La revue de l‘inspection générale n°5 décembre 2008
La revue de l‘inspection générale n°5 décembre 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de décembre 2008

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Inspection Générale

  • Format : (211 x 296) mm

  • Nombre de pages : 82

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : l'inspection générale à l'heure des changements.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
58 rence avec les examens nationaux. La référence commune est le CECRL et la réflexion partagée au plan interculturel est stimulante et riche d’enseignements. Ces certifications sont réservées aux seuls élèves volontaires de troisième et de seconde pour l’allemand et de seconde européenne pour les deux autres langues. Les élèves de première année de BEP européenne sont aussi concernés. Elles constituent une forme de reconnaissance à dimension internationale. L’inspection générale s’est beaucoup mobilisée autour de ce plan, car elle y voit l’occasion de faire évoluer les enseignements et l’évaluation des acquis des élèves. Elle est régulièrement associée à sa mise en œuvre par la DGESCO, soit au titre de l’expertise, soit du suivi. C’est dans ce contexteaussiqu’uninspecteurgénéraldugroupe des langues s’est vu confier une mission de copilotage avec la DGESCO pour accompagner la mise en œuvre des principales mesures prises en 2005. Par ailleurs, tous les inspecteurs généraux du groupe des langues ont été associés aux séminaires nationaux de lancement du plan. Parallèlement, les travaux sur le socle commun de connaissances et de compétences, en intégrant le niveau A2 de l’échelle de référence du CECRL, ont permis de formaliser en termes de connaissances, de capacités et d’attitudes la nouvelle philosophie de l’enseignement-apprentissage des langues. La validation du niveau A2 au diplôme national du brevet dès la session 2008, prenant appui sur les fiches d’aide à l’évaluation mises en ligne sur le site du ministère, a eu pour effet d’accélérer la prise en compte des compétences à côté de celle des connaissances. C’est une avancée majeure dans les pratiques de classe et la conception des évaluations, même si du temps est encore nécessaire pour parfaire ces pratiques. L’inspection générale a été associée à l’élaboration des fiches d’aide à l’évaluation du pilier 2 du socle mises en ligne sur Eduscol. Parmi les indicateurs de la LOLF relatifs aux langues, il faut citer : > l’effort en faveur du développement de l’enseignement de l’allemand, qui doit être poursuivi de manière à atteindre les objectifs fixés, à l’horizon 2010. Sur cette question, le dispositif des sixièmes « bilangues », permettant d’offrir une deuxième langue dès la sixième pour encourager l’apprentissage d’une autre langue que l’anglais à l’école, a porté ses fruits et permis d’enrayer la chute des effectifs en allemand ; > l’augmentation, à l’horizon 2010, du nombre de sections européennes et de langues orientales. Le développement de ces sections n’est pas uniquement quantitatif. L’enseignement d’une matière par l’intégration d’une langue étrangère (EMILE) fait de plus en plus d’adeptes dans les pays européens, car il s’avère efficace et motivant grâce au temps d’exposition à la langue qu’il permet de majorer et à l’ouverture culturelle européenne ou internationale qui le caractérise.L’inspection générale a toujours accompagné ce dispositif, que ce soit au titre de l’évaluation (voir le rapport : Les sections européennes et de langues orientales, août 2000) ou de l’accompagnement (création d’un site de ressources dans le domaine des langues et de la culture, la Clé des langues, à l’initiative de la DGESCO et avec le concours de l’ENS LSH pour les enseignants du second degré ; expertise sollicitée pour la création et le suivi du site Emilangues du CIEP, dédié aux sections européennes). Accords bilatéraux : un exemple de formation croisée des professeurs du premier et second degré Les évolutions actuelles ne se limitent pas aux dispositifs ou aux contenus d’enseignement ; elles touchent aussi la formation professionnelle des enseignants. On citera pour exemple le programme d’échanges et de formation d’enseignants stagiaires du premier degré initié en 2001 entre la France et l’Angleterre et formalisé dans l’accord du Touquet du 4 février 2003, puis dans l’accord de Paris du 9 juin 2006, signé à l’occasion du 28 e Sommet franco-britannique. Ce partenariat privilégie trois domaines : la formation des enseignants et des personnels d’encadrement, les partenariats scolaires et les échanges sur des thèmes d’intérêt commun. > L a r e v u e de l ‘ i n s p e c t i on g é n é r a l e n°5 > L’inspection générale à l’heure des changements
Le programme a été récemment étendu aux professeurs stagiaires de disciplines non linguistiques du second degré susceptibles d’enseigner tout ou partie de leur discipline en langue étrangère en section européenne. Le groupe de pilotage bilatéral 8, dont l’inspection générale fait partie, a mis au point au cours des dernières années un Cadre commun d’objectifs (Common Reference Framework) en version bilingue à l’attention, dans un premier temps, des maîtres d’école stagiaires. Il s’agit d’un outil d’accompagnement du stage de quatre semaines effectué en établissement du premier degré dans le pays partenaire. Il porte sur les compétences à acquérir dans les champs pédagogique, linguistique et culturel. Il est basé sur des critères partagés par les acteurs de la formation des deux pays et peut aussi faire office de référentiel d’évaluation. Il a le mérite d’intégrer et de croiser les références officielles des deux pays en matière de formation (English National Standardsfor QualifiedTeacher Statuset le cahier des charges de la formation des maîtres en IUFM) ainsi que des références européennes (The Common European Principles for Teacher CompetencesandQualificationsdelaCommission européenne et le Cadre européen commun de référencepourleslanguesduConseildel’Europe). Cet exemple apporte la preuve que l’on arrive aujourd’hui, par le biais des nombreux partenariats, bilatéraux ou multilatéraux, qui soustendent l’apprentissage des langues et par les décisions prises au niveau européen, à jeter les bases d’une politique éducative commune, source d’enrichissement mutuel. La politique linguistique européenne, notamment depuis les années 90, a un effet extrêmement mobilisateur sur l’enseignement des langues en France. Le souci d’une plus grande efficacité, la nécessité de relever le défi des comparaisons internationales, l’attrait qu’exercent les modèles linguistiques et culturels authentiques des autres pays sur les enseignements de langues, le développement de l’ouverture internationale et de la mobilité, facilité par les technologies de l’information et de la communication qui induisent aussi des pratiques nouvelles tout en facilitant l’accès aux langues, sont autant d’éléments porteurs susceptibles de faciliter et d’accélérer le changement. L’inspection générale de l’Éducation nationale, par l’expertise qu’elle apporte et sa capacité à appréhender le système dans sa globalité, contribue à la dynamique des changements, tout en se portant garante de la mise en cohérence des diverses évolutions. ■ > L a r e v u e de l ‘ i n s p e c t i on g é n é r a l e n°5 > L’inspection générale à l’heure des changements 59



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 1La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 2-3La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 4-5La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 6-7La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 8-9La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 10-11La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 12-13La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 14-15La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 16-17La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 18-19La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 20-21La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 22-23La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 24-25La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 26-27La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 28-29La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 30-31La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 32-33La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 34-35La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 36-37La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 38-39La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 40-41La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 42-43La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 44-45La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 46-47La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 48-49La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 50-51La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 52-53La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 54-55La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 56-57La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 58-59La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 60-61La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 62-63La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 64-65La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 66-67La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 68-69La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 70-71La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 72-73La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 74-75La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 76-77La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 78-79La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 80-81La revue de l‘inspection générale numéro 5 décembre 2008 Page 82