La Terrasse n°230 mars 2015
La Terrasse n°230 mars 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°230 de mars 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 21,9 Mo

  • Dans ce numéro : la question de la représentation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
ton direct Pantone Matching System PMS 165 C PMS 165 U noir seul noir + soutien de bleu CMJN 60/00/00/100 50 danse mars 2015 / N°230 la terrasse Théâtre de la Bastille chor. Lisbeth Gruwez It’s going to get worse and worse and worse, my friend – AH/HA FONDATION BNP PARIBAS 11.5 PORTENT UN de l’artiste. PROJET NOUS LES AIDONS À LE FAIRE GRANDIR Lisbeth Gruwez présente un solo percutant et sa première pièce de groupe. AH/HA, de Lisbeth Gruwez, avec Mercedes Dassy, Anne-Charlotte Bisoux, Lisbeth Gruwez, Vicente Arlandis Recuerda, Lucius Romeo-Fromm. Opéra Bastille Mourad Chor. Merzouki Rudolf Noureev © Victoriana Moreno Chorégraphe «Mon projet, créer, rêver, partager... Réinventer des Cygnes la poésie du monde avec des chorégraphies inspirées du La cinéma version muet, par Noureev de la d’un chef-d’œuvre du répertoire, à voir et revoir sans se lasser. boxe, des arts numériques.» www.ccncreteil.com 7em- ' fantômes qu’Aurélien Richard convoque, entre danse des années 30 (Totengeleite de Rosalia Chladek), représentations picturales, ou numéros de cabaret. Une proposition trompe-la-mort qui s’amuse des peurs universelles, en perpétuant le travail de sublimation et de poétisation N. Yokel Centre National de la Danse, 1 rue Victor-Hugo, 93500 Pantin. Du 11 au 13 mars 2015 à 20h30, précédé de Noos de Justine Berthillot à 19h. Tél. 01 41 83 98 98. Le Lac © Anne Deniau SHAKE IT OUT COMPAGNIE CUBE - CHRISTIAN UBL Une interview de John Cassavetes montre le réalisateur évoquant le peu d’attention accordé à son travail. On le voit peu à peu, critiquant Hollywood, la télévision, s’emplir de rage ; ses gestes se font plus pointus, les yeux exorbités… Comment un corps se transforme-t-il au fur et à mesure d’un discours ? Fascinée par ce film, Lisbeth Gruwez s’est plongée dans divers discours – Hitler, Mussolini, entre autres, mais aussi le télévangéliste conservateur Jimmy Swaggart. Explorant les gestes de ces discours, dialoguant avec une bande-son recomposant les mots et les impulsions, la performeuse se livre dans It’s going to get worse and worse and worse, my friend à une fascinante expérimentation des mécanismes par lesquels un état corporel et émotionnel voyage et se répand, de l’orateur aux spectateurs. La semaine suivante, elle présentera AH/HA, sa première pièce pour cinq interprètes : c’est alors le thème du rire – autre état-limite – qui constituera la base de l’expérience. M. Chavanieux Théâtre de la Bastille, 76 rue de la Roquette, 75011 Paris. It’s going to get worse and worse and worse, my friend, du 10 au 15 mars 2015 à 21h, le dimanche à 17h, relâche le jeudi. AH/HA, du 18 au 20 mars à 21h. Tél. 01 43 57 42 14. Le prince revu par Noureev (ici interprété par Karl Paquette) est un personnage romantique et déchiré. Dans sa beauté troublante, Le Lac des Cygnes chorégraphié par Rudolf Noureev sur la partition éponyme de Tchaïkoski garde, depuis sa création en 1984, un pouvoir de fascination intacte. Difficile, en effet, de ne pas succomber au charme quasi vénéneux de cette lecture psychanalytique, qui fait du Prince imaginé par Marius Petipa et Lev Ivanov un être torturé par ses propres désirs, et d’Odette-Odile la projection de tous les fantasmes masculins. Quant à la figure du précepteur et magicien Rothbart développée par Noureev, elle cristallise toute l’ambiguïté d’un ballet à la fois romantique, avec son intemporel “acte blanc”, et furieusement moderne. On savourera d’autant plus cette reprise, où brilleront notamment dans les rôles-titres les étoiles Emilie Cozette, Stéphane Bullion et Karl Paquette, que ce sera la dernière apparition d’Aurélie Dupont (les 2 et 8 avril aux côtés de Karl Paquette et François Alu), avant ses adieux officiels en mai dans Manon Lescaut. Balletomanes, à vos réservations ! I. Calabre Depuis 30 ans, la Fondation BNP Paribas est fière d'accompagner Aurélien Richard met le macabre ses à l’épreuve partenaires, de la Revue. tous porteurs de rêve, d'ambition et d'avenir en soutenant des projets dans les VENDREDI 20 MARS domaines de la culture, de la solidarité et de l'environnement. Nous avions laissé Aurélien Richard avec À 20H30 @FondationBNPP i f" BNP PARIBAS I La 01 55 48 06 90 fichier Illustrator CS3 du logotype PRINT CMJN 00/80/100/00 THEATREACHATILLON.COM banque d'un monde qui change © Jean-Claude Carbonne/ Licence n° 1-1056824 Centre National de la Danse Chor. Aurélien Richard Revue Macabre Et si la danse macabre rejoignait les élans vitaux et grotesques de la revue ? Aurélien Richard brouille les pistes et entremêle les genres. Noces / Quatuor, œuvre complexe fourmillant de regards sur la création musicale, chorégraphique, picturale du début du xx e siècle. Cette nouvelle pièce fait une fois encore résonner l’Histoire en puisant dans les entrailles moyenâgeuses de la danse macabre, lorsque sur les fresques les morts faisaient danser les vivants, tout en empruntant à la forme de la revue, façon cabaret populaire début de siècle. Les sept danseurs-performeurs s’amusent de cette rencontre où la mort côtoie le rire, où le burlesque sonne comme un pied de nez à la grande Faucheuse. Et ce sont encore bien des © Thomas Adam-Garnung et Maxime Michel Photographie Grégoire Korganow fondation.bnpparibas.com/nos-30ans rejoignez-nous sur facebook Opéra Bastille, place de la Bastille, 75012 Paris. Du 11 mars au 9 avril à 19h30. Tél. 01 40 01 19 70. Atelier de Paris chor. Simone Forti Simone Forti L’Atelier de Paris propose une immersion exceptionnelle dans l’univers d’une figure majeure de la danse américaine. Simone Forti, figure importante de la danse américaine. La danse post-moderne américaine, et les questions vigoureuses qu’elle adressa dans les années 1960 et 1970 à l’art et à la société, sont parmi les sources d’inspiration les plus actives de la « jeune danse française » et de ses renouvellements, jusqu’à aujourd’hui. Parmi les figures tutélaires, les travaux précurseurs de Simone Forti sur l’improvisation, sa participation aux premiers happenings, mais aussi ses études sur le mouvement des animaux ou les « portraits » de lieux sont parmi les recherches chorégraphiques © Ian Douglas
la terrasse mars 2015 / N°230 danse 51 © Jean-Louis Fernandez les plus fécondes de l’époque contemporaine. L’Atelier de Paris l’accueille pour une masterclass, qui se terminera le 13 mars par un « open studio » accueillant le public. Le 18 mars, avec la critique d’art Elisabeth Lebovici, un séminaire intitulé Something You Should Know sera l’occasion de mettre en perspective les recherches de Simone Forti, notamment sur les liens entre mouvement et langage. M. Chavanieux Atelier de Paris, Cartoucherie, route du Champde-Manœuvre, 75012 Paris. Open studio : vendredi 13 mars à 16h. Séminaire Something You Should Know : le 18 mars à 19h au Mona Bismarck American Center (Paris 75016). Tél. 01 417 417 07. Entrée libre. L’Apostrophe chor. François Verret Rhapsodie démente François Verret engage une critique de l’héritage politique et culturel du xx e siècle. © John Hogg Exit/Exist : de la sortie de soi à l’invention d’une façon d’exister. celles qui le conduisent à évoquer, voire à devenir son lointain ancêtre, Jongum-Sobomvu Maqoma, chef de l’ethnie Xhosa, dont le courage vis-à-vis des colons anglais a fait une figure historique. Une mémoire convoquée de façon aussi intense qu’ouverte, loin de tout sens unique ou réducteur : d’un changement de costume à l’autre, d’une matière corporelle à l’autre, Gregory Maqoma nous invite à un voyage politique et sensible. M. Chavanieux Théâtre des Abbesses, 31 rue des Abbesses, 75018 Paris. Du 17 au 21 mars à 20h30. Tél. 01 42 74 22 77 Ferme du Buisson / Théâtre de la Ville / CentQuatre Chor. Robyn Orlin At the same time… La chorégraphe sud-africaine Robyn Orlin questionne le corps africain avec une bande de performeurs. FOCUS COMPAGNIE ETHADAM www.ethadam.com IBRAHIM SISSOKO © D. R. Répétition pour Rhapsodie démente. « Peut-on construire aujourd’hui une distance critique lucide face à toute cette part sombre, tragique, de notre histoire collective... sans être pour autant dans le déni, l’oubli, le refoulement ou la simplification mortifère ? » Cette interrogation sur le XXe siècle a pris, pour François Verret, la forme d’un laboratoire nomade, Chantiers 2014-2018, qui instaure une temporalité nouvelle pour inventer une autre façon de commémorer la première guerre mondiale. Dans ce cadre, en tant qu’artiste en résidence à L’apostrophe, il y présentera une première pièce, Rhapsodie démente, qui voit trois danseurs, une comédienne, deux musiciens sortir de l’accélération ambiante pour inventer collectivement une langue nouvelle et dérivante. En parallèle, un ensemble d’ateliers, sur le mode de la gratuité et de l’hospitalité, propose d’initier, à l’échelle locale, une autre manière de construire une mémoire commune, en articulant histoire singulière et collective. M. Chavanieux L’apostrophe / Théâtre des Louvrais, place de la Paix, Pontoise. Le 17 mars à 20h30. Tél. 01 34 20 14 14. Théâtre des Abbesses chor. Gregory Maqoma Exit/Exist Retour du solo intense de Gregory Maqoma, découvert aux Abbesses il y a deux ans. L’occasion de réinterroger cette danse troublante, qui chemine du rituel au dénuement épuré. Entre la danse, le théâtre, le chant, la musique instrumentale et la vidéo, Gregory Maqoma invente un corps poreux à la diversité des identités et des couches temporelles. Un corps encore traversé par l’apartheid qui a marqué son pays, l’Afrique du Sud, mais un corps façonné aussi par sa formation de danseur contemporain en Europe ; un corps mouvant enfin, transformé par les strates imaginaires qu’il est capable de déployer – notamment Des performeurs d’une vitalité époustouflante ! Silhouette fuselée, sculptée dans l’ébène ou au contraire figure famélique, rongée par la misère : le corps africain porte encore souvent les clichés que lui colle le regard occidental. « Comment s’affranchir de ces visions ? » demande Robyn Orlin. Or sur le continent, le corps semble tout aussi problématique, « quand il n’est tout simplement pas un sujet tabou », constate-t-elle. « Je crois que l’Occident a colonisé le corps africain, même lorsqu’il essayait de ne pas le faire, même quand il faisait preuve de respect. Nous nous retrouvons alors avec des corps qui sont imprégnés des cérémonies et des rituels du passé et du présent, mais comment pouvonsnous amener des cérémonies dans le futur ? » Voilà donc que la chorégraphe sud-africaine entreprend de gratter les images dominantes pour en révéler les schèmes intimes et politiques. Elle partage ces questionnements avec huit performeurs issus de l’École des Sables, fondée à Dakar par Germaine Acogny, pour développer de nouvelles pratiques chorégraphiques à partir du territoire africain. Ainsi est née la pièce At the same time we were pointing a finger at you, we realized we were pointing three at ourselves… A chacun de donner suite aux points de suspension ! Gw. David La Ferme du Buisson, allée de la Ferme-Noisiel, 77448 Marne-la-Vallée. Le 18 mars 2015, à 20h45. Tél. 01 64 62 77 77. Théâtre de la Ville, 2 place du Châtelet, 75004 Paris. Du 25 au 29 mars, à 20h30 sauf dimanche à 15h. Le CentQuatre, 15 rue Curial 75019 Paris. Les 11 et 12 avril, à 15h et 18h. Tél. 01 42 74 22 77. Réagissez sur www.journal-laterrasse.fr soirée anniversaire des 15 ans de la compagnie Jeudi 30 avril 2015 Espace Michel Simon à Noisy-le-Grand dans le cadre du Tarifs plein : 20 e Tarif groupe : 15 e Informations : Tarif -16 ans : 10 e www.iaps.fr/festival1435 lac des cygnes (Création 2015) « Mon interprétation du Lac des Cygnes interroge le monde des artistes et leurs créations, la recherche d’authenticité et les choix entre les libertés artistiques et les compromissions. » Ibrahim Sissoko Représentations : 18 mars 2015, Théâtre Jacques Prévert, Aulnay-sous-Bois 11 avril 2015, Escale de Melun, Festival Hoptimum 19 mai 2015, Théâtre de Corbeil 29 mai 2015, Théâtre Victor Hugo, Bagneux



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 1La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 2-3La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 4-5La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 6-7La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 8-9La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 10-11La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 12-13La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 14-15La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 16-17La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 18-19La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 20-21La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 22-23La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 24-25La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 26-27La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 28-29La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 30-31La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 32-33La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 34-35La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 36-37La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 38-39La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 40-41La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 42-43La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 44-45La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 46-47La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 48-49La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 50-51La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 52-53La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 54-55La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 56-57La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 58-59La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 60-61La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 62-63La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 64-65La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 66-67La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 68-69La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 70-71La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 72