La Gazette du Var n°99 15 jan 2020
La Gazette du Var n°99 15 jan 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°99 de 15 jan 2020

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : interivew de Claude Ponzo.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 Méditerranée Porte des Maures - Vœux 2020 Bormes-les-Mimosas François Arizzi  : « Bormes-les-Mimosas est une commune tournée vers l’avenir » C’est devant un gymnase comble, plus de 1300 personnes présentes sans compter les internautes qui ont suivi la cérémonie en live FACEBOOK, que le maire François Arizzi et le conseil municipal de Bormes-les-Mimosas présentaient leurs vœux à la population. Lumières, musique, projections de films et de diaporama, la soirée s’est déroulée, comme chaque année, dans une ambiance moderne et conviviale. Après une entrée en scène avec les enfants du Conseil Municipal des Jeunes, François Arizzi a débuté son discours au cours duquel il a souligné les temps forts de l’année 2019. UNE ANNEE RICHE EN REALISATIONS En 2019, de nombreux travaux ont ainsi égrenés la vie à Bormes  : couverture du stade, travaux d’assainissement vers la Verrerie, renouvellement des bornes incendies dans différents secteurs, travaux de renforcement de la digue du port, réaménagement complet de la traverse des Asphodèles, réhabilitation du centre technique municipal, réhabilitation du mur de la grotte fleurie, travaux du multi-accueil, jardins du musée, réhabilitation de Notre-Dame-de- Constance, palmeraie de la Favière, travaux de la salle de fête bientôt terminés, seconde boucle du souffle d’art, City Stade… Puis, le maire a insisté sur un dossier, impactant le bassin de vie et la sécurité des biens et des personnes  : « Le recalibrage du pont du Batailler sur l’avenue Auriol va permettre aux eaux de pluies et de ruissellements de s’écouler plus facilement vers la mer et d’éviter, ou tout au moins d’atténuer, je préfère rester prudent en la circonstance, les graves inondations que l’on a connu. Le risque zéro n’existera jamais. En un mandat, grâce à l’insistance des maires du Lavandou et de Bormes, et surtout au respect par Marc Giraud, le président du Conseil Départemental, des engagements qu’il avait pris lors de son élection en 2015, ces deux ponts attendus depuis des décennies ont pu être recalibrés. Au-delà, les travaux sur nos cours d’eau vont continuer sur d’autres secteurs dans le cadre de ceux définis dans le PAPI intercommunal ». VILLE DE LABELS « En 2020, nous fêtons les 50 ans de l’obtention sans discontinuer de ce Graal du fleurissement. Pour bien appréhender le niveau d’excellence que revêt cette 4ème fleur, sachez qu’en France, seules 257 communes sur plus de 36 000 ont ce précieux label, dont uniquement 4 dans le Var. Mais à Bormes, faire comme les autres ne nous intéresse pas, ce que nous voulons, c’est faire encore mieux. À ces 50 ans de 4 fleurs, il faut ajouter le Grand Prix National du Fleurissement, la médaille d’or au Concours Européen des Villes et Villages Fleuris, la « Fleur d’Or », le titre de meilleur jardinier décerné à Gilles Augias en 2019 par le comité des villes et villages fleuris. Et, comme Bormes-les-Mimosas est unique Janvier 2020 - #99 et toujours tournée vers l’avenir, nous avons obtenu en 2015 la distinction enviée de « Jardin Remarquable » pour le parc Gonzalez. Seuls 400 jardins en France ont ce prestigieux label ». BORMES, UNE VILLE DYNAMIQUE Le premier magistrat a également évoqué les labels qui viennent confirmer la recherche d’excellence de la commune  : Bormes, ville connectée auréolée de ses 4@ pour sa première participation au label ville internet en 2019 qui espère remporter la 5ème et dernière dans quelques semaines. Mais également le Pavillon Orange avec trois étoiles, le maximum pour une première participation à ce label qui évalue les pratiques en termes de protection des populations. Sans oublier la certification port actif en biodiversité, unique en Europe ! À noter encore en 2019, de nombreuses innovations avec des actions comme les « Jeudis de l’emploi », le budget participatif, le développement des boîtes à livres, la visite virtuelle du fort de Brégançon, les ateliers participatifs, les grands débats, les votes en ligne, la seconde boucle du souffle d’art, etc. Bormes-les-Mimosas est une commune fortement engagée dans l’échange, le partage et la consultation. BORMES, UNE VILLE ENGAGEE « Autres moments forts et citoyens  : la pose de l’arbre de la laïcité à l’école primaire ; ou encore l’adhésion à la charte sans plastique. (…) Dans la continuité de ses actions en matière de préservation de son patrimoine naturel d’exception, Bormes-les-Mimosas a adhéré à la charte « Plage sans plastique », mise en place par le Ministère de la Transition écologique et solidaire. À la mi-octobre, de nombreux Borméens et habitants du bassin de vie ont participé à une grande Journée du patrimoine naturel ». Concernant les dossiers d’urbanisme, François Arizzi a tenu à faire une mise au point sur le dossier des constructions en cours  : « Le chantier du Clos Charlot a été stoppé pendant quelques mois. Non, cela ne nous a pas convenu et nous l’avons fait savoir au bailleur social. Les travaux ont repris et les bâtiments seront prêts à être occupés en juin prochain. Certains, comme s’ils découvraient le projet, ont tenté de créer une polémique stérile qui n’avait pas lieu d’être. C’est surprenant, ce n’est pas comme si le projet n’avait jamais été débattu, ni présenté, ni voté… à l’unanimité d’ailleurs, ou qu’il n’y avait pas eu de concertation ». Il ajoutait  : « 30 logements à la location, 32 en accession à la propriété. Pouvoir loger les Borméens était un engagement fort, peu importe les critiques de circonstance, nous sommes très fiers de l’avoir tenu, nous sommes fiers de pouvoir permettre à ces jeunes, à ces familles, à ces couples de pouvoir rester vivre à Bormes, le plus beau village de France ». QUARTIER DE LA GARE Le maire est également revenu sur les aménagements du quartier de la gare  : « C’est très surprenant que l’un des rares dossiers qui semblent m’être reprochés de manière récurrente durant ce mandat, soit celui où ma responsabilité de maire n’est pas engagée. Cela me semble rassurant quant à la pertinence de notre action, surtout lorsque l’on recense tout ce que nous vous avons proposé depuis 6 ans. Je ne vais pas refaire ici toute l’histoire de ce PAE, dont l’origine remonte en fait au vote du Plan d’Occupation des Sols de 1989, il y a 30 ans. Le PLU est validé, les permis sont purgés de l’ensemble des recours, le maire applique donc la loi, c’est son devoir et son obligation. C’est aussi simple que cela. Ceux qui vous disent le contraire sont des menteurs. Durant ce mandat, nous n’avons pas ouvert un seul mètre carré à l’urbanisation. Même pas un ½ mètre ». BIEN-VIVRE ENSEMBLE Pour le maire et l’équipe municipale, le plus important reste le plaisir de vivre ensemble  : Visite officielle du président de la République pour la libération de la commune, présence de l’ambassadeur d’Argentine à la commémoration d’Hippolyte Bouchard, visite du chef d’Étatmajor de la Marine Argentine, etc, autant de temps forts qui, en plus des grands rendezvous traditionnels, ont marqué l’année. Et pour donner à voir et à ressentir ce bonheur de vivre à ÉÉ En 2020, nous fêtons les 50 ans de l’obtention sans discontinuer de ce Graal du fleurissement ii Bormes-les-Mimosas, deux films ont parachevé la soirée. Le premier retraçait la première édition d’Escapade Gourmande, plein de dynamisme et de bonne humeur. Le second, une chanson écrite et interprétée par les résidents de la maison de retraite, clamait combien ils sont heureux dans leur « maison de vie ». Un moment plein d’émotions avant, pour le maire, de conclure cette soirée. « Bormes est une commune protégée, à taille humaine. Faisons la ensemble évoluer vers le projet d’un territoire durable, privilégiant le bienvivre ensemble. C’est l’enjeu de demain, c’est aujourd’hui qu’il se décide ». FIER D’ETRE BORMEEN ! « Je suis heureux, heureux et fier quand je vous regarde car nous savons être unis, forts et solidaires dans l’adversité, face aux incendies, aux inondations, aux difficultés de la vie. Les 6 ans que je viens de passer à vos côtés ont été parmi les plus intenses de ma vie, d’autant que j’y aurai connu deux fois la joie de devenir grand-père. 6 ans de travail, 6 ans de proximité, 6 ans de solidarité, 6 ans de dynamisme, 6 ans d’exemplarité, 6 ans de bonheur, 6 ans à votre service. Je suis heureux et fier d’être Borméen, heureux et fier d’être votre maire », a conclu François Arizzi. Photo Alain BLANCHOT Retrouvez la vidéo du discours sur la page FACEBOOK « Bormes les Mimosas ville officielle ».
MM ÉÉ ÉÉ ÉÉ 23 Méditerranée Porte des Maures - Vœux 2020 Le Lavandou Gil Bernardi  : « Le Lavandou est en plein développement économique » À l’occasion de la traditionnelle cérémonie des vœux, le lundi 6 janvier à l’Espace Culturel, Gil Bernardi, maire du Lavandou, s’est félicité de la bonne santé économique de la ville. Il a notamment déclaré  : « À ce succès indéniable, j’ajouterai l’essor économique du Lavandou, mis en évidence par l’augmentation du produit de la taxe de séjour, l’indicateur le plus sûr de notre fréquentation touristique qui a évolué de 500 000 à 800 000 € de 2018 à 2019. Et le doublement de celui des droits de mutation sur 3 ans. Est-ce là le signe d’une station balnéaire qui s’essouffle, d’une commune en baisse d’attractivité ? Je ne crois pas. Bien au contraire, nous sommes en plein développement ». Le Lavandou est, je le crois, je l’affirme avec conviction, raisonnablement mais résolument tourné vers le succès En conclusion de son intervention, il a, également, confirmé sa candidature à la prochaine élection municipale  : « Le Lavandou est, je le crois, je l’affirme avec conviction, raisonnablement mais résolument tourné vers le succès, géré avec un soin attentif, dans un souci de proximité au quotidien et l’esprit de dépassement en plus. J’ai foi en Le Lavandou et j’ai confiance dans les capacités de ce pays. Je le connais. Ses habitants aussi. Je ne revendique que le crédit « d’aiguilleur des cigognes ». Pour le père et le jeune grand père que je suis, un peu gâteux de ce petit bébé qui viendra bientôt, je l’espère, étoffer lui aussi les effectifs de nos écoles, attentif au bonheur de ma famille comme à celui de la grande famille Lavandouraine. Pour toutes ces raisons, pour toute cette passion et parce que je vous ressemble, je ne me présenterai pas en mars prochain mais je souhaite vous représenter aux élections municipales ». RAYONNEMENT INTERNATIONAL (…) Auparavant le premier magistrat lavandourain a rappelé son optimisme  : « Dans une cité où vit la différence, où chaque être compte, comme une âme irremplaçable, où l’indifférence n’est pas de mise et la solidarité, la convivialité et l’amitié prévalent, comme des valeurs sûres (…). De pouvoir manifester vos souhaits lorsque cela ne va pas, mais aussi de continuer à partager vos joies et votre amour pour Le Lavandou. De ne jamais succomber aux sirènes de la sinistrose que certains érigent pour servir leur médiocre ambition personnelle et ainsi de ne pas faire partie de ces personnes, qui selon le démographe, Hervé Le Bras « se sentent mal dans une France qui va bien ». Et dans ces vœux de bonne année 2020, je n’oublie pas ceux qui nous ont quittés ou qui souffrent, et pour lesquels nous avons ensemble une pensée particulière, toute empreinte d’une affection intacte. Des vœux de réussite pour Le Lavandou, dont le rayonnement international assure la prospérité ». INVERSION DE LA COURBE DE LA NATALITE Avec tendresse, le maire a également eu une pensée pour les 53 petites Lavandouraines et petits Lavandourains, « qui nous ont rejoints dans notre communauté chaleureuse, pour la projeter dans l’espoir d’un avenir heureux et pour lesquels chacune et chacun d’entre nous s’est ingénié, à sa manière à réserver la meilleure place et le plus beau des accueils. Ces 53 bébés, tous plus beaux les uns que les autres, combien ils ont eu raison de choisir Le Lavandou ! Nous les attendions avec impatience, pour babiller dans nos crèches, pour faire enrager leurs maîtresses dans nos écoles toutes pimpantes et peupler ces appartements toutneufs à loyer aidé ou à prix modéré, conçus Dans une cité où vit la différence, où chaque être compte, comme une âme irremplaçable, où l’indifférence n’est pas de mise et la solidarité, la convivialité et l’amitié prévalent, comme des valeurs sûres pour eux et leurs parents... D’autant qu’ils vont bientôt découvrir la chance insolente, le privilège, qui est le leur, d’avoir quitté leur rose ou leur chou, pour grandir et s’épanouir sur cette terre d’exception. Où leurs aînés ont mis tant de cœur et d’ardeur, à préserver une nature d’une rare beauté et à les voir se réaliser dans un cadre de vie incomparable. Meilleurs vœux à vous tous, donc, et un grand merci à ce vol de cigognes providentiel, si généreux l’an passé, que nous appelions de tous nos souhaits et qui s’est arrêté, comme par enchantement, sur la douce commune du Lavandou. Pour y déposer délicatement tant de graines d’espérance. (…). Cette inversion de la courbe de la natalité est un effet bénéfique. Ce n’est pas le dérèglement climatique qui a dérouté et désorienté nos échassiers migrateurs de leur trajectoire traditionnelle ! C’est une planification. Chaque petit trésor a droit à toutes nos attentions. À une protection de tous les instants, à des locaux magnifiques, à l’achat de fournitures scolaires à la hauteur de 50 € par enfant, de 30 € par enseignant, auxquels s’ajoutent 200 € de crédit de direction et 300 € de crédit par école. Et encore à la prise en charge par la commune des deux tiers de la cantine scolaire et des sorties à la neige, de 60% du montant de l’abonnement aux transports scolaires pour chaque famille. Aucun n’a été laissé sur le bord de la route et ne le sera jamais ». 225 HABITANTS EN PLUS Plus qu’à de grands équilibres budgétaires, à des virevoltes de millions qui donnent le tournis, Gil Bernardi croit à des gestes simples, à des actions concrètes, pour tous ces petits qui sont le Lavandou de demain  : « Des aides publiques, mais pas seulement. Car les associations soutenues par la commune, si actives, si nombreuses, ont tant à apporter à ces jeunes. Elles épaulent l’action municipale au travers du sport, de la culture, des loisirs...tant d’horizons ouverts à notre jeunesse grâce au bénévolat. Là voilà notre force  : cette nuée de petites frimousses, ces 53 bambins de 2019, c’est une véritable chance pour le Lavandou, qui vient de recenser 6047 habitants, soit 225 de plus qu’au 1er janvier 2019. Si des familles viennent s’installer au Lavandou, ou décident d’y rester ou encore d’y revenir, grâce à notre politique de logement, c’est parce qu’il y fait bon vivre, qu’elles y ont trouvé des atouts propices à leur épanouissement, un accueil, des équipements, des services, un art de vivre qui dépassent de très loin l’allocation du cadeau de naissance de 100 € . Des écoles proches, dans les quartiers, une nouvelle micro-crèche qui s’ajoute à la première dont la capacité est déjà passée de 36 à 40 enfants. Les familles découvrent la rénovation de la promenade du front de mer, ses massifs paysagers alternant avec les sables ocres, ses chaises multicolores, la mutation du centre commercial du port, les plantations d’arbres fruitiers par nos enfants sur les restanques de Saint Clair, avec leur historique Noria. De jolies promenades en perspective » ! Meilleurs vœux à vous tous, donc, et un grand merci à ce vol de cigognes providentiel, si généreux l’an passé ÉÉ CINEMA ET POLE DE MUSIQUE ET DE DANSE « Et le cinéma, tant attendu, qui sort de terre, ce projet de 4 millions d’ € , sans recours à l’emprunt et financé avec plus de 63% d’aides extérieures, participe à cet attrait. Cet équipement nous rapportera un loyer, les estimations de sa fréquentation sont prometteuses. Nous pourrons alors voir sur grand écran les tournages effectués au Lavandou celui qui débute en avril prochain ! Le dernier né de nos équipements, le Pôle de Musique et de Danse, mérite que l’on s’y attarde un instant. Certains ont déjà visité ce nouveau lieu ouvert à la culture, la danse, la musique, le bien être. Bien d’autres le découvriront dans les prochaines semaines. Ce bâtiment, éco-responsable, est traversé par la lumière naturelle grâce aux grandes baies vitrées, capables de maintenir une température ambiante par ventilation passive, mais doté d’un système de climatisation réversible pour faire face aux variations de température plus importantes. Équipé d’un toit végétalisé pour une meilleure intégration paysagère et de panneaux solaires, le Pôle de Danse et de Musique a été pensé pour que la consommation en énergie soit minimale. Et le défi est relevé puisque ce bâtiment produit plus d’énergie qu’il n’en consomme » (…). Photo Francine MARIE Janvier 2020 - #99



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :