La Santé en Action n°450 déc 19/jan-fév 2020
La Santé en Action n°450 déc 19/jan-fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°450 de déc 19/jan-fév 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Institut National de Prévention et d'Éducation pour la Santé

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : prévention et interventions.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 leurs compétences pour évaluer le potentiel suicidaire (urgence, danger, risque‐protection) et orienter les personnes repérées vers les ressources de soins adaptées. Elle s’adresse à des professionnels de la santé ou à des psychologues formés à l’entretien clinique et aussi, en fonction des ressources et des compétences du réseau, à des professionnels du secteur médico‐social. La formation Évaluation s’articule avec les formations Sentinelles et Intervention de crise. La formation Intervention 3 [8] vise à outiller les intervenants de crise en partageant une conceptualisation de la crise en fonction d’une typologie clairement définie (crise psychiatrique, crise psychosociale, crise psychotraumatique) afin d’acquérir une expertise à l’intervention de crise. Cette formation de deux jours s’adresse essentiellement à des professionnels de santé mentale réalisant régulièrement de l’intervention de crise (unité d’hospitalisation de crise, urgences psychiatriques, psychiatrie de liaison, cellules d’urgence médico‐psychologique – CUMP, vigilanseurs, équipes mobiles, centre médico‐psychologique – CMP). Le déploiement de cette formation rénovée Le déploiement dans les différentes régions se fera en cascade selon le modèle de la formation de formateurs, avec pour objectif in fine de créer un réseau de repérage, d’évaluation et d’intervention aux compétences à la fois spécifiques et articulées entre elles. Trente formateurs nationaux, répartis de façon homogène sur le territoire, ont ainsi été formés en 2018‐2019 aux trois formations et proposent en coordination avec les agences régionale de santé (ARS) des formations de formateurs régionaux en fonction des besoins spécifiques de chaque région. Ces formateurs nationaux sont des cliniciens en santé mentale, ayant une solide expérience professionnelle de l’intervention de crise ainsi que des compétences pédagogiques et d’animation de réseau. Pour les formations Évaluation et Intervention de crise, les formateurs régionaux sont également des cliniciens en santé mentale expérimentés professionnellement (intervention de L’ESSENTIEL ÇÇ La prévention du suicide en France repose en particulier sur la formation de trois intervenants aux missions distinctes  : la sentinelle, l’évaluateur du potentiel suicidaire et l’intervenant de crise. Cette stratégie prend en compte les plus récents travaux scientifiques internationaux. 30 formateurs nationaux ont été formés en 2018‐2019 et eux‐mêmes vont former les intervenants sur l’ensemble du territoire. En toile de fond, l’éthique de l’inquiétude qui implique d’aller au‐devant de l’autre en lui témoignant son souci. crise, clinique suicidologique) et pédagogiquement. La formation de formateurs est respectivement de deux jours et de quatre jours. Pour la formation Sentinelles, le formateur régional est une personne volontaire ayant des dispositions spontanées au souci de l’autre et repérée comme telle dans son milieu. Cette formation de formateurs dure deux jours. L’animation des formations se fera toujours en binôme avec au moins un clinicien. Un déploiement est prévu, mentionné par la circulaire du 10 septembre 2019 [6], auprès de  : certains milieux de vie – travail, transport, milieu carcéral, milieu scolaire, etc. ; certains publics – étudiants, agriculteurs, etc. Dans ces milieux spécifiques, il nécessitera une adaptation du contenu à ces contextes particuliers en raison de la particularité des signes d’alerte et des ressources d’aide. Ceci concerne essentiellement la formation Sentinelles, car le modèle de la crise qui sous‐tend les formations Intervention de crise et Évaluation est un modèle clinique transversal. La formation des médecins généralistes présente quant à elle un contenu et une organisation particuliers. La formation des médecins généralistes Si les médecins généralistes constituent une communauté de professionnels particulièrement impliquée dans la prévention des conduites suicidaires, force est de constater qu’il est difficile de les mobiliser lors d’actions de formation dédiées. Même si aucun consensus ne se dégage dans la littérature [9], une formation paraît recommandable, qui soit fondée sur le repérage, l’évaluation et le traitement de la dépression et du risque suicidaire en soins primaires. En France, la prise en charge de la dépression se distingue, d’une part, par une proportion importante de patients souffrant de troubles dépressifs qui ne recourent pas aux soins (même si cette proportion diminue de 63% en 2005 à 39% en 2010 [10]), et d’autre part, par la place centrale des médecins généralistes qui représentent 78% du recours ambulatoire [11]. Parallèlement, la proportion de patients ayant un traitement médicamenteux prescrit par un généraliste est parmi les plus élevées en Europe (63%). La prise en charge se caractérise également par une faible proportion de traitements jugés adéquats (traitements trop brefs ne respectant pas toujours la durée minimale de six mois pour un traitement antidépresseur ou une psychothérapie [12]). Par ailleurs, si le suicide est un phénomène rare dans la patientèle du médecin généraliste (une à six tentatives de suicide annuelles et un décès tous les 4 à 7 ans [13]), il faut rappeler que 60% des suicidants ont consulté leur médecin généraliste dans le mois précédant leur acte et 36% dans la semaine ; et que 45% des personnes décédées par suicide ont consulté leur généraliste dans le mois avant leur décès [14]. La mortalité attribuable à la dépression et en particulier la mortalité par suicide est évitable, comme l’ont démontré plusieurs expériences pilotes dans le monde (Rutz [15] en Suède, Hegerl [16] en Allemagne par exemple). Divers plans de santé publique ont été proposés pour améliorer son identification diagnostique et sa prise en charge. Tous insistent sur la nécessité d’une formation des médecins généralistes et sur l’utilisation d’instruments de dépistage [17]. Cette formation doit s’appuyer sur un modèle de soins étagés et collaboratifs [18 ; 10], qui implique différents niveaux de soins (primaires, spécialisés, ambulatoires et hospitaliers) en fonction de l’intensité des troubles avec, quel que soit le niveau, une attention toute particulière portée à l’évaluation du potentiel suicidaire [19] et des pratiques collaboratives entre différents professionnels  : infirmiers, généralistes, psychiatres, psychologues.
Conclusions et perspectives L’actualisation de la formation en prévention du suicide fait appel à deux modèles théoriques  : celui de la crise [20] et celui de l’éthique de l’inquiétude [21] qui implique d’aller au‐devant de l’autre en lui témoignant son souci. Sa cohérence est à la fois pédagogique avec une articulation forte entre les différents types de formation et aussi du fait de son intégration à la stratégie multimodale (numéro de téléphone unique à venir, dispositif VigilanS, programme Papageno). Une RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES [1] MannJ. J., Apter A., Bertolote J., Beautrais A., Currier D., Haas A. et al. Suicide prevention strategies  : A systematic review. Jama, 2005, vol. 294, n o 16  : p.2064‐2074. En ligne  : http://www.davenee‐ foundation.org/wp‐content/uploads/Suicide‐ Prevention‐Strategies.pdf [2] Du Roscoät E., Beck F. Efficient interventions on suicide prevention  : a literature review. Revue d’Épidémiologie et de Santé publique, 2013, vol. 61, n o 4  : p.363–374. [3] Stone D. M., Crosby A. E. Suicide prevention  : State of the art review. American Journal of Lifestyle Medicine, 16 octobre 2014. En ligne  : http://ajl.sagepub.com/content/early/2014/10/15/1559827614551130. [4] Zalsman G., Hawton K., Wasserman D., van Heeringen K., Arensman E., Sarchiapone M. et al. Suicide prevention strategies revisited  : 10‐year systematic Review. Lancet Psychiatry, 8 juin 2016. En ligne  : https://www.gamian.eu/wp‐content/uploads/2016/10/Suicide‐prevention‐strategies‐revisited.pdf [5] Haut Conseil de la santé publique (HCSP), Évaluation du programme national d’actions contre le suicide 2011‐2014. [Rapport] HCSP, mars 2016. En ligne  : https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrap​ portsdomaine ? clefr=554 [6] Direction générale de la santé (DGS). Instruction n o DGS/SP4/2019/190 du 10 septembre 2019 relative à la stratégie multimodale de prévention du suicide. En ligne  : https://solidarites‐sante.gouv.fr/fichiers/bo/2019/19‐10/ste_20190010_0000_0124.pdf [7] Isaac M., Elias B., KatzL. Y., Belik S.L., Deane F. P., Enns M. W. et al. Gatekeeper training as a preventative intervention for suicide  : a systematic review. Canadian Journal of Psychiatry, vol. 54, n o 4  : p.260‐268. En ligne  : http://ro.uow.edu.au/cgi/viewcontent.cgi ? article= 1240&context=hbspapers&sei‐redir=1 [8] Seguin M., Chawky N. Formation sur l’intervention de crise dans le milieu 24/7. 2 e édition 2017. expérimentation pilote de cette stratégie – le programme de Coopération Québec‐France contre la dépression et l’isolement (CQFD‐I) – sera déployée à partir de 2020 dans un territoire français et dans un territoire québécois. Toutefois, pour être pleinement efficient, un tel dispositif de formation nécessite une coordination et un accompagnement, avec en particulier la mise à disposition d’outils de déploiement dans les régions. Enfin, il devra être évalué selon les indicateurs pertinents de la pyramide de Kirkpatrick 4 [9]. [9] Audouard‐Marzin Y., Kopp‐BigaultC., Scouarnec P., Walter M. General Practitioners training about suicide prevention and risk  : a systematic review of literature. La Presse médicale, juillet 2019, vol. 48, n os 7‐8  : p.767‐779. [10] NestringueC., Coldefy M., Mousquès J. Une hétérogénéité des hospitalisations pour dépression liée aux parcours de soins en amont. Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes), Questions d’économie de la santé, 2017, n o 228  : p.1‐8. En ligne  : https://www.irdes.fr/recherche/questions‐d‐economie‐de‐la‐sante/228‐uneheterogeneite‐des‐hospitalisations‐pour‐depressionliee‐aux‐parcours‐de‐soins‐en‐amont.pdf [11] Dumesnil H., Cortaredona S., Cavillon M., Mikol F., AubryC., Sebbah R. et al. La prise en charge de la dépression en médecine générale de ville. Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees). Études et Résultats, 2012, n o 810  : p.1‐8. En ligne  : https://drees.solidarites‐sante.gouv.fr/IMG/pdf/er860.pdf [12] BriffaultX., Morvan Y., Rouillon F., Dardennes R., Lamboy B. Recours aux soins et adéquation des traitements de l’épisode dépressif majeur en France. L’Encéphale, juin 2010, 36S  : p.48‐58. En ligne  : https://www.researchgate.net/publication/302903856_Recours_aux_soins_et_adequationdes_traitements_de_l’episode_depressif_majeuren_France [13] Younes N., Melchior M., TurbelinC., Blanchon T., Hanslik T., CheeC.C. Attempted and completed suicide in primary care  : not what we expected ? Journal of Affective Disorders, 2015, vol. 170  : p.150‐154. En ligne  : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0165032714005266 ? via%3Dihub [14] Fédération française de psychiatrie (FFP). La crise suicidaire  : reconnaître et prendre en charge. Conférence de consensus. Paris, 19‐20 octobre 2000  : 31 p.En ligne  : https://www.has‐sante.fr/upload/docs/application/pdf/suicilong.pdf [15] Rutz W., Von KnorringL., Wålinder J. Frequency of suicide on Gotland after systematic postgraduate education of general practionners. Acta Psychiatrica LES AUTEURS DÉCLARENT N’AVOIR AUCUN LIEN NI CONFLIT D’INTÉRÊTS AU REGARD DU CONTENU DE CET ARTICLE. 1. Formation développée par P.Grandgenèvre etC.-E. Notredame. 2. Formation développée parL. Bleton etC. Kopp‐ Bigault. 3. Formation développée au Québec par M. Seguin et N. Chawky en 2015. 4. Selon la pyramide de Kirkpatrick, une formation peut être évaluée suivant quatre niveaux d’indicateurs  : satisfaction des participants ; acquisition de nouvelles connaissances et compétences ; utilisation et application des apprentissages dans la pratique professionnelle ; impact sur les organisations et sur la société. Scandinavica, 1989, vol. 80, n o 2  : p.151‐154. En ligne  : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/j.1600‐0447.1989.tb01318.x ? sid=nlm% 3Apubmed[16] Hegerl U., Alhaus D., Schmidtke A., Niklewski G. The alliance against depression  : 2‐years evaluation of a community‐based intervention to reduce suicidality. Psychological Medicine, 2006, vol. 36, n o 9  : p.1225‐1233. En ligne  : https://www.cambridge.org/core/journals/psychological‐medicine/article/alliance‐against‐depression‐2year‐evaluation‐of‐a‐communitybased‐intervention‐toreduce‐suicidality/BE44AF0FC2227D3​FC6004945​ F5E5486D [17] Coppens E., Van AudenhoveC., Gusmão R., PureblG., Székely A., Maxwell M. et al. Effectiveness of general practitioner training to improve suicide awareness and knowledge and skills towards depression. Journal of Affective Disorders, 2018, n o 227  : p.17‐23. En ligne  : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29049931 [18] FournierL., Roberge P., Brouillet H. Faire face à la dépression au Québec. Protocole de soins à l’intention des intervenants de première ligne. Montréal  : Centre de recherche du CHUM, projet Jalons, avril 2012  : 77 p.En ligne  : https://www.inspq.qc.ca/pdf/publica​ tions/1509_FaireFaceDepressionQc_ProtoSoins​ Interv1reLigne.pdf [19] Caplan G. Principles of preventive psychiatry. New York  : Basic Books, 1964. [20] Haute Autorité de santé (HAS). Épisode dépressif caractérisé de l’adulte  : prise en charge en soins de premier recours. Recommandations de bonne pratique. octobre 2017. En ligne  : https://www.has-sante.fr/jcms/c_1739917/fr/episode-depressif-caracterisede-l-adulte-prise-en-charge-en-premier-recours [21] Walter M., Jousset D., TraisnelC., Berrouiguet S., LemeyC. Les racines philosophiques du « rester en lien »  : la clinique du souci. L’Encéphale, 2019, vol. 45, no S1  : S3-S6. En ligne  : https://www.emconsulte.com/article/1268138/les-racines-philo​ sophiques-du-%C2%A0rester-en-lien%C2%A0% C2%A0-la 11 Dossier Prévenir le suicide  : connaissances et interventions LA SANTÉ EN ACTION – N o 450 – DÉCEmbre 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 1La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 2-3La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 4-5La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 6-7La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 8-9La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 10-11La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 12-13La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 14-15La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 16-17La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 18-19La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 20-21La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 22-23La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 24-25La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 26-27La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 28-29La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 30-31La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 32-33La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 34-35La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 36-37La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 38-39La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 40-41La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 42-43La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 44-45La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 46-47La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 48-49La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 50-51La Santé en Action numéro 450 déc 19/jan-fév 2020 Page 52