La Terrasse n°263 mars 2018
La Terrasse n°263 mars 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°263 de mars 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 104

  • Taille du fichier PDF : 21,6 Mo

  • Dans ce numéro : droit de vote.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
théâtre 2 la terrasse 263 mars 2018 DU 3 AU 25 MARS 2018 LA DOUBLE INCONSTANCE (OU pRESqUE) de Marivaux adaptation et Mise en scène Jean-Michel Rabeux DU 7 AU 25 MARS 2018 LET ME TRY d’apRès JouRnal (1915-1941) de Virginia Woolf Réservations  : 01 48 13 70 00 www.theatregerardphilipe.com www.fnac.com – www.theatreonline.com unTéléigir la terrasse adaptation et Mise en scèneisabelle lafon Le Théâtre Gérard Philipe, centre dramatique national de Saint-Denis est subventionné par le ministère de la Culture et de la Communication (Drac Île-de-France), la Ville de Saint-Denis, le Département de la Seine-Saint-Denis. Théâtre Gérard Philipe Centre dramatique national de Saint-Denis Direction  : Jean Bellorini Pascal Victor Ronan Thenadey Dans les villes théâtre Critiques 4 TNBA/L’ONDE/THéâTRE 71/TOURNéE Christophe Rauck achève son cycle sur l’amour avec cette mise en scène ciselée de Comme il vous plaira de Shakespeare. 4 ESPACE CARDIN (THéâTRE DE LA VILLE HORS LES MURS) J’ai trop peur, un réjouissant spectacle tout public conçu par David Lescot. 12 CHAILLOT,THéâTRE NATIONAL DE LA DANSE élise Vigier et Marcial di Fonzo Bo rendent hommage au premier magicien du cinéma dans M comme Méliès. M comme Méliès. 14 THéâTRE DE BELLEVILLE Avec 1336 (parole de Fralibs), Philippe Durand livre une belle parole d’espoir. 17 THéâTRE 71/TOURNéE La compagnie Les Anges au Plafond explore à nouveau l’humanisme de Romain Gary en portant à la scène White Dog. White Dog. 18 REPRISE/THÉÂTRE HéBERTOT Dirigée par Hélène Fillières, Josiane Balasko offre une interprétation sans concession du monologue de Simone de Beauvoir, La Femme rompue. 19 COMéDIE-FRANÇAISE Poussière de Lars Norén dissèque la fin de vie. Une musique de mort magnifiquement interprétée par la troupe de la Comédie-Française. 21 THéâTRE GéRARD PHILIPE Second volet du triptyque Les Insoumises, Let me try d’Isabelle Lafon rend hommage à une Virginia Woolf méconnue. Une réussite. 22 SUISSE/THéâTRE VIDY LAUSANNE Cargo Congo-Lausanne de Stefan Kaegi nous embarque à bord d’un camionthéâtre dans un road-trip étonnant. 32 REPRISE/THéâTRE DE GENNEVILLIERS Séverine Chavrier porte à la scène Nous sommes repus mais pas repentis (Déjeuner chez Wittgenstein) d’après Thomas Bernhard. Une écriture décapante. 34 LE MONFORT THéâTRE Magnétic de Jérôme Thomas nous ouvre les portes d’un monde fascinant. Magnétic. 34 REPRISE/ESPACE CIRQUE D’ANTONY Un Loup pour l’Homme poursuit sa recherche sur les portés acrobatiques avec Rare birds. Tristan Jeanne-Valès Vincent Muteau Christophe Raynaud de Lage Entretiens 5 LES GéMEAUX Le metteur en scène Declan Donnellan revient aux Gémeaux avec Périclès, Prince de Tyr de Shakespeare. 6 SCèNE NATIONALE DE SAINT-QUENTIN-EN- YVELINES Lionel Massetat propose la seconde édtion du Festival Rencontres InCité, à la croisée des arts et des sciences. 7 LE TARMAC La scène dédiée à la francophonie ouvre l’un de ses grands rendez-vous annuels  : les Traversées africaines. 8 ATHéNéE THéâTRE LOUIS-JOUVET Alfredo Arias met en scène et interprète Elle de Jean Genet. Alfredo Arias. 16 THéâTRE NATIONAL DE STRASBOURG/MC 93 (THéâTRE DE LA VILLE HORS LES MURS) Anatoli Vassiliev met en scène Le récit d’un homme inconnu de Tchekhov, avec Stanislas Nordey. 26 THéâTRE DéJAZET Alain Françon met en scène Un mois à la campagne d’Ivan Tourgueniev, dans une nouvelle traduction de Michel Vinaver. 28 THéâTRE DU ROND-POINT Guy Zilberstein dans Coupes sombres confronte un auteur et sa metteuse en scène. Anne Kessler signe la mise en scène. 36 RéGION/ANGERS/LE QUAI Frédéric Bélier-Garcia met en scène une adaptation resserrée de La Tragédie de Macbeth. 37 THéâTRE-STUDIO D’ALFORTVILLE Christian Benedetti reprend sa mise en scène de La Cerisaie, d’Anton Tchekhov. 4 Ilik k._117 et Christian Benedetti. Gros plans 11 LA FERME DU BUISSON 5 e édition du Festival PULP, qui croise la bande dessinée et les autres arts. 12 LA COLLINE, THéâTRE NATIONAL Wajdi Mouawad s’intéresse à la jeunesse actuelle dans Notre innocence, et célèbre la vie malgré les peurs. Notre innocence. 13 RéGION/NORMANDIE/FESTIVAL événement  : le Festival Spring célèbre toute la créativité du cirque. 15 RéGION/CENTRE DRAMATIQUE NATIONAL DE TOURS Le Centre dramatique national de Tours met à l’honneur la jeune création contemporaine lors du Festival WET°. 16 ILE-DE-FRANCE/FESTIVAL Dans les Hauts-de-Seine, le printemps annonce MARTO !, festival de théâtre d’objets et des arts de la marionnette. D Gustavo Di Mario. R. Simon Annand Tuong-Vi Nguyen
LA COMMUNE CENTRE DRAMATIQUE NATIONAL — AUBERVILLIERS — DU 14 AU 28 MARS 2018 -- LUIGI PIRANDELLO VÊTIR CEUX QUI SONT NUS PAR MARIE—JOSÉ MALIS ajetieclue estsavé L desatentativ ; de suicida Iaisttenpiejoun. es, t e s'est emPédece ehisW van trous les traits A pnts la mort accidentelle de la fille du consul de Smyrne dont elle était la nurse, Ersilia Dret une jeune femme sans famille, est chassée de la maison de ses maîtres. Elle se retrouve à la rue, seule et désemparée. A près une vie de pauvreté et de presse Pathelechronique de cette locale,la ire » émeut toute « triste bleu devient la',ken" de tons laslan esell srédceé.lesti : sollia ep,eue res:Pée, Uavec n 1llde rai:urée s "grestl:M, entre de'leittetaire et espoir des reculneitentions amble, ke4ota, iaabafaidov ds'ec Ins reted'aen faite sa compagne. P renant d'abord en pitié la jeune femme, ils vont peu à peu de nouveau s'avérer incapables d'accéder à sa demande fondamentale. Un être humain dépossédé et humilié a besoin, dit-elle, que par-delà les faits, une parole, un récit, fassent justice à sa vie. Mais eux, Pris dans la mêlée de leurs propres intérêts, lui refusent ce don, et même l'écrivain n'arrive pas à faire droit à cette dernière tentative de SauverSubjectiveMent, au-delà de « l'apparence des faits », « quelque chose » d'une vie. y'auteur nous donne rendezvous au théâtre à la demande de son héroïne malheureuse et dépossédée. Il s'agira d'examiner si nous saurons voir, nous voir, voir les autres, autrement Pour que nous soyons tous sauvés. me re as les acteurs s:'ardseuP, i lrea t s net.rs ont alors Lkrlu'jél souhaitant vne ral tn àun ebe et eo, dstep : enstst a.sofio s es'rue l pq tkea ti ek a:ep t irtreu elintei e al ore r é Lesega'bouleversée épouse, bouleversée, », S le flanc:mentis'future ldeche esœrfnchielnt rassemblés â.pén céécal erre.Iva étanteletsseu que lu. services, elle avait rêvé que sa vie pourrait prendre consistance, quand elle était tombée amoureuse d'un jeune lieutenant de vaisseau, Laspiga, et que ce dernier lui avait promis le mariage. Mais une « vérité honteuse » se cache derrière la mort accidentelle de la fillette, et dépossédée d'elle-même, elle a souhaité mourir à son tour. P arce qu'elle pense mourir, Ersilia tente d'habiller sa vie de la décence dont elle avait rêvé. Elle raconte à un journaliste avoir voulu mourir parce que son fiancé Pa trahie an ? apprêtant â épouser une autre femme. 111 de rIG:cèPI nletANDEL 0 par MARIE-JOSÉ MALIS avec PASCAL BATIGNE, JEAN-LOMS CODLLOC'1 SYLI/1A Emme°, JULIEN CEPPEOS, OLDnEEHOEEAu, ISABEL OED, EL... SANDRINE ROMAR eer La commune 2 rue É dOuard Poisson gssoo Aubervilliers + 33 (0)1 48 33 16 16 laCoMinune-auberyilliers.fr la terrasse... le Jima'e... -..ei.,t..., ; - 11 IL't. a  : théâtre 3 la terrasse 263 mars 2018 D. R. La Commune Aubervilliers centre dramatique national pièce d’actualité 11 17→ 30 mars 2018 le 93 Trop et des jeunes danseuses & danseurs du territoire d’inspiration dans avec Alaingo, Annick Choco, Mishaa, Ordinateur de Monika Gintersdorfer et Franck Edmond Yao La Commune Aubervilliers 2 rue Édouard Poisson 93 300 Aubervilliers + 33 (0)1 48 33 16 16 lacommune-aubervilliers.fr Mº Aubervilliers–Pantin Quatre Chemins centre dramatique national A près la mort accidentelle de la fille du consul de Smyrne dont elle était la nurse, Ersilia Drei, une jeune femme sans famille, est chassée de la maison de ses maîtres. Elle se retrouve à la rue, seule et désemparée. A près une vie de pauvreté et de services, elle avait rêvé que sa vie pourrait prendre consistance, quand elle était tombée amoureuse d’un jeune lieutenant de vaisseau, Laspiga, et que ce dernier lui avait promis le mariage. Mais une « vérité honteuse » se cache derrière la mort accidentelle de la fillette, et dépossédée d’elle-même, elle a souhaité mourir à son tour. P arce qu’elle pense mourir, Ersilia tente d’habiller sa vie de la décence dont elle avait rêvé. Elle raconte à un journaliste avoir voulu mourir parce que son fiancé l’a trahie en s’apprêtant à épouser une autre femme. L a jeune exclue est sauvée de sa tentative de suicide. Mais entre temps, le journaliste s’est emparé de cette histoire, en accentuant tous les traits pathétiques. Parue dans la presse locale, la chronique de cette « triste histoire » émeut toute la ville. Ersilia devient la victime sans défense, la rescapée, de tous les récits populaires. U n écrivain Ludovico Nota, recueille alors Ersilia, avec des intentions ambigües, entre désir de remédier à un mal d’inspiration littéraire et espoir secret d’en faire sa compagne. T ous les acteurs du drame de la vie d’Ersilia apparaissent alors un à un dans le meublé de l’écrivain, poussés par le remord et souhaitant réparer leurs torts. S ont rassemblés l’écrivain et M me Onoria, la propriétaire du meublé, puis font irruption le journaliste, ainsi que Franco Lespiga, le fiancé dont la future épouse, bouleversée, vient de rompre les fiançailles, et enfin le consul de Smyrne. Ce dernier étant le seul à connaître la vérité des faits, que tous les autres cherchent à pénétrer. P renant d’abord en pitié la jeune femme, ils vont peu à peu de nouveau s’avérer incapa bles d’accéder à sa demande fondamentale. Un être humain dépossédé et humilié a besoin, dit-elle, que par-delà les faits, une parole, un récit, fassent justice à sa vie. Mais eux, pris dans la mêlée de leurs propres intérêts, lui refusent ce don, et même l’écrivain n’arrive pas à faire droit à cette dernière tentative de sauver subjectivement, au-delà de « l’apparence des faits », « quelque chose » d’une vie. L’auteur nous donne rendezvous au théâtre à la demande de son héroïne malheureuse et dépossédée. Il s’agira d’examiner si nous saurons voir, nous voir, voir les autres, autrement. Pour que nous soyons tous sauvés. de Luigi Pirandello mis en scène par Marie‐José Malis avec Pascal Batigne, Jean-Louis Coulloc’h, Sylvia Etcheto, Julien Geffroy, Olivier Horeau, Isabel Oed, Sandrine Rommel… VÊTIR CEUX QUI SONT NUS LA COMMUNE La Commune 2 rue Édouard Poisson 93300 Aubervilliers + 33 (0)1 48 33 16 16 lacommune-aubervilliers.fr centre dramatique national — aubervilliers — du 14 au 28 mars 2018 — 52 e année L U IGI P I R A N DEL L O PA R M A R I E -JO S É M A L I S A près la mort accidentelle de la fille du consul de Smyrne dont elle était la nurse, Ersilia Drei, une jeune femme sans famille, est chassée de la maison de ses maîtres. Elle se retrouve à la rue, seule et désemparée. A près une vie de pauvreté et de services, elle avait rêvé que sa vie pourrait prendre consistance, quand elle était tombée amoureuse d’un jeune lieutenant de vaisseau, Laspiga, et que ce dernier lui avait promis le mariage. Mais une « vérité honteuse » se cache derrière la mort accidentelle de la fillette, et dépossédée d’elle-même, elle a souhaité mourir à son tour. P arce qu’elle pense mourir, Ersilia tente d’habiller sa vie de la décence dont elle avait rêvé. Elle raconte à un journaliste avoir voulu mourir parce que son fiancé l’a trahie en s’apprêtant à épouser une autre femme. L a jeune exclue est sauvée de sa tentative de suicide. Mais entre temps, le journaliste s’est emparé de cette histoire, en accentuant tous les traits pathétiques. Parue dans la presse locale, la chronique de cette « triste histoire » émeut toute la ville. Ersilia devient la victime sans défense, la rescapée, de tous les récits populaires. U n écrivain Ludovico Nota, recueille alors Ersilia, avec des intentions ambigües, entre désir de remédier à un mal d’inspiration littéraire et espoir secret d’en faire sa compagne. T ous les acteurs du drame de la vie d’Ersilia apparaissent alors un à un dans le meublé de l’écrivain, poussés par le remord et souhaitant réparer leurs torts. S ont rassemblés l’écrivain et M me Onoria, la propriétaire du meublé, puis font irruption le journaliste, ainsi que Franco Lespiga, le fiancé dont la future épouse, bouleversée, vient de rompre les fiançailles, et enfin le consul de Smyrne. Ce dernier étant le seul à connaître la vérité des faits, que tous les autres cherchent à pénétrer. P renant d’abord en pitié la jeune femme, ils vont peu à peu de nouveau s’avérer incapa bles d’accéder à sa demande fondamentale. Un être humain dépossédé et humilié a besoin, dit-elle, que par-delà les faits, une parole, un récit, fassent justice à sa vie. Mais eux, pris dans la mêlée de leurs propres intérêts, lui refusent ce don, et même l’écrivain n’arrive pas à faire droit à cette dernière tentative de sauver subjectivement, au-delà de « l’apparence des faits », « quelque chose » d’une vie. L’auteur nous donne rendezvous au théâtre à la demande de son héroïne malheureuse et dépossédée. Il s’agira d’examiner si nous saurons voir, nous voir, voir les autres, autrement. Pour que nous soyons tous sauvés. de Luigi Pirandello mis en scène par Marie‐José Malis avec Pascal Batigne, Jean-Louis Coulloc’h, Sylvia Etcheto, Julien Geffroy, Olivier Horeau, Isabel Oed, Sandrine Rommel… VÊTIR CEUX QUI SONT NUS LA COMMUNE La Commune 2 rue Édouard Poisson 93300 Aubervilliers + 33 (0)1 48 33 16 16 lacommune-aubervilliers.fr centre dramatique national — aubervilliers — du 14 au 28 mars 2018 — 52 e année L U IGI P I R A N DEL L O PA R M A R I E -JO S É M A L I S A près la mort accidentelle de la fille du consul de Smyrne dont elle était la nurse, Ersilia Drei, une jeune femme sans famille, est chassée de la maison de ses maîtres. Elle se retrouve à la rue, seule et désemparée. A près une vie de pauvreté et de services, elle avait rêvé que sa vie pourrait prendre consistance, quand elle était tombée amoureuse d’un jeune lieutenant de vaisseau, Laspiga, et que ce dernier lui avait promis le mariage. Mais une « vérité honteuse » se cache derrière la mort accidentelle de la fillette, et dépossédée d’elle-même, elle a souhaité mourir à son tour. P arce qu’elle pense mourir, Ersilia tente d’habiller sa vie de la décence dont elle avait rêvé. Elle raconte à un journaliste avoir voulu mourir parce que son fiancé l’a trahie en s’apprêtant à épouser une autre femme. L a jeune exclue est sauvée de sa tentative de suicide. Mais entre temps, le journaliste s’est emparé de cette histoire, en accentuant tous les traits pathétiques. Parue dans la presse locale, la chronique de cette « triste histoire » émeut toute la ville. Ersilia devient la victime sans défense, la rescapée, de tous les récits populaires. U n écrivain Ludovico Nota, recueille alors Ersilia, avec des intentions ambigües, entre désir de remédier à un mal d’inspiration littéraire et espoir secret d’en faire sa compagne. T ous les acteurs du drame de la vie d’Ersilia apparaissent alors un à un dans le meublé de l’écrivain, poussés par le remord et souhaitant réparer leurs torts. S ont rassemblés l’écrivain et M me Onoria, la propriétaire du meublé, puis font irruption le journaliste, ainsi que Franco Lespiga, le fiancé dont la future épouse, bouleversée, vient de rompre les fiançailles, et enfin le consul de Smyrne. Ce dernier étant le seul à connaître la vérité des faits, que tous les autres cherchent à pénétrer. P renant d’abord en pitié la jeune femme, ils vont peu à peu de nouveau s’avérer incapa bles d’accéder à sa demande fondamentale. Un être humain dépossédé et humilié a besoin, dit-elle, que par-delà les faits, une parole, un récit, fassent justice à sa vie. Mais eux, pris dans la mêlée de leurs propres intérêts, lui refusent ce don, et même l’écrivain n’arrive pas à faire droit à cette dernière tentative de sauver subjectivement, au-delà de « l’apparence des faits », « quelque chose » d’une vie. L’auteur nous donne rendezvous au théâtre à la demande de son héroïne malheureuse et dépossédée. Il s’agira d’examiner si nous saurons voir, nous voir, voir les autres, autrement. Pour que nous soyons tous sauvés. de Luigi Pirandello mis en scène par Marie‐José Malis avec Pascal Batigne, Jean-Louis Coulloc’h, Sylvia Etcheto, Julien Geffroy, Olivier Horeau, Isabel Oed, Sandrine Rommel… VÊTIR CEUX QUI SONT NUS LA COMMUNE La Commune 2 rue Édouard Poisson 93300 Aubervilliers + 33 (0)1 48 33 16 16 lacommune-aubervilliers.fr centre dramatique national — aubervilliers — du 14 au 28 mars 2018 — 52 e année L U IGI P I R A N D E L L O PA R M A R I E -JO S É M A L I S A près la mort accidentelle de la fille du consul de Smyrne dont elle était la nurse, Ersilia Drei, une jeune femme sans famille, est chassée de la maison de ses maîtres. Elle se retrouve à la rue, seule et désemparée. A près une vie de pauvreté et de services, elle avait rêvé que sa vie pourrait prendre consistance, quand elle était tombée amoureuse d’un jeune lieutenant de vaisseau, Laspiga, et que ce dernier lui avait promis le mariage. Mais une « vérité honteuse » se cache derrière la mort accidentelle de la fillette, et dépossédée d’elle-même, elle a souhaité mourir à son tour. P arce qu’elle pense mourir, Ersilia tente d’habiller sa vie de la décence dont elle avait rêvé. Elle raconte à un journaliste avoir voulu mourir parce que son fiancé l’a trahie en s’apprêtant à épouser une autre femme. L a jeune exclue est sauvée de sa tentative de suicide. Mais entre temps, le journaliste s’est emparé de cette histoire, en accentuant tous les traits pathétiques. Parue dans la presse locale, la chronique de cette « triste histoire » émeut toute la ville. Ersilia devient la victime sans défense, la rescapée, de tous les récits populaires. U n écrivain Ludovico Nota, recueille alors Ersilia, avec des intentions ambigües, entre désir de remédier à un mal d’inspiration littéraire et espoir secret d’en faire sa compagne. T ous les acteurs du drame de la vie d’Ersilia apparaissent alors un à un dans le meublé de l’écrivain, poussés par le remord et souhaitant réparer leurs torts. S ont rassemblés l’écrivain et M me Onoria, la propriétaire du meublé, puis font irruption le journaliste, ainsi que Franco Lespiga, le fiancé dont la future épouse, bouleversée, vient de rompre les fiançailles, et enfin le consul de Smyrne. Ce dernier étant le seul à connaître la vérité des faits, que tous les autres cherchent à pénétrer. P renant d’abord en pitié la jeune femme, ils vont peu à peu de nouveau s’avérer incapa bles d’accéder à sa demande fondamentale. Un être humain dépossédé et humilié a besoin, dit-elle, que par-delà les faits, une parole, un récit, fassent justice à sa vie. Mais eux, pris dans la mêlée de leurs propres intérêts, lui refusent ce don, et même l’écrivain n’arrive pas à faire droit à cette dernière tentative de sauver subjectivement, au-delà de « l’apparence des faits », « quelque chose » d’une vie. L’auteur nous donne rendezvous au théâtre à la demande de son héroïne malheureuse et dépossédée. Il s’agira d’examiner si nous saurons voir, nous voir, voir les autres, autrement. Pour que nous soyons tous sauvés. de Luigi Pirandello mis en scène par Marie‐José Malis avec Pascal Batigne, Jean-Louis Coulloc’h, Sylvia Etcheto, Julien Geffroy, Olivier Horeau, Isabel Oed, Sandrine Rommel… VÊTIR CEUX QUI SONT NUS LA COMMUNE La Commune 2 rue Édouard Poisson 93300 Aubervilliers + 33 (0)1 48 33 16 16 lacommune-aubervilliers.fr centre dramatique national — aubervilliers — du 14 au 28 mars 2018 — 52 e année L U IGI P I R A N DEL L O PA R M A R I E -JO S É M A L I S A près la mort accidentelle de la fille du consul de Smyrne dont elle était la nurse, Ersilia Drei, une jeune femme sans famille, est chassée de la maison de ses maîtres. Elle se retrouve à la rue, seule et désemparée. A près une vie de pauvreté et de services, elle avait rêvé que sa vie pourrait prendre consistance, quand elle était tombée amoureuse d’un jeune lieutenant de vaisseau, Laspiga, et que ce dernier lui avait promis le mariage. Mais une « vérité honteuse » se cache derrière la mort accidentelle de la fillette, et dépossédée d’elle-même, elle a souhaité mourir à son tour. P arce qu’elle pense mourir, Ersilia tente d’habiller sa vie de la décence dont elle avait rêvé. Elle raconte à un journaliste avoir voulu mourir parce que son fiancé l’a trahie en s’apprêtant à épouser une autre femme. L a jeune exclue est sauvée de sa tentative de suicide. Mais entre temps, le journaliste s’est emparé de cette histoire, en accentuant tous les traits pathétiques. Parue dans la presse locale, la chronique de cette « triste histoire » émeut toute la ville. Ersilia devient la victime sans défense, la rescapée, de tous les récits populaires. U n écrivain Ludovico Nota, recueille alors Ersilia, avec des intentions ambigües, entre désir de remédier à un mal d’inspiration littéraire et espoir secret d’en faire sa compagne. T ous les acteurs du drame de la vie d’Ersilia apparaissent alors un à un dans le meublé de l’écrivain, poussés par le remord et souhaitant réparer leurs torts. S ont rassemblés l’écrivain et M me Onoria, la propriétaire du meublé, puis font irruption le journaliste, ainsi que Franco Lespiga, le fiancé dont la future épouse, bouleversée, vient de rompre les fiançailles, et enfin le consul de Smyrne. Ce dernier étant le seul à connaître la vérité des faits, que tous les autres cherchent à pénétrer. P renant d’abord en pitié la jeune femme, ils vont peu à peu de nouveau s’avérer incapa bles d’accéder à sa demande fondamentale. Un être humain dépossédé et humilié a besoin, dit-elle, que par-delà les faits, une parole, un récit, fassent justice à sa vie. Mais eux, pris dans la mêlée de leurs propres intérêts, lui refusent ce don, et même l’écrivain n’arrive pas à faire droit à cette dernière tentative de sauver subjectivement, au-delà de « l’apparence des faits », « quelque chose » d’une vie. L’auteur nous donne rendezvous au théâtre à la demande de son héroïne malheureuse et dépossédée. Il s’agira d’examiner si nous saurons voir, nous voir, voir les autres, autrement. Pour que nous soyons tous sauvés. de Luigi Pirandello mis en scène par Marie‐José Malis avec Pascal Batigne, Jean-Louis Coulloc’h, Sylvia Etcheto, Julien Geffroy, Olivier Horeau, Isabel Oed, Sandrine Rommel… VÊTIR CEUX QUI SONT NUS LA COMMUNE La Commune 2 rue Édouard Poisson 93300 Aubervilliers + 33 (0)1 48 33 16 16 lacommune-aubervilliers.fr centre dramatique national — aubervilliers — du 14 au 28 mars 2018 — 52 e année L U IGI P I R A N D E L L O PA R M A R I E -JO S É M A L I S A près la mort accidentelle de la fille du consul de Smyrne dont elle était la nurse, Ersilia Drei, une jeune femme sans famille, est chassée de la maison de ses maîtres. Elle se retrouve à la rue, seule et désemparée. A près une vie de pauvreté et de services, elle avait rêvé que sa vie pourrait prendre consistance, quand elle était tombée amoureuse d’un jeune lieutenant de vaisseau, Laspiga, et que ce dernier lui avait promis le mariage. Mais une « vérité honteuse » se cache derrière la mort accidentelle de la fillette, et dépossédée d’elle-même, elle a souhaité mourir à son tour. P arce qu’elle pense mourir, Ersilia tente d’habiller sa vie de la décence dont elle avait rêvé. Elle raconte à un journaliste avoir voulu mourir parce que son fiancé l’a trahie en s’apprêtant à épouser une autre femme. L a jeune exclue est sauvée de sa tentative de suicide. Mais entre temps, le journaliste s’est emparé de cette histoire, en accentuant tous les traits pathétiques. Parue dans la presse locale, la chronique de cette « triste histoire » émeut toute la ville. Ersilia devient la victime sans défense, la rescapée, de tous les récits populaires. U n écrivain Ludovico Nota, recueille alors Ersilia, avec des intentions ambigües, entre désir de remédier à un mal d’inspiration littéraire et espoir secret d’en faire sa compagne. T ous les acteurs du drame de la vie d’Ersilia apparaissent alors un à un dans le meublé de l’écrivain, poussés par le remord et souhaitant réparer leurs torts. S ont rassemblés l’écrivain et M me Onoria, la propriétaire du meublé, puis font irruption le journaliste, ainsi que Franco Lespiga, le fiancé dont la future épouse, bouleversée, vient de rompre les fiançailles, et enfin le consul de Smyrne. Ce dernier étant le seul à connaître la vérité des faits, que tous les autres cherchent à pénétrer. P renant d’abord en pitié la jeune femme, ils vont peu à peu de nouveau s’avérer incapa bles d’accéder à sa demande fondamentale. Un être humain dépossédé et humilié a besoin, dit-elle, que par-delà les faits, une parole, un récit, fassent justice à sa vie. Mais eux, pris dans la mêlée de leurs propres intérêts, lui refusent ce don, et même l’écrivain n’arrive pas à faire droit à cette dernière tentative de sauver subjectivement, au-delà de « l’apparence des faits », « quelque chose » d’une vie. L’auteur nous donne rendezvous au théâtre à la demande de son héroïne malheureuse et dépossédée. Il s’agira d’examiner si nous saurons voir, nous voir, voir les autres, autrement. Pour que nous soyons tous sauvés. de Luigi Pirandello mis en scène par Marie‐José Malis avec Pascal Batigne, Jean-Louis Coulloc’h, Sylvia Etcheto, Julien Geffroy, Olivier Horeau, Isabel Oed, Sandrine Rommel… VÊTIR CEUX QUI SONT NUS LA COMMUNE La Commune 2 rue Édouard Poisson 93300 Aubervilliers + 33 (0)1 48 33 16 16 lacommune-aubervilliers.fr centre dramatique national — aubervilliers — du 14 au 28 mars 2018 — 52 e année L U IGI P I R A N D E L L O PA R M A R I E -JO S É M A L I S A près la mort accidentelle de la fille du consul de Smyrne dont elle était la nurse, Ersilia Drei, une jeune femme sans famille, est chassée de la maison de ses maîtres. Elle se retrouve à la rue, seule et désemparée. A près une vie de pauvreté et de services, elle avait rêvé que sa vie pourrait prendre consistance, quand elle était tombée amoureuse d’un jeune lieutenant de vaisseau, Laspiga, et que ce dernier lui avait promis le mariage. Mais une « vérité honteuse » se cache derrière la mort accidentelle de la fillette, et dépossédée d’elle-même, elle a souhaité mourir à son tour. P arce qu’elle pense mourir, Ersilia tente d’habiller sa vie de la décence dont elle avait rêvé. Elle raconte à un journaliste avoir voulu mourir parce que son fiancé l’a trahie en s’apprêtant à épouser une autre femme. L a jeune exclue est sauvée de sa tentative de suicide. Mais entre temps, le journaliste s’est emparé de cette histoire, en accentuant tous les traits pathétiques. Parue dans la presse locale, la chronique de cette « triste histoire » émeut toute la ville. Ersilia devient la victime sans défense, la rescapée, de tous les récits populaires. U n écrivain Ludovico Nota, recueille alors Ersilia, avec des intentions ambigües, entre désir de remédier à un mal d’inspiration littéraire et espoir secret d’en faire sa compagne. T ous les acteurs du drame de la vie d’Ersilia apparaissent alors un à un dans le meublé de l’écrivain, poussés par le remord et souhaitant réparer leurs torts. S ont rassemblés l’écrivain et M me Onoria, la propriétaire du meublé, puis font irruption le journaliste, ainsi que Franco Lespiga, le fiancé dont la future épouse, bouleversée, vient de rompre les fiançailles, et enfin le consul de Smyrne. Ce dernier étant le seul à connaître la vérité des faits, que tous les autres cherchent à pénétrer. P renant d’abord en pitié la jeune femme, ils vont peu à peu de nouveau s’avérer incapa bles d’accéder à sa demande fondamentale. Un être humain dépossédé et humilié a besoin, dit-elle, que par-delà les faits, une parole, un récit, fassent justice à sa vie. Mais eux, pris dans la mêlée de leurs propres intérêts, lui refusent ce don, et même l’écrivain n’arrive pas à faire droit à cette dernière tentative de sauver subjectivement, au-delà de « l’apparence des faits », « quelque chose » d’une vie. L’auteur nous donne rendezvous au théâtre à la demande de son héroïne malheureuse et dépossédée. Il s’agira d’examiner si nous saurons voir, nous voir, voir les autres, autrement. Pour que nous soyons tous sauvés. de Luigi Pirandello mis en scène par Marie‐José Malis avec Pascal Batigne, Jean-Louis Coulloc’h, Sylvia Etcheto, Julien Geffroy, Olivier Horeau, Isabel Oed, Sandrine Rommel… VÊTIR CEUX QUI SONT NUS LA COMMUNE La Commune 2 rue Édouard Poisson 93300 Aubervilliers + 33 (0)1 48 33 16 16 lacommune-aubervilliers.fr centre dramatique national — aubervilliers — du 14 au 28 mars 2018 — 52 e année L U IGI P I R A N DEL L O PA R M A R I E -JO S É M A L I S A près la mort accidentelle de la fille du consul de Smyrne dont elle était la nurse, Ersilia Drei, une jeune femme sans famille, est chassée de la maison de ses maîtres. Elle se retrouve à la rue, seule et désemparée. A près une vie de pauvreté et de services, elle avait rêvé que sa vie pourrait prendre consistance, quand elle était tombée amoureuse d’un jeune lieutenant de vaisseau, Laspiga, et que ce dernier lui avait promis le mariage. Mais une « vérité honteuse » se cache derrière la mort accidentelle de la fillette, et dépossédée d’elle-même, elle a souhaité mourir à son tour. P arce qu’elle pense mourir, Ersilia tente d’habiller sa vie de la décence dont elle avait rêvé. Elle raconte à un journaliste avoir voulu mourir parce que son fiancé l’a trahie en s’apprêtant à épouser une autre femme. L a jeune exclue est sauvée de sa tentative de suicide. Mais entre temps, le journaliste s’est emparé de cette histoire, en accentuant tous les traits pathétiques. Parue dans la presse locale, la chronique de cette « triste histoire » émeut toute la ville. Ersilia devient la victime sans défense, la rescapée, de tous les récits populaires. U n écrivain Ludovico Nota, recueille alors Ersilia, avec des intentions ambigües, entre désir de remédier à un mal d’inspiration littéraire et espoir secret d’en faire sa compagne. T ous les acteurs du drame de la vie d’Ersilia apparaissent alors un à un dans le meublé de l’écrivain, poussés par le remord et souhaitant réparer leurs torts. S ont rassemblés l’écrivain et M me Onoria, la propriétaire du meublé, puis font irruption le journaliste, ainsi que Franco Lespiga, le fiancé dont la future épouse, bouleversée, vient de rompre les fiançailles, et enfin le consul de Smyrne. Ce dernier étant le seul à connaître la vérité des faits, que tous les autres cherchent à pénétrer. P renant d’abord en pitié la jeune femme, ils vont peu à peu de nouveau s’avérer incapa bles d’accéder à sa demande fondamentale. Un être humain dépossédé et humilié a besoin, dit-elle, que par-delà les faits, une parole, un récit, fassent justice à sa vie. Mais eux, pris dans la mêlée de leurs propres intérêts, lui refusent ce don, et même l’écrivain n’arrive pas à faire droit à cette dernière tentative de sauver subjectivement, au-delà de « l’apparence des faits », « quelque chose » d’une vie. L’auteur nous donne rendezvous au théâtre à la demande de son héroïne malheureuse et dépossédée. Il s’agira d’examiner si nous saurons voir, nous voir, voir les autres, autrement. Pour que nous soyons tous sauvés. de Luigi Pirandello mis en scène par Marie‐José Malis avec Pascal Batigne, Jean-Louis Coulloc’h, Sylvia Etcheto, Julien Geffroy, Olivier Horeau, Isabel Oed, Sandrine Rommel… VÊTIR CEUX QUI SONT NUS LA COMMUNE La Commune 2 rue Édouard Poisson 93300 Aubervilliers + 33 (0)1 48 33 16 16 lacommune-aubervilliers.fr centre dramatique national — aubervilliers — du 14 au 28 mars 2018 — 52 e année L U IGI P I R A N D E L L O PA R M A R I E -JO S É M A L I S 2 rue Édouard Poisson 93 300 Aubervilliers + 33 (0)1 48 33 16 16 lacommune-aubervilliers.fr Mº Aubervilliers–Pantin Quatre Chemins design graphique  : deValence 18 THÉÂTRE DE LA VILLE - ESPACE CARDIN Emmanuel Demarcy-Mota et ses fidèles reprennent L’état de siège de Camus. L’état de siège. 23 LE MONFORT Le Festival (des)Illusions lance des passerelles entre les arts. 33 THéâTRE DU ROND-POINT Trilogie Nicolas Bouchaud  : une magistrale leçon d’interprétation sur la transmission. focus 24 Programme Commun à Lausanne, festival pluridisciplinaire et laboratoire artistique au coeur de l’Europe. 31 Le musée d’art et d’histoire du Judaïsme célèbre ses 20 ans par une programmation exceptionnelle tout au long de 2018. danse Notre hors-série La danse dans tous ses états est à lire en cahier central de ce numéro. classique 48 PHILHARMONIE François-Xavier Roth révèle la version originale de la symphonie « Titan » de Mahler. 48 NANTERRE Troisième Round, le concert coup de poing de l’ensemble TM+. 48 SALLE GAVEAU Daniel Lozakovich, nouvelle star du violon, en récital avec piano dans Mozart, Schubert et Beethoven. 49 VERSAILLES Ton Koopman, Jordi Savall et Michael Hofstetter interprètent les sommets de piété, de musique et de drame que sont les Passions de Bach. 50 PHILHARMONIE Valery Gergiev dirige L’Or du Rhin et La Walkyrie en version de concert. 50 THéâTRE DES CHAMPS-ÉLYSéES Julia Lezhneva & Franco Fagioli réunis dans le Stabat Mater de Pergolèse. 50 FONDATION VUITTON Premier grand récital en solo à Paris du jeune violoncelliste français Victor Julien-Laferrière. 52 LYON Michaël Levinas, compositeur invité de la Biennale Musiques en Scène. 52 TOULON Présences féminines, un festival dédié aux compositrices. 53 PARIS Le Printemps du Violon  : troisième édition d’un jeune festival dédié au violon, parrainé par Martha Argerich et Ivry Gitlis. 54 GéNéRATION SPEDIDAM Didier Benetti, timbalier solo et directeur d’orchestre, et Nicolas Ramez, 1er cor solo de l’Orchestre Philharmonique de Radio France. opéra 53 ATHéNéE L’ensemble 2e2m reprend La Conférence des oiseaux, première œuvre lyrique de Michaël Levinas. 54 OPéRA DE PARIS/OPéRA DE MARSEILLE Rencontre avec la basse à son sommet  : Nicolas Courjal. 55 OPÉRA BASTILLE Terry Gilliam met en scène l’opéra monumental Benvenuto Cellini de Berlioz. Benvenuto Cellini. focus 46 Festival de Saint-Denis 2018  : l’édition du cinquantenaire. 51 Piloté par l’association Musique Nouvelle en Liberté, le Grand Prix Lycéen des Compositeurs développe l’écoute de la musique contemporaine. jazz - musiques du monde 55 SAINT-OUEN Abdullah Ibrahim & Ekaya, temps fort de l’édition 2018 de Banlieues Bleues. 55 LE PERREUX-SUR-MARNE La Biennale de jazz investit pendant tout un week-end le Centre des bords de Marne. 55 ANTONY/FESTIVAL La programmation ambitieuse des Rencontres internationales de la guitare d’Antony. 56 PANTIN Antonin Tri Hoang signe pour Banlieues Bleues une création jeune public intitulée Chewing Gum Silence. 56 NEW MORNING Le retour du saxophoniste Chris Potter. 56 TRITON Yves Rousseau, inspiré par la poésie de François Cheng. 58 STUDIO DE L’ERMITAGE L’indian-jazz du flûtiste Guillaume Barraud dans son premier album Arcana. 59 LA SEINE MUSICALE Trois des chanteurs brésiliens parmi les plus populaires réunis sur la même scène  : Gilberto Gil, Nando Reis & Gal Costa. 60 SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES Pierre de Bethmannremonte le temps dans « Le Jazz c’est toute une histoire ! ». Pierre de Bethmann. Jean-Louis Fernandez Jean-Luc Caradec/F 451 productions English National Opera LA DANSE DANS TOUS SES ÉTATS la terrasse 4 avenue de Corbéra — 75012 Paris Tél. 01 53 02 06 60/Fax 01 43 44 07 08 la.terrasse@wanadoo.fr Hors-série paru le 28 février 2018 25 e saison/80 000 exemplaires/Sommaire p.2-3 Directeur de la publication Dan Abitbol www.journal-laterrasse.fr Déjà plus de abonnés Vous êtes nombreux chaque mois à nous rejoindre sur facebook. L’appli indispensable pour le public et les pros ! 60000 Hors-série La danse, un art politique La danse, une dynamique conjuguant identités et métissages Que révèlent les corps aujourd’hui ? Danse et musique, espace de dialogue L’essor des CDCN, Centres de Développement Chorégraphique Nationaux La programmation danse dans les théâtres  : où en est-on ? Formation et pratique Actualités, festivals et créations de mars 2018 à juillet 2018 Existe depuis 1992 « La culture est une résistance à la distraction. » Pasolini Premier média arts vivants en France Les danseurs duL.A. Dance Project. DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 1La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 2-3La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 4-5La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 6-7La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 8-9La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 10-11La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 12-13La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 14-15La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 16-17La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 18-19La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 20-21La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 22-23La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 24-25La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 26-27La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 28-29La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 30-31La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 32-33La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 34-35La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 36-37La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 38-39La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 40-41La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 42-43La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 44-45La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 46-47La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 48-49La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 50-51La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 52-53La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 54-55La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 56-57La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 58-59La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 60-61La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 62-63La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 64-65La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 66-67La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 68-69La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 70-71La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 72-73La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 74-75La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 76-77La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 78-79La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 80-81La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 82-83La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 84-85La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 86-87La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 88-89La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 90-91La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 92-93La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 94-95La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 96-97La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 98-99La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 100-101La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 102-103La Terrasse numéro 263 mars 2018 Page 104