La Terrasse n°269 octobre 2018
La Terrasse n°269 octobre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°269 de octobre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 24,4 Mo

  • Dans ce numéro : excellent cru d'octobre !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
dossier spécial/place au cirque 44 la terrasse 269 octobre 2018 C I R Q U Le Mon fort théâtre "3 TA 1111 anit-1 DI Pie) ! Telérama 1.r/11041dt la terrasse l ità LA FUITE Olivier Meyrou avec Matias Pilet Celer Mafflu *no Mir P ACTE 1 REDEVENIR UN HOMME Kurz Davor ;\) DYSTONIE Cie Defracto RUINE Erwan Ha Kyoon Larcher E MANIFESTE Arnaud Saury & Olivier Debelhoir MMFF S 18 19 DRU Cie La June AUTOUR DU DOMAINE Marion Collé Collectif Porte27 OPTRAKEN Galactik Ensemble LE GROS SABORDAGE La Mondiale générale POUR LE MEILLEUR ET POUR LE PIRE Cirque Aïtal 01 56 08 33 88 ● lemonfort.fr Critique La dernière saison La Villette/écriture et mes Bernard Kudlak Ultime spectacle du mythique Cirque Plume, La dernière saison emporte avec elle une page importante de l’évolution des arts du cirque. La dernière saison n’est pas un spectacle d’adieux, ni un best-of des meilleurs numéros du Cirque Plume, mais une vraie création, vivante, inventive, porteuse tout de même d’une certaine nostalgie. En une quarantaine d’années, le Cirque Plume est devenu une compagnie majeure au succès mondial. Sa marque de fabrique, vite estampillée « nouveau cirque »  : proposer des spectacles où l’art circassien se met au service de la création poétique. Sur scène, une boîte noire en guise de piste, plateau disposé en frontal où s’élaborent d’habiles jeux de lumière permettent, au gré des numéros, de créer apparitions surprenantes et paysages magiques et mouvants. Les exploits circassiens s’incorporent dans une profusion visuelle associée à une musique jouée en direct qui mène ou accompagne les tableaux, parcourant au passage une grande variété d’univers. Conciliant dimension populaire et exigence artistique, le Cirque Plume Entretien/Martin Palisse s’est ainsi constitué un public fidèle et composite – il se produit, c’est éloquent, pour la onzième fois de son histoire à la Villette –, public qui a répondu présent en ce soir de première, première des dernières joyeuse et ne cédant en rien à la tristesse des adieux. Tout procède ici par glissements successifs C’est l’automne, avant l’hiver. Des feuilles mortes volettent au-dessus du plateau tandis que le public s’installe. Un sac plastique se mêle à la danse. Bernard Kudlak a conçu ce spectacle autour des montagnes du Jura qui lui sont familières, de la Nature dont il voudrait qu’on préserve aussi la beauté. Les tableaux parcourront une mer furieuse comme des montagnes enneigées, croiseront des animaux tout autant issus de la savane que d’un bestiaire fantastique. On dérive, on s’écarte. Tout procède ici par glissements successifs. Pour le renouvellement et contre le conservatisme Pôle National Cirque de Nexon Nouvelle-Aquitaine Directeur du Pôle National Cirque de Nexon Nouvelle-Aquitaine depuis 2014, Martin Palisse porte un regard sans concession sur l’état de sa discipline. Pour contribuer à son développement, il place les questions sociétales au cœur de sa mission. Dans la dernière édition de La Route du Sirque (6-25 août 2018), festival porté par votre Pôle National Cirque, vous avez mis en avant la création féminine. Pourquoi ? Martin Palisse  : À l’issue de l’édition 2017, largement masculine, mon équipe et moi avons pris conscience d’un problème  : en quatre ans, l’argent que nous avons distribué en coproduction a en grande majorité bénéficié à des hommes. Avec l’édition de cette année, notre but n’était donc pas d’inviter un maximum de femmes, mais de rétablir une égalité dans l’accès à l’argent destiné au travail, qui est de l’argent public. En tant que directeur d’une institution publique, je pense qu’il est de mon devoir de prendre en considération une question sociétale de cette importance. Autre choix surprenant de votre programmation  : la conférence gesticulée Inculture I de Franck Lepage, consacrée au rôle de la culture dans la société. M. P.  : Comme en témoigne l’inégalité constitutive entre hommes et femmes dans les arts du cirque, ces derniers sont dénués de conscience de société. Le milieu du cirque est devenu très conservateur, de moins en moins tourné vers l’expérimentation. D’où mon désir d’ouvrir le festival à d’autres formes et disciplines, et d’y amener de la pensée. À quoi attribuez-vous cette évolution ? M. P.  : Elle va de pair avec la structuration et l’institutionnalisation de la discipline. En quelques années, le cirque a presque tout perdu de sa période faste, dont il nous reste encore des maîtres tels que JohannLe Guillermet Jérôme Thomas. Les programmateurs sont à mon avis en grande partie responsables. Ils ont cessé de faire leur travail, de participer au développement des esthétiques. Martin Palisse. « Il est urgent que le milieu circassien sorte de sa zone de confort. » Comment un Pôle National Cirque peut-il selon vous assumer cette fonction ? M. P.  : Déjà, il faut arrêter de ne programmer que des grands noms, dont certains sont de parfaits symboles du conservatisme du milieu. Diriger une institution n’a pour moi d’intérêt que si je peux y instaurer des mécanismes venant de l’alternatif. De plus en plus, je tente d’être une sorte de curateur. Je veux être à l’affût des nouvelles tentatives et pouvoir en susciter. D’où mon envie de rebattre complètement les cartes de La Route du Sirque l’an prochain. Il est urgent que le milieu circassien sorte de sa zone de confort… Propos recueillis par Anaïs Heluin Philippe Laurençon
Yves Petit Barbara BuchmannQuelques fils rouges  : les hommes vieillissants et ventripotents courent avec un ridicule assumé après une virilité d’un autre âge. Les filles – plus jeunes, acrobates à terre, au fil, au cerceau, d’une aisance merveilleuse au mât, et contorsionniste incroyable – se rient de leurs simagrées de vieux singes. Dans cette atmosphère un peu sucrée, les chorégraphies se ressemblent et l’alternance de tableaux longs et d’intermèdes plus rigolos est quelque peu monotone. Mais n’abîmons pas plus le monument. Avec une dignité joyeuse, perpétuant un esprit de troupe où musiciens et circassiens s’entremêlent comme autant d’acteurs d’une même œuvre, La dernière saison donne à voir des trouvailles mémorables qui clôtureront en beauté le livre des souvenirs. Aux saluts, la Théâtre de la ville d’Auch/Festival Circa Tina Dekens. « Tout le monde a beau être concerné par la maternité, on mesure souvent assez mal le bouleversement qu’elle provoque » Entretien/Tina Dekens Me, mother communauté des spectateurs est debout, les yeux pétillants d’images et de reconnaissance. Devant lui, le pari d’un cirque sensible et poétique a encore de belles années. éric Demey La Villette, espace chapiteaux, du 26 septembre au 30 décembre, du mercredi au vendredi à 20h, le samedi à 19h et le dimanche à 15h. Relâche le lundi et le mardi ainsi que du 31 octobre au 8 novembre. Tél. 01 40 03 75 75. Durée  : 1h30. Également du 15 au 21 février à Lieusaint, du 8 au 29 mars à Blagnac, du 23 au 29 avril à Brest, du 26 mai au 18 juin à Chambéry, du 11 au 24 octobre 2019 à Mérignac. Avec Albin Warette, la comédienne et metteure en scène Tina Dekens met en scène cinq circassiennes enceintes ou jeunes mères au festival CIRCa. Elle accompagne leur questionnement sur la maternité et sur le risque. Venant du théâtre, vous approchez le cirque pour la première fois avec Me, mother. D’où vous vient ce désir ? Tina Dekens  : Ce projet a été initié par John Ellingsworth et Duncan Wall, engagés dans le développement du cirque à Londres et aux États-Unis. Très tôt, ils ont senti que pour accéder à la parole intime des femmes qu’ils voulaient mettre en scène, il leur fallait faire appel à une troisième personne, plus familière de la question de la maternité. Lorsqu’ils m’ont proposé d’être cette personne, j’ai tout de suite accepté. L’idée m’intéressait d’autant plus que je venais de devenir maman, et que ma grossesse a été un moment de grandes interrogations sur mon métier de comédienne et metteure en scène. La dernière saison. Le spectacle a été créé une première fois en 2016 lors du festival CircusFest à Londres. Pourquoi le recréer en France deux ans plus tard ? T. D.  : L’expérience a été passionnante. Dans le travail avec les artistes et dans les échanges avec le public, qui font partie intégrante du processus, j’ai constaté la nécessité de donner à entendre ces témoignages. Tout le monde a beau être concerné par la maternité, on mesure souvent assez mal le bouleversement qu’elle provoque. Je suis donc très heureuse d’avoir la chance de reprendre ce spectacle qui est par nature éphémère. Comment avez-vous choisi les cinq femmes de ce nouveau spectacle ? T. D.  : Pour cette version française, je me suis associée au metteur en scène, auteur et comédien Albin Warette, co-fondateur du collectif d’artistes toulousain Culture en Mouvements. Nous avons organisé un casting, lors duquel nous avons rencontré de nombreuses circassiennes. Nous voulions des artistes de disciplines différentes, habitées par les questions qui nous intéressent. Quelle place la parole occupe-t-elle dans Me, mother par rapport au cirque ? T. D.  : Je vois cette pièce comme un spectacle de théâtre sur le cirque. Les moments de tissu aérien, de hula hoop, de bascule, d’acrobatie au sol et de mât chinois sont là pour accompagner la parole de ces artistes dont le corps est l’outil principal de travail. Et qui, à ce moment de leur vie, interrogent leur rapport au risque ainsi que le regard du public. Propos recueillis par Anaïs Heluin Festival CIRCa, Théâtre de la ville d’Auch, 1 place de la Libération, 32000 Auch. Le 23 octobre à 16h30 et le 24 à 18h. Tél. 05 62 61 65 00. www.circa.auch.fr Pascal Colrat L'ACADÉMIE FRATELLINI SAISON 201812019 JE M'ABONNE ! rens/resa 01 72 59 40 30 academie-frateltini.com iNstablE NiColas FRaisEau lEs HommEs PENCHés 11 > 14 octobre Grand chapiteau..—. mi'^.. ^'x ^.. oPtRakEN GalaCtik ENsEmblE 12 > 13 octobre espace 1789, Saint-ouen el... j `... aPéRo CiRquE aPPRENtis 3 e aNNéE Et étuDiaNts musiCiENs PôlE suP’93 GuillaumE DuRiEux 16 > 18 novembre Petit chapiteau —.. l’imPossiblE CiRquE DE Noël EsCaRlata CiRCus 4 > 22 décembre Grand chapiteau aPéRo CiRquE aPPRENtis 1 ère aNNéE Et étuDiaNts musiCiENs PôlE suP’93 FRED bliN (CHiCHE CaPoN) 25 > 27 janvier Petit chapiteau. x aPéRo CiRquE lEs DiPlômés 2015 EN PistE ! 22 > 24 février Petit chapiteau moNstRo CollECtiF sous lE maNtEau 14 > 17 marS Grand chapiteau... >... ^.. tbs... aPéRo CiRquE PRé-aPPRENtis aNtEk klEmm 29 > 31 marS Petit chapiteau. HoW to WElComE tHE aliENs CiE EaEo 18 > 21 avril Petit chapiteau.X. aPéRo CiRquE aPPRENtis 1 ère aNNéE lE jaRDiN DEs DéliCEs 17 > 19 mai Petit chapiteau frerry"fry... lEs imPRomPtus 11 FEstival DEs aRts Du CiRquE 3 > 9 juin 2019 aCCès > 5 mn de Gare du Nord 10 mn des Halles RER D stade de France-saint-Denis.. dossier spécial/place au cirque 45 la terrasse 269 octobre 2018



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 1La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 2-3La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 4-5La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 6-7La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 8-9La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 10-11La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 12-13La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 14-15La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 16-17La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 18-19La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 20-21La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 22-23La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 24-25La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 26-27La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 28-29La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 30-31La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 32-33La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 34-35La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 36-37La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 38-39La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 40-41La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 42-43La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 44-45La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 46-47La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 48-49La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 50-51La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 52-53La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 54-55La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 56-57La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 58-59La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 60-61La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 62-63La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 64-65La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 66-67La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 68-69La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 70-71La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 72-73La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 74-75La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 76-77La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 78-79La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 80-81La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 82-83La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 84-85La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 86-87La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 88-89La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 90-91La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 92-93La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 94-95La Terrasse numéro 269 octobre 2018 Page 96