La Revue Québec n°60-10 17 jui 2019
La Revue Québec n°60-10 17 jui 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°60-10 de 17 jui 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : La Revue de Terrebonne inc.

  • Format : (279 x 343) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 14,9 Mo

  • Dans ce numéro : les histoires de taverne reprennent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
A-4 Le mercredi 17 juillet 2019 - LA REVUE - www.larevue.qc.ca ACTUALITÉ Un Terrebonnien accuse des policiers d’abus de pouvoir Un homme interpellé en juin par la police de Terrebonne après une altercation entre les occupants de deux véhicules dénonce ce qu’il considère être un « abus de pouvoir » de la part d’agents qui ont d’abord saisi sa voiture dans son entrée privée et d’un autre qui a refusé de prendre une plainte pour vol de véhicule à la suite de cette saisie. Jean-Marc Gilbert media@larevue.qc.ca Jonathan Lapointe a déposé une plainte en déontologie policière, puisqu’il juge avoir été victime d’abus de pouvoir par certains agents de la police de Terrebonne. Le 16 juin en soirée, les jumeaux Jonathan et Jean-François Lapointe se dirigeaient vers leur domicile de Terrebonne lorsqu’une altercation a éclaté avec le conducteur d’un autre véhicule en raison d’un « dépassement dangereux » sur le chemin Saint-Charles. « Il nous a presque fait prendre le champ. On l’a donc suivi jusqu’à ce qu’il s’arrête. On l’a sermonné pas mal », reconnaît Jonathan Lapointe, qui assure que son frère et lui ne l’ont jamais menacé. La situation s’est envenimée lorsque Jean-François, sous le coup de l’émotion, a crevé un pneu de l’autre véhicule avant de quitter les lieux avec son frère. Environ 30 minutes plus tard, quatre policiers se sont présentés au domicile des Lapointe. Menottés même s’ils n’offraient aucune résistance, relate Jonathan, les frères ont été escortés dans deux auto-patrouilles pour être interrogés séparément. « J’ai été traité comme un criminel », argue-t-il. D’autres malheurs attendaient Jonathan. Les policiers, qui ont sans doute pris la déclaration du plaignant avant de se rendre chez les jumeaux, ont identifié Jean-François comme le conducteur du véhicule, ce que nie catégoriquement son frère. « Son permis de conduire est suspendu depuis six ans. Je ne l’aurais jamais laissé conduire. » Les policiers ont aussi saisi le véhicule de Jonathan et l’ont envoyé à la fourrière pour 30 jours. La voiture était dans l’entrée de la résidence, assure Jonathan, qui avance que la saisie faite sans mandat est illégale. Mainlevée de saisie Jonathan Lapointe s’est présenté au palais de justice de Saint-Jérôme, le 28 juin, O R T H O D O N T I S T E S Dr Maurice ST-PIERRE Dre Judith LIMOGES 3015, boul. de la Pinière (face à la 640), Terrebonne www.OrthoTerrebonne.com 450 477-0808 TÉLÉPHONE 450 964-4444 INTERNET www.larevue.qc.ca COURRIEL larevue@larevue.qc.ca PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Gilles Bordonado FONDATEUR Aimé Despatis INSPIRATRICE Marie-France Despatis RÉDACTRICE EN CHEF Pénélope Clermont JOURNALISTES Mélanie Savage Gilles Fontaine Jean-Marc Gilbert JOURNALISTES PIGISTES Raymond Berthiaume Karine Audet Pierre-Luc Chenel Karyne Gaouette Sophie Ginoux Stéphane Fortier CHRONIQUEURS Robert Gareau Claude Martel La version E-PAPER est pour demander une mainlevée de saisie. Le juge Pierre Cliche de la Cour du Québec l’a informé qu’il ne s’agissait pas du bon recours dans sa situation. Il a toutefois soulevé ceci  : « C’est comme si vous m’alléguez une saisie illégale d’un bien qui vous appartient. Il y a des recours pour reprendre possession d’un bien qu’on se fait saisir illégalement », peut-on lire dans la transcription de l’audience. Le 1er juillet, Jonathan Lapointe s’est rendu au poste de police pour déposer une plainte pour vol de véhicule contre les policiers qui sont intervenus chez lui le 16 juin. L’agent rencontré aurait refusé de prendre la plainte. « Il a dit qu’il ne pouvait enquêter sur ses collègues par souci de transparence », relate Jonathan. Avare de commentaires DIRECTEUR DES VENTES Gilles Bordonado DIRECTEUR DÉVELOPPEMENT Daniel Soucy COORDONNATRICES AUX VENTES Lise Bourdages Cinthia Audet-Davidson REFLET ÉCONOMIQUE Luc Laurin CONSEILLERS PUBLICITAIRES Paul Laverdière Yves Chamberland Daniel Soucy Julie Gordian Jonathan Lessard Annie Perron Pierre St-Arneault Luc Laurin La police de Terrebonne se fait avare de commentaires dans le dossier. « Je ne peux pas commenter l’intervention, puisque je n’étais pas sur place », affirme le capitaine Denis Gingras, lorsqu’on lui demande si la saisie était légale. Pour ce qui est de la plainte que Jonathan désirait déposer, le capitaine indique que les normes professionnelles ont le dossier entre les mains. « Nous avons tenté de communiquer avec la personne, mais elle n’a pas retourné notre appel. Si la personne se sent lésée, il y a des recours à sa disposition », ajoute M. Gingras, qui souhaite être prudent dans ses commentaires, se doutant que le dossier sera judiciarisé. « Je vais aller jusqu’au bout des procédures », confirme Jonathan Lapointe, précisant qu’en plus de porter plainte en déontologie contre les agents impliqués, il songe à poursuivre le service de police au civil pour récupérer l’argent perdu à la suite de la saisie de véhicule, dont la perte de salaire et les frais de fourrière. Une plainte a déjà été déposée au Commissaire à la déontologie policière pour « abus de pouvoir, saisie et détention illégale d’un véhicule, vol d’un véhicule, intrusion sur une propriété privée sans mandat, arrestation et détention illégale, profilage, discrimination et ingérence dans le processus judiciaire ». Le Commissaire dispose de 40 jours pour faire un examen préliminaire de la plainte. GUIDE DES ADRESSES Julie Gordian RÉCEPTION/PETITES ANNONCES/ARCHIVES Carolle Cyr Émilie Bordonado COMPTABILITÉ Lise Caron INFOGRAPHIE/MONTAGE Compomax inc. DISTRIBUTION Publi-Sac Laurentides 1 888 999-2272 TIRAGE  : 57 000 EXEMPLAIRES LA RE VU E, journal h ebd om ad aire, est p ublié e p ar LA RE VU E de Terrebonne inc.231, rue Ste-M arie à Ter rebonne, province de Qué bec (Cod e p ostal  : J6W 3E 4) et im prim é p ar l’imprimerie Transm ag.N os bureaux sont ouverts du lund iau vend red id e 8 h à 16h.D é p ô t lé gal à la Biblioth èque N ationale du Qué bec. Distribué gratuitement dans les m unicip alit é s de Terrebonne et Mascouche dans les dépôts de journaux de la ré gion.Tous d roits ré servés.La reproduction d es textes d’information et d’annonces p ublicitaires est interd ite à m o ins d’une autorisation é crite du directeur.Envoide publication can adienne #0556971.
gbordonado@larevue.qc.ca Dans une récente chronique, j’évoquais les écuries d’Augias, une formule forte qui imageait le travail auquel faisait face à l’administration Plante depuis son arrivée au pouvoir. Cela s’expliquait par les réformes menées par l’Alliance démocratique de Terrebonne alors que le laisser-faire avait marqué l’ultime mandat de Jean-Marc Robitaille, situation que n’avait pu endiguer Stéphane Berthe, qui a dirigé la ville pendant moins d’un an. J’ai appris que les employés municipaux se sont sentis attaqués par cette chronique et là n’était pas mon intention. Je crois que la machine gouvernementale municipale a été abandonnée pendant de longues années et qu’on ne peut tenir les employés comme responsables de tous les maux. Ils ont négocié leurs conditions de travail de bonne foi et ont travaillé dans les paramètres qui leur ont été imposés par le conseil municipal d’alors. Qu’aujourd’hui, l’administration Plante désire imposer ses vues sur la gestion municipale est tout à fait légitime, mais je ne crois pas qu’il soit à propos de culpabiliser les employés de la Ville et de leur rentrer une convention collective de force dans la bouche. Il n’est jamais souhaitable qu’un employeur soit en conflit avec ses équipiers et c’est vers ça qu’on se dirige actuellement à Terrebonne. Après les cols bleus et blancs, la tension monte chez les policiers, les pompiers et les cadres. Le millier d’employés de la Ville de Terrebonne souffrira de cette crise et le service aux citoyens en souffrira aussi. Libre opinion GILLES BORDONADO Négos Devant des parties braquées, la grève, un droit syndical fondamental des travailleurs pour faire connaître leurs revendications, semble se dessiner comme l’ultime moyen de pression. Nos employés sont nos meilleurs ambassadeurs. Il faut en faire des partenaires des défis à relever et je regrette le ton que semblent prendre les discussions. Les attaques fusent de part et d’autre et ça n’augure rien de bon. Selon moi, c’est à la Ville de faire le premier pas. La définition du mot « négociation » selon Wikipédia est « la recherche d’un accord, centrée sur des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables entre des interlocuteurs dans un temps limité. Cette recherche d’accord implique la confrontation d’intérêts incompatibles sur divers points de négociation que chaque interlocuteur va tenter de rendre compatibles par un jeu de concessions mutuelles ». Quatre mots retiennent mon attention  : accord, intérêts, enjeux et concessions. Si ces quatre éléments ne sont pas saisis par les parties en présence, on se magasine des mois, voire des années de chicane. Et pour dire vrai, Terrebonne n’a vraiment pas besoin de ça. *** Je remercie Johanne de m’informer qu’il n’y a pas de wifi dans le Train de l’Est. J’étais certain qu’il en était doté. Une recherche m’a appris que c’est à l’étude depuis 2015. Le dossier a été réactivé en janvier, mais ça n’a pas encore abouti. On y réfléchit aussi pour les autobus. Pour ce qu’il en coûte aux usagers, voilà qui ne serait pas un luxe, d’autant plus que ça existe sur les trains de VIA Rail. T ony M assarelli Avec ses musiciens, le pianiste Marc Paul (le Floridien) et le guitariste Salvatore. SAMEDI 10 AOÛT SPECTACLE SEULEMENT  : 30 $ SOUPER SPECTACLE  : 60 $/65 $ SECTION V.I.P  : 75 $ INFORMATION  : 450 581-2222 60, rue St-Paul, Charlemagne lemontecarlo.com 65 $ par étage Les pionniers de l'arrosage biologique au Québec ! Le mercredi 17 juillet 2019 - LA REVUE - www.larevue.qc.ca A-5 Nous sommes là durant vos vacances ! Urgences, nouveaux patients bienvenue ! PROMOTION Désinfection extérieure de votre maison Incluant  : structure extérieure de la maison, corniches, contours des fenêtres, murs et contours des portes Appelez dès maintenant ! Informez-vous sur les dates visant votre rue. 9 am - 9 pm 450 359-9111 Sans-frais  : 1-877-579-9111 Paiement Direct



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :