La Revue Québec n°60-20 2 oct 2019
La Revue Québec n°60-20 2 oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°60-20 de 2 oct 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : La Revue de Terrebonne inc.

  • Format : (279 x 343) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 42,6 Mo

  • Dans ce numéro : forte avance de Boudrias dans Terrebonne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
B-10 Le mercredi 2 octobre 2019 - LA REVUE - www.larevue.qc.ca redaction@larevue.qc.ca Fils de Peter Pangman et de Grace MacTier, seigneur de Lachenaie, John naît à Montréal le 13 novembre 1808 et est le neuvième enfant (sur dix) de la famille. Toutefois, seulement trois des dix enfants survivent à la jeune enfance. Un brin d’histoire CLAUDE MARTEL John Pangman (1808-1867) Lors du décès de son père, Peter, le 28 août 1819, il figure comme héritier de la seigneurie, mais en raison de jeune âge, l’administration de celle-ci est confiée à son beau-frère, George Henry Monk, qui a marié sa sœur aînée, Jane. Le jeune seigneur de Lachenaie Le 13 février 1829, John Pangman atteint sa majorité et prend en main les destinées de la seigneurie de Lachenaie. Il épouse à la cathédrale anglicane Christ Church de Montréal, le 2 juin 1835, Henriette Lacroix, fille de l’honorable Janvier-Domptail Lacroix, avocat et seigneur de Blainville. Le couple a trois fils et deux filles (Henry, John, Charles- Édouard, Jane Elmir et Marie-Louise). John poursuit les affaires de son père et termine la concession des terres de la seigneurie de Lachenaie, essentiellement du côté de Saint-Lin. Il ajoute un moulin à fouler et à carder la laine dans le domaine seigneurial de Mascouche. Il devient un important producteur de bois ; d’ailleurs, les colons lui reprochent de se réserver trop de bois, représentant parfois 50% de la terre en bois de cèdre. Pangman est avant tout un homme d’affaires, un grand exploitant forestier, et la seigneurie est un capital qu’il fait fructifier. Il exploite également un gros moulin au cœur de Saint-Lin. La famille habite le manoir appelé Grace Hall, au domaine seigneurial de Mascouche. John est également un bienfaiteur de la paroisse anglicane de Mascouche, contribuant largement pour la construction de l’église (1840), mais aussi en payant le salaire des membres du clergé. Notable et homme politique Notable du lieu, il devient juge de paix et obtient également le grade de lieutenant-colonel de la milice, faisant de lui l’autorité civile dans le comté de Lachenaie. D’ailleurs, le 22 août 1837, il est nommé conseiller législatif (sénateur), en même temps de que son beau-père Lacroix ; mais ceux-ci perdent leur fonction après la suspension du parlement, en mars 1838. Pangman joue un rôle dans la rébellion des patriotes, il est notamment habilité à faire prêter serment d’allégeance en 1837. Tout comme son voisin de Terrebonne, Joseph Masson, il ne veut pas voir sa seigneurie devenir le théâtre de conflits armés entre les factions rebelles et l’armée britannique, il veille donc à ce que les « esprits patriotiques » ne s’échauffent pas trop. On le retrouve également à Terrebonne pour faire régner la paix lors de l’escarmouche qui oppose les patriotes de ce village et la police, le soir du 6 novembre 1838. Entre les affaires et les œuvres locales En 1842, il obtient un bureau de poste pour Mascouche et fait en sorte que son régisseur soit nommé maître de poste. Bien qu’il soit anglican, il accepte la présidence de la première Commission scolaire catholique de Saint-Henri-de- Mascouche, en 1846. Par la suite, il vit en alternance entre Mascouche et Montréal, où les affaires le retiennent. 514 605-2703 John Pangman (Photo extraite du livre deL.-A.F. Crépeau, Mascouche en 1910) À propos du seigneur John Pangman, il était anglican, mais il avait épousé Henriette Lacroix, une catholique. Alors, de quelle religion ont hérité leurs enfants ? C’est simple, les filles sont baptisées catholiques alors que les garçons sont anglicans. Le seigneur Pangman est un employeur important de Mascouche, le recensement de 1852 montre qu’il embauche 13 personnes dans ses moulins à farine, à scie, à carder et à fouler. L’abolition du régime seigneurial, en 1854, n’a que relativement peu d’impact sur les activités de Pangman ; d’ailleurs, les habitants vont continuer à l’interpeller à titre de seigneur. John épouse en secondes noces Mary Georgiana Robertson, le 3 septembre 1857. Il s’éteint le 5 janvier 1867 et est inhumé avec son père dans le cimetière anglican Grace, face à l’église anglicane du chemin Sainte-Marie, à Mascouche. Les citoyens de Mascouche retiennent de lui un personnage estimé pour sa générosité et son affabilité. Source  : Extrait de Claude Martel (2017), Histoire de la présence anglophone à Mascouche, SODAM. Je personnalise votre projet pour en faire un coup de www.christianelavoie.com
CULTUREL La remise du prix Coup de cœur du public de la 4 e édition de Sculptures au Jardin avait lieu le 29 septembre dans la salle Dora-Casement du Jardin Moore de Mascouche. Depuis le 19 juin, 50 sculptures ornaient les jardins et les visiteurs pouvaient voter pour leur œuvre coup de cœur. L’exposition Sculptures au Jardin proposait aux visiteurs des œuvres moyennes à monumentales intégrées parmi les parcours fleuris du Jardin Moore. « Pour nous, c’était une intégration parfaite de la beauté fabriquée avec de l’imagination et de la créativité, aux côtés d’une culture vivante que sont les fleurs, les arbres et les arbustes », de dire Marie-France Despatie, membre du comité organisateur. Ce dernier, formé également d’Hélène Béland-Robert, de Danielle Fontaine et de Christine Gadonneix, a révélé le nom de l’artiste ayant obtenu le plus de voix parmi les 667 bulletins compilés, ce qui représente 237 votes de plus que l’an dernier. D’ailleurs, les entrées au Jardin Moore ont fracassé des records avec près de 4 000 visiteurs durant la saison. Pour une 2 e année consécutive, Sculptures au Jardin accueillait un invité d’honneur. Cette fois, c’est Pierre Leblanc, sculpteur de renom, qui exposait trois de ses œuvres à travers les jardins. Les coups de cœur du public Parmi la vingtaine de sculpteurs exposants, cinq sont ressortis lauréats. Gilles Lauzé remporte la 5 e position (pour Muse musicienne), Guy Pierre (pour Caresses) et Marie-Ève G. Rabbath (pour Femme fleur) sont à égalité à la 4 e position, Michèle Lavoie se classe en 3 e position (pour Éclosion), et Brigitte Dahan termine en 2 e position (pour Rémanences) ainsi qu’en 1 re position pour la sculpture Nature humaine. Elle a remporté le prix Coup de cœur du public ainsi qu’une bourse de 500 $ offerte par le député de Masson, Mathieu Lemay. Brigitte Dahan participait pour une 3 e année à Sculptures au Jardin. « La sculpture Nature humaine a un visage humain et un visage animal. J’ai voulu représenter la nature humaine, qui est faite d’une part d’instinct et d’une autre part plus raisonnée. Le tronc d’arbre symbolise la nature qui réunit l’homme et l’animal et rappelle qu’on a toujours besoin de la Le mercredi 2 octobre 2019 - LA REVUE - www.larevue.qc.ca B-11 Dévoilement des sculptures coups de cœur Karine Audet redaction@larevue.qc.ca Deux grands prix moulinois Le vendredi 20 septembre avait lieu le rendez-vous annuel lanaudois de la culture par la présentation de la 28e édition des Grands Prix Desjardins de la culture de Lanaudière. L’ancienne conseillère municipale de Terrebonne Marie-Josée Beaupré a fait son entrée au Temple de la renommée des Grands Prix Desjardins de la culture de Lanaudière. (Photo  : Judith Beaupré) Plusieurs Moulinois étaient en lice pour repartir avec l’un des 18 prix remis pendant la soirée. L’auteure France Lorrain, de Mascouche, a remporté les honneurs dans la catégorie « Littérature ». De plus, l’ancienne conseillère municipale de Terrebonne Marie-Josée Beaupré a fait son entrée au Temple de la renommée des Grands Prix Desjardins de la culture de Lanaudière à titre de pilier de la culture. Outre le fait d’avoir été présidente de la Commission de la culture à la Ville de Terrebonne, Mme Beaupré a siégé pendant plus de 20 ans au conseil de Culture Lanaudière. « Ça fait toujours plaisir d’être reconnue pour le travail que j’ai eu le bonheur de faire pour la culture ces 20 dernières années. J’ai été très touchée des mots entendus ce soirlà. Je crois que ça confirme que j’ai fait du bon travail », nous a confié Mme Beaupré. Soulignons également la présence de nombreux autres finalistes moulinois lors de cette grande fête de la culture  : Stéphanie Lagueux (Prix du CALQ), Stéphanie Lagueux et Jonathan L’Écuyer (Prix Arts visuels), Art Partage (Prix Patrimoine et Prix Partenaire culturel), SODECT (Prix Patrimoine), Josée Girard (Prix Partenaire culturel), Fil Boucher (Prix Émergence – Arts de la scène et Prix Bénévole – Individu) et le comité de Sculptures au Jardin (Prix Bénévolat – Groupe). Texte  : Gilles Fontaine L’artiste Brigitte Dahan (à droite sur la photo) a remporté le prix Coup de cœur du public pour sa sculpture d’argile intitulée Nature humaine. On la retrouve en compagnie de Valérie Tremblay, représentante du député de Masson, Mathieu Lemay, donateur de ce prix. (Photo  : Karine Audet) nature », témoigne la lauréate. Le comité a souligné l’apport de son Grand partenaire culturel, soit la Caisse Desjardins Le Manoir, ainsi que l’appui de la Ville de Mascouche et des commanditaires. Sculptures au Jardin reviendra pour une 5 e édition en 2020. EXPO-VENTE COUNTRY Présenté par le Cercle de Fermières La Plaine 30 chanteurs et musiciens country en performance 80 exposants et artisans locaux à découvrir - NOUVEAU – kiosques zéro déchet - Roulotte alimentaire - Jeux gonflables - Vente d’albums sur place Samedi 12 et dimanche 13 octobre 2019 de 10 h à 17 h Pavillon Napoléon-Gauthier 5900, rue Rodrigue, Terrebonne ENTRÉE GRATUITE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 1La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 2-3La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 4-5La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 6-7La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 8-9La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 10-11La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 12-13La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 14-15La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 16-17La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 18-19La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 20-21La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 22-23La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 24-25La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 26-27La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 28-29La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 30-31La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 32-33La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 34-35La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 36-37La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 38-39La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 40-41La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 42-43La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 44-45La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 46-47La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 48-49La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 50-51La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 52-53La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 54-55La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 56-57La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 58-59La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 60-61La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 62-63La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 64-65La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 66-67La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 68-69La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 70-71La Revue Québec numéro 60-20 2 oct 2019 Page 72