La Terrasse n°149 jun/jui 2007
La Terrasse n°149 jun/jui 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°149 de jun/jui 2007

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Eliaz éditions

  • Format : (274 x 410) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 13,2 Mo

  • Dans ce numéro : Simon Rattle dirige une nouvelle production de La Walkyrie de Wagner au Festival d’Aix-en-Provence.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
CLassiQue FESTIVALS que chaque concert est précédé, à 18h15, des « Confidences baroques », moments de rencontres privilégiées avec les artistes en concert le soir même. J. Lukas Du 11 au 29 juillet au Logis de la Chabotterie de Saint Sulpice le Verdon (85). Tél. 02 51 43 31 01. Places : gratuit à 18 €. Site : www.chabotterie.vendee.fr FESTIVAL DES CATHÉDRALES DE PICARDIE Somme/Picardie LE PRESTIGIEUX FESTIVAL PICARD FÊTE SES VINGT ANS, ENTRE RÉTROSPECTIVE ET PROJECTION DANS L’AVENIR. Le Chœur d’Hommes de Sartène, dirigé par Jean-Paul Poletti, ouvre le vingtième festival des cathédrales de Picardie. Chronologiquement, c’est le plus lointain des festivals d’été. Mais comment ne pas le retenir dès à présent comme une étape indispensable et majestueuse sur notre route musicale ensoleillée ? Le festival des cathédrales de Picardie, qui fête cette année son vingtième anniversaire, a résolument inscrit son projet musical dans le tissu historique et architectural de la région picarde en choisissant d’explorer une riche histoire musicale locale directement liée à ces cathédrales extraordinaires. Ces édifices abritèrent rapidement une vie musicale à l’échelle de leur grandeur : la première maîtrise française fut créée à la Cathédrale d’Amiens en 1324. Cette création de la première « école de musique » allait bientôt être suivie par Beauvais, Senlis, Noyon et Saint-Quentin… Plusieurs siècles plus tard, ces hauts lieux sont toujours là et nous accueillent pour de fabuleux moments de musique. Avec le Chœur d’Hommes de Sartène, Les Solistes de Lyon dirigé par Bernard Tétu, les ensembles Alla Pollaca et les Muffatti, l’Amsterdam Baroque Orchestra de Ton Koopman, le Hanover Band, etc. J. Lukas Du 1er septembre au 1er octobre en Picardie. Tél. 03 22 22 44 94. Places : 9 à 20 €. Site : wwww.festivaldescathedrales.com FESTIVAL D’ILE- DE-FRANCE Paris/IDF//ENTRE RÉPERTOIRE CLASSIQUE, MUSIQUES DU MONDE ET GOSPEL, LE FESTIVAL FRANCILIEN REND HOMMAGE À MARTIN LUTHER KING ET À SON RÊVE D’UN MONDE MEILLEUR. L’été n’est pas encore là que le Festival d’Ilede-France nous propulse déjà vers l’automne… La programmation de cette nouvelle édition provoque une mise en résonance avec l’une des grandes voix politiques de notre temps, celle du pasteur Martin Luther King, immortalisée dans son discours « I have a dream » du 28 août 1963. « De multiples échos à sa vision d’un monde meilleur nous accompagnent avec la N°149/JUIN-JUILLET 2007/La Terrasse/54 Photo : Y. Coupannec musique » souligne Charlotte Latigrat, directrice du festival. Jazz, musiques du monde (africaines en particulier) et gospel occupent logiquement une place de choix dans la programmation mais la musique classique reste très présente : l’Ensemble Gilles Blinchois chante une Messe pour la paix de Josquin des Prés ; le Laudantes Consort interprète Les lamentations de Jérémie de Palestrina ; le Quatuor Diotima nous fait monter à bord d’un vieux train à vapeur pour un concert sur rail intitulé Un train pour le far East dans des œuvres de Reich, Cage et Crumb ; le chœur de chambre Les Éléments s’associe aux Percussions de Strasbourg pour une série de créations de Zad Moultaka sur le thème « I had a dream… » ; l’O.N.D.I.F. s’invite dans le cadre inattendu des chaînes de montage de l’Usine Renault de Flins « Pour un nouveau monde » autour d’œuvres de Jospeh Schwantner, Samuel Coleridge-Taylor et Duke Ellington, etc. J. Lukas Du 7 septembre au 14 octobre en Ile-de-France. Tél. 01 58 71 01 01. Places : 5 à 25 €. Site : www.fidf.fr FESTIVAL BAROQUE DE PONTOISE Val d’Oise/RENCONTRE ORIGINALE ET EXCITANTE ENTRE LA MUSIQUE ANCIENNE ET LES AUTRES FORMES ARTISTIQUES, DU THÉÂTRE DE RUE AU CINÉMA. A la tête de son Poème harmonique, Vincent Dumestre exhume le 30 septembre les polyphonies espagnoles du XVII e siècle. Ce n’est un secret pour personne. Il faut bien souvent aller en banlieue pour écouter des concerts de musique ancienne. Outre la saison du Théâtre de Poissy, la région francilienne accueille un festival dédié aux baroqueux. Pour sa 22 e édition, le Festival Baroque de Pontoise fait plus que jamais le lien entre instruments d’époques et formes artistiques en tous genres, du théâtre de rue au cinéma. Ce brassage excitant s’articule autour de thématiques précises : la légende d’Orphée (avec en particulier L’Orfeo de Monteverdi, dirigé par Jean Tubéry, le 7 octobre), le violon virtuose (alliance prometteuse entre les Sonates du Rosaire de Biber et des danseurs de nô, les 27 et 28 septembre) ou encore le parallèle entre gastronomie et musique (avec notamment un cabaret Renaissance autour de Rabelais par Doulce Mémoire, le 8 septembre). En dehors de ces axes forts de la programmation, bien d’autres rendez-vous passionnants sont annoncés, comme le programme original de polyphonies espagnoles du XVII e siècle proposé par le Poème harmonique et Vincent Dumestre (le 30 septembre). A. Pecqueur Du 8 septembre au 21 octobre à Pontoise (95). Tél. 01 34 35 18 71./POUR RECEVOIR LA TERRASSE PAR INTERNET, ENVOYEZ UN MAIL À : LA.TERRASSE@WANADOO.FR EN OBJET : RECEVOIR LA TERRASSE/
Photo : Philippe Pierangeli 55/La Terrasse/JUIN-JUILLET 2007/N°149 ORLÉANS’JAZZ 2007 : ENTRE LÉGENDES ET JEUNES TALENTS LA NOUVELLE ÉDITION DU PREMIER GRAND FESTIVAL DE L’ÉTÉ PRÊCHE UN JAZZ SANS CHAPELLE ET PREND CETTE ANNÉE ENCORE LE POULS DE LA CRÉATION JAZZISTIQUE, PASSANT EN REVUE LES DUOS INTIMISTES COMME LES BIG BANDS EXPLOSIFS, LES JEUNES TALENTS COMME LES LÉGENDES BIEN VIVANTES. À ORLÉANS, LE JAZZ S’ÉCOUTE ÉGALEMENT FREE, C’EST-À-DIRE GRATUIT, GRÂCE AU TOUT NOUVEAU LABEL « LAURÉATS DU MONDE », UNE SÉLECTION DES ARTISTES PRIMÉS OU NOMINÉS PAR LES MEILLEURS CONCOURS INTERNATIONAUX. enTreTien STÉPHANE KOCHOYAN, DIRECTEUR ARTISTIQUE PIANISTE LAURÉAT DU CONCOURS DE LA DÉFENSE EN 1987, STÉPHANE KOCHOYAN PREND CETTE ANNÉE LES RÊNES DU FESTIVAL CRÉÉ EN 1991 ET SUCCÈDE À ANDRÉ FRANCIS, L’EX-MONSIEUR JAZZ DE RADIO-FRANCE. C’EST LA RUPTURE TRANQUILLE. Quelle est la marque de fabrique du festival ? Stéphane Kochoyan : Jazz Orléans se situe à la croisée des chemins, touchant toutes les générations et accordant la même attention aux petites comme aux grandes formations. La programmation s’ouvre également à d’autres musiques, sans qu’aucun artiste ne s’y trouve par hasard. Abd Al Malik est en effet toujours accompagné sur scène par des musiciens de jazz comme le pianiste Laurent de Wilde. Quant à Neneh Cherry, elle a été LEE KONITZ EN QUÊTE DE NEUF Lee Konitz joue le 30 en nonette. 9, c’est un chiffre qui lui porte chance. Le saxophoniste alto signe son premier disque en 1949 ( « Subconscious-lee »), puis participe la même année à l’enregistrement de « Birth of the cool » au sein du nonette de Gil Evans et Miles Davis, cristallisant l’esthétique cool. Ses lignes diaphanes, jouées legato et dénuées de vibrato, laissent apparaître avec les années des rugosités savoureuses et des textures nouvelles. Pour le festival d’Orléans, il renoue avec son big band de poche et continue, à 79 ans, d’en explorer les possibles. S. Muller Sorte de grande prairie bordée d’arcades classées, Campo Santo faisait office de cimetière jusqu’à la fin du XVIII e siècle. Indiscutablement, le lieu est toujours habité. Et accueille depuis des années les têtes d’affiche du festival. Le 28 juin, le violoniste Thomas Enhco et son groupe de teenagers (moyenne d’âge 18 ans) reviennent à Orléans après avoir suscité l’en- bercée dans cet univers par un beau-père trompettiste (Don Cherry) et un père percussionniste. Le festival offre par ailleurs de très nombreux concerts gratuits, notamment celui d’ouverture, le 13 juin, avec le pianiste Chucho Valdés, tout comme ceux du label « Lauréats du monde ». Ce label constitue la grande nouveauté de l’édition 2007. Quel est son principe ? S. K. : Il s’agit d’ouvrir la programmation aux lauréats de concours internationaux. Ces derniers permettent chaque année de faire des découvertes incroyables, de révéler des talents sortis de nulle part. Le public pourra écouter au Jardin de L’Evêché le saxophoniste Pierrick Pedron, lauréat du Monde/Académie du Jazz, ainsi que du prix Django Reinhardt et du prix Boris Vian, ou encore le pianiste arménien Tigran Hamasyan, récompensé par le Prix Thelonious Monk. Quel est votre regard sur le parcours de Tigran Hamasyan ? FOCUS• Jazz S. K. : Selon moi, il devrait dominer le jazz des 20 prochaines années. Adolescent surdoué repéré à l’âge de 11 ans, il a continué de progresser pour inventer un langage propre, sans céder à ses facilités. Un phénomène à découvrir. Propos recueillis par Stephan Muller LES NUITS DE CAMPO SANTO Dee Dee Bridgewater. gouement du public l’année passée. En deuxième partie, Dee Dee Bridgewater présente son « Voyage malien », odyssée musicale et réflexion sur ses racines. Le lendemain, les têtes chercheuses de E.S.T. (Esbjörn Svensson Trio) partagent l’affiche avec le « Charlie Haden Quartet West ». Accompagnateur d’Ornette Coleman puis co-leader avec Carla Bley du « Liberation Music Orchestra », le contrebassiste américain fait mûrir sur scène la musique de son quartet de luxe créé il y a 20 ans. Le 29, Abd Al Malik slamme en compagnie du saxophoniste Guillaume Naturel et du trompettiste Alex Tassel, tandis que Neneh Cherry présente son nouveau groupe CirKus. La soirée de clôture, le 30, rassemble l’excellent nonette de Lee Konitz et le Vienna Art Orchestra, qui fête ses 30 ans avec « American Dreams », suite musicale en forme de défilé glamour des divas du cinéma américain, de Jean Harlow à Rita Hayworth. S. Muller ||| Et aussi ||| 4 concerts gratuits du 13 au 16 juin (Chucho Valdés Quartet, Jazz Bourgogne) ||| le Jardin de l’Evêché accueille jeunes talents et lauréats du monde du 19 au 23 juin (Jacques Schwarz-Bart, Stephan Oliva & Jean-Marc Foltz, Raphaël Faÿs Trio) ||| Le 26 juin, Lo’Jo et Lenine jouent à l’Astrolabe, la scène des musiques actuelles. ||| Du mercredi 13 au samedi 30 juin à Orléans. Places : 20 € et entrée libre pour les moins de 12 ans/Concerts gratuits au Jardin de l’Évêché. Tél. 02 38 24 05 05. Site : www.orleans.fr/orleansjazz



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 1La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 2-3La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 4-5La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 6-7La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 8-9La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 10-11La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 12-13La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 14-15La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 16-17La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 18-19La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 20-21La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 22-23La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 24-25La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 26-27La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 28-29La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 30-31La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 32-33La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 34-35La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 36-37La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 38-39La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 40-41La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 42-43La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 44-45La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 46-47La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 48-49La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 50-51La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 52-53La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 54-55La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 56-57La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 58-59La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 60-61La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 62-63La Terrasse numéro 149 jun/jui 2007 Page 64