11E Du 7 NOVEMBRE au 11 NOVEMBRE 2018 Du mardi au samedi à 20h30 Le dimanche à 17h Du 20 NOVEMBRE au 9 DÉCEMBRE 2018 Du mardi au samedi à 20h30 Le dimanche à 16h 6111 - 1112/Me et « Overffeile ANNIE ERNAUX MARIANNE BASLER î JEAN- PHILIPPE g PUYMAREN la force des artistes à î Entretien/Hideto Iwaï Wareware no moromoro (nos histoires…) T2G – THÉÂTRE DE GENNEVILLIERS/ÉCRITURE COLLECTIVE/CONCEPTION ET MES HIDETO IWAÏ Invité par le T2G à travailler avec des habitants de Gennevilliers et des comédiens français, l’auteur et metteur en scène japonais Hideto Iwaï présente Wareware no moromoro (nos histoires…). Une création en langue française qui cherche à rendre compte des relations humaines telles qu’elles sont dans notre monde contemporain. Comment pourriez-vous caractériser l’univers de création théâtrale auquel vous travaillez depuis une dizaine d’années ? H. I.  : J’ai horreur qu’on impose ses convictions, dans quelque domaine que ce soit. Je crois que cela se reflète dans toutes sortes d’aspects de mon travail. C’est pourquoi je ne cherche ni à assaillir les spectateurs sur le plan visuel, ni à les ébranler à grands coups d’effets dramatiques. Je veux créer un espace dans lequel mon point de vue est en retrait, où des gens peuvent prendre le temps de se mettre à la place d’autres gens. Sylvia d’après Sylvia Plath, mise en scène David Murgia. Wareware no moromoro (nos histoires…) puise dans la vie des comédiens et des habitants de Gennevilliers que vous réunissez sur scène. Quels sujets forment la trame narrative de ce spectacle ? H. I.  : Je veux que les spectateurs sachent que pendant qu’ils vivaient leur vie et traversaient toutes sortes d’expériences et d’émotions, les participants de ce spectacle ont vécu d’autres choses, que nous allons leur raconter. Certaines ont eu lieu avant la naissance des spectateurs, mais tout ce qui s’est produit avant notre naissance a forcément eu des conséquences sur notre époque. Pour le dire Les Théâtrales Charles Dullin VAL-DE-MARNE/BIENNALE Toujours fédératrice et foisonnante, la biennale de théâtre en Valde-Marne propose de découvrir une trentaine de spectacles qui dessinent une cartographie passionnante de la création contemporaine. Pendant six semaines, 23 lieux partenaires du Val-de-Marne accueillent une trentaine de spectacles, dont le tiers sont présentés pour la première fois cet automne. À l’écoute du monde et des démarches artistiques ancrées dans notre présent, Guillaume Hasson, directeur de la Biennale, intitule cette édition « Faim d’infini », s’élevant ainsi contre « la dictature du chiffre, qui s’arroge le pouvoir partout, qui altère nos prérogatives et nos missions, qui cadenasse nos envies, nos désirs, qui plombe nos rêves du poids d’une réalité érigée en totem sacré et immuable. » Chaque édition fait émerger des thématiques qui font écho à l’état du monde et de nos sociétés, et cette année, logiquement, c’est notamment une grande diversité de visages de femmes qui se dessinent, dans le cercle familial, l’univers du travail ou de celui de la création artistique. Comme toujours, c’est aussi à la fois la fragilité et la lucidité humaines qui s’expriment et font naître colère, douleur, amour ou désir. Un kaléidoscope signifiant Les Théâtrales suscitent et encouragent la rencontre entre les œuvres et le public, à travers par exemple les Colporteurs, réseau de spectateurs qui créent toutes sortes de passerelles et cultivent le goût de la découverte. En ouverture en 2018, Stück Plastik, une pièce en plastique de Marius von Mayenburg, mise en scène par Maïa Sandoz, satire féroce qui dynamite le vernis des valeurs d’une gauche bienpensante. En clôture, Actrice de Pascal Rambert, pièce bouleversante. Diverses formes et écritures par Soeuf Elbadawi, Gilles Granouillet, Nicolas Giret-Famin, AhmedMadani, Guillaume Barbot, Les Filles de Simone, Fabrice Murgia, Côme de Bellescize… explorent avec nuance des thèmes aigus - l’histoire méconnue des Comores, les relations parents-enfants, les inégalités sociales, l’homme augmenté et la dépersonnalisation, les questions de l’identité et du genre, les représentations féminines, les abus de pouvoir… Un théâtre du présent, qui étonne et bouscule. Agnès Santi Val-de-Marne, dans plus de 20 lieux. Du 5 novembre au 16 décembre. Tél. 01 48 84 40 53. Hubert Amiel
Guillaume Deloire Agathe Poupeney L’auteur et metteur en scène japonais Hideto Iwaï. « Je veux me servir du théâtre pour créer un lien entre les personnes qui sont sur scène et les spectateurs. » autrement, je veux me servir du théâtre pour créer un lien entre les personnes qui sont sur scène et les spectateurs. Le spectacle-laboratoire sur Ionesco revient à Paris. Ionesco suite Le fait de réaliser ce spectacle en France vous a-t-il amené à faire un pas de côté par rapport au théâtre que vous créez habituellement au Japon ? H. I.  : Non, car je n’ai pas changé ma manière de travailler. Mon travail est en constante évolution  : mes œuvres s’éloignent petit à petit de ce qu’on appelle le théâtre. Les acteurs ne jouent pas uniquement des personnages, l’éclairagiste ne se contente pas d’appuyer sur des boutons derrière le public, et il n’est pas nécessaire que les acteurs disent toutes les répliques du texte. D’ailleurs, au début du processus de création, le texte est un élément essentiel, mais plus l’écriture de la mise en scène avance, moins nous en avons besoin. J’ai le sentiment que le théâtre est quelque chose qui n’en finit pas d’ouvrir de nouvelles possibilités. Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat, traduit du japonais par Aurélien Estager T2G – Théâtre de Gennevilliers, Centre dramatique national de création contemporaine, 41 av. des Grésillons, 92230 Gennevilliers. Du 22 novembre au 3 décembre 2018. Le lundi, le jeudi et le vendredi à 20h, le samedi à 18h, le dimanche à 16h. Durée de la représentation  : 2h. Spectacle en français. Dans le cadre du Festival d’Automne à Paris. Tél. 01 41 32 26 26. www.theatre2gennevilliers.com. THÉÂTRE DE LA VILLE - ESPACE CARDIN/D’APRÈS JACQUES OU LA SOUMISSION, DÉLIRE À DEUX, LA CANTATRICE CHAUVE, EXERCICES DE CONVERSATION ET DE DICTION FRANÇAISE ET LA LEÇON D’EUGÈNE IONESCO/MES EMMANUEL DEMARCY-MOTA Après avoir tourné aux quatre coins du monde, le spectaclelaboratoire de la troupe du Théâtre de la Ville revient à Paris sous une forme renouvelée, riche en surprises et en redécouvertes… Issu de recherches et d’improvisations menées avec les acteurs de la troupe du Théâtre de la Ville, composée des acteurs fétiches d’Emmanuel Demarcy-Mota, Ionesco suite est « une navigation au cœur des obsessions marquantes de cet auteur »  : la difficulté d’être, la manifestation du pouvoir et de la domination aussi bien affective qu’intellectuelle, l’arbitraire du langage, l’automatisme des comportements et les difficultés insoupçonnées du rapport entre les mots et les choses. Ce spectacle est « une ode à la violence de son humour qui remonte aux origines, plonge au cœur des textes qui ont ouvert les routes de l’absurde ». sation et de diction française. Dans un esprit de jeu fluide, acéré et blagueur, la troupe fonctionne comme un orchestre où chacun retrouve son instrument et se plaît à modifier son interprétation, comme en un vivant et perpétuel exercice de style. À l’occasion de cette reprise en forme de variation, Emmanuel Demarcy-Mota remarque l’incroyable richesse du trésor sémantique et dramaturgique qu’offre Ionesco aux acteurs et au metteur en scène. « Ce qui nous frappe aujourd’hui, dit-il, Pépites en mosaïque Entre les œuvres les plus célèbres de son auteur (La Cantatrice chauve et La Leçon), se glissent des extraits d’autres moins connues mais non moins truculentes et métaphysiquement fécondes, telles Jacques ou la Soumission et Délire à deux, sans oublier la richissime mine que constituent les Exercices de converest surtout l’art de Ionesco de reprendre les phrases de la vie de tous les jours, et de dessiner au moyen de ses cailloux informes une mosaïque originale et fascinante. » Catherine Robert Théâtre de la Ville - Espace Cardin, 1 av. Gabriel, 75008 Paris. Du 29 novembre au 8 décembre 2018 à 20h sauf le samedi à 15h et le dimanche à 16h ; relâche les 3 et 4 décembre. Tél. 01 42 74 22 77. Sandra Then première française NOVEMBRE me 28 20:30 je 29 20:30 MAILLON-WACKEN LEONCE UND LENA MAILLON THÉÂTRE DE STRASBOURG SCÈNE EUROPÉENNE maillon.eu +33 (0)3 88 27 61 81 D’APRÈS GEORG BÜCHNER MISE EN SCÈNE THOM LUZ théâtre 21 la terrasse 270 novembre 2018



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 1La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 2-3La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 4-5La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 6-7La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 8-9La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 10-11La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 12-13La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 14-15La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 16-17La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 18-19La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 20-21La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 22-23La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 24-25La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 26-27La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 28-29La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 30-31La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 32-33La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 34-35La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 36-37La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 38-39La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 40-41La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 42-43La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 44-45La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 46-47La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 48-49La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 50-51La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 52-53La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 54-55La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 56-57La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 58-59La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 60-61La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 62-63La Terrasse numéro 270 novembre 2018 Page 64