La Revue de la Musique n°2 fév/mar 2016
La Revue de la Musique n°2 fév/mar 2016
  • Prix facial : 6,80 €

  • Parution : n°2 de fév/mar 2016

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 100

  • Taille du fichier PDF : 39 Mo

  • Dans ce numéro : spécial Mozart, le génie inégalé.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 90 - 91  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
90 91
90 je ne peux travailler et souvent j’en suis empêché par une académie ; sinon, je compose jusqu’à 9 heures. Ensuite, je me rends chez ma chère Constanze mais où le plaisir de nous voir nous est plus d’une fois gâché par les propos aigres de sa mère, ce que j’expliquerai à mon père dans ma prochaine lettre, d’où le désir que j’éprouve de pouvoir la délivrer et sauver le plus tôt possible. A 10 heures et demi ou 11 heures, je rentre chez moi ; cela dépend de l’humeur de sa mère ou de ma capacité à la supporter. Comme je ne puis être sûr de composer le soir, du fait des académies qui peuvent intervenir ou de l’incertitude où je suis d’être appelé ici ou là, j’ai coutume (surtout quand je rentre tôt) de composer encore un peu avant de dormir et souvent j’y reste plongé jusqu’à 1 heure et je me lève à 6 heures. Très chère sœur ! Si tu crois que je pourrais jamais vous oublier, mon très cher et excellent père et toi, je - - mais silence ! Dieu le sait, et cela suffit à me tranquilliser ; qu’il me châtie, si j’en étais capable ! Adieu - je suis à jamais. Sincèrement ton frère W. A. Mozart P.S. A mon très cher père, S’il est déjà à Salzbourg, Je baise 1000 fois les mains. LETTRE DE MOZART À LA BARONNE VON WALDSTÄTTEN VIENNE, 2 OCT. 1782 Entre toutes chère, bonne et belle, Dorée, argentée et sucrée, Estimée et estimable, Vénérée Madame La Baronne, Ci-joint, j’ai l’honneur d’adresser à Votre Grâce le rondeau en question, ainsi que les deux parties des comédies, et le petit volume de récits. J’ai fait hier une grosse bourde ! J’avais sans cesse le sentiment d’avoir encore quelque chose à dire, mais dans mon crâne stupide cela ne voulait pas venir ! C’était de remercier Votre Grâce de s’être donnée aussitôt tant de peine pour ce beau frac et pour la faveur de m’en promettre un ! Mais cela LA REVUE DE LA MUSIQUE ne m’a pas effleuré ; comme c’est habituellement le cas chez moi ; je regrette d’ailleurs souvent de n’avoir pas, au lieu de la musique, appris l’architecture, car j’ai souvent entendu dire que le meilleur architecte était celui chez qui rien ne bouge. Je puis dire que je suis un être bien heureux et malheureux ! Malheureux depuis le moment où j’ai vu Votre Grâce aussi joliment coiffée au bal ! Car c’en est fait désormais de ma tranquillité ! Je ne suis que soupirs et gémissements ! Le reste du temps que j’ai encore passé au bal, je n’ai plus pu danser, mais je sautais, le souper était déjà servi, je ne mangeai point, je dévorai toute la nuit au lieu de m’assoupir calmement et doucement, j’ai dormi comme un loir et ronflé comme un ours ! Et (sans m’en faire gloire) je parierais presque que Votre Grâce s’est trouvée à proportion en même état ! Vous souriez ? Vous rougissez ? Oh, oui, je suis heureux ! Mon bonheur est assuré ! Mais hélas ! Qui me tape sur l’épaule ? Qui regarde ce que j’écris ? - aïe, aïe, aïe ! - ma femme ! C’est que, par Dieu, je l’ai, et je dois la garder ! Que faire ? Je dois en dire du bien et m’imaginer que c’est vrai ! A propos : Votre Grâce connaît-elle cette chansonnette ? Une dame et une bière, Pour que ça rime, que faire ? Une dame a une bière Et m’en donne un pot à boère. La rime n’est plus à faire ! N’est-ce pas, j’aurais finement amené la chose ? Mais à présent senza burle (sans plaisanter). Si Votre grâce pouvait ce soir me faire apporter un pot de bière, vous me feriez une grande faveur. Car ma femme est - est - est et a des envies - mais uniquement d’une bière préparée à la façon anglaise ! Calme-toi, ma petite femme ! Je vois enfin que tu es bonne à quelque chose ! Ma femme, qui est un ange de femme, et moi, qui suis un modèle d’époux, nous baisons 1000 fois les mains de Votre Grâce et sommes à jamais vos fidèles vassaux. Mozart magnus, corpore parvus et Constantia, omniumuxorum pulcherrima et prudentissima*. (*Mozart le grand, petit de corps et Constanze, la plus belle et la plus sage de toutes les épouses).
LETTRE ADRESSÉE À SA FEMME, LE 16 MAI 1789 Chère petite épouse, j'ai une foule de prières à t'adresser : 1mo je te prie de ne pas être triste. 2do de faire attention à ta santé et de ne pas te fier à l'air du printemps. 3tio de ne pas sortir à pied toute seule - et encore mieux - de ne pas sortir à pied du tout. 4to d'être totalement assuré de mon amour ; je ne t'ai pas encore écrit la moindre lettre sans avoir posé devant toi mon cher portrait. 5to je te demande de faire attention non seulement à ton et à mon honneur dans ta conduite, mais également aux apparences. Ne sois pas fâchée de cette demande. Tu dois justement m'aimer encore plus du fait de mon attachement à l'honneur. 6to et ultimo je te prie de donner plus de détails dans tes lettres. J'aimerais savoir si mon beau-frère Hofer est venu le lendemain LES GRANDS COMPOSITEURS Mozart/Correspondance n°91 de mon départ ? S'il vient souvent, comme il l'a promis ? Si les Lange te rendent parfois visite ? Si le portrait avance ? Comment tu vis ? Tant de choses qui m'intéressent naturellement. Maintenant, porte-toi bien, très chère, excellente, pense que chaque nuit, avant d'aller au lit, je parle une bonne demi-heure à ton portrait, et fais de même au réveil. Après-demain, 18, nous partons. Dorénavant, écris toujours à Berlin, poste restante. Oh Stru ! Stri ! Je t'embrasse et t'étreins 1 095 060 437 082 fois (tu peux ici t'exercer à prononcer) et suis à jamais Ton mari très fidèle et ami W.A. Mozart La fin du récit du séjour à Dresde suivra prochainement. Bonne nuit ! RARE LETTRE ÉROTIQUE ADRESSÉE À SA FEMME LE 23 MAI 1789 Très chère, excellente, précieuse petite femme ! Le 1er juin, je dormirai à Prague, et le 4 - le 4 ? - auprès de ma petite femme chérie ; prépare bien proprement ton si joli petit nid chéri, car mon petit coquin le mérite, en vérité ; il s’est fort bien conduit et ne souhaite rien plus que de posséder ton ravissant… Imagine le garnement qui, pendant que j’écris cela, se faufile sur la table et me questionne, et moi, franchement, je lui donne une sèche pichenette - mais le gars n’est que… Et maintenant, le chenapan brûle encore plus et ne se laisse presque pas dompter. J’espère que tu viendras au devant de moi à la première poste ? - J’y arriverai le 4 à midi. Adieu donc - je t’embrasse des millions de fois et suis à jamais Ton époux très fidèle W.A. Mozart LA REVUE DE LA MUSIQUE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 1La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 2-3La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 4-5La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 6-7La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 8-9La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 10-11La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 12-13La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 14-15La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 16-17La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 18-19La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 20-21La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 22-23La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 24-25La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 26-27La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 28-29La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 30-31La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 32-33La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 34-35La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 36-37La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 38-39La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 40-41La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 42-43La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 44-45La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 46-47La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 48-49La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 50-51La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 52-53La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 54-55La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 56-57La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 58-59La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 60-61La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 62-63La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 64-65La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 66-67La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 68-69La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 70-71La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 72-73La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 74-75La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 76-77La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 78-79La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 80-81La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 82-83La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 84-85La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 86-87La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 88-89La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 90-91La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 92-93La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 94-95La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 96-97La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 98-99La Revue de la Musique numéro 2 fév/mar 2016 Page 100