La Terrasse n°238 décembre 2015
La Terrasse n°238 décembre 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°238 de décembre 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : la damnation de Faust...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 théâtre décembre 2015/N°238 la terrasse WASTELAND DE NOËL mcuRAL mERic.ux. (4 -> 20 DEC. 2015 reua 01.12,59.44U°réleaiseiniorruaIdeform. Kilke » 111 lie Jiu  : « Ml'paf THÉÂTRE VICTOR-HUGO "'I PTUEL HOME ME DEUX CONFÉRENCES-DÉBATS 10 janvier. Transhumanisme  : Bienvenue dans un nouvel humanisme ou ci-git l'humanité ? Avec Jacques Testart, biologiste et Monette Vacquin Psychanalyste. LE CORPS EN MOUVEMENT 23 janvier. Le virtuel en mouvement avec Philippe Bloesch professeur en nouvelles technologies à l'ENSATT (École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre). Théâtre du Geste cinéma, conférences, débats, actions culturelles... ATRE TEMPS D'ACTIONS CULTURELLES 5 janvier. Atelier mime avec ta Cie SourouS. 10-'31 JAN. 2016//Corps poétique Corps numérique//QUATRE PIÈCES FULL HD, Cie Doble Mandoble (Belgique), tes 10 et 11 janvier. E-GENERATION, Cie J'ai peur que ça raconte autre chose, du 20 au 24 janvier. ACTEUR 2.0, Fouic Théâtre, 23 janvier. SYSTEM FAILURE, System Failure (Belgique), 30 et 31 janvier. QUATRE FILMS METROPOLIS, Fritz Lang, 11 janvier. WALL-E, Andrew Stanton, 13 janvier. STAR WAR, épisode 7, LE RÉVEIL DE LA FORCE, J.J. Abrams, du 14 au 18 janvier. PLAYTIME, Jacques Tati, 25 janvier. ; janvier. Café des parents « Les réseaux sociaux et nos enfants ? » lec te collège Joliot Curie de Bagneux. 5 et 26 janvier. « Incrustez-vous » atelier d'incrustation cinématographique. Sélectionné Ir Les vitrines du LABEX (Laboratoire d'excellence des arts et médiation culturelle). janvier. « La science-fiction en jeux » avec l'association Le jeu pour tous. if, Ilemegth. THÉÂTRE VICTOR-HUGO LE CORPS EN MOUVEMENT Théâtre du Geste cinéma, conférences, débats, actions culturelles... 1 0 > 3 1 J A N. 2 0 1 6//Corps poétique Corps numérique//Quatre pièces FULL HD, Cie Doble Mandoble (Belgique), les 10 et 11 janvier. E-GENERATION, Cie J’ai peur que ça raconte autre chose, du 20 au 24 janvier. ACTEUR 2.0, Fouic Théâtre, 23 janvier. SYSTEM FAILURE, System Failure (Belgique), 30 et 31 janvier. Deux conférences-débats 10 janvier. Transhumanisme  : Quatre films Bienvenue dans un nouvel humanisme ou ci-git l’humanité ? METROPOLIS, Fritz Lang, 11 janvier. Avec Jacques Testart, biologiste WALL-E, Andrew Stanton, 13 janvier. et Monette Vacquin Psychanalyste. STAR WAR, épisode 7, LE RéVEIL 23 janvier. Le virtuel en mouvement DE LA FORCE, J.J. Abrams, avec Philippe Bloesch professeur du 14 au 18 janvier. en nouvelles technologies à l’ENSATT (école nationale supérieure des arts PLAYTIME, Jacques Tati, 25 janvier. et techniques du théâtre). Quatre temps d’actions culturelles 23 janvier. Atelier mime avec la Cie SourouS. 24 janvier. Café des parents « Les réseaux sociaux et nos enfants ? » avec le collège Joliot Curie de Bagneux. 25 et 26 janvier. « Incrustez-vous » atelier d’incrustation cinématographique. Sélectionné par Les vitrines du LABEX (Laboratoire d’excellence des arts et médiation culturelle). 31 janvier. « La science-fiction en jeux » avec l’association Le jeu pour tous. Théâtre Victor-Hugo 14 av. Victor-Hugo, 92220 Bagneux 01 46 63 96 66/01 41 17 48 12 reservationtvh@suddeseine.fr En tournée d’après une histoire originale de Pef/conception Romain Bermond et Jean-Baptiste Maillet/dès 7 ans Dark Circus Théâtre de la Tempête de Mathieu Bertholet/mes Véronique Bellegarde Farben Véronique Bellegarde met en scène le texte écrit par Mathieu Bertholet sur la vie sacrifiée et l’œuvre brisée de Clara Immerwahr. Un spectacle qui peine à trouver unité esthétique et unisson interprétatif. Femme de… Clara Immerwahr était celle de Fritz Haber, brillant chimiste humilié par ses pairs, qui mit son génie au service de la mort au lieu d’en faire l’instrument philanthrope du progrès. La synthèse de l’ammoniac ne permit pas seulement de fabriquer les engrais de la rentabilité agricole, mais faucha aussi les soldats de 14, asphyxiés par le gaz moutarde. Considérant que la cuisine était la seule chimie autorisée aux femmes, Fritz relégua son épouse aux fourneaux et Dark Circus, très joli spectacle du duo STEREOPTIK créé lors du dernier Festival d’Avignon. La Terrasse, premier média arts vivants en France critique Grâce à un savoir-faire virtuose et une complicité synchrone, Romain Bermond et Jean-Baptiste Maillet créent Dark Circus, cirque en noir et blanc dont les numéros émerveillent. Pour tout public sans exception ! Un poste musiques à jardin, un poste arts plastiques à cour. Et au centre un grand écran où défile un film d’animation fabriqué en direct grâce au talent et à la complicité parfaitement synchronisée de Romain Bermond et Jean- Baptiste Maillet, plasticiens et musiciens, chacun cultivant sa spécialité. C’est en effet une subtile et impressionnante conjugaison des images et des sons qui se déploie, un art des métamorphoses et des enchaînements qui s’échappe du réel et ouvre vers un ailleurs imaginaire, vers une forme de poésie touchante, qui s’adresse à tous, petits ou grands. Une poésie qui naît à la fois de la qualité du film projeté et de la performance de sa création artisanale sous nos yeux. Aucun procédé technologique complexe ici, mais plutôt des techniques de dessin et manipulation traditionnelles et des matériaux simples – fusain, feutres, encre, papier, marionnettes en carton, figurines de porcelaine, sable, craie… Un coup de gomme fait des miracles Contrairement à leurs autres spectacles, Dark Circus se fonde sur une histoire écrite, un scénario original réalisé par l’auteur et illustrateur Pef, rencontré dans un village de Normandie, qui leur a laissé carte blanche pour l’interprétation. Cette trame conte la genèse du cirque, l’histoire d’un cirque sombre qui clame dans les rues d’une ville triste et grise  : « venez nombreux, devenez malheureux ! ». Au programme, un Monsieur loyal déprimé et fatigué, une trapéziste qui s’écrase, un dompteur qui se fait dévorer, un homme-canon qui disparaît dans l’espace… Ne disons rien du lanceur de couteaux, ni du merveilleux galop d’un cheval aventureux épris de liberté… C’est une petite boule rouge de jongleur qui va gripper la machine et troubler cette morne atmosphère. D’ingénieuses trouvailles et un savoir-faire virtuose et exigeant créent une magie de chaque instant qui enchante les spectateurs. Presque aussi périlleuses qu’un numéro de cirque par leur réalisation millimétrée, les séquences se succèdent à bon rythme. Une caisse claire devient piste de cirque, un manche de guitare devient dompteur, un coup de gomme fait des miracles, les traits de crayon se font traits d’humour. Formidablement créatif, ce spectacle populaire et sans frontières émerveille l’enfant qui demeure en chacun de nous. Agnès Santi Le Théâtre scène nationale de Saint-Nazaire (44), du 7 au 10 décembre. Tél. 02 40 22 91 36. Espace Jean Vilar à Ifs (14), le 15 décembre. Tél. 02 31 82 69 69. Théâtre Jean Arp scène conventionnée de Clamart (92), du 17 au 22 décembre. Tél. 01 41 90 17 02. Espace Saint-Exupéry, Franconville (95), le 5 janvier. Tél. 01 39 32 66 05. L’Onde de Vélizy-Villacoublay. Du 13 au 15 janvier. Tél. 01 78 74 38 60. Espace Germinal, Fosses (95), les 19 et 20 janvier. Tél. 01 34 72 88 80. Théâtre des Sources, Fontenay-aux-Roses (92), les 21 et 22 janvier. Tél. 01 41 13 40 80. Etc. Durée  : 1h. Spectacle vu au Festival d’Avignon 2015. Réagissez sur www.journal-laterrasse.fr Critique l’installa dans un salon alors qu’elle rêvait d’un laboratoire. A la même époque, Marie Curie touillait la pechblende dans les cuves du hangar de la rue Vauquelin et recevait le Prix Nobel avec Pierre… Marie mourut de ses recherches ; Clara se suicida pour n’avoir pu mener les siennes à bien… Odja Llorca interprète avec une émotion poignante cet esprit brimé car né dans un corps de femme  : la comédienne campe avec une belle conviction la victime du bourreau domestique Haber. Synthèse de l’ammoniac sans synthèse artistique Autour d’elle, tournoient les gardiens de sa prison  : Olivier Balazuc est Haber, personnage fat et prétentieux. Le comédien a tendance à vampiriser le plateau. Il ne parvient pas à suggérer la complexité psychologique de son personnage, même si le texte élucide les raisons de son autoritarisme imbécile. Hélène Delavault compose avec générosité la Tante Otilie (on retrouve avec bonheur l’art toujours délicieux et désopilant de la voca- J.-M. Besenval
D. R. Antoine Melchior Philippe Delacroix la terrasse décembre 2015/N°238 théâtre 13 I Théâtre du Rond-Point texte et mes Côme de Bellescize Eugénie Côme de Bellescize ose un essai très intéressant sur l’indicible souffrance d’être parents d’un enfant handicapé. Soutenu par des comédiens ultra convaincants, il fait mouche avec autant de pertinence que de pudeur. Toujours enclins à la plainte et soumis à l’invention foisonnante du malheur, les humains se plaisent à mesurer sur l’échelle des avanies celle qui pourrait être la pire. Le plus difficile est d’avoir un enfant à vie  : un enfant handicapé, qui renverse l’ordre du temps et celui de la piété, puisque ses parents ne pourront jamais se reposer sur lui. Sur cette question, le débat est souvent feutré, et on dit rarement le chagrin et la colère de ceux qui ne verront jamais devenir autonomes la progéniture qu’ils ont vue naître de guingois. Afférente à cette question, celle de l’interruption volontaire de grossesse pour raisons médicales, à propos de laquelle se déchirent allègrement militants pro-life et défenseurs de la liberté de pouvoir vivre sans souci. Côme de Bellescize met les pieds dans le plat et ose installer au plateau des débats que l’on préfère taire, tant on a du mal à admettre que faire des enfants, comme ne pas en faire, relève du même désir égoïste. Le juste équilibre entre vérité et respect Le texte de la pièce, remarquablement installé entre réalisme et fantasme, rêve et Odja Llorca dans Farben. lise couleur gouaille et velours de la chanteuse). Mais le reste de la troupe ne dépasse pas la somme de singularités talentueuses, certes, mais disparates, faute d’un souci patent de jeu commun. La mise en scène et la scénographie présentent le même aspect hétéroclite  : une foule de bonnes idées juxtaposées (film avec les époux Curie, fumigènes et glouglous sortant des éprouvettes, utilisation des micros, champignons et gazon, etc.), mais pas de direction unifiée des effets. Les comédiens, et pas seulement leurs personnages, semblent rivaliser Critique crudité cruelle, passe en revue toutes les postures intellectuelles et morales autour de cette question. Eugénie (le prénom choisi par avance de la petite fille condamnée) ou eugénisme ? Matrice libérée de la volonté parturiente à tout prix, ou esprit tranquillement débarrassé de la servitude à vie ? Avec une drôlerie efficace, Côme de Bellescize met en scène les délires reproductifs d’une génération à laquelle la médecine offre le pouvoir de contrarier la nature. Il évoque les conflits intergénérationnels entre une mère soixante-huitarde adepte de la liberté (géniale composition d’Estelle Meyer) et sa fille au narcissisme antagoniste. Eléonore Joncquez et Jonathan Cohen campent avec une grande justesse le couple de bobos adeptes de l’in vitro, Estelle Meyer et Jonathan Cohen dans Eugénie. incapables de lutter sereinement contre ses effets tératogènes. Philippe Bérodot, excellent dans tous les seconds rôles, assume le reste de la distribution avec un magistral talent de composition. Drôle, poignante, insupportable parfois – quand on en vient au paroxysme des débats et de la douleur – mais toujours finement interprétée, cette pièce évacue la langue de bois et la bien-pensance avec un courage salvateur et une justesse remarquable. Catherine Robert Théâtre du Rond-Point, 2 bis av. Franklin-D.- Roosevelt, 75008 Paris. Du 13 novembre au 13 décembre 2015. Du mardi au samedi à 21h ; le dimanche à 15h30. Tél. 01 44 95 98 21. Durée  : 1h35. Espace culturel André Malraux, 2 place Victor- Hugo, 94270 Le Kremlin-Bicêtre. Samedi 13 février 2016 à 20h30. Tél. 01 49 60 69 42. Réagissez sur www.journal-laterrasse.fr pour la gloire de prestations individuelles ; l’ensemble compose un spectacle plaisant par endroits, mais globalement disparate et trop haché. Catherine Robert Théâtre de la Tempête, Cartoucherie, route du Champ-de-Manœuvre, 75012 Paris. Du 13 novembre au 13 décembre 2015. Du mardi au samedi à 20h30 ; dimanche à 16h30. Tél. 01 43 28 36 36. Durée  : 1h30. Rejoignez-nous sur Facebook Partenariats, contactez-nous/01 53 02 06 60 ou la.terrasse@wanadoo.fr ot Cara_Foto et Diego Mussida Dunnara Meas direction Frédéric Franck — Home de David Storey traduction Hazel Karr avec Carole Bouquet, Pierre Palmade, Gérard Desarthe, Valérie Karsenti, Vincent Deniard mise en scène... Gérard Desarthe assisté de... Jacques Connort décor et costumes... Delphine Brouard lumière... Rémi Claude son... Jean-Luc Ristord maquillage et coiffure. Suzanne Pisteur assistée de Laurence Aue production... Théâtre de L’Œuvre, Théâtre Montansier Versailles et Laura Pels Madame de et mise en scène de Rémi De Vos avec Catherine Jacob décor et son.. Othello Vilgard lumière.. Joël Hourbeigt perruque. Cécile Kretschmar//21h//19h



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :