La Revue Québec n°60-33 15 jan 2020
La Revue Québec n°60-33 15 jan 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°60-33 de 15 jan 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : La Revue de Terrebonne inc.

  • Format : (279 x 343) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 13,3 Mo

  • Dans ce numéro : les citoyens de Terrebonne satisfaits des services.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
A-4 Le mercredi 15 janvier 2020 - LA REVUE - www.larevue.qc.ca ACTUALITÉ Une union de syndicats « historique » Parce qu’ils jugent que la relation entre la Ville de Terrebonne et ses employés est pire que jamais, différents syndicats représentant environ 1000 employés de la Municipalité s’unissent et s’organisent sur une bannière commune  : l’Intersyndical de Terrebonne. La date du 8 janvier n’a pas été choisie au hasard pour l’inauguration de l’intersyndical. Elle marque aussi l’anniversaire d’entrée en fonction du directeur général de la Ville, Alain Marcoux, l’homme que les représentants syndicaux tiennent en bonne partie responsable de la détérioration importante des relations de travail et des « coupures importantes dans les services » aux citoyens. Affirmant que M. Marcoux est bien connu pour « son récent saccage des services publics à Montréal », les syndicats des employés manuels (cols bleus), des cols blancs, des pompiers et des policiers s’unissent pour éviter que le redressement des finances publiques se fasse « sur les dos des services ». Un cinquième groupe en attente d’accréditation, les employés professionnels, joindra à l’alliance sous peu. Des économies, mais à quel prix ? Guillaume Tremblay, président par intérim du syndicat des cols bleus, a été le premier représentant syndical à s’exprimer. Il a rappelé que l’arrivée en poste du directeur général a entraîné de nombreux changements au sein des directions, changements faits « de manière cavalière et improvisée ». Des restructurations qui ne sont pas étrangères au « cafouillage du déneigement » et « à l’insatisfaction des citoyens quant à leurs services », croit M. Tremblay, rappelant les résultats d’un sondage Mainstreet publiés en novembre et selon lesquels TÉLÉPHONE 450 964-4444 INTERNET www.larevue.qc.ca COURRIEL larevue@larevue.qc.ca Jean-Marc Gilbert media@larevue.qc.ca PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Gilles Bordonado FONDATEUR Aimé Despatis INSPIRATRICE Marie-France Despatis 47,5% des Terrebonniens considéraient ne pas en avoir pour leur argent comme contribuables. « Que vaut le redressement économique de notre Ville si on n’a plus les services de qualité qu’on avait auparavant ? » renchérit Chantal Riopel, présidente du syndicat des cols blancs. Une grande première Les pompiers, dont la convention collective est valide jusqu’en 2022, et les policiers, qui eux sont sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2018, se disent aussi inquiets depuis l’arrivée du directeur général. Durant la conférence de presse, les représentants syndicaux ont répété à plusieurs reprises qu’une telle alliance était « une première » et qu’un front commun comme celui-ci n’avait jamais été nécessaire auparavant. Est-ce donc dire que la relation n’a jamais été aussi mauvaise entre la Ville et ses employés ? RÉSEAU  € 1, SELECTeieD hebdos Q.IERFf INTERSYNDICAL DE TERREBONNE Guillaume Tremblay (au centre), Chantal Riopel, Patrick Lepage et Sylvain Roy représentent respectivement les cols bleus, les cols blancs, les policiers et les pompiers de Terrebonne. (Photo  : Jean-Marc Gilbert) RÉDACTRICE EN CHEF Pénélope Clermont JOURNALISTES Mélanie Savage Gilles Fontaine Jean-Marc Gilbert JOURNALISTES PIGISTES Karine Audet Pierre-Luc Chenel Stéphane Fortier CHRONIQUEURS Robert Gareau Claude Martel La version E-PAPER est Carme « Ce n’était pas toujours rose avant, mais il y avait du respect. L’alliance s’est faite naturellement, car là, ça va trop loin. Nous n’avons jamais vu ça avant », affirme Patrick Lepage, président de la Fraternité des policiers de Terrebonne. En plus d’inaugurer l’Intersyndical de Terrebonne, la conférence de presse avait pour but de lancer officiellement la campagne #ProtégeonsNosServices, qui se déroulera sur plusieurs mois pour informer les citoyens sur l’état des services publics à Terrebonne. Quant à savoir quelles seront les prochaines étapes pour l’alliance, les représentants syndicaux sont restés vagues sur la question. La Ville réagit Dans un communiqué de presse diffusé en fin d’après-midi mercredi, la Ville de Terrebonne a tenu à « rétablir les faits ». « Il n’y a eu aucune coupure dans les services directs à la population en 2019 et il n’y en SUPERVISEUR DES VENTES Luc Laurin COORDONNATRICES AUX VENTES Lise Bourdages Cinthia Audet-Davidson REFLET ÉCONOMIQUE Luc Laurin Mireille Cyr CONSEILLERS PUBLICITAIRES Paul Laverdière Yves Chamberland Julie Gordian Jonathan Lessard Annie Perron Luc Laurin Mireille Cyr aura pas en 2020. Au contraire et à titre d’exemple, 1,6 M$ supplémentaire a été injecté pour améliorer le service de déneigement, soit une hausse de 16% », rappelle d’abord la Ville. « Dans toutes nos décisions visant à restructurer les finances de la Ville, je dois veiller à ce que la capacité de payer de nos citoyens soit toujours tenue en compte. La rémunération globale de nos différents groupes d’employés présentement en négociation est de 10 à 12% supérieure à celle des neuf autres plus grandes villes du Québec », ajoute le maire, Marc-André Plante. Si la Ville considère comme « louables » les efforts de mobilisation syndicale, elle ajoute que « le personnel de la Ville doit faire partie de la solution » pour offrir des services aux citoyens « à des coûts raisonnables ». L’administration ajoute qu’elle souhaite discuter de « bonne foi » et « négocier avec ouverture et réceptivité ». GUIDE DES ADRESSES Julie Gordian Mireille Cyr RÉCEPTION/PETITES ANNONCES/ARCHIVES Carolle Cyr Émilie Bordonado COMPTABILITÉ Lise Caron INFOGRAPHIE/MONTAGE Compomax inc. DISTRIBUTION Publi-Sac Laurentides 1 888 999-2272 TIRAGE  : 57 000 EXEMPLAIRES LA RE VU E, journal h ebd om ad aire, est p ublié e p ar LA RE VU E de Terrebonne inc.231, rue Ste-M arie à Ter rebonne, province de Qué bec (Cod e p ostal : J6W 3E 4) et im prim é p ar l’imprimerie Transm ag.N os bureaux sont ouverts du lund iau vend red id e 8 h à 16h.D é p ô t lé gal à la Biblioth èque N ationale du Qué bec. Distribué gratuitement dans les m unicip alit é s de Terrebonne et Mascouche dans les dépôts de journaux de la ré gion.Tous d roits ré servés.La reproduction d es textes d’information et d’annonces p ublicitaires est interd ite à m o ins d’une autorisation é crite du directeur.Envoide publication can adienne #0556971.
gbordonado@larevue.qc.ca Intéressant, le sondage commandé par la Ville de Terrebonne et réalisé par BIP Recherche du 15 octobre au 4 novembre, quelques jours avant celui mené par La Revue sous les bons soins de Mainstreet Québec. Le sondage de la Ville analyse en profondeur la satisfaction des citoyens vis-à-vis l’ensemble des services municipaux. En regardant l’ensemble des services, le sondeur évalue globalement que 80% des citoyens sont satisfaits des services collectifs offerts par Terrebonne. L’administration de Marc-André Plante a raison de se dire heureuse de ces résultats. Ils témoignent de la satisfaction des citoyens envers une pléiade de services municipaux, en particulier dans les domaines de la sécurité incendie, des loisirs, de l’aqueduc, de la collecte des matières résiduelles, de la police et de l’urbanisme. Humilité Preuve qu’une certaine humilité semble se frayer un chemin dans le discours municipal à Terrebonne, on parle de « place à l’amélioration » et de « volonté de faire mieux » dans certains domaines, ce qui sonne comme de la musique à mes oreilles, pour paraphraser le premier magistrat de Terrebonne. On parle ici de l’entretien routier, de la fluidité de la circulation, du déneigement et dans une moindre mesure du transport en commun, des thèmes récurrents depuis l’arrivée de l’administration actuelle. Le taux de satisfaction obtenu dans le sondage mené par Mainstreet Québec pour La Revue était passablement plus sévère, ne rapportant que 60% de satisfaits et de très satisfaits. Employés d’exception Alors que la Ville de Terrebonne traverse l’une des plus grandes crises de son histoire dans sa relation avec ses ressources humaines, les citoyens semblent comblés par le travail des travailleurs municipaux. Le maire Plante n’a d’ailleurs pas manqué d’applaudir le travail des employés, ce qui est tout à son honneur. Ce taux de satisfaction exceptionnel se retrouvait aussi résumé dans le sondage mené pour le compte de La Revue le 7 novembre 2019. Libre opinion GILLES BORDONADO Sondage Quant à savoir si les citoyens jugent en avoir pour leur argent, le malaise palpable dans notre sondage (48%) est sensible aussi dans le sondage municipal, alors que 37% des Terrebonniens sondés jugent ne pas en avoir pour leur argent. Rappelons que ces deux sondages ont été commandés avant la nouvelle hausse de taxes annoncée en décembre, annonce qui a été décriée par nombre de Terrebonniens. Je comprends très bien que l’administration du maire Marc-André Plante n’ait pas questionné directement les citoyens sur la taxation ou sur l’évaluation de son travail, comme l’a fait La Revue dans son sondage. En politique, un vieil adage veut qu’il soit plus prudent de ne pas poser une question lorsque tu n’en connais pas assez précisément la réponse. Dans ce cas comme dans l’évaluation du travail du maire Marc-André Plante, qui avait été durement noté dans notre sondage, la prudence était donc de mise. Je ne me rappelle pas la dernière fois où j’ai vu une administration publique dévoiler les résultats d’un sondage aux résultats résolument défavorables. Entre-temps, l’administration Plante pourra se promener avec ce sondage positif et espérer que l’embellie apportée ouvre des horizons plus chatoyants… Méthodologie En terminant, je ne conteste absolument pas la méthodologie du sondage, qui m’a l’air d’avoir été mené dans les règles de l’art. Toutefois, simple questionnement, pourquoi les citoyens de La Plaine ne comptent-ils que pour 4% des répondants lorsque l’on évalue la satisfaction des citoyens envers les services collectifs et comptent pour 16% lorsqu’il est question des services individuels ? Je doute que cela ait pu avoir un impact majeur sur les résultats, bien que les Plainois se soient généralement dits plus insatisfaits de l’administration dans le sondage mené par La Revue. De plus, au chapitre des communications avec la Ville, les chiffres compilés donnent 139%. Une chose est certaine, malgré la folie d’Internet et des réseaux sociaux, l’essentiel des communications se fait avec la Ville par téléphone et sur place. Eh bien… CHARTWELL LE TEASDALE 950, boul. Lucille-Teasdale Terrebonne 450 914-2182 Le mercredi 15 janvier 2020 - LA REVUE - www.larevue.qc.ca A-5 Nous vivons nos plus beaux moments, main dans la main. Laissez-nous vous tendre la nôtre. PORTES OUVERTES 27 AU 31 JANVIER 10 H À 17 H Venez nous rencontrer ou planifiez une visite personnalisée au PortesOuvertesChartwell.com CHARTWel I tirrésidences pour retraités pi, Liehesi'MU ENTWROLOGISTE. Bien vivre. Ensemble. UN SOURIRE COMME VOUS L'AVEZ TOUJOURS VOULU, r1 Preheses correetes Protheses sur ImpIont$ Prothèses partielles Base molle Reporollon de preees 11 Riegorrussiage D Cer111-031ion PLUS DE 20 ANS D’EXPÉRIENCE PRENEZ RENDEZ-VOLIS, POUR UNE CONSULTATION GRATUITE 4115, rue d'Angora, bureau 303, Terrebonne 450 471-9598 =Pau



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :