La Revue Québec n°60-33 15 jan 2020
La Revue Québec n°60-33 15 jan 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°60-33 de 15 jan 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : La Revue de Terrebonne inc.

  • Format : (279 x 343) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 13,3 Mo

  • Dans ce numéro : les citoyens de Terrebonne satisfaits des services.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
A-6 Le mercredi 15 janvier 2020 - LA REVUE - www.larevue.qc.ca ACTUALITÉ Selon la Ville de Terrebonne, le propriétaire de l’ancienne usine Moody savait, lorsqu’il a déposé une demande de démolition à la mi-décembre, que la Ville était sur le point de dévoiler un plan d’aménagement pour le secteur et qu’elle souhaite préserver la portion patrimoniale de l’immeuble. gEILLEUR) pev DE L'ANNÉE Quelques jours après avoir appris qu’un i IIM Fenplast] USINE MOODY Chronologie de la demande de démolition Applicable sur nos portes et fenêtres. Voir les détails en magasin. VENEZ NOUS VOIR EN MAGASIN ! Fexco Portes et fenêtres TERREBONNE 739, boul. des Seigneurs 450 492-4334 MASCOUCHE 585, montée Masson 450 474-3980 fexco.ca Anciennement Vitrerie AD I Un avis de démolition affiché sur la porte du bâtiment a causé de vives réactions la semaine dernière, incitant le maire Marc-André Plante à rectifier les faits. (Photo  : Jean-Marc Gilbert) avis de demande de démolition était affiché sur la porte de l’immeuble de la rue Saint-Louis depuis le 19 décembre, le maire de Terrebonne, Marc-André Plante, a voulu préciser certains éléments. Il rappelle d’abord que le propriétaire du site de l’ancienne usine a communiqué avec la Direction de l’urbanisme au début du mois de décembre. Dans un échange téléphonique, il a demandé une rencontre pour présenter un projet de développement. Lors de cette conversation, le propriétaire n’a jamais fait part de ses plans précis et n’a pas évoqué avoir l’intention de démolir le bâtiment, soutient le maire. « À ce moment, la Direction de l’urbanisme lui a demandé d’attendre quelques mois et l’a informé de l’intention de la Ville de déposer un plan d’aménagement et d’ensemble (PAE) pour ce secteur, et l’a informé que nous avions une grande sensibilité à préserver la majeure partie du bâtiment original comme patrimoine industriel. » Plusieurs étapes Malgré tout, le propriétaire de l’immeuble s’est présenté à la Direction de l’urbanisme le 12 décembre pour déposer une demande de démolition. L’avis affiché le 19 décembre stipulait que toute personne qui souhaitait s’opposer à la démolition avait 10 jours pour se manifester auprès du greffe de la Ville. La Revue a tenté plus d’une fois de joindre le propriétaire, une compagnie à numéro aussi connue sous le nom de Gestionex, mais aucun responsable autorisé à nous accorder une entrevue ne nous a rendu nos appels. Le comité de démolition se réunira quant à lui le 16 janvier. À partir de cette date, il aura 120 jours pour formuler une recommandation au conseil municipal. En cas d’une décision qui ne convient pas au propriétaire, ce dernier peut demander une révision et c’est le conseil municipal qui, ultimement, statuera sur la décision. Le fait qu’il y ait opposition ou non ne change rien aux critères sur lesquels se base le comité de démolition pour faire sa recommandation. Rappelons que le maire Plante a déjà, par le passé, affirmé publiquement son intention de préserver le patrimoine industriel dans ce secteur. Cinq PAE Par ailleurs, le conseil municipal déposera pour adoption cinq PAE lors de la séance du 10 février. Ceux-ci préciseront la vision de l’administration municipale pour ce quartier situé entre l’usine Moody et la piste de course de chevaux de Lachenaie. Le tout dans une volonté, déjà formulée par la Ville dans les derniers mois, de changer la vocation de ce qu’on appelle le parc industriel Léveillé. Le 251, rue Saint-Louis, appelé l’usine Moody, est un bâtiment historique qui a été construit en 1892 par la famille Moody. On y fabriquait des outils aratoires parmi les plus courus en Amérique. Au fil des décennies, l’entreprise a changé de nom et de vocation à plus d’une reprise, jusqu’à la fermeture définitive des Industries Moody en 2004, alors que l’usine se spécialisait dans la fabrication de convoyeurs commerciaux et industriels. Aujourd’hui, l’endroit sert surtout à « la location d’espaces studio pour tournages », comme décrit au usinemoody.com. Texte  : Jean-Marc Gilbert
a a ACTUALITÉ Ce sont pour « des actes répréhensibles en matière d’éthique et de déontologie municipale » que la conseillère municipale Caroline Desbiens a été exclue de l’Alliance démocratique de Terrebonne (ADT), en mai 2019. Après des mois de silence, le caucus de la formation politique rend finalement publiques les informations qui ont mené à cette décision. Dans un communiqué de presse obtenu en primeur par le journal La Revue, on apprend que la décision a été prise à la suite de « trois situations de conflits d’intérêts » portées à l’attention du caucus. Tout d’abord, Mme Desbiens aurait proposé, lors d’une assemblée générale d’un organisme communautaire, le nom de son conjoint pour qu’il devienne membre du conseil d’administration, « alors que l’organisme sollicitait du financement auprès de la Commission de la culture » de la Ville, présidée à ce moment par Mme Desbiens. On reproche aussi à la conseillère du quartier 8 d’avoir « multiplié les démarches auprès de l’organisation d’un festival de musique de la MRC afin que celle-ci embauche son conjoint à titre de chanteur pour une prestation rémunérée ». Ce dernier s’est retrouvé dans la programmation officielle de l’événement, pour lequel Mme Desbiens recommandait des subventions. La conseillère municipale aurait récidivé en proposant son conjoint comme chanteur pour le 40 e anniversaire de jumelage entre Terrebonne et Vitré, en France, pour lequel une délégation de Terrebonne s’est rendue à Vitré l’été passé. Mme Desbiens et son conjoint n’ont finalement pas pris part au voyage. Plusieurs rencontres Si Mme Desbiens a dit, lors d’une sortie publique pendant une assemblée du conseil municipal, en novembre dernier, ne pas connaître les motifs justifiant son exclusion, l’ADT mentionne que la conseillère a pourtant été rencontrée à quatre reprises par le maire et son cabinet entre le 30 avril et le 15 mai et deux fois par le caucus de l’ADT. « Chaque rencontre visait à comprendre le raisonnement de l’élue en lien avec [c]es situations et à expliquer les manquements évidents aux règles d’éthique et de déontologie », peut-on lire dans le communiqué. « Nous ne pouvions plus accepter que des gestes répréhensibles puissent être faits au nom de l’administration municipale, commente le maire Marc-André Plante (...) J’ai fait preuve de leadership en prenant les bonnes décisions dans les circonstances. À l’inverse, on nous aurait reproché de camoufler des histoires que nous avions tant décriées par le passé. » Nous avons tenté de joindre Mme Desbiens, BRISSON Denturologistes Le mercredi 15 janvier 2020 - LA REVUE - www.larevue.qc.ca A-7 Expulsion de Caroline Desbiens  : l’ADT s’explique enfin Jean-Marc Gilbert media@larevue.qc.ca ANTIROUILLE VOUS VOULEZ PROTÉGER VOTRE INVESTISSEMENT DE LA BONNE FAÇON  : À UN COÛT MINIME MEILLEURE VALEUR DE REVENTE Le traitement antirouille à l’huile et à la graisse est sans aucun doute la meilleure façon de protéger votre voiture ou camion contre les rigueurs de notre climat. JAMAIS TROP TARD Grâce à notre système de séchage haute performance, la neige et la pluie ne seront plus des obstacles à l’application de notre traitement antirouille sous votre véhicule. ANTIROUILLE ET TRAVAIL PROPRE ET BIEN FAIT ! Prenez rendez-vous dès maintenant 450 478-2249 10,200, boul. LAURIER, Terrebonne (SECTEUR LA PLAINE) WWW.RADIATEURLAPLAINE.COM Caroline Desbiens s’était vidé le cœur lors d’une récente séance du conseil, disant ne pas connaître les motifs de son exclusion de l’Alliance démocratique de Terrebonne, près de six mois après celle-ci. (Photo  : archives) qui était en vacances à l’extérieur du pays lorsque la nouvelle est tombée. Il avait été impossible d’obtenir ses commentaires au moment de mettre sous presse. La PROTHÈSE qui vous fait rayonner ! UNE ÉQUIPE D’EXPÉRIENCE DEPUIS 1981. Denis Brisson d.d. François Brisson d.d. 450 325.1421 brissondenturologistes.com 396, montée Masson, Mascouche



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :