La Revue Québec n°60-29 11 déc 2019
La Revue Québec n°60-29 11 déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°60-29 de 11 déc 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : La Revue de Terrebonne inc.

  • Format : (279 x 343) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 18,7 Mo

  • Dans ce numéro : budget 2020, hausses de taxes pour tous.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
A-4 Le mercredi 11 décembre 2019 - LA REVUE - www.larevue.qc.cam.1 1.1:11.IM 1:1 ACTUALITÉ Les corps policiers de Terrebonne et de Mascouche n’en reviennent pas de la facilité déconcertante avec laquelle il est possible d’obtenir une ordonnance médicale, puis un permis de Santé Canada pour cultiver à domicile du cannabis à des fins médicales et des dérives que cela peut entraîner. Ils exigent que Santé Canada resserre ses règles. Plusieurs aspects dérangent les policiers. À commencer par l’ordonnance médicale qui peut être donnée par des médecins d’un peu partout au Canada à la suite d’une simple consultation via Skype, par exemple. « C’est très facile quand on regarde sur Internet », constate le directeur adjoint aux enquêtes et au soutien opérationnel de la police de Terrebonne, Éric Hallé. Une autre inquiétude réside dans le nombre de plants qui sont parfois autorisés. Il n’est pas rare pour M. Hallé de voir passer des permis de Santé Canada permettant à des gens de cultiver parfois jusqu’à 200 plants de cannabis pour leurs propres fins médicales. Des quantités que le directeur adjoint trouve déraisonnables et qui peuvent laisser croire que les fruits des récoltes ne servent pas qu’à des fins personnelles. « Avec autant de plants, on peut produire assez pour consommer jour et nuit. Si c’est le cas, ces personnes deviennent un danger pour la route. Devrait-on suspendre leur permis de conduire ? » se questionne M. Hallé. « C’est certain que c’est plus que de la consommation personnelle », ajoute le capitaine André Voyer, de la police de Mascouche, qui dénonce lui aussi « la nonchalance » de Santé Canada. Enquêtes inutiles Les policiers déplorent également que des enquêtes démarrées à la suite d’informations reçues du public ne mènent souvent nulle part en raison des permis délivrés par l’organisme fédéral de réglementation. À Terrebonne, Éric Hallé et ses hommes ont interrompu 29 enquêtes pour cette raison. « Ça mine la confiance du public envers la police quand on dit à un plaignant qu’on ne peut pas aller plus loin dans une enquête sans pouvoir dire numpeeesÉL[cr ael in : hebdos CANNABIS À DES FINS MÉDICALES Nombreux permis, nombreux problèmes Jean-Marc Gilbert media@larevue.qc.ca TÉLÉPHONE 450 964-4444 INTERNET www.larevue.qc.ca COURRIEL larevue@larevue.qc.ca Santé Canada reste vague PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Gilles Bordonado FONDATEUR Aimé Despatis INSPIRATRICE Marie-France Despatis RÉDACTRICE EN CHEF Pénélope Clermont JOURNALISTES Mélanie Savage Gilles Fontaine Jean-Marc Gilbert JOURNALISTES PIGISTES Karine Audet Pierre-Luc Chenel Stéphane Fortier CHRONIQUEURS Robert Gareau Claude Martel IEREC. La version E-PAPER est "—=a CanadU pourquoi », souligne-t-il. La police de Terrebonne croit que ces 29 cas ne sont sans doute que « la pointe de l’iceberg » des détenteurs de permis de Santé Canada. C’est pourquoi M. Hallé et plusieurs de ses confrères mettent de la pression pour que l’institution fournisse une liste des permis délivrés, afin d’éviter des démarches d’enquêtes inutiles. « La machine ne tourne pas vite », se désole-t-il. « Nous avons demandé et en aucun cas on n’accepte de nous les donner », ajoute M. Voyer. Les corps policiers jugent aussi que Santé Canada fait preuve de laxisme dans la vérification des antécédents judiciaires. Des individus inscrits dans les banques de données policières et ayant des liens connus avec le crime organisé peuvent obtenir des permis. « C’est comme ça dans 30% des cas, facilement. Certaines personnes déjà arrêtées [par le passé] pour culture de cannabis ont des permis de Santé Canada », soutient le directeur adjoint. Les demandes des villes Au cours des derniers mois, les villes de Terrebonne et de Mascouche ont formulé des demandes écrites à Santé Canada en adoptant des résolutions unanimes du Santé Canada a fourni à La Revue mitée de cannabis pour leurs propres fins des réponses imprécises, qui ne médicales », dit Santé Canada, sans se prononcer sur la question qui portait sur la fa- répondent pas vraiment, ou sinon qu’en partie, aux questions explicites posées cilité à obtenir une ordonnance après une pour les besoins de ce reportage. consultation par le biais d’Internet. Lorsqu’on lui demande de répondre Le journal d’abord demandé une entrevue téléphonique avec un spécialiste, autorisation pour cultiver autant de aux corps policiers qui affirment qu’une mais l’agent de relations avec les médias Geoffroy Legault-Thivierge a répon- destinée à d’autres fins qu’une simple plants ouvre la porte à une production du n’avoir « malheureusement pas d’expert en la matière de disponible ». nada affirme que « les personnes autori- consommation personnelle, Santé Ca- « Des jugements successifs des tribunaux sées à produire une quantité limitée de ont établi que les personnes ayant obtenu cannabis à des fins médicales doivent l’autorisation d’un professionnel de la santé ont le droit de produire une quantité lités en tout temps dans les limites respecter la loi et effectuer leurs activi- établies (...) Ces exigences comprennent le respect du nombre de plants autorisé et des limites de possession ». Quant à savoir si l’institution a l’intention de resserrer ses propres règles, elle ne répond pratiquement pas, se contentant de mentionner que « le gouvernement du Canada a modifié son règlement afin d’apporter des améliorations qui profitent aux patients et qui réduisent davantage le risque d’abus ». Lorsque La Revue a reformulé ses questions, M. Legault-Thivierge a rétorqué  : « Notre réponse précédente tient toujours et nous n’avons rien à ajouter. » Texte  : Jean-Marc Gilbert SUPERVISEUR DES VENTES Luc Laurin COORDONNATRICES AUX VENTES Lise Bourdages Cinthia Audet-Davidson REFLET ÉCONOMIQUE Luc Laurin Mireille Cyr CONSEILLERS PUBLICITAIRES Paul Laverdière Yves Chamberland Julie Gordian Jonathan Lessard Annie Perron Pierre St-Arneault Luc Laurin Mireille Cyr Les policiers et des élus souhaitent que Santé Canada resserre ses règles pour prévenir les abus et que l’organisme fournisse une liste des permis délivrés pour éviter des démarches d’enquêtes inutiles. (Photo  : archives) conseil municipal. Elles réclament toutes deux que Santé Canada révise le « processus d’examen des demandes de certificats », qu’il transmette « une copie de tous les certificats d’inscription déjà émis sur le territoire de même que de ceux à venir », et qu’il considère les villes et leurs corps de police « comme des partenaires privilégiés dans le traitement des demandes de certificats ». Des propos qui résonnent un peu partout en province et qui ont aussi trouvé écho à Québec. Dans un récent entretien accordé à La Presse, la ministre de la Santé, Danielle McCann, a qualifié la situation de « troublante et préoccupante ». « Notre gouvernement ne remet pas en question le principe de fournir du cannabis à des fins médicales aux malades, a précisé Mme McCann. Nous souhaitons simplement que Santé Canada agisse et resserre ses propres règles afin d’éviter les abus. » L’institution fédérale est peu loquace à ce sujet, même lorsqu’on lui pose des questions explicites (voir autre texte). GUIDE DES ADRESSES Julie Gordian Mireille Cyr RÉCEPTION/PETITES ANNONCES/ARCHIVES Carolle Cyr Émilie Bordonado COMPTABILITÉ Lise Caron INFOGRAPHIE/MONTAGE Compomax inc. DISTRIBUTION Publi-Sac Laurentides 1 888 999-2272 TIRAGE  : 57 000 EXEMPLAIRES LA RE VU E, journal h ebd om ad aire, est p ublié e p ar LA RE VU E de Terrebonne inc.231, rue Ste-M arie à Ter rebonne, province de Qué bec (Cod e p ostal : J6W 3E 4) et im prim é p ar l’imprimerie Transm ag.N os bureaux sont ouverts du lund iau vend red id e 8 h à 16h.D é p ô t lé gal à la Biblioth èque N ationale du Qué bec. Distribué gratuitement dans les m unicip alit é s de Terrebonne et Mascouche dans les dépôts de journaux de la ré gion.Tous d roits ré servés.La reproduction d es textes d’information et d’annonces p ublicitaires est interd ite à m o ins d’une autorisation é crite du directeur.Envoide publication can adienne #0556971.
Déc-e-wittendre ses secretsei detjuster en toute simpll FÉVRIER - MARS-AVRIL 202M 4atelielS& dégustation de Z Claude Anerkault sommelier gbordonado@larevue.qc.ca Je ne prévoyais pas parler de taxes municipales, mais j’ai changé d’idée quand j’ai remarqué que l’administration du maire Marc- André Plante utilisait les légères hausses de taxes de l’Équipe Robitaille au budget 2016 et de l’administration Berthe au budget 2017 pour mettre en avant une moyenne sur cinq ans qui l’avantage. C’est d’autant plus malhabile que l’Alliance démocratique de Terrebonne ne cesse de décrier le « pitoyable » travail des administrations passées et que, dans sa présentation, elle ne dit mot sur les faibles hausses de taxes de 2016 (1,66%) et de 2017 (0,69%) pour expliquer le « bon » bilan sur cinq ans. À Québec, au moins, la CAQ a eu la délicatesse de souligner que les investissements de son gouvernement étaient possibles grâce aux surplus laissés par les libéraux, que les coupes des gouvernements Charest et Couillard aient été exagérées ou non. Bon, on ne nage pas dans l’argent à Terrebonne. Mais quand même. On ne parlait pas que de ça dans ce volumineux document qui faisait un tour d’horizon complet des enjeux budgétaires de la Municipalité, mais cet élément est symptomatique de ce qu’on peut faire dire aux chiffres. La réalité, c’est qu’en trois ans, les comptes de taxes des résidents de Terrebonne auront augmenté de 10,69%. L’objectif fixé d’être au niveau de l’inflation en quatre ans sera impossible à atteindre. Le coût de la vie au Québec n’est en hausse que de 5% depuis l’arrivée au pouvoir de Marc-André Plante, dixit Statistique Canada. En présumant que le coût de la vie sera de Libre opinion GILLES BORDONADO 10,69% 2% en 2020, je ne pense pas que les comptes de taxes baisseront de 3% l’an prochain. Je crois qu’effectivement, l’administration Plante ramasse certains pots cassés du passé et que des gestes douloureux sont posés. Alors que l’ADT adopte son troisième budget, la faute ne peut revenir éternellement au passé. Est-ce que les « mauvaises décisions du passé », comme le dit ce parti, justifient les 10,69% de hausses en trois ans ? Que voilà la grande question ! Et ce sera à vous de juger. Depuis son arrivée, l’administration Plante a fait des choix, beaucoup de choix. Elle a mis à la porte presque tous les hauts fonctionnaires de la Ville, et nombre d’employés sont partis. Elle a aussi introduit de nouvelles façons de faire et des mesures qui représentent des coûts importants. L’ADT ne peut pas plaider que les investissements ne sont pas au rendezvous alors que la construction commerciale et résidentielle prospère depuis trois ans. Mais tout ne va pas mal à Terrebonne. Malgré certains ratés, le boulevard des Seigneurs dans le secteur Saint-Louis a été complètement refait. Il en va de même avec le chemin Gascon à Terrebonne, qui est enfin doté de trottoirs, d’une piste cyclable et de nouveaux feux de circulation assurant la sécurité des piétons et cyclistes. Le futur parc industriel « Thouin » fait son chemin. Toutefois, si cette administration désire être réélue, il est impérieux pour elle que les bonnes nouvelles se multiplient dans les 22 prochains mois. Cette nouvelle hausse de taxes sera loin d’inspirer les électeurs, malgré tous les justificatifs qu’on peut leur trouver. Pour $ereLlon ; 514.999-132 I experlerKevl nen malli.c orn Le mercredi 11 décembre 2019 - LA REVUE - www.larevue.qc.ca A-5 BRISSON Denturologistes Il r n’y 0 ri a te., pas de moment ms me./mime* mieux robe choisi pour ee « eu diep num" » À it te aemposie reg fr vous dire merci de la confiance que vous iw nous me*" avez diIPS 4 témoignée inimarimme tout &mei » au long de, de 4 l’année. te eu, » — Nos -14 meilleurs ar vœux MM/ifikelff* pour un Noël Ieidoimikka plein de sourires. Pour la période des Fêtes, nos bureaux seront fermés du 21 décembre au 5 janvier inclusivement. La proi-hese Épi va.5 fcet rayorrier- deft115 450 325.1421 396 Montée Mes son, Mascouche



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 1La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 2-3La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 4-5La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 6-7La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 8-9La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 10-11La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 12-13La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 14-15La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 16-17La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 18-19La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 20-21La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 22-23La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 24-25La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 26-27La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 28-29La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 30-31La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 32-33La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 34-35La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 36-37La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 38-39La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 40-41La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 42-43La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 44-45La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 46-47La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 48-49La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 50-51La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 52-53La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 54-55La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 56-57La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 58-59La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 60-61La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 62-63La Revue Québec numéro 60-29 11 déc 2019 Page 64