La Terrasse n°230 mars 2015
La Terrasse n°230 mars 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°230 de mars 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 21,9 Mo

  • Dans ce numéro : la question de la représentation.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
38 théâtre mars 2015 / N°230 la terrasse Strip-tyque Denys Treffet avec Anne de Broca Erwan Daouphars Pablo Nemirovsky au bandonéon Pièce érotique en 3 actes sur partition tango Mise en scène Anne de Broca (assistée de Muriel Piquart) LA SCENE INTERNATIONALE FRANCOPHONE RISK TEXTE John Retallack TRADUCTION Isabelle Famchon CONCEPTION Eva Vallejo / Bruno Soulier © GUICK YANSEN THÉÂTRE PARIS-VILLETTE 13 > 21 MARS Vendredis 13 et 20 à 19h / Samedis 14 et 21, mardi 17, mercredi 18 et jeudi 19 à 20h / Dimanche 15 à 16h Séance scolaire : jeudi 19 mars à 14h30 (relâche le 16 mars) TARIFS 16 € - 12 € (Demandeurs d’emploi, intermittents, +60 ans…) 10 € (Étudiants, -26 ans) INFOS / RÉSA 01 40 03 72 23 resa@theatre-paris-villette.fr www.theatre-paris-villette.fr ou auprès des revendeurs : Fnac, Billet Reduc, Theatre on line, TickeTac , Digitick www.interlude-to.com Maison des métallos de Mahmoud Darwich / mes et interprétation Mohamed Rouabhi Darwich, deux textes Mohamed Rouabhi reprend Discours de l’Indien rouge et Une Mémoire pour l’oubli, de Mahmoud Darwich. © Éric Legrand Théâtre Jean-Arp d’après Victor Hugo / conception Karine • Birgé et Marie Delhaye Les Misérables La compagnie belge Karyatides transpose Les Misérables de Victor Hugo dans l’univers du théâtre d’objets. © Yves Gabriel Mohamed Rouabhi interprète Mahmoud Darwich. « Je me souviens qu’entre l’instant où je venais de finir silencieusement la lecture de [Discours de l’Indien rouge] – un des rares textes en prose du poète – et l’instant où je savais que je le dirai un jour à haute voix devant un public, il s’est écoulé quelque chose comme une nanoseconde », raconte Mohamed Rouabhi. Un choc « d’une violente évidence » qui donna effectivement naissance à une création théâtrale, création d’à peine une heure mettant ce premier texte sur les massacres des Indiens en regard avec Une Mémoire pour l’oubli, évoquant Beyrouth pendant la guerre civile. C’est toute la beauté et la puissance des écrits du poète palestinien qui s’exprime ici. Un poète qui, jusqu’à sa disparition en 2008, a chanté « l’exil, la guerre, la prison, l’amour ». M. Piolat Soleymat Maison des Métallos, 94 rue Jean-Pierre- Timbaud, 75011 Paris. Du 10 au 22 mars, du mardi au vendredi à 20h, samedi à 19h, dimanche à 16h. Tél. 01 47 00 25 20. Théâtre de l’Ouest Parisien De éric-Emmanuel Schmitt / mes Marianne Epin Petits Crimes conjugaux Une partition d’Eric-Emmanuel Schmitt sur la grande aventure de la vie à deux, mise en scène par Marianne Epin. Les Misérables revus par la Compagnie Karyatides. Leur démarche : « proposer des mythes de la littérature sur un petit plateau de théâtre ». Après Carmen et Madame Bovary, les membres de la Compagnie Karyatides (Karine Birgé et Marie Delhaye pour la conception et l’interprétation, Agnès Limbos pour la mise en scène) s’emparent aujourd’hui des Misérables. « Nous passons à la centrifugeuse les grandes œuvres pour en extraire des digests par une opération de stylisation vivifiante et novatrice, déclarent les artistes originaires de Belgique. Avec nos objets, nous voulons laisser la place à l’imaginaire, à l’évocation, à la métaphore, à ce qui reste d’âmes d’enfants en chaque spectateur. » Centrant leur adaptation théâtrale du roman de Victor Hugo sur les personnages de Jean Valjean, Javert, Fantine, Cosette et Gavroche, Karine Birgé et Marie Delhaye se sont attachées à suivre une triple orientation : l’intrigue policière, le mélodrame, l’engagement politique. Une triple orientation qui cherche à défendre l’idée d’un « théâtre populaire, visuel et poétique ». M. Piolat Soleymat 1 Théâtre Jean-Arp, 22 rue Paul-Vaillant-Couturier, 92140 Clamart. Du 10 au 14 mars 2015 à 20h30, le 12 mars à 19h30. Tél. 01 41 90 17 00. www.theatrejeanarp.com. Spectacle tout public à partir de 10 ans. Marianne Epin, metteure en scène et co-interprète de Petits Crimes conjugaux. Après quinze ans de vie commune, que restet-il des amours d’autrefois ? Malicieux, à la fois lucide et indulgent, Eric-Emmanuel Schmitt analyse la vie à deux et son cortège d’habitudes et de contradictions. D’emblée il installe une situation de crise singulière, qui permet à la relation amoureuse de se réinventer. Suite à une mystérieuse chute dans l’escalier, l’un des conjoints est en effet frappé d’amnésie : après un bref séjour à l’hôpital, Gilles regagne le domicile accompagné de sa femme Lisa, qui s’efforce de l’aider. Occasion rêvée de faire table rase des différends et des rancœurs, mais surtout excellent moyen d’investigation pour l’écrivain qui dissèque une tortueuse quête de vérité avec ses parts cachées, ses mystères et son côté aventureux. « Deux êtres en présence, présents à l’autre, qui se parlent et s’écoutent. C’est si simple et si complexe » confie Marianne Epin. En duo avec Eric Savin. A. Santi Théâtre de l’Ouest Parisien, 1 place Bernard- Palissy, 92100 Boulogne-Billancourt. Les 20 et 21 mars à 20h30, le 22 à 16h. Tél. 01 46 03 60 44. © D. R. Le CENTQUATRE conception et mes Jean-François Peyret Citizen Jobs Après Re : Walden, d’après Henry David Thoreau, Jean-François Peyret retrouve le comédien Jos Houben pour une réflexion autour d’un mythe contemporain : le cofondateur d’Apple, Steve Jobs. Jos Houben dans Citizen Jobs, de Jean-François Peyret. Le décès de Steve Jobs, en octobre 2011, fit la une de tous les journaux de la planète. Aussi célèbre qu’une rock-star ou qu’un grand chef d’état, le cofondateur d’Apple était devenu, en 35 ans de vie professionnelle, l’un des mythes de notre époque contemporaine. « Re : Walden et Citizen Jobs pourraient apparaître comme les deux faces d’une même médaille consacrée à l’individualisme américain : le solitaire dans sa cabane du Massachusetts versus le hippie californien capitaine d’industrie », fait remarquer Jean-François Peyret. Sondant les différents aspects de l’énigme que constitue Steve Jobs, le rejoignez-nous sur facebook © Maella Marechal metteur en scène est parti sur les traces de celui qu’il surnomme le « Che de la Silicon Valley ». A mille lieues d’un biopic théâtral, cette nouvelle création fuit les procédés technologiques pour aller à la « plus simple et essentielle expression » du théâtre. Citizen Jobs se propose ainsi d’éclairer le « geste juste » d’un comédien seul en scène, pour « prendre l’homme à la pomme par le travers, à l’abordage ». M. Piolat Soleymat Le CentQuatre, 5 rue Curial, 75019 Paris. Du 3 au 15 mars 2015, à 20h30. Les dimanches 8 et 15 mars à 17h, relâche les 9 et 13 mars. Tél. 01 53 35 50 00. www.104.fr Reprise / Théâtre de la Ville à partir de témoignages / Conception et mes David Lescot CEUX QUI RESTENT Paul Felenbok, 78 ans, un des plus jeunes survivants du ghetto de Varsovie, est revenu en 2013, à l’occasion du 70e anniversaire de l’insurrection du ghetto, sur les traces de son passé. L’écrivain et metteur en scène David Lescot porte son témoignage en scène dans une pièce d’une puissante humanité. © D. R. Un théâtre nécessaire, pour se souvenir de l’Histoire. Le silence longtemps a muré la mémoire. « Dans les maisons d’enfants, entre nous, nous ne parlions jamais de ce qui s’était passé avant, ni des parents. Ça n’existait pas. » Paul Felenbok revient pour la première fois à Varsovie en 1993, avec son frère, de douze ans son aîné. Tous deux sont venus en France en 1946. « Je n’ai rien de mes parents. Je n’ai même pas une photo de ma mère. J’ai écrit sur eux pour qu’il reste quelque chose. » L’écrivain et metteur en scène David Lescot a recueilli ces paroles et les a croisées avec celles de la cousine de Paul : Wlodka Blit- Robertson, 11 ans en 1943, qui fut cachée à la campagne dans une famille polonaise. « Le récit singulier de deux enfants dans la guerre, puis la construction de leur vie dans l’Europe de l’après-guerre, peut toucher n’importe qui », dit David Lescot, qui a retranscrit ses entretiens avec Paul et Wlodka pour concevoir Ceux qui restent. Portés en scène sans artifice par Marie Desgranges et Antoine Mathieu, leurs mots disent la vie d’alors vue par des enfants. Sans pathos aucun. Et cette simplicité livre à la fois tout l’effroi de leur parcours et leur extraordinaire puissance de résilience. Gw. David Théâtre de la Ville, 2 place du Châtelet, 75004 Paris. Café des Œillets. Du 3 au 21 mars du mardi au samedi à 20h45, dimanche à 15h15, et du 20 au 30 mai à 18h, relâche les 23, 24 et 27. Tél. 01 42 74 22 77. Centre culturel Jean-Houdremont de et avec Anne Kaempf et Lior Shoov Une aventure La compagnie La Boca abierta (Anne Kaempf et Lior Shoov) est en résidence au Centre culturel Jean-Houdremont. Elle y présente la création de son nouveau spectacle, Une aventure. Anne Kaempf, comédienne, et Lior Shoov, performeuse, clown, musicienne, ont un goût commun pour « le jeu improvisé, invitant à beaucoup d’engagement physique, d’ouverture et de transparence ». Ensemble, elles ont fondé la compagnie La Boca abierta, née de leur rencontre lors d’un stage de clown. Une aventure est une provocation réciproque à repousser les limites de l’autre sur scène ainsi que « la tentative de mettre en scène, avec humour, les
la terrasse mars 2015 / N°230 théâtre 39 © Sileks © V. Arbelet 18e BIENNALE Théâtre Louis Aragon DE DANSE DU VAL-DE-MARNE conception Paola Berselli et Stefano Pasquini / mes Stefano Pasquini Teatro da mangiare ? (Théâtre à manger ?) vIGRF~TOIR Dans le cadre du festival Terra di Cinema de Anne Kaempf et Lior Shoov présentent leur travail de résidence à La Courneuve. chemins tortueux qu’emprunte souvent une aventure, amicale ou amoureuse. Face aux spectateurs, deux femmes se cherchent, se testent, s’approchent, se touchent, s’embrassent, Tremblay-en-France, le théâtre Louis Aragon accueille les paysans-comédiens de l’Ariette pour un repas-spectacle qui réjouit la langue et l’esprit. 5 MARS 3 AVRIL 2015 se fuient, s’insultent, se frappent, se tancent ». Les deux artistes redessinent la carte du Tendre entre art du clown et chansons, jetant les notes en l’air, jonglant avec les rythmes et dansant les mots. En préalable au spectacle, Anne Kaempf et Lior Shoov organiseront de petits concerts acoustiques dans différents lieux de La Courneuve. C. Robert Centre culturel Jean-Houdremont, 11 av. du Général-Leclerc, 93120 La Courneuve. Le 7 mars 2015 à 19h. Tél. 01 49 92 61 61. Théâtre de la Cité Internationale du 23 mars au 14 avril puis en tournée en France. La Commune de Molière / mes Benoît Lambert Tartuffe Guidé par Louis Jouvet et Pierre Debauche qui surent lire en Tartuffe autre chose qu’un pamphlet anticlérical, Benoît Lambert réunit une troupe d’élite pour composer une famille fissurée par un habile séducteur. Marc Berman et Emmanuel Vérité dans Tartuffe. « À rebours des lectures qui veulent faire de lui le symbole malfaisant de tous les fanatismes, on peut voir Tartuffe comme un voyou sympathique, séducteur et roublard, un fourbe irrésistible comme les affectionnent la littérature et le cinéma populaires : un genre d’Arsène Lupin déguisé en dévot pour mieux réussir son coup, une crapule charmante dont l’entreprise malhonnête prend des allures de revanche de classe. » L’ignorance du contexte historique de son écriture et une lecture trop unilatéralement anticléricale de Tartuffe ont fait de son personnage éponyme une grenouille de bénitier qu’on se plaît à voir noyée dans le bain où elle s’ébroue. Mais si Tartuffe était plus malin et plus retors que cela ? S’il était celui par qui le scandale arrive, le révélateur de la mesquinerie plutôt que son incarnation ? Benoît Lambert choisit de renverser l’ordre de la représentation, suggérant que Tartuffe est peut-être autrement iconoclaste qu’on ne le présente habituellement. C. Robert La Commune, CDN d’Aubervilliers, 2 rue Edouard-Poisson, 93300 Aubervilliers. Du 10 au 29 mars 2015. Mardi et mercredi à 19h30 ; jeudi et vendredi à 20h30 ; samedi à 18h ; dimanche à 16h. Tél. 01 48 33 16 16. © Geert Brams © Federico Riva Le Teatro Delle Ariette célèbre le goût du partage et des bons ingrédients ! Les paysans-comédiens de l’Ariette, à Castello du Serravalle, dans la province de Bologne, exploitent une ferme agricole et inventent un « théâtre de terre, fait avec les mains et vécu avec le corps ». Entre farine, eau, couteaux et assiettes, fromages, carottes, œufs, animaux, musiques, chansons et sons d’outils, naît un spectacle qui se veut « intime et délicat, fragile et sincère ». Paola Berselli, Maurizio Ferraresi et Stefano Pasquini racontent ce qui les lie à leurs champs, leurs animaux, leurs amis et leurs camarades. Teatro da mangiare ?, à la fois spectacle et repas partagé en commun, réunit trente convives et spectateurs : de plat en plat et d’anecdote en chanson, on se retrouve au milieu des champs. On se régale à manger les produits de la terre et à écouter les récits de ceux qui ont choisi de vivre dans l’harmonie du bonheur champêtre. C. Robert i Une envolée poétique entre un piano et deux rêveurs : alim_ nove Théâtre Louis Aragon, 24 bd. de l’Hôtel-de-Ville, 93290 Tremblay-en-France. Le 21 mars à 12h et 19h et le 22 à 12h. Tél. 01 49 63 70 58. Cirque / Théâtre Jacques Prévert Conception Dirk Van Boxelaere et Fien Van Herwegen Le Carrousel des moutons Comme le rêve d’une farandole de nuages, ce spectacle surfe sur la poésie et l’onirisme d’une situation où la magie l’emporte. Le Carrousel des moutons. C’est à la faveur d’une blessure que le circassien Dirk rencontre la musicienne Fien. L’artiste toutterrain et risque-tout s’initie alors au piano et embrasse tout un univers. Ils décident de créer ensemble leur premier spectacle en 2005, et leur compagnie d’irque & fien commence à courir le Réagissez sur www.journal-laterrasse.fr © Shutterstock/Phatic-Photography Pôleculturel SAMEDI 21 MARS 19h00 • Présentation du festival 21h00 • Danse • AFECTOS Direction artistique Rocío Molina et Rosario “La Tremendita” 22h30 • Danse • 15X LA NUIT Chorégraphie • Paul­André Fortier DIMANCHE 22 MARS Mises en espace 11h00 • LA FEMME AUX SANDALES D’ETE de Nathalie Akoun • Mise en espace par l’auteur 14h30 • ICI ET AILLEURS de Viviane Point • Mise en espace Stanislas Grassian 17h00 • LES Z’HABITANTS de Catherine Zambon • Mise en espace Marie Dupleix MARDI 24 MARS 20h30 • Théâtre­conférence LE GRAND SYMPOSIUM TOUT SUR L’AMOUR De et avec Emma la Clown (Meriem Menant) et Catherine Dolto MERCREDI 25 MARS 20h30 • Théâtre • JE TREMBLE De Joël Pommerat • Mise en scène Cyril Ripoll JEUDI 26 MARS 20h30 • Théâtre • UNE HISTOIRE DE CLES De et avec Nathalie Akoun Mise en scène Olivier Cruveiller VENDREDI 27 MARS 18h30 • Apéritif littéraire • CARTE BLANCHE A LA REVUE LE CHANT DU MONSTRE SAMEDI 28 MARS 20h30 • Théâtre • UGZU De et avec Jean­Claude Leguay, Christine Murillo centre de développement chorégraphique et Grégoire Œstermann www.pole-culturel.fr DU SAMEDI 21 AU SAMEDI 28 MARS 2015 DES FESTIVAL 2015 ECRITURES is briqueterie monde avec leur duo musique-cirque. Pour le Carrousel des moutons, c’est une idée simple, mais qui fait son petit effet, qui structure la pièce : imaginez un piano à queue qui s’envole, ouvrant des espaces inexplorés et des imaginaires insoupçonnés. Il y a de magie dans leur duo, de poésie, de l’absurdité alabriqueterie.com aussi ; le tout s’adresse aux esprits 10146 58 24 29 Parvis des Arts (angle rues M. Bourdarias et J. Franceschi) 94140 Alfortville qui ont gardé un brin d’innocence et une capacité d’émerveillement ~ ! N. Yokel Billetterie/Abonnements 01 58 73 29 18 ii,ROCKupTibles OPM 114111`. RER Frenae D 7 ~ mn de VAL la Gare de de Lyon (Station Maisons-Alfort/Alfortville) Théâtre ii7fJll11i Jacques ANOUSPARIS Prévert, 134 LaTerrasse av. Anatole-France, —9-14( Mil Métro ligne 8 1%, (Station M RNE Ecole Vétérinaire) Conseilgénéral 93600 Aulnay-sous-Bois. Le 13 mars 2015 à et bus 103 (Station Mairie d’Alfortville) 20h30. Tél. 01 58 03 92 75.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 1La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 2-3La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 4-5La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 6-7La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 8-9La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 10-11La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 12-13La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 14-15La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 16-17La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 18-19La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 20-21La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 22-23La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 24-25La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 26-27La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 28-29La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 30-31La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 32-33La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 34-35La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 36-37La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 38-39La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 40-41La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 42-43La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 44-45La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 46-47La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 48-49La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 50-51La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 52-53La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 54-55La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 56-57La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 58-59La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 60-61La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 62-63La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 64-65La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 66-67La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 68-69La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 70-71La Terrasse numéro 230 mars 2015 Page 72