La Gazette du Var n°99 15 jan 2020
La Gazette du Var n°99 15 jan 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°99 de 15 jan 2020

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : interivew de Claude Ponzo.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 Golfe de Saint-Tropez - Voeux 2020 Cavalaire-sur-Mer Philippe Leonelli  : « Faire avancer Cavalaire dans le respect de son environnement et de ses habitants » Pour Philippe Leonelli  : « Nous traversons depuis plusieurs années une période tourmentée ». Pourtant, c’est un message d’espoir qu’il a délivré lors de la traditionnelle cérémonie des vœux, le 11 janvier, à près de 2 000 invités. Aux yeux du maire de Cavalaire  : « Cette tourmente est à la fois environnementale et sociale. Tourmente environnementale parce que le climat nous impacte aujourd’hui concrètement partout dans le monde et nos modes de vies. Les projections, et les prévisions météorologiques à moyen et long termes des experts ne sont plus de mises. Les incendies aux États-Unis, en Amazonie, ou en Australie, l’ouragan Dorian, la montée des eaux à Venise, ou les inondations dans notre région illustrent ces modifications climatiques qui nous obligent sans attendre à changer nos comportements et tenter de limiter les catastrophes qui en découlent et en découleront (…). Tourmente sociale aussi parce que la gronde n’a rarement été aussi forte qu’en 2019 en France. La crise des gilets jaunes, la fronde contre la réforme des retraites illustrent la défiance permanente à l’égard de nos politiques et la perte de confiance en nos institutions. Et cette perte de confiance nous impacte même nous, élus de proximité et maires, dans nos actions quotidiennes et impacte également et malheureusement la relation que nous entretenons avec nos administrés ». EXCELLENCE DE LA NATION Le maire a relancé son appel à la vigilance face Janvier 2020 - #99 au terrorisme qui malheureusement demeure bien présent dans notre pays et dans le monde  : « À ce titre, je tiens à rendre hommage aux 4 fonctionnaires tombés sous les balles d’un forcené le 4 octobre dernier à Paris. Je tiens également à saluer la mémoire de nos 13 militaires tués au Mali, en novembre. Mais, qu’il n’y est point de méprise, loin de moi l’idée de cette France qui se verrait uniquement grincheuse, et défaitiste, car elle porte en elle de merveilleux talents et de nombreux espoirs. L’excellence de notre belle nation n’est plus à prouver, son abnégation et sa volonté de grandir également que ce soit dans nos régions ou dans nos territoires les plus proches. Quel beau pays, notre France. Et nos français ont été honorés en 2019. En témoignent le prix Nobel d’Économie d’Esther Duflo, le triomphe de la France en FED CUP. Ou bien encore la victoire de nos basketteurs face aux États-Unis en demie finale du mondial, du jamais vu » ! HOMMAGE À JACQUES CHIRAC Philippe Leonelli a tenu à saluer Jacques Chirac, cet homme de grandes qualités humaines qui nous a quittés en 2019 parmi tant d’autres  : « Jacques Chirac était un homme d’État reconnu, Maire de Paris, Ministre, 1er Ministre, Président de la République pendant 12 ans, Jacques Chirac a eu une carrière politique exceptionnelle. Il est mort à l’âge de 86 ans (…). Je dois malheureusement évoquer avec vous les terribles événements climatiques qui ont touchés en fin d’année le sud Est de la France et, plus particulièrement, le Var et le golfe de Saint- Tropez. Je veux rendre hommage aux victimes et aux sauveteurs et exprimer toute ma compassion et ma solidarité aux familles touchées par ce drame. Même si notre ville a été épargnée par les pertes humaines, Cavalaire a été durement, lourdement touchée par la tempête de novembre 2019 ». JOYAU DU TERRITOIRE En effet, le samedi 23 novembre, le littoral, le joyau du territoire, a été dévasté par un phénomène de submersion marine sans précédent. Et les dégâts étaient considérables a rappelé le premier magistrat de la commune  : « Meurtris par ce désastre, nous n’en sommes pas moins mobilisés pour que la voie de l’ancien chemin de fer, qui longe nos plages, et ses enrochements qui la retiennent puissent être réhabilités le plus rapidement possible… Sachez que toutes nos équipes, agents, élus, et moi-même, en collaboration étroite avec le Préfet et Sous-Préfet et les services de l’État, travaillons chaque jour pour que toutes nos plages ravagées par ce coup de mer imprévisible puissent être restaurées pour cette nouvelle saison 2020 qui arrive à grand pas ». D’ailleurs, le maire a annoncé que la demande de classement en catastrophe naturelle a été étudiée le vendredi 10 janvier en commission interministérielle  : « Nous en aurons les conclusions dans quelques semaines et j’ai grand espoir. Deux semaines seulement après cette catastrophe, nous avons lancé les marchés de rénovation de la voie de l’ancien chemin de fer qui comprennent des travaux d’assainissement, d’électricité, d’enrochement mais aussi de voirie. Ces marchés seront attribués avant fin janvier. Et selon les conditions climatiques, les travaux pourront débuter début février. Je comprends l’inquiétude légitime des uns et des autres, mais comptez sur notre abnégation sans faille pour que nos plages retrouvent toute leur beauté au plus vite » (...). VIE PASSIONNANTE Pour l’élu local, la vie d’un maire est passionnante, instructive intellectuellement et très enrichissante. Il sait que les journées sont souvent très longues et les nuits toujours beaucoup trop courtes  : « Cette vie, souvent imprévisible, pesante et fatigante et même parfois faites de choses incompréhensibles voire inhumaines. Parait-il que cela fait partie du package ? (…). Je souhaiterais évoquer cette année 2019 si particulière pour Cavalaire puisque notre commune a fêté ses 90 ans. Mes chers amis, que la fête fut belle ! Entre mémoire et modernité, entre témoignages, musique, et films, entre émotions et solennité, vous avez pu toutes et tous participer à ce bel événement. Ce fut vraiment un moment exceptionnel. Je veux remercier toutes celles et ceux qui ont participer à la célébration de l’anniversaire de notre belle commune  : En premier lieu, vous mes chers amis Cavalairois ! Les agents communaux, les associations, les restaurateurs, les bars et les commerçants et tous les intervenants du spectacle, artistes et musiciens de Cavalaire ou bien venus de l’extérieur. Merci à toutes et à vous tous » ! CADRE DE VIE PRESERVE Au cœur de la campagne électorale, cette cérémonie des vœux était un peu particulière a expliqué le maire  : « Je n’évoquerai ainsi aucune forme de bilan ni l’ensemble des projets en cours d’élaboration ou de réalisation pour notre commune. Mais je veux ici et devant vous insister sur notre volonté de faire avancer Cavalaire dans le respect de son environnement et de ses habitants. Je veux aborder plus largement le cadre de vie qui fait que nous nous sentons si bien dans notre village blotti au pied de la corniche des Maures. Les équipes municipales travaillent tout au long de l’année pour que ce cadre de vie soit préservé, qu’il soit pour toutes et tous un plaisir de descendre en centre-ville, de déambuler sur la promenade de la mer, ou d’aller chercher ses enfants ou petits-enfants en traversant la nouvelle place colorée du Petit prince, à la crèche, aux centres ou dans nos écoles » (…). Photo André CASTEL
Golfe de Saint-Tropez - Vœux 2020 La Croix-Valmer Bernard Jobert  : « La Croix-Valmer est une commune attractive agréable à vivre » Le 7 janvier à la salle des fêtes, la cérémonie des vœux revêtait une ambiance particulière, puisque située quelques semaines avant les élections municipales. Auparavant le premier adjoint s’était conformé à la loi, en ne dressant pas de bilan et en ne formalisant pas de projets  : « Je vais devoir en faire de même, mais je suis persuadé que, malgré ce manque de contenu dans nos discours respectifs, chacun saura faire la part des choses et tirer de chacune de nos interventions des éléments positifs » (…). NI BILAN, NI PROJETS... « Cet échange de politesses, traditionnel depuis cinq ans, n’est pas feint  : au contraire, cette année, il prend encore plus de relief, parce qu’il témoigne d’un travail bien mené depuis 2015, en total respect mutuel avec chacun des membres de l’équipe » (…). « Je n’aurai donc pas le privilège cette année d’évoquer notre bilan ou de parler de nos projets lancés ces derniers mois. Heureusement, comme bon nombre de mes collègues maires, j’avais devancé cette interdiction, en étant plus prolixe l’an dernier et en ne manquant pas, dans les délais légaux, de communiquer sur ce que nous avons fait et que ce que nous avons prévu de faire. Comme je le disais à l’instant, des recommandations toutes plus sévères et contraignantes m’ont été données pour ne pas se mettre hors-jeu. Car, nous sommes en période électorale, vous l’avez compris. Alors, pas d’erreur, pas de maladresses d’annonces qui pourraient être interprétées comme une invitation au vote futur. On ne parle pas de bilan car il risque d’être un tissu de louanges à l’équipe sortante. On ne parle pas de projets, cars ils engageraient mon équipe dans une sorte de programme. Ce qui est strictement interdit et peut être sanctionné, de même qu’évoquer l’annonce de ma candidature prochaine », a fait remarquer Bernard Jobert (…) … LE BIDE DU PARKING Puisqu’il ne peut rien dire, plutôt que de se taire Bernard Jobert va adopter une autre voie étroite et risquée, qui consiste à dire ce qui n’a pas été fait ou mal fait  : « C’est un peu risqué, c’est vrai, mais après tout c’est tout ce qu’on peut dire en détail ce soir ! Ne craignant pas les foudres ces censeurs de tout poil, je vais me lancer dans cet exercice qui n’est pas à notre avantage mais qui est légal. En fait, je vais vous parler des bides de notre mandat. Le premier, le plus gros, le jardin du train des pignes. Tout avait pourtant bien débuté, nous étions enthousiastes et allions enfin régler le problème du stationnement au centre du village, au bénéfice des commerçants qui animent la rue centrale et la place des Palmiers. Nous avons donc écouté les multiples conseillers en sécurité qui, avant même l’arrivée de la première pelleteuse, nous ont fait interdire l’accès de ce parking, couper les arbres qui allaient gêner les manœuvres et déposer l’éclairage public. L’entreprise mandataire vint clôturer l’emprise du chantier, y déposer sa base vie et les mois passèrent rapidement… sans que rien ne se passe. Oh, nous ne sommes pas restés les bras ballants, mais la réglementation draconienne s’imposa à nous, avec une étude approfondie du sol et de ses alentours. Les demandes de l’entreprise devinrent plus pressantes. Le prix demandé dépassait 3 millions d’ € , alors que F'Cérémonie des voeux 2 0 2 tqam'.1 nous avions signé à 1,9 million. Nous ne sommes pas arrivés à nous mettre d’accord, l’entreprise étant incapable de réaliser ce parking au prix convenu. Nous lui avons demandé de nous rendre les lieux. Naturellement, l’entreprise n’était pas contente, et devait avoir l’habitude de traiter avec des municipalités qui acceptent des augmentations délirantes. Elle a fini par partir… mais nous n’avons toujours pas de parking » ! UN BOUT DE PLAGE POUR LES CHIENS Puis, Bernard Jobert a évoqué un autre sujet qui l’a laissé amer, tant la conclusion n’a pas été satisfaisante  : « Je veux parler de la plage accessible aux maîtres accompagnés de leurs chiens. Devant la menace de voir supprimer le Pavillon bleu, hissé dans notre commune depuis tant d’années, et l’amorce d’un nouveau contentieux dans lequel voulait nous entraîner l’avocat d’une association bien connue dans le golfe et amie de mon collègue Roland Bruno, au prétexte que les chiens étaient vecteurs de maladies tellement incroyables qu’elles devaient être très graves, nous avons renoncé mais je n’en suis pas satisfait. Il n’y a pas de bonnes raisons qui interdisent l’accès total des chiens accompagnés à la plage, alors que les maîtres ne peuvent pas les laisser dans leur voiture ou dans leur chambre d’hôtel. Cela revient à interdire l’accès de nos plages aux Français accompagnés de leur ami préféré. Nous sommes arrivés, pourtant, à autoriser les naturistes à pratiquer la baignade nue dans une petite crique à Briande… On devrait tout de même arriver à trouver un petit bout de plage pour les chiens sans que cela ne gêne personne… Et puis, on ne peut pas m’accuser de faire de l’électoralisme, car il semble bien que les chiens ne votent pas » ! SUR COURANT ALTERNATIF Poursuivant son discours, le maire a reconnu avoir une autre épine dans le pied  : les éclairages de Noël. 25 « Je rêve d’une ville où le maire appuie le 1er décembre sur un bouton et que la magie s’installe dans sa ville pour les fêtes. Eh bien non ! À La Croix Valmer, malgré une longue préparation des services, électriciens, manutentionnaires, chauffeurs de nacelle, malgré tout un travail acharné, quand on appuie sur le bouton, la moitié de la ville seulement s’allume. Et quand on ré-appuie, l’autre moitié s’éteint et une autre se rallume. Vous suivez ? Nous sommes vraiment, et ce n’est pas une blague, sur courant alternatif. Alors on me dit, comme dans beaucoup d’autres domaines, que l’on n’a pas mis assez de moyens, mais je me demande comment font les autres, et je finis par être jaloux. Attention, je ne veux accuser personne, et s’il y a un responsable, il est devant vous. Il va vraiment falloir que je m’améliore dans bien des domaines ! J’ai d’autres sujets comme ça, mais je vais peutêtre les garder pour les vœux de 2026 » ! HUMILITE, ECOUTE ET SIMPLICITE « Chers amis, ne soyons pas frustrés  : il reste tant à faire pour la future équipe municipale que c’est plutôt réjouissant, même si cela dépend de quel côté on se place ! L’avenir de notre commune, je l’espère, s’inscrira dans une certaine continuité, faite d’humilité, d’écoute et de simplicité. Si La Croix-Valmer est une commune attractive, dynamique et agréable à vivre, faisons tout pour qu’elle le reste. Attention, je ne suis pas là en train de faire un meeting de campagne. Je reste dans les limites fixées par la loi. Je ne dis rien, je pense à voix haute. Et vous m’entendez. Je forme simplement le vœu que toutes celles et tous ceux qui vont se présenter au mois de mars aient en commun la passion qui doit habiter tout élu local, car dans ce monde où règnent les difficultés, la violence et l’individualisme, apporter un peu d’aide, de paix et de solidarité, c’est déjà beaucoup. Et, en concluant son intervention le premier magistrat a lancé un message de paix  : « Être à l’écoute. Soutenir. Offrir des perspectives. Faciliter la vie. C’est simple à dire, mais plus compliqué à mettre en œuvre. Je m’y suis efforcé, avec mon équipe, pendant cinq ans, et j’ai y pris beaucoup de plaisir. En cet instant, je tiens à remercier tous les Croisiens avec qui j’ai travaillé, dialogué, construit, argumenté. Sans les habitants de cette commune, nous autres élus, nous ne serions rien. C’est avant tout à eux, à vous, que l’on doit penser à chaque minute de notre action, et y compris ce soir, pour cette cérémonie des vœux. « Hier n’est plus, demain n’est pas encore. Nous n’avons qu’aujourd’hui. Commençons ». Attention, c’est une citation, ce n’est pas un programme électoral. Et c’est signé Mère Teresa. Croyants ou pas, que son message de paix soit le dénominateur commun de cette cérémonie des vœux 2020 ». Photo CM. Janvier 2020 - #99



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :