La Santé en Action n°450 déc 19/jan-fév 2020
La Santé en Action n°450 déc 19/jan-fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°450 de déc 19/jan-fév 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Institut National de Prévention et d'Éducation pour la Santé

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : prévention et interventions.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 L’ESSENTIEL des échanges avec d’autres collègues lors du colloque annuel du Groupement d’études et de prévention du suicide (Geps). Le travail en binôme infirmier‐psychologue porte ses fruits. Ce sont des profils complémentaires qui s’enrichissent mutuellement  : le psychologue a davantage de connaissances cliniques, tandis que l’infirmier a une meilleure connaissance des traitements médicaux et du réseau de soins. Dans les situations les plus complexes, cette complémentarité est un atout précieux. Les résultats sont bons ; les récidives ont baissé de plus de 10% dans le Jura. Le dispositif expérimental est pérennisé. Un projet de déploiement sur l’ex‐région Franche‐Comté est en réflexion. S. A.  : Comment définiriez‐vous ce métier nouveau de vigilanseur ? Nicolas Thiriet  : Il couvre des tâches multiples et variées, c’est ce qui en fait notamment son intérêt. Le cœur du métier, ce sont les appels téléphoniques au quotidien pour s’enquérir de l’état des personnes ayant fait une tentative de suicide et qui sont entrées dans le dispositif. Il y a, d’une part, les appels que nous passons à 10 jours, à 20 jours, à trois mois ; il y a également les appels que les patients passent spontanément au Numéro Vert qui leur est donné sur une petite carte. Et aussi ceux des professionnels de santé qui sont en face d’une situation préoccupante et qui cherchent des solutions. Les échanges avec les patients sont d’une durée variable, en moyenne trois quarts d’heure au premier appel, mais cela peut durer jusqu’à une heure et demie. Et il peut arriver, dans des cas extrêmes, de devoir appeler les secours et rester ÇÇ Le dispositif VigilanS est proposé à toute personne ayant fait une tentative de suicide. Il s’agit de maintenir un lien – téléphone, courrier – et de mettre en place le suivi le plus adapté si nécessaire. L’écoute téléphonique prend une grande part dans cet appui. Une équipe spécialisée dans la prévention de la récidive veille et assure un relais auprès des médecins généralistes et des autres professionnels impliqués. Au fil du temps, de plus en plus de professionnels en difficulté face à des patients en risque suicidaire s’adressent à VigilanS. Témoignage de professionnels du dispositif dans le Jura. en ligne jusqu’à ce que ces derniers aient pris en charge la personne. Il faut ensuite rédiger des comptes‐rendus détaillés qui sont envoyés au médecin traitant et/ou au psychiatre du patient. L’autre partie intéressante du métier, ce sont les séances d’information que nous dispensons auprès d’un large public  : des professionnels de santé du département au personnel des structures médico‐sociales, des prisons, de l’Éducation nationale, etc. Nous nous déplaçons avec Nathalie en binôme sur l’ensemble du territoire. En outre, je dispense la formation « Évaluation et prise en charge de la crise suicidaire » auprès des soignants du centre hospitalier spécialisé (CHS), qui ont désormais l’obligation, dans leurs tâches, de repérer le risque suicidaire des patients hospitalisés. S. A.  : Quelles sont les qualités nécessaires pour devenir « vigilanseur » ? N. T.  : À 51 ans, j’avais envie de diversifier mon expérience professionnelle d’infirmier au sein d’une unité avec des patients et d’apprendre une nouvelle pratique. Il faut avoir une assez longue expérience clinique et de bons acquis théoriques en santé mentale, ainsi qu’une maîtrise de l’informatique afin de bien utiliser les logiciels nécessaires à notre activité. J’ai suivi la formation « Évaluation et prise en charge de la crise suicidaire » afin de me préparer à cette nouvelle fonction que j’occupe à mi‐temps depuis les débuts de VigilanS en 2016 ; pour le reste, je suis infirmier à l’hôpital de jour. La fonction de « vigilanseur » requiert plusieurs qualités, car elle est très diversifiée  : il faut bien sûr un grand sens de l’écoute, être adaptable et réactif, avoir une bonne connaissance du réseau local de soins afin d’orienter les patients au mieux. Il faut aussi savoir travailler en équipe et en partenariat, être curieux intellectuellement, parce qu’on découvre beaucoup, et être bien motivé, parce que ce n’est pas toujours facile. Il est nécessaire d’avoir une clinique du souci 1  : la particularité de notre métier, c’est que les personnes en souffrance ne sont pas en face de nous ; nous gérons tout par téléphone. Cela demande une approche particulière, assez sensible. S. A.  : À quelles difficultés vous heurtez‐vous principalement ? N. T.  : La charge mentale est assez forte. Lorsque nous raccrochons, même si nous nous sommes assurés que le patient va aussi bien que possible, le contact est rompu. Or ce sont des personnes qui ont fait une tentative de suicide dix jours auparavant ; leurs difficultés n’ont pas disparu. C’est une bonne chose que les « vigilanseurs » ne le soient qu’à mi‐temps afin que cette responsabilité et ce souci ne pèsent pas trop. Le principal problème tient à la difficulté de tenir le planning prévisionnel des appels, puisque la durée de ceux qui sont prévus est variable et qu’il faut répondre à ceux, spontanés, des patients. Ces appels entrants sont imprévisibles  : il peut y en avoir trois dans la journée ou aucun pendant toute une semaine. Nous donnons donc la priorité aux appels imprévus, tout en tenant le cap sur cet impératif d’appeler les patients à J + 10. S. A.  : Quel regard portez‐vous sur cette expérience après trois ans de pratique ? N. T.  : C’est une expérience valorisante, notamment grâce au retour positif des personnes que nous accompagnons, qui nous remercient au téléphone ou même par courrier de l’aide que nous leur apportons. Lorsque nous les appelons la première fois, elles sont persuadées qu’elles ne vont pas s’en sortir ; au bout de six mois, elles ont pris conscience que la crise suicidaire a un début et une fin. Par ailleurs, les éléments statistiques sont encourageants, puisque le nombre de récidives a diminué dans le Jura. Cela veut dire que nous faisons une mission utile. Et j’ai envie de la poursuivre.. Propos recueillis par Nathalie Quéruel, journaliste. 1. « […] on appelle la clinique du souci, cette posture psychique qui relève d’une éthique de l’inquiétude  : se faire du souci pour l’autre, témoigner de ce souci envers la personne qui est en difficulté. » Source  : Intervention du Pr Michel Walter, 4 es Rencontres nationales des Conseils locaux de santé mentale. Colloque organisé par l’association Élus, santé publique et territoires (ESPT), Bordeaux, janvier 2017  : p.109. En ligne  : https://espt.asso.fr/wp‐content/uploads/2019/03/Actes‐18e‐JNE‐4e‐Rencontre‐CLSM‐ Talence.pdf LES PERSONNES INTERVIEWÉES DÉCLARENT N’AVOIR AUCUN LIEN NI CONFLIT D’INTÉRÊTS AU REGARD DU CONTENU DE CET ARTICLE.
L’écoute anonyme bienveillante peut apporter un réconfort et participer au retissage du lien social. « L’écoute sociale en prévention peut éviter une crise suicidaire » Entretien avec Marc Fillatre, psychiatre au centre hospitalier universitaire de Tours (Indre‐et‐Loire), président de l’Union nationale pour la prévention du suicide (UNPS). La Santé en action  : Quelles fonctions occupez‐vous et quelles sont les missions de l’Union nationale pour la prévention du suicide (UNPS) ? Marc Fillatre  : Je suis praticien hospitalier au centre hospitalier universitaire (CHU) de Tours, responsable de l’unité d’hospitalisation pour adolescents et responsable de l’activité de thérapie familiale à la clinique psychiatrique universitaire. Je suis également engagé dans un réseau départemental de prévention du suicide, Vivre et intervenir ensemble face au suicide (Vies 37). Je suis devenu le président de l’Union nationale pour la prévention du suicide (UNPS) fin 2018, après avoir en été vice‐président pendant plusieurs années, et je suis le référent pour la région Centre – Val de Loire du Groupe d’études et de prévention du suicide (Geps). L’UNPS a été créée en 1999 et regroupe une quarantaine de structures qui œuvrent à la prévention du suicide et du mal‐être. Sa mission est de lutter contre les tabous à la fois auprès du grand public par des campagnes de communication et de sensibilisation, et auprès des institutions – et en particulier des financeurs – pour favoriser des prises de positions en faveur de la prévention. Nous sommes représentés au sein de l’Observatoire national du suicide. Nous participons au développement de l’état des connaissances du problème et aux actions de prévention. Depuis 2000, l’UNPS dispense des formations sur le repérage de la crise suicidaire et édite des livres, par exemple un guide méthodologique à destination des chefs d’entreprise confrontés à des suicides inopinés. Nous répondons aux demandes des acteurs pour les accompagner, à l’instar de ce que nous faisons à la SNCF avec laquelle une convention‐cadre a été signée pour mener des actions en commun auprès de leur personnel et du public. L’UNPS organise tous les ans un colloque à Paris lors de la Journée nationale pour la prévention du suicide (5 février). Elle est aussi à l’initiative de villages associatifs dans l’espace public (places, gares) pour promouvoir la prévention du suicide et du mal‐être et faire connaître ses structures adhérentes lors de la Journée mondiale pour la prévention du suicide (10 septembre). S. A.  : Pouvez‐vous nous présenter les associations adhérant à l’UNPS qui proposent des dispositifs d’aide à distance pour les personnes en souffrance ? M. F.  : Près d’une dizaine d’associations ont un service d’aide à distance (téléphone et/ou Internet) dans leurs attributions, comme S.O.S Amitié, Suicide Écoute, S.O.S. Solitude, SOS Suicide Phénix, SIS Association, Ligne Azur… Cette activité d’écoute est assurée par des équipes de bénévoles, encadrés par des professionnels, et par des salariés qui bénéficient d’une formation initiale et continue, dont le travail est supervisé. Ces permanences d’écoute téléphonique, aujourd’hui de plus en L’ESSENTIEL ÇÇ L’Union nationale pour la prévention du suicide (UNPS) souligne l’importance du travail d’écoute téléphonique réalisé par les associations dans l’actuel dispositif d’écoute et de prévention des conduites suicidaires. plus complétées par des services de « tchat 1 », sont en général ouvertes sept jours sur sept, et certaines 24 heures sur 24. Elles sont anonymes et gratuites. S. A.  : Quelle est la position de l’UNPS face à la proposition du ministère des Solidarités et de la Santé d’étudier les conditions de mise en œuvre d’un « numéro national de recours pour les personnes en détresse psychique extrême » ? M. F.  : À l’époque où nous avons rendu un avis sur le projet de numéro national, sa dénomination était moins précise, plus large. Il s’agissait de mettre en place un numéro d’accueil unique. L’idée était de centraliser les appels, afin d’éviter aux personnes cherchant du soutien de se perdre dans le dédale des dispositifs existants et de rendre leur accès plus aisé, ce qui paraît souhaitable et nécessaire. Dans les grandes lignes, nous sommes favorables à cette initiative ; notamment parce qu’elle répond à un problème  : la diversité des demandes, avec d’un côté des personnes découragées parce qu’elles sont confrontées à des difficultés dans leur vie et de l’autre, des 21 Dossier Prévenir le suicide  : connaissances et interventions LA SANTÉ EN ACTION – N o 450 – DÉCEmbre 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 1La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 2-3La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 4-5La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 6-7La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 8-9La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 10-11La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 12-13La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 14-15La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 16-17La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 18-19La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 20-21La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 22-23La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 24-25La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 26-27La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 28-29La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 30-31La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 32-33La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 34-35La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 36-37La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 38-39La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 40-41La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 42-43La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 44-45La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 46-47La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 48-49La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 50-51La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 52