La Terrasse n°238 décembre 2015
La Terrasse n°238 décembre 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°238 de décembre 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : la damnation de Faust...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 théâtre décembre 2015/N°238 la terrasse F eydeau Après un passionnant RAVEL, Anne- Marie Lazarini orchestre avec un plaisir évident ce vaudeville décapant. Laurence Liban L'Express On goûte ici avec délice la première illustration du génie de Feydeau. Philippe Tesson Le Figaro Magazine Un Feydeau au délire annonciateur du surréalisme, précurseur de Ionesco. Champagne ! Didier Méreuze La Croix La très belle mise en scène d'Anne- Marie Lazarini souligne ce triomphe de l'absurde. On assiste à un formidable feu d'artifice de langage. Jacques Vallet Le Canard enchaîné C'est merveille et parfaite jubilation d'entendre ces hallucinantes répliques qu'Anne-Marie Lazarini a orchestrées comme un opéra bouffe. Une drôlerie qui va jusqu'au vertige. Jusqu'à une insondable poésie. Fabienne Pascaud Télérama Anne-Marie Lazarini mène ce ballet foldingue, comme une mère chatte organise ses petits. Jack Dion Marianne Un magnifique décor de François Cabanat. Marie-Céline NMère Patiscope Un décor où les personnages pénètrent l'espace comme des passe-murailles. Jean Chollet Webthea Les interprètes régalent d'un florilège de répliques incongrues. Annie Chénieux JDD Ce CHAT vigoureux, facétieux est un excellent moment de plaisir théâtral. Agnès Santi La Terrasse Théâtre des Abbesses I texte et mes David Lescot jusqu'au 23 janvier 2016 y compris les 25 et 31 décembre 2015 hévains 45 rue Richard Lenoir 75011 Paris Tél. 01 43 56 38 la cerisaie Critique Les Glaciers grondants Quelques jours après l’ouverture de la COP21, David Lescot (artiste associé au Théâtre de la Ville) présente sa nouvelle création au Théâtre des Abbesses  : Les Glaciers grondants*. Une fantaisie « théâtro-musico-circochorégrapho-climatique » qui passe par quelques hauts et certains bas. Ils sont onze, sur le plateau, à participer à ce grand brassage théâtral. Cinq comédiens (Anne Benoît, éric Caruso, Maxime Coggio, Marie Dompnier, Camille Roy), deux musiciens de jazz contemporain (SteveArgüelles, Benoît Delbecq), un auteur-comédien-metteur en scène (David Lescot), un chorégraphe-danseur (DeLaVallet Bidiefono), une danseuse (Ingrid Estarque) et un circassien-musicien-polytechnicien (Théo Touvet). Ensemble, lancés dans ce qui constitue un spectacle-enquête à vocations documentaire et humoristique, ils se répondent pour illustrer quelques perspectives ayant trait au changement climatique. Stratégie commerciale de greenwashing (ou d’écoblanchiment), déclarations de responsables politiques, argumentaires de militants écologistes ou de climatosceptiques  : Les Glaciers grondants croise matière réelle (la représentation est susceptible d’évoluer d’un jour à l’autre, au gré de l’actualité et notamment des débats de la COP21) et récit fictionnel relatant l’histoire d’un écrivain sollicité par un journal pour écrire un article sur la conférence de Paris. Or cet auteur est loin d’être versé dans les choses de la climatologie. Il met donc à profit les douze mois qui le séparent de la date de rendu de son papier pour s’instruire sur le sujet. Ce sont ces douze mois d’enquête ANTON TCHEKHOV/GILLES BOUILLON » DU 7 AU 16 JANVIER 01 55 48 06 90 THEATREACHATILLON.COM Guillaume Perret - Lundi13 auxquels nous assistons. Douze mois ponctués de prises de position sur les questions météorologiques, mais aussi d’événements renvoyant à la vie privée et au passé du narrateur. Un patchwork multidisciplinaire Conçu comme un patchwork multidisciplinaire (numéros de roue Cyr, performances chorégraphiques, musicales…), le spectacle imaginé par David Lescot s’appuie sur une succession de contrastes et de frottements. Adresses directes faites au public versus scènes jouées. Recherches documentaires versus répertoire classique (via des extraits Les Glaciers grondants, un spectacle écrit et mis en scène par David Lescot. Région/Lyon, Les Célestins-Théâtre de Lyon texte et mes Michel Laubu Une Carmen en Turakie Après Sur les traces du IFTO, Michel Laubu réinvente Carmen à l’occasion d’un nouveau voyage en Turakie. En partance pour un monde de poésie et de bricolages. Une Carmen en Turakie, de Michel Laubu. Etienne Romain La Turakie, c’est le pays imaginaire au sein duquel Michel Laubu projette, depuis 30 ans, ses spectacles fait de bricolages poétiques et de poésie bricolée. Des spec- D. R. U I Ell 5 Ci E 01.111E I i rLE du Conte d’hiver de Shakespeare). Trivialité du quotidien versus compositions poétiques… Ces Glaciers Grondants déploient une large palette de panoramas sans vraiment réussir à « faire œuvre ». Bien sûr, en bon artisan de théâtre, David Lescot sait s’entourer. Les individualités talentueuses qu’il a réunies font naître quelques beaux moments (DeLaVallet Bidiefono, en Pape François, est hilarant). Mais cette représentation donne trop souvent l’impression d’être désarticulée. Comme privée d’un influx directeur, elle présente des suites de scènes qui ont du mal à s’agréger, à dépasser la somme d’idées pour donner corps à une globalité théâtrale. Manuel Piolat Soleymat * Texte paru aux éditions Actes Sud-Papiers en novembre 2015. Théâtre des Abbesses, 31 rue des Abbesses, 75018 Paris. Du 4 au 18 décembre 2015 à 20h30, le 6 décembre à 15h. Durée de la représentation  : 2h05. Spectacle vu le 10 novembre 2015 à la Comédie de Caen-Théâtre d’Hérouville. Tél. 01 42 74 22 77. www.theatredelaville-paris.com également le 12 janvier 2016 à La Passerelle- Scène nationale de Gap, du 11 au 13 mai à la Comédie de Saint-étienne. Rejoignez-nous sur Facebook tacles inventés à partir « d’objets recueillis, d’objets usés, entreposés dans les remises et les garages, oubliés dans les greniers, abandonnés dans les rues ou rejetés sur les plages ». Pour sa nouvelle création, le fondateur de la compagnie Turak Théâtre effectue le même travail de récupération et de transformation avec l’opéra le plus célèbre du répertoire français. « Carmen devient un extraordinaire chantier de fouilles imaginaires, un terrain de jeu d’images visuelles et sonores », déclare-til. En déplaçant cette œuvre dans un espace de musique de chambre, Michel Laubu vise à faire naître une version ludique et décalée de cette histoire d’amour, un « terrain d’aventures fait de théâtre d’objets à tous les étages ». M. Piolat Soleymat Les Célestins-Théâtre de Lyon, place des Célestins, 69002 Lyon. Du 15 au 31 décembre 2015. Du mardi au samedi à 20h, les dimanches et le 25 décembre à 16h. Représentations supplémentaires les 19, 23, 26 et 30 décembre à 16h. Relâche le 24 décembre. Tél. 04 72 77 40 00. Pascal Victor
D. R. Elisabeth Carecchio la terrasse décembre 2015/N°238 théâtre 19 région/Caen et Lille texte Charles-Ferdinand Ramuz/musique Igor Stravinsky/mes Omar Porras L’Histoire du soldat 41)'.71.—za-evie." Critique Omar Porras et ses compagnons masqués s’associent à l’ensemble 2e2m, dirigé par Benoît Willmann, pour une reprise merveilleusement jubilatoire de L’Histoire du soldat. Un très beau spectacle pour petits et grands. Joan Monpart et Maëlla Jan dans L’Histoire du soldat. Le soldat Joseph revient de guerre. Dans sa musette, il a un violon. Alors qu’il se repose au bord d’un ruisseau en pensant à sa mère et à sa fiancée qu’il va bientôt retrouver, surgit un curieux bonhomme. Il lui propose de troquer son instrument contre un livre magique qui prédit l’avenir et lui permettra de devenir infiniment riche. Las ! C’est le Diable qui se cache sous les traits du vieillard généreux, et Joseph va tout perdre en espérant tout gagner. Il perd celles qu’il aime, il perd son temps, dont le Diable maîtrise l’écoulement, il perd aux cartes en croyant duper le Malin et il perd la princesse qu’il croyait pouvoir sauver. Le chef-d’œuvre musico-théâtral coécrit par Ramuz et Stravinsky offre aux artistes qui s’en emparent l’occasion de faire pétiller leurs talents. à jardin, les musiciens de l’ensemble 2e2m s’en donnent à cœur joie, leur maîtrise impeccable de la partition s’égaie de claquements de mains et de borborygmes rigolards, offrant au conte la légèreté nécessaire pour ne pas faire sombrer cette parabole faustienne dans la noirceur. Un imagier féérique Même équilibre dans le jeu des comédiens, par de subtils effets de clins d’œil à la salle et de pirouettes entre les différents plans de la scène  : les comédiens d’Omar Porras sont des experts de la cabriole et de la mise en abyme ! Mais, en même temps, le déploiement du merveilleux est total  : la magie des artifices, les surprises pailletées tombées des cintres, Chapiteau du Cirque Romanès d’après William Shakespeare/mes Philippe Calvario Shakespeare in the woods Spectacle pour dix-huit acteurs, deux guitares, une basse, une batterie et un clavier  : le Cirque Romanès et la compagnie Saudade, de Philippe Calvario, s’associent pour fêter Shakespeare. Philippe Calvario célèbre Shakespeare. Philippe Calvario a décidé de relever deux défis avec ce spectacle  : d’abord réunir sur la beauté et la poésie des tours de prestidigitation, le surgissement inattendu des personnages et des accessoires, l’utilisation du théâtre d’ombres, des objets, concourent à créer une illusion totale. On s’y livre avec un plaisir immense et la joie sans égale d’être pris et surpris par le charme et les sortilèges des arts de la scène. Le public se retrouve dans la même situation que Joseph  : comme le pauvre fantabosse, qui croit découvrir les clés du bonheur dans un livre, on rêve et jubile devant l’imagier inventif et festif de la scène. Diable d’homme qu’Omar Porras ! Non seulement parce qu’il interprète lui-même le démon, mais surtout parce qu’il parvient à créer un monde extraordinaire, où les masques, les étincelles joyeuses, les flammes inquiétantes, les maisons volantes, les arrosoirs et les oiseaux enchantés créent un univers féérique, dont la beauté soutient autant la drôlerie que la gravité métaphysique. Catherine Robert Théâtre de Caen, 135 bd. du Maréchal-Leclerc, 14000 Caen. Les 2 et 3 décembre 2015 à 20h. Tél. 02 31 30 48 00. Théâtre du Nord, 4 place du Général-de-Gaulle, 59000 Lille. Du 15 au 22 décembre 2015. Le 16, le 21 et le 22 à 20h, le 17 à 19h, le 19 à 15h et 19h, le 20 à 16h. Tél. 03 20 14 24 24. Durée  : 1h. Retrouvez Omar Porras, du 19 au 29 janvier au Théâtre 71, avec La Visite de la vieille dame. Réagissez sur www.journal-laterrasse.fr scène, alors que l’époque est aux restrictions budgétaires, une vingtaine de jeunes talents issus du cours Florent, ensuite soutenir les artistes du Cirque Romanès « face aux agressions (qu’ils subissent) depuis plusieurs semaines, traités en parias par une certaines minorité, devenus pour ceuxlà indésirables ». Double résistance, donc  : « résistance à l’ambiance délétère et paranoïaque qui semble gagner une grande partie de notre territoire, résistance à une posture qui consisterait à diviser plutôt que d’unir, résistance aussi à une apparente inertie de productions qui ne permet plus aux artistes de se rencontrer si facilement ». Dans le mystère de la forêt shakespearienne, se croisent jeunes amoureux et circassiens, pour que la passion et la magie l’emportent sur la destruction et le mépris.C. Robert Chapiteau du Cirque Romanès, square Parody, bd. de l’Amiral-Bruix, 75016 Paris. Du 7 au 18 décembre 2015 à 20h30, le 13 décembre à 17h. Relâche les 10, 11 et 15 décembre. Tél. 06 40 14 91 89. Partenariats, contactez-nous/01 53 02 06 60 ou la.terrasse@wanadoo.fr LA CERISAIE ANTON TCHEKHOV CHRISTIAN BENEDETTI 24 NOVEMBRE 5 DÉCEMBRE REGARD(S) 1 UN MONDE NOUVEAU LA MÉLANCOLIE DES DRAGONS PHILIPPE QUESNE 1-5 DÉCEMBRE REGARD(S) 2 TRANSFORMATION(S) LA JOURNÉE D’UNE RÊVEUSE (ET AUTRES MOMENTS…) COPI PIERRE MAILLET 8-12 DÉCEMBRE REGARD(S) 2 TRANSFORMATION(S) FIN DE L’HISTOIRE WITOLD GOMBROWICZ CHRISTOPHE HONORÉ 11-17 DÉCEMBRE COPRODUCTION TNT THÉÂTRE NATIONAL DE TOULOUSE MIDI-PYRÉNÉES TNT-CITE.COM 05 34 45 05 05 ADAGP Claude Lévêque. Courtesy the artist and kamel mennour, Paris/Design  : Studio Apeloig 2015/Sérigraphie  : Lézard Graphique/Licences spectacle 1-1045623/2-1045624/3-1045625



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :