La Terrasse n°269 octobre 2018
La Terrasse n°269 octobre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°269 de octobre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 24,4 Mo

  • Dans ce numéro : excellent cru d'octobre !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 90 - 91  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
90 91
jazz/musiques du monde/chanson 90 la terrasse 269 octobre 2018 29 septembre > 15 décembre 2018 MUSIQUES DANSES RITUELS MARIONNETTES THÉÂTRES 01 45 44 72 30 www.festivaldelimaginaire.com www.maisondesculturesdumonde.org MANIFESTATION ORGANISÉE DANS LE CADRE DE LA SAISON FRANCE-ROUMANIE 2019 MANIFESTATION ORGANISÉE DANS LE CADRE DE LA SAISON FRANCE-ROUMANIE 2019 MANIFESTATION ORGANISÉE DANS LE CADRE DE LA SAISON FRANCE-ROUMANIE 2019 eg MARBRERIE T'un—" ! A"te" 1"11te, L1 -4  : 11 irordi la Musée d’Océanie IEU II. "=" egene de la Neylière ko°,",]ezzo "Télérri EN CONCERT À L’ALHAMBRA OCTOBRE 2018 20h30 ALMA CANTA présente L’ALHAMBRA 21 Rue Yves Toudic 75010 Paris Réservations  : 01 40 20 40 25 WWW.DOMONTEBELLO.COM Nouvel album 14 titres BIRDY HEART PHOTO  : VINCENT COPYLOFF CONCEPTION GRAPHIQUE  : FKWEB.NET MEUDON/INCLASSABLE Quatuor de bassons Vincent Reynaud réunit autour de lui trois autres bassonistes ouverts aux vagabondages. Le bassoniste Vincent Reynaud, membre d’Archimusic. Son royaume reste d’abord celui de l’orchestre symphonique où il offre aux pupitres des bois un surcroît de sonorités graves et mordantes, au charme étrange. Oublié comme instrument soliste à l’ère Romantique, le basson a surtout eu l’honneur des compositeurs baroques, puis de Mozart qui compose pour lui un concerto célèbre et évidemment majeur. Aujourd’hui, les compositeurs contemporains s’y intéressent à leur tour, et de plus en plus volontiers, dans les pas de Luciano Berio qui composa en 1995 pour Pascal Gallois une Sequenza historique ayant bouleversé la perception de l’instrument. Vincent Reynaud, l’un des meilleurs spécialistes français de l’instrument, membre du grand format Archimusic fondé par Jean-Rémy Guédon, réunit ici, sur la scène-maison de l’orchestre, une formation musicale rare, exploratrice des répertoires les plus variés, du classique au jazz en passant par la musique de cinéma. Avec Alexandre Billard, Gabriel Vernhes et Sébastien Wache. Jean-Luc Caradec La Boutique du Val, 17 rue des Vignes, 92190 Meudon. Vendredi 12 octobre à 19h. Tél. 01 74 34 35 33. Places  : participation libre. RADIO-FRANCE/JAZZ Richard Galliano Le nouveau « New Musette Quartet » de notre grand accordéoniste national. Après plusieurs explorations de la musique de compositeurs classiques, Richard Galliano revient au New Musette. À 65 ans passés, alors qu’il a connu tous les honneurs, en particulier celui d’enregistrer Bach et Mozart chez Deutsche Grammophon, Richard Galliano vient de manifester le désir de revenir sur l’épisode le plus marquant de D. R. D. R. son destin musical, le passage à l’acte dans l’aventure de ce qui fut nommé alors le New Jazz Musette. C’était il y a trente ans avec l’album Spleen... Bouleversé et convaincu par les conseils d’Astor Piazzolla, il osait alors enterrer ses complexes d’accordéoniste tiraillé entre l’amour pour son instrument et le caractère kitsch qui lui collait encore à la peau, entre son attachement aux traditions populaires de l’accordéon et sa passion pour le jazz et l’improvisation. « Quand j’ai rencontré Piazzolla, j’étais très préoccupé et c’est lui qui m’a dit  : « Richard, il faut que vous fassiez le New Musette, comme moi j’ai inventé le New Tango ». Il a senti que je devais rester assez proche des racines de mon instrument et de mes origines. Cette rencontre a été décisive pour moi. Piazzolla m’a réveillé. Sans lui, je jouerais probablement du « jazz » au premier degré, en cultivant ce complexe d’accordéoniste qui veut se guérir de l’image de l’accordéon » a expliqué Galliano. Piazzolla conseillait alors à Galliano ce que Nadia Boulanger elle-même, son professeur à Paris, le poussa à faire trente ans plus tôt en se lançant dans le projet du Nuevo Tango. Un nouvel album intitulé New Jazz Musette est paru sur le label italien Ponderosa Music & Art en 2016 et Richard Galliano vient en présenter la musique à la tête d’une nouvelle formation, qui rassemble Jean- Marie Ecay (guitare), Yaron Stavi (contrebasse) et Jean-Christophe Galliano (batterie), son fils. Jean-Luc Caradec Maison de la Radio, studio 104, 116 av. du Président-Kennedy, 75016 Paris. Samedi 13 octobre à 20h30. Tél. 01 56 40 15 16. Places  : 10 à 25 € . SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES/MALI Oumou Sangaré Retour en grâce de la Diva malienne. Oumou Sangaré a signé l’an passé pour ses débuts chez No Format un album magnifique  : Mogoya. Immense chanteuse, Oumou Sangaré est aussi une personnalité d’envergure dont l’aura dépasse largement le public des salles de concerts. Au fil des ans, des albums (le premier sort en 1988 alors qu’elle n’a que 20 ans), de ses triomphes sur les plus grandes scènes du monde et de ses prises de position audacieuses pour la défense de la cause féminine, Oumou Sangaré a atteint un statut très spécial d’ambassadrice de la musique africaine et d’artiste engagée. Après neuf longues années de silence discographique, elle a signé l’an passé, pour ses débuts sur le label No Format avec l’album Mogoya, un retour magistral, aiguillonnée autant par le son pop/électro façonné entre Stockholm et Paris, par le collectif A.L.B.E.R.T de Vincent Taurelle, Ludovic Bruni et Vincent Taeger, que par la participation du légendaire batteur nigérian Tony Allen, magicien de l’afrobeat. Jean-Luc Caradec Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, place Georges-Pompidou, 78180 Montigny-le- Bretonneux. Samedi 13 octobre à 20h30. Tél. 01 30 96 99 00. D. R.
Christophe Charpenel focus Andy Emler MegaOctet, groovy birthday Bientôt trente ans que le pianiste et compositeur Andy Emler pilote le MegaOctet, une formation qui n’a cessé d’évoluer sans jamais déroger à un principe fondateur  : groove toujours ! La rentrée de ce groupe phare du jazz européen se déploie autour de la sortie d’un nouvel album – A Moment For… (La Buissonne/PIAS) – et d’un DVD – Au son de sa voix (La Huit Production) – avec à la clé un concert exceptionnel début novembre au Triton (Les Lilas). Votre nouvel album a été enregistré à la Buissonne… Le cadre idéal pour une telle session ? 

 Andy Emler  : Oui, pour de nombreuses raisons. Mais avant tout pour Gérard de Haro et son énorme talent de preneur de son, avec qui nous entretenons des liens fidèles et solides. Tous les deux ans depuis 2003 nous allons y enregistrer un nouvel opus et toujours en deux jours maximum ! L’histoire du MegaOctet, c’est celle de fidélités au long cours… Andy Emler  : Les histoires humaines qui durent sont souvent de belles histoires. Il y a bien sûr mon « unstopable » envie d’écrire, et d’écrire pour des personnalités. Il se trouve que chaque époque de l’orchestre, chaque rencontre avec un Thomas « Les histoires humaines qui durent sont souvent de belles histoires. » de Pourquery, un Guillaume Orti ou un Claude Tchamitchian, pour ne citer qu’eux, motive un travail d’écriture sur-mesure ou à la carte. Dans nos musiques on n’écrit pas pour des anonymes… J’essaie de mettre en scène un langage issu de toutes les musiques passées – et il y en a eu au vingtième siècle – et aussi de trouver un son « avant-gardiste ».

 Inversement, en quoi cette formule n’a-t-elle cessé de bouger, de changer, comme le prouve le nouvel album ? Andy Emler  : C’est bien sûr le choix des musiciens qui génère les idées. Mais aussi mon travail de compositeur et mes envies d’entendre, de tester, d’arranger et de faire sonner. Sans oublier une autre de mes incontournables motivations  : donner du plaisir.

 
 Pourquoi avoir choisi ce titre, A Moment For… ? 

 Andy Emler  : C’est un moment pour… se poser de bonnes questions, constater nos erreurs et y remédier, changer de cap au besoin, contrôler nos egos et s’intéresser aux autres  : « Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser tu m’enrichis », disait Saint Exupéry.

 Duo orgue-saxophone/Album à venir Commutation II, en duo avec Dave Liebman En janvier, Andy Emler publiera un nouvel album dans la formule d’un duo orgue-saxophone, cette fois avec le saxophoniste Dave Liebman. Là encore, une amitié qui n’est pas nouvelle… « Un jour Dave appelle Dany Michel, alors programmateur du club La Villa, et lui dit qu’il aimerait jouer avec Marc Ducret ou Andy Emler. Marc n’était pas libre, j’ai donc appelé Dave pour lui dire que je n’étais pas un pianiste de standards de jazz. Il m’a demandé si j’en connaissait certains. Oui, ai-je répondu, autant que les doigts d’une main. Neuf mois après nous jouions ces mêmes thèmes sans répétition ni même s’être reparlé. Autant dire qu’on les a explosés… Nous sommes restés en contact et je l’ai invité sur des concerts en trio avec Claude Tchamitchian et éric échampard et lui-même m’a invité sur certains projets.
Ce disque est une commande du label Signatures, qui souhaitait une œuvre pour orgue et soliste  : Dave et moi parlions d’un duo avec grandes orgues depuis des années ! » Commutation II, Andy Emler/Dave Liebman, Collection Signature, Radio France. Critique En 2019, le MegaOctet fêtera ses trente ans. L’heure d’un bilan ? Andy Emler  : Quand on parle de bilan, j’ai le sentiment qu’on suspend le temps pour un constat ou un regard vers le passé. Or, me semble-t-il, les compositeurs ne partent pas à la retraite. Il y a encore tellement à faire ! 
La date anniversaire du MegaOctet se fête chaque fois qu’il joue en public, et je crois honnêtement qu’il aurait dû attirer l’attention de tourneurs depuis tout ce temps. Peut-être s’en souviendra-t-on à la mort du compositeur… Ça arrive parfois ! (sourire entendu)

 Les créations en musique, un domaine où en tant que compositeur vous vous illustrez souvent, comme la recherche fondamentale en sciences, sont des secteurs désormais aussi indexés aux lois du marché. En quoi cela menace-t-il le futur de la musique ? Andy Emler  : Edgar Varèse interviewé à Radio France dans les années 1950 disait  : « Attention, quand la musique de divertissement prend le dessus sur la création et l’art alors la société est véritablement en danger ».
Je pense qu’il avait raison et que A Moment For… ANDY EMLER MEGAOCTET/NOUVEL ALBUM/LA BUISSONNE/PIAS Andy Emler peaufine son écriture avec le MegaOtctet. Les musiciens du MegaOctet  : Laurent Blondiau, trompette ; Laurent Dehors, saxophone ténor ; Philippe Sellam saxophone alto ; Guillaume Orti, saxophone alto ; Anthony Caillet, tuba ; Claude Tchamitchian, contrebasse ; éric échampard, batterie ; François Verly, marimba et percussions ; Andy Emler, piano et compositions. « La musique chasse la haine chez ceux qui sont sans amour. Elle donne la paix à ceux qui sont sans repos, elle console ceux qui pleurent. » Cette citation de Pablo Casals qui tient lieu d’unique note de pochette résume parfaitement les enjeux du nouvel album d’Andy Emler. Au fil des parutions, le MegaOctet persiste et signe une bande originale, qui puise à bien des sources. Du jazz, au pluriel bien entendu, mais aussi dans le champ contemporain, dans l’écriture plus « classique », non sans quelques traits d’humour ni de bref passages plus lyriques… Le résultat, tout autant étonnant que détonant, confirme que l’on tient là un univers sans réel équivalent, celui d’un alchimiste dont la formule s’enrichit de la présence de pupitres majuscules (Guillaume Orti et Laurent Dehors, pour n’en citer que deux) et d’une rythmique rompue à ce type d’exercices de hauts vertiges. Christophe Charpenel Critique Au son de sa voix ANDY EMLER MEGAOCTET/DVD/LA HUIT PRODUCTION Il y a dix ans, On Air, Live In Paris témoignait déjà de l’expérience scénique qu’est un concert d’Andy Emler. Dix ans plus tard, ce n’est plus au New Morning, mais lors du Paris Jazz Festival que l’on retrouve le MegaOctet. Une heure de musiques filmées permet de bien mesurer la qualité des sorties scéniques de cet orchestre. Mais surtout, l’originalité de ce DVD tient dans la possibilité qu’on a de retrouver le même concert, cette fois commenté, décortiqué, par Andy Emler, lors d’une interview avec le réalisateur Stéphane Jourdain. Ce passionnant décryptage, plein d’humanité et d’intimité, ponctué de bons mots et de traits d’esprit, fait de cet objet quelque chose de tout à fait unique. Le premier d’une série à venir chez La Huit Production. nous sommes en plein dedans. Je respecte les choix d’expression de chacun mais quand un marché impose en continu dans les plus grands médias des musiques de divertissement de composition médiocre ou qui n’apportent aucune surprise aux oreilles du plus grand nombre alors il me semble qu’on tire l’intellect de la population vers le bas. Adieu sens critique, curiosité, développement de l’imaginaire ainsi que nourritures intellectuelles pour tous. Si nos musiques étaient elles aussi très médiatisées, elles feraient émerger énormément de fans. Ce n’est pas une question de style ou de langage musical. Les pratiques artistiques comme le sport devraient être considérés comme des matières importantes à l’école dès le plus jeune âge, mais ce n’est toujours pas le cas dans ce pays… Serait-ce une volonté de nos dirigeants ? Propos recueillis par Jacques Denis Le Triton, 11 bis, rue du Coq-Français, 93260 Les Lilas. Vendredi 9 novembre à 20h30. Tél. 01 49 72 83 13. Places  : 15 à 25 € . Propos Recueillis/Andy Emler LES LILAS/CRéATION Tubafest 2 Nouvelle étape de cette aventure pour trois tubas, une percussion et un piano. « J’ai créé un récital pour tuba et instruments les 24 et 25 octobre 2015 au Triton, endroit où j’aime bien réaliser de nouvelles aventures. Il y avait alors des duos euphonium-tuba, une pièce pour tuba et quatuor à cordes, un quatuor de cuivres. Cette fois, seront réunis un tuba (François Thuillier), un Euphonium (Anthony Caillet) et un saxhorn (Tom Caudelle) enrichis – je l’espère – par un percussionniste (Xavier Desandre-Navarre) et moi au piano.
 Le problème est le suivant  : quand on rencontre un personnage comme François Thullier au tuba, on ne peut qu’avoir envie d’écrire pour lui dans de multiples formes ! » Le Triton, 11 bis rue du Coq-Français, 93260 Les Lilas. Samedi 15 décembre à 20h30. Tél. 01 49 72 83 13. Places  : 8 à 20 € . Et aussi Duo Contrebasse/Piano avec Claude Tchamitchian La Scène du Canal, 116 quai de Jemmapes, 75010 Paris. Jeudi 8 novembre à 20h. Tél. 01 48 03 33 22. Places  : 5 et 10 € . Focus réalisé par Jacques Denis 91 focus la terrasse 269 octobre 2018



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 1La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 2-3La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 4-5La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 6-7La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 8-9La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 10-11La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 12-13La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 14-15La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 16-17La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 18-19La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 20-21La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 22-23La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 24-25La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 26-27La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 28-29La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 30-31La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 32-33La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 34-35La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 36-37La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 38-39La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 40-41La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 42-43La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 44-45La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 46-47La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 48-49La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 50-51La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 52-53La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 54-55La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 56-57La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 58-59La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 60-61La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 62-63La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 64-65La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 66-67La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 68-69La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 70-71La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 72-73La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 74-75La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 76-77La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 78-79La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 80-81La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 82-83La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 84-85La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 86-87La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 88-89La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 90-91La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 92-93La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 94-95La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 96