La Terrasse n°238 décembre 2015
La Terrasse n°238 décembre 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°238 de décembre 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : la damnation de Faust...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
34 classique/opéra décembre 2015/N°238 la terrasse Carnaval des animaux de Saint-Saëns et le réinvente à travers son goût particulier pour… la ménagerie (on se souvient des idées fourmillantes de son spectacle étrangement musical Zoo Musique). En première partie, Pierre Roullier dirige des œuvres de notre temps, qui n’hésitent pas à regarder ailleurs  : selon les lieux, In-Section de Jonathan Pontier (en création) en regard de la Sonata representativa de Biber, Pop-Art de Régis Campo et deux œuvres de Jacques Rebotier. J.-G. Lebrun Espace V-Roger Lefort, av. Jean-Fourgeau, 93420 Villepinte. Jeudi 17 décembre à 20h30. Tél. 01 55 85 96 10. Espace André Malraux, 2 place Victor-Hugo, 94270 Le Kremlin-Bicêtre. Samedi 9 janvier à 16h. Tél. 01 49 60 69 42. Centre Olivier Messiaen, 4 rue Proudhon, 94500 Champigny-sur-Marne. Mardi 12 janvier à 20h. Tél. 01 45 16 91 07. C Jean-Baptiste Millot Renversant ! 1‘111‘4% eues'Si Wella.N. 91 cepet el.ntref. antrteeorin ? Up el ? do,p snos aeuelpua aeteurtue etsriuel soaZ ana poo, eguei 331 33d VI Meow a ? stu apoun La Petite Renarde rusée Leos Janacek/TM+/Louise Moaty MAISON DE LA RADIO SYMPHONIQUE Orchestre national de France HOMMAGE A CARL NIELSEN Janne Thoms en et l’Orchestre-Atelier Os t inat o dir. Je an-Luc Tingau d av ec Ric hard h d Schmoucler et Vicens Prats de l’Orchestre l de Paris Grieg Peer Gynt suite n°1 Nielsen Concerto pour flûte Tchaïkovski Symphonie n°5 Sous le patronage de l’Ambassade Royale de Danemark Avec le soutien de la Danish Art Foundation et de la Fondation Augustinus Une fantaisie animalière enchantée sous forme d’opéra cinématographique Vendredi 15, samedi 16 janvier à 20h30 Daniele Gatti dirige la Huitième Symphonie de Bruckner. L’avant-dernière symphonie du « maître de Saint-Florian » (sa dernière achevée) est aussi la plus vaste. Par ses proportions, elle évoque les grandes cathédrales gothiques et elle est à leur image un magnifique élan de dévotion à la gloire de Dieu. Comme dans les cathédrales, l’évocation des Ténèbres (le terrible climax du premier mouvement) y côtoie la lumière  : éminent wagnérien, Daniele Gatti saura sans nul doute trouver la grâce éthé- i-13 1ted N S www.nanterre.fr www.nanterre.fr/culture 01 41 37 94 21 accès RER A Nanterre-ville C Sasha Gusov Concert Salle Gaveau dim 6 déc 2015 à 17h www.sallegaveau.com Tél  : 01 49 53 05 07 Daniele Gatti dirige Bruckner à la Maison de la Radio. rée de l’Adagio, tout droit inspiré de Tristan et Isolde. J.-G. Lebrun Maison de la Radio, 116 av. du Président- Kennedy, 75016 Paris. Jeudi 17 décembre à 20h. Tél. 01 56 40 15 16. Chapelle royale du Château de Versailles MUSIQUE ANCIENNE Mare Nostrum Jordi Savall fait le tour de la Méditerranée à Versailles. Jordi Savall lie musiques et religions autour de la Méditerranée. Les Romains employaient l’expression « Mare Nostrum » pour s’accaparer la Méditerranée. En 2014, ce fut le nom de l’opération humanitaire italienne visant à secourir en mer les migrants. Contre l’image d’une Méditerranée creuset de violences, écartelée entre Nord et Sud, Occident et Orient, Jordi Savall fait entendre un magnifique chant de concorde. Il dirige ses fidèles de la Capella Reial de Catalunya et d’Hespèrion XXI, avec en solistes le contre-ténor David Sagastume, le ténor Lluis Vilamajo, le baryton Furio Zanasi et la basse Daniele Carnovitch, dans un spectacle de toute beauté où dialoguent – on pourrait presque dire « communient » – les cultures musicales du bassin méditerranéen. Dans la lignée de son disque éponyme paru en 2012 (Alia Vox) où chantait feu son épouse Montserrat Figueras, le maître catalan fait résonner sa viole avec le duduk arménien et le santur iranien, retentir les percussions et les flûtes de toutes sortes, et s’élever les chants sacrés des traditions chrétiennes, juives et orthodoxes dans un mélange savamment orchestré. Comment rêver d’un plus bel écrin que celui de la Chapelle royale de Versailles pour un tel hymne de fraternité et de dépassement des dissensions par le prisme de l’art ? A. Pecqueur Chapelle royale du Château de Versailles, 78000 Versailles. Vendredi 18 décembre à 21h. Tél. 01 30 83 78 89. Places  : de 35 à 140 € . Fondation Louis Vuitton Violoncelle Violoncelles sans frontières Les lauréats de la classe d’excellence de Gautier Capuçon en concert. Gautier Capuçon, excellent concertiste et pédagogue ! Trois jours par mois pendant un an, six jeunes violoncellistes du monde entier sélectionnés Christophe Abramowitz/Radio France D. R. Michael Tammaro sur audition reçoivent l’enseignement d’excellence de Gautier Capuçon à la Fondation Louis Vuitton. Après une masterclasse publique le matin, chaque séance se clôt sur un concert d’œuvres pour violoncelle seul ou avec piano (accompagnement assuré par Samuel Parent). Une belle occasion de découvrir non seulement de jeunes talents, mais aussi l’auditorium du superbe bâtiment de Frank Gehry. A. Pecqueur Fondation Louis Vuitton, 8 av. du Mahatma- Gandhi, bois de Boulogne, 75116 Paris. Dimanche 20 décembre à 17h. Tél. 01 40 69 96 00. Places  : gratuit sur présentation du billet d’entrée de la Fondation. PHILHARMONIE SYMPHONIQUE Valery Gergiev Le chef d’orchestre russe retrouve l’Orchestre de Paris. « Les Russes ont compris Berlioz avant les Français », a déclaré Valery Gergiev qui dirige la Symphonie fantastique. Si la fougue, l’imagination, le charisme de Valery Gergiev font l’unanimité, son soutien enthousiaste à Vladimir Poutine fait évidemment davantage débat. Sa tournée américaine au début de l’année 2015 a d’ailleurs été émaillée de plusieurs interventions d’opposants au président russe. Invité de l’Orchestre de Paris, pour un des concerts les plus attendus (et donc peut-être déjà complet à l’heure où paraissent ces lignes) de la saison de la formation parisienne, il dirige le Double Concerto de Brahms (avec Sergey Khachatryan et Narek Hakhnazaryan en solistes) et la Symphonie fantastique de Berlioz, compositeur avec lequel il est lié par une affinité profonde. « Les Russes ont compris Berlioz avant les Français. Ils ont admiré sa musique lorsqu’elle était huée en France. Ce que j’aime dans sa musique, c’est que tout se passe dans l’instant, il est comme un volcan en éruption. Berlioz est un rêveur, il ne peut jamais atteindre le bonheur qu’il se fixe… » déclarait Gergiev en 2013 au Guardian. La Symphonie fantastique est tout de même aussi l’une des œuvres fétiches des musiciens parisiens, en particulier depuis l’enregistrement historique de Charles Munch en 1967 aux premières heures du tout jeune Orchestre de Paris… J. Lukas Philharmonie de Paris 1, 221 av.e Jean-Jaurès, 75019 Paris. Samedi 19 décembre à 20h30 à la Philharmonie 1. Tél. 01 44 84 44 84. Chapelle royale de Versailles/Philharmonie de Paris Oratorio Paul Mc Creech et Douglas Boyd Le Messie de Haendel, sur instruments anciens à Versailles et modernes à Paris. Hallelujah avec Paul McCreesh. Les amoureux du Messie pourront comparer, à Versailles puis Paris, les interprétations La Terrasse, premier média arts vivants en France D. R. D. R.
Paul Schirnhofer/DG Jean-Pierre Ronnay la terrasse décembre 2015/N°238 classique/opéra 35 de deux Anglais. À la Chapelle royale, le londonien Paul McCreech dirige les chanteurs et musiciens sur instruments anciens des Gabrieli Consort & Players, avec en solistes Joelle Harvey, Iestyn Davies, Stuart Jackson et Neal Davies, dans une version particulièrement théâtrale dans la lignée du disque paru en 2012 (Archiv). De son côté, à la Philharmonie, l’écossais Douglas Boyd est à la tête de son Orchestre de chambre de Paris et d’Accentus, avec en solistes Carolyn Sampson, Paula Murrihy, Allan Clayton, Matthew Rose et… le public parisien, invité à trois « bis participatifs » ! A. Pecqueur Chapelle royale du Château de Versailles, 78000 Versailles. Dimanche 20 décembre à 16h. Tél. 01 30 83 78 89. Places  : de 40 à 150 € . Philharmonie 1, 221 av. Jean-Jaurès, 75019 Paris. Mardi 22 décembre à 20h30 (à 19h45, présentation de l’œuvre ; les 6 et 20 décembre, à 15h ou 17h30, atelier de préparation aux trois « bis participatifs »). Tél. 01 44 84 44 84. Places  : de 10 à 40 € . PALAIS GARNIER RéCITAL VOCAL Elina Garanca La mezzo-soprano Elina Garanca et le pianiste Malcom Martineau dans un récital de mélodies. La mezzo-soprano Elina Garanca. On ne présente plus la mezzo-soprano Elina Garanca, que le public français a découverte dans La Cenerentola mise en scène par Irina Brook en 2003 au Théâtre des Champs-Elysées. Depuis, elle a chanté de nombreux rôles dont une Carmen remarquée au Met avec Roberto Alagna. Pour ce concert à l’Opéra Garnier, la Lettone interprète avec son complice Malcom Martineau des mélodies de Brahms (Liebestreu, Liebe und Frühling…), Duparc (Extase) ou Rachmaninov. Le point commun entre ces partitions ? L’amour, bien sûr ! I. Stibbe Palais Garnier, 75009 Paris. Dimanche 20 décembre à 20h. Tél. 08 92 89 90 90. Places  : 25 à 95 € . AMPHITHéâTRE BASTILLE RéCITAL VOCAL Andreea Soare Un programme 100% Berlioz dominé par Les Nuits d’été chantées par Andreea Soare. ‘dit"e La soprano Andreea Soare. Musée d’Orsay/S. Boegly D. R. La soprano roumaine Andreea Soare fait partie de la génération montante de la scène lyrique internationale. Lauréate du prix décerné par Les Amis du Festival d’Aixen-Provence et du Prix HSBC en 2011, elle entre la même année à l’Atelier lyrique de l’Opéra national de Paris. C’est dans ce cadre qu’elle interprète les six mélodies des Nuits d’été de Berlioz, en écho à la nouvelle production de La Damnation de Faust. L’auteur des Troyens est décidément à l’honneur de ce concert puisque plusieurs de ses mélodies, interprétées par les chanteurs de l’Atelier lyrique, compléteront ce programme. I. Stibbe Opéra Bastille, Amphithéâtre, 120 rue de Lyon, 75012 Paris. Mardi 22 décembre à 20h. Tél. 08 92 89 90 90. Places  : 10 à 25 € . AUDITORIUM DU MUSéE D’ORSAY CHANSONS HISTORIQUES La vipère du trottoir La soprano Magali Léger et son complice Arnaud Marzorati explorent la condition de la prostitution en textes et chansons. La soprano Magali Léger. Si la figure de la courtisane peuple de nombreux opéras du xix e (de La Traviata à Manon Lescaut en passant par Thaïs), elle fut aussi illustrée par les chansonniers comme Aristide Bruant ou Jules Jouy. En contrepoint de l’exposition du musée d’Orsay Splendeurs et misères  : images de la prostitution 1850-1910, la soprano Magali Léger, et l’ensemble La Clique des Lunaisiens, dirigé par Arnaud Marzorati, ressuscitent le répertoire de la chanson sociale sur la condition de la prostitution, qu’ils alternent avec des textes déclamés de Baudelaire ou Maupassant. I. Stibbe Musée d’Orsay, auditorium, 1 rue de la Légiond’Honneur, 75007 Paris. Mardi 5 janvier à 12h30 et samedi 9 janvier à 16h. Tél. 01 53 63 04 63. Places  : 4,5 à 14 € . Antony MUSIQUE BAROQUE Molière à l’opéra Les Paladins jouent les musiques que Lully et Charpentier écrivirent pour Molière. A Antony, Jérôme Correas tisse des liens entre théâtre et musique. L’ensemble Les Paladins nous rappelle opportunément que les pièces de Molière comportaient de la musique sur scène. La fameuse marche turque du Bourgeois gentilhomme composée par Lully en est l’exemple le plus célèbre. Après neuf collaborations avec ce dernier, Molière écrivit avec Marc-Antoine Charpentier Le Mariage forcé et Le Malade imaginaire. Avec quatre chanteurs et six musiciens, les airs entonnés par les Paladins ressuscitent les personnages moliéresques dans toute leur verdeur. A. Pecqueur Théâtre Firmin Gémier Nomade, Espace Vasarely, Maison des associations, place des Anciens-combattants-de-l’Afriquedu-Nord, 92160 Antony. Jeudi 7 janvier à 20h. Tél. 01 41 87 20 84. Places  : de 7 à 22 € . AMPHITHéâTRE BASTILLE MéLODIE Les chanteurs de l’Atelier Lyrique Les jeunes chanteurs issus de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Paris font leurs armes sur le répertoire de la mélodie française. Leur talent est déjà très prometteur, et certains deviendront peut-être les voix essentielles de la scène lyrique de demain. Les douze chanteurs de l’Atelier lyrique de l’Académie de l’Opéra de Paris ont été recrutés sur audition internationale et viennent de tous les pays. Pour autant, c’est à la seule mélodie française qu’ils consacrent ce récital. Gabriel Fauré, Charles Gounod, Claude Debussy, Maurice Ravel pour la musique, Théophile Gautier, Victor Hugo et Charles Baudelaire pour les textes. Difficile de dire si la poésie est fille obéissante de la musique ou l’inverse ! I. Stibbe Opéra Bastille, Amphithéâtre, 120 rue de Lyon, 75012 Paris. Jeudi 7 janvier à 20h. Tél. 08 92 89 90 90. Places  : 10 à 25 € . OPéRA BASTILLE NOUVELLE PRODUCTION Partenariats, contactez-nous/01 53 02 06 60 ou la.terrasse@wanadoo.fr J.-H. Fair Julian Hargreaves OPéRA THéâTRE DES CHAMPS-éLYSéES NOUVELLE PRODUCTION Norma Riccardo Frizza et Stéphane Braunschweig livrent une nouvelle production de l’opéra de Bellini. Riccardo Frizza, spécialiste du bel canto. Après avoir mis en scène Don Giovanni au Théâtre des Champs-Elysées il y a deux ans, Stéphane Braunschweig s’attaque cette année à Norma. À ses côtés, aux manettes de l’Orchestre de chambre de Paris, officie le chef italien Riccardo Frizza, grand connaisseur du bel canto. La jeune diva italienne Maria Agresta, entendue dans Les Puritains à Bastille en 2013, endosse le rôle-titre de la grande prêtresse druidique amante secrète de Pollione (Marco Berti), qui la délaisse par amour pour Adalgisa (Sonia Ganassi). Faisant fi du péplum druidique, la mise en scène de Braunschweig se focalise sur le drame émotionnel de la double vie de Norma, dont la détresse éclate dans les airs absolument redoutables composés par Bellini, en particulier le fameux « Casta diva » (chaste déesse). A. Pecqueur Théâtre des Champs-Élysées, 15 av. Montaigne, 75008 Paris. Les 8, 11, 14, 17 décembre à 19h30 et le 20 décembre à 17h. Tél. 01 49 52 50 00. Places  : de 5 à 140 € . GROS PLAN La Damnation de Faust La « légende dramatique » de Berlioz, toujours délicate à mettre en scène, est confiée aux soins du Letton Alvis Hermanis. Dans le rôletitre, Jonas Kaufmann, et dans la fosse Philippe Jordan. Littéralement hanté par le mythe de Faust, dès qu’il lut le poème dramatique de Goethe, Berlioz se lança immédiatement, âgé d’à peine 25 ans, dans l’écriture de Huit scènes de Faust, une œuvre de grande envergure qui sera son opus 1. Insatisfait du résultat, le compositeur remettra l’œuvre sur le métier. Elle resurgit en 1846  : Berlioz reprend dans La Damnation de Faust les thèmes composés près de vingt ans auparavant mais l’œuvre est désormais amplifiée, transfigurée par le génie et l’expérience orchestrale du compositeur – ce qui n’empêchera pas son retentissant échec public.On avance souvent comme raison la plus probable de cet insuccès initial le caractère hybride de l’œuvre, quelque part entre l’oratorio et l’opéra, et que Berlioz assume en la qualifiant de « légende dramatique ». Un défi à la mise en scène Depuis la redécouverte de l’œuvre – dès la fin du xix e siècle – et encore aujourd’hui, c’est précisément cette invention formelle qui fascine, autant que l’écriture vocale pour l’omniprésent ténor (et, ici, ce sera Jonas Kaufmannpour les sept premières représentations !) , la soprano (la merveilleuse Ballade du Roi de Thulé que chante Marguerite, et qu’interprétera Sophie Koch) ou les chœurs. La Damnation de Faust est en fait une œuvre extrêmement stimulante pour les metteurs en scène de par la Jonas Kaufmannest Faust dans La Damnation de Faust de Berlioz à Bastille. force des images que suscitent le texte et la musique – qui est à elle seule une vraie dramaturgie. Alvis Hermanis, homme de théâtre venu récemment à l’art lyrique avec des ouvrages exigeants (tels Les Soldats de Zimmermann) semble être l’homme de la situation. Jean-Guillaume Lebrun Opéra Bastille, place de la Bastille, 75012 Paris. Les 5, 8, 11, 17, 23, 29 décembre à 19h30, le 15 décembre à 20h30, les dimanches 13, 20 et 27 décembre à 14h30. Rejoignez-nous sur Facebook



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :