La Terrasse n°238 décembre 2015
La Terrasse n°238 décembre 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°238 de décembre 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : la damnation de Faust...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 théâtre décembre 2015/N°238 la terrasse I région/Le Fracas, Centre Dramatique National de Montluçon de Henrik Ibsen/mes Johanny Bert Peer Gynt (premier voyage) 11 0LII:e5 SCAR I STO FORMATION PROFESSIONNELLE DE L'ACTEUR LʼACTEUR li ATELIERS COACHING PERSONNALISÉ COURS PROFESSIONNELS NON PROFESSIONNELS PRÉPARATION D'ENTRÉE DʼENTRÉE AUX GRANDES ÉCOLES ACTING IN ENGLISH MASTER g, CLASS THÉÂTRE EN ENTREPRISES ET UNIVERSITÉS ÉVÈNEMENTIELS ÉVÉNEMENTIELS « Seule une technique vocale et corporelle rigoureuse permet d’acquérir d'acquérir la liberté et de retrouver artistiquement le naturel dans le jeu. » COURS OSCAR SISTO conracritkoursoscnrsi.ec,fr il 06.21.65.35.64C.A.5.A.] bis Cité Paradiii 75010 Paris (ou ni,rociu du 45 rue. d Ràradilà Entretien e Johanny Bert Poursuivant son travail autour de l’identité, Johanny Bert, directeur du Centre Dramatique National de Montluçon, crée Peer Gynt (premier voyage), pièce-monde et quête éperdue traversant divers espaces et époques. Avec dix acteurs et une foule de formes marionnettiques manipulées à vue, il embarque les spectateurs dans une exploration concrète de tous les possibles du rêve – et du théâtre. Quel est le parcours de Peer Gynt ? Johanny Bert  : Jeune homme, Peer Gynt vit avec sa mère dans une petite maison paysanne. Mû par un ardent désir de conquérir le monde, il veut quitter la ferme familiale, et ce désir d’ascension et d’ailleurs l’emporte vers le mensonge, le fantasme, l’imaginaire. Jusqu’à la vieillesse et la fin, il vit une foule d’aventures et d’épopées fantastiques traversant les époques et les sociétés, et se faisant écho les unes aux autres. Peer est un personnagemonde à la recherche de son identité. Je le vois comme une sorte d’avaleur de temps, de grand ordonnateur, poète et affabulateur. La pièce commence ainsi  : « Peer, tu mens ! » dit sa mère, et lui réplique  : « Non, je ne mens pas ! » Puis  : « Tout est vrai ». C’est donc une belle métaphore du théâtre qui inaugure la pièce, qu’Ibsen qualifiait de « poème dramatique », et qu’il n’imaginait pas mise en scène mais racontée au rythme de la musique de Grieg. Qu’est-ce qui est réel ? Qu’est-ce qui est fantasmé ? Peer est le démiurge d’un petit peuple qu’il met en jeu, mais il est aussi manipulé, dévoré par son histoire, par ce qu’il invente et crée. La question de la représentation est ici une formidable énigme à résoudre, pour le metteur en scène, les acteurs, décorateurs, plasticiens… Comment vous êtes-vous emparé de cette question de la représentation ? J. B.  : Pour cette création, contrairement au cadre inspiré du castelet que j’utilise habituellement, je voulais travailler sur le grand plateau du Fracas, sur un espace vide où se mêlent humains et pantins. Cette pièce nous permet de travailler de façon approfondie la relation entre animé et inanimé, entre acteur et forme marionnettique. J’aime cette relation où l’acteur donne sa voix, son énergie, son attention à la marionnette. Le texte est mis en jeu et mis en forme par cette relation, nous réinterrogeons et réinventons la forme en fonction de la dramaturgie de chaque séquence. Le langage crée le voyage rythmé par ses métamorphoses. Avec ma collaboratrice Amandine Livet, qui signe la scénographie, nous jouons avec les rapports d’échelles et de matières, où apparaissent des visages, et des corps fragmentés, disproportionnés… Nous fabriquons aussi à ittims.r..tiarliati www.coursoscarsisto.Fr www.coursoscarsisto.fr « J’aime cette relation où l’acteur donne sa voix, son énergie, son attention à la marionnette. » Johanny Bert l’occasion de ce spectacle de grandes marionnettes inspirées par les marionnettes bunraku. Quelle place a cette mise en scène au sein de votre propre parcours ? J. B.  : Le choix des spectacles est toujours relié à des choses très personnelles. Au moment où je suis arrivé à la direction du Fracas en 2012, j’étais en recherche d’une forme d’identité artistique et mes lectures convergeaient presque toutes vers le thème de l’identité. Texte mythique, Peer Gynt me parle très intimement dans le fond et dans la forme. I région/arras, douai Cirque/Festival Les Multipistes Le choix de le mettre en scène s’est imposé, et j’ai tenu à le monter en entier, à prendre le temps de sa fabrication. Nous réalisons donc ce premier spectacle autonome sur les trois premiers actes, et je suis en recherche de productions pour créer le second volet, avec la même équipe. C’est un vaste projet ! Le ministère souhaitait cette année me reconduire à la direction du Fracas, que j’aime vraiment diriger, mais j’ai choisi d’arrêter. Avant de passer le relais à Carole Thibaut, la nouvelle directrice, j’ai voulu dire au revoir aux gens avec cette pièce de troupe qui parle du théâtre, cet acte de création qui est un commencement et un passionnant territoire de recherche. Propos recueillis par Agnès Santi Le Fracas, Centre Dramatique National de Montluçon, 03100 Montluçon. Du 10 au 14 décembre. Tél. 04 70 03 86 18. Le Préau, CDR de Vire, le 17 décembre. Tél. 02 31 66 16 00. Rejoignez-nous sur Facebook La Terrasse, premier média arts vivants en France GROS PLAN Décembre est le mois du cirque pour la scène nationale de TANDEM à Arras et Douai  : le festival des Multipistes brave les frimas et bouillonne de propositions éclectiques. L’actualité des arts du cirque, en cette fin d’année, c’est la toute nouvelle création de Raphaëlle Boitel, née des répétitions à Arras et à Douai. Beaucoup d’attentes se cristallisent autour de cette pièce  : elle est la deuxième d’une jeune femme remarquée et remarquable. Enfant de la débrouille, sa rencontre, petite fille, avec Annie Fratellini, a changé le cours de son existence. Elle la suit à Paris pour se former, puis s’illustre, encore ado, auprès de James Thierrée. L’histoire pourrait s’arrêter là si le grand frère Camille ne l’avait pas suivie, pour devenir cet extraordinaire acrobatemanipulateur d’objets, grand maître de l’accident et du hasard contrôlé. TANDEM a la bonne idée de les réunir pour ce Festival qui combine – chose rare – la présence des deux artistes. 777 par Christophe Huysman. Créations par Camille et Raphaëlle Boitel Fratrie ne veut pas dire gémellité  : la création 5 èmes Hurlants de la sœur, aux personnages profondément humains oscillant entre prise de risque physique et poétique chorégraphique, et la reprise du solo fondateur du frère, L’Homme de Hus, reflète des mondes intérieurs contrastés. Ce focus offre aussi une visibilité au travail effectué par Raphaëlle avec des apprentis de l’Académie Fratellini, Consolations ou interdictions de se jeter par-dessus bord, format bref et plein d’humour. Les Multipistes permettent de découvrir une autre création onirique et insolite  : Christophe Huysman montre 777, fruit d’un processus singulier dans lequel ses acrobates et contorsionnistes se confrontent à l’espace occupé par une forêt d’objets en matériaux de récupération. A voir aussi Travelling Circus par Vincent Gomez et Christian Lucas, Le Poivre rose par la compagnie du même nom, et L’après midi d’un foehn par Phia Ménard. Un beau florilège ! Nathalie Yokel TANDEM, scène nationale d’Arras et Douai. Du 1er au 16 décembre. Tél. 03 27 99 66 66/03 21 71 66 16. Rejoignez-nous sur Facebook Milan Szypura Jeremy Martin
LES VISAGES ET LES CORPS DE PATRICE CHÉREAU MISE EN SCÈNE ET JEU PHILIPPE CALVARIO « Le spectacle Les visages et les corps est magnifique. » LES INROCKUPTIBLES « Dans la salle, le public retient son souffle. » TÉLÉRAMA « Une plongée très pudique, respectueuse. Une Célébration. » LE FIGARO « Un moment de vérité d’une densité renversante. » LA TERRASSE « On vous conseille de ne pas manquer ce rendez vous. » PARISCOPE THÉÂTRE CONTEMPORAIN PRÉSENTÉ PAR DU 2 DÉCEMBRE 2015 AU 16 JANVIER 2016 À 19H DU MARDI AU SAMEDI 53 RUE NOTRE-DAME-DES-CHAMPS 75006 PARIS RÉSERVATIONS  : 01 45 44 57 34 ET SUR WWW.LUCERNAIRE.FR L L'AVENIR’A V E N I R C'EST C’E S T DU D U DISIIR, D É S I R, PAS P A S DE D E LA L A PEUR P E U R PHILIPPE CALVARIO présente Du 7 au 18 décembre 2015 à 20h30 Sauf dimanche 17h - Relâches les 10, 11 et 15 décembre SHAKESPEARE IN THE WOODS Mise en scène Philippe Calvario Julian Torres 1h40 - Tarifs  : 20 € /15 € - 26 ans et intermittents/12 € - 12 ans et RSA Réservations  : reservation.inthewoods@gmail.com - 06 40 14 91 89 Chapiteau du Cirque ROMANÈS Square Parody - Boulevard de l’Amiral Bruix 75016 Paris M°/RER Porte Maillot "



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :