La Gazette du Var n°99 15 jan 2020
La Gazette du Var n°99 15 jan 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°99 de 15 jan 2020

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,7 Mo

  • Dans ce numéro : interivew de Claude Ponzo.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 Métropole - Vœux 2020 Hyères Jean-Pierre Giran  : « Que le débat se fasse dans la sérénité et le respect réciproque » À l’occasion de la cérémonie des vœux, devant plus de 2 000 personnes réunies à l’Espace 3000, le samedi 4 janvier, Jean-Pierre Giran a prononcé un discours rassembleur avant le grand rendez-vous de mars 2020, ne faisant ni bilan de son mandat, ni la présentation des projets pour la ville, comme la loi électorale le lui impose. Mais, à quelques semaines des élections municipales, une seule chose lui importe  : « Mon seul vœu est que le choix qui sortira des urnes soit le plus clair possible dans la sérénité et le respect réciproque des candidats ». Le premier magistrat de Hyères n’a pas caché que cette cérémonie des vœux revêtait un caractère un peu particulier  : « Nous sommes dans une phase intermédiaire, cette période avant les élections municipales. Je forme le vœu qu’à l’occasion de ce rendez-vous électoral, le débat soit nourri mais respectueux », a-til souhaité devant de nombreux élus locaux dont Jean-Louis Masson, député de la 3ème circonscription, François de Canson, maire de La Londe-les-Maures, Christian Simon, maire de La Crau, et des représentants des autorités civiles et militaires. DECLARATION D’AMOUR À LA VILLE Telle une déclaration d’amour à la ville, le premier magistrat de Hyères a lancé  : « Nous avons une ville qui possède tous les dons, qui compte des espaces naturels exceptionnels des Îles d’Or à la Vallée de Sauvebonne en passant par les Borrels et la presqu’île de Giens, un potentiel agricole N°1 pour l’horticulture et la fleur coupée, un patrimoine incroyable. La ville est parée de tous les dons et de toutes les vertus. Et, j’ai essayé avec mon équipe qui est aujourd’hui autour de moi, de la servir le mieux possible. Bien sûr, il Janvier 2020 - #99 existe des différences. L’opposition a une vision différente et c’est très bien. Car, on sait que de l’ennui naît l’uniformité (...) ». Au terme de ces 6 années de mandat, Jean- Pierre Giran en a profité pour remercier l’équipe majoritaire  : « Jamais une voix n’a manqué. Je souhaite dire un mot sur les adjoints spéciaux qui assurent la continuité républicaine dans toutes les fonctions municipales (...) ». « Je remercie également mes oppositions. Certes, parfois nous avons eu des échanges virils pour employer un terme sportif. Nos débats furent nourris. Mais, les critiques, les suggestions nous obligent à améliorer notre réflexion (...) ». « Je remercie également ceux qui ont représenté la Ville de Hyères  : le personnel communal et métropolitain, le CCAS, tous ont servi avec passion sinon engagement l’intérêt général (...) ». RIGUEUR BUDGETAIRE Dans son allocution, le maire a évoqué le passage à la Métropole, le 1er janvier 2019  : « Avec le passage à la Métropole, les compétences sont très partagées entre la Ville et la Métropole. Beaucoup d’employés municipaux ont été transférés à la Métropole. Aujourd’hui, les choses prennent leur chemin de croisière. Mais, le personnel transféré à la Métropole est considéré comme les autres personnels restés à la Ville (...) ». Abordant la question financière, Jean-Pierre Giran n’a pas occulté les difficultés dont souffrent la plupart des collectivités locales  : « Les contraintes financières sont là. On ne peut pas embaucher comme on le voudrait car il faut tenir la rigueur budgétaire indispensable. Polémiquer sur les fonctionnaires est parfois un peu à la mode ou de critiquer le service public ! Pourtant, il y a des entrepreneurs dans le service public. Comme dans le secteur privé (...) ». « Je remercie également les représentants syndicaux car toutes les décisions que nous avons prises avec eux l’ont été à l’unanimité (...) ». « Je remercie également les services de l’État, la Préfecture, le Secrétaire Général, la DDTM et l’Architecte des Bâtiments de France. Je ne fais pas ces remerciements par complaisance. Leur place dans la vie municipale n’est pas toujours très facile. Mais, j’ai constaté une volonté d’adaptation dans la mise en place des politiques publiques (...) ». CONTRAINTES FORTES Ainsi, le maire a cité le cas de la loi SRU qui impose la construction de 25% de logements sociaux sur la commune. Mais ce qui est possible en région parisienne ou dans le Nord de la France ne l’est pas forcément, ici, à Hyères ! « Cette contrainte, qui fait que la loi est la même sur tout le territoire français, il faut l’adapter (...) » ! Il a évoqué le « contrat Cahors ». En effet, en 2017, dans le cadre de la Conférence nationale des territoires (CNT), le Gouvernement a proposé une hausse maîtrisée des dépenses de fonctionnement des collectivités (+1,2% par an) sur la mandature pour les 322 collectivités pesant le plus dans la dépense publique locale. Discuté et élaboré à Cahors lors de la Conférence nationale des territoires, ce dispositif a été approuvé par le Parlement et validé par le Conseil constitutionnel en janvier 2018. « Compte-tenu du Glissement Vieillesse Technicité (GVT) qui augmente de 2% par an et de la hausse des prix, c’est une contrainte forte que nous respectons. Mais, le respect de ce contrat nous a empêché d’améliorer les services publics (...) », a constaté, avec regret, Jean-Pierre Giran. Puis, l’élu a cité une série de contraintes qui pèsent sur la gestion de la ville (porté à connaissance incendie, inondation, submersionmarine, loi littoral, service radioélectrique de l’aéroport, aire de valorisation de l’architecture et du patrimoine)  : « Nous sommes parfois dans le paradoxe et il y a donc une nécessité de trouver un équilibre (...) ». Il ajoutait  : « Sans oublier l’état d’urgence qui impose des fan-zones, la fouille des familles. Le danger est toujours présent comme viennent de nous rappeler les événements de ces dernières heures en région parisienne. Malgré tout, merci aux services de l’État car ils font preuve de compréhension (...) ». PAS QUESTION DE VIVRE À CREDIT « Le contexte est tendu. C’est vrai pour les entreprises, c’est vrai pour les collectivités, c’est vrai pour l’État. Pour autant, il faut gérer la ville en bon père de famille car il n’est pas question de vivre à crédit. La Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) a baissé depuis 2013. Cela a coûté 24 millions d’ € à la commune de Hyères. Il y a eu aussi des réductions pour les emplois aidés. Le Gouvernement va supprimer la taxe d’habitation. C’est une très bonne chose mais une inquiétude demeure sur les modalités de compensation de cette suppression par l’État (...) ». Dans ce contexte financier tendu, Jean-Pierre Giran a salué la collaboration des autres collectivités (Métropole, Département, Région)  : « Nous avons convaincu la Métropole de financer des opérations d’intérêt communautaire. Le Département nous aide également. Et, nous avons su convaincre la Région de nous apporter des financements dans le cadre du CRET ce qui a permis d’assurer des revenus importants à la ville (...) ». Et, s’adressant au public présent à l’Espace 3000, Jean-Pierre Giran a rappelé les enjeux des prochaines élections municipales  : « Dans 8 semaines, vous allez définir le destin de votre commune. Mon seul vœu est que le choix qui sortira des urnes soit le plus clair possible dans la sérénité et le respect réciproque des candidats ». Gilles CARVOYEUR REPERE DE STABILITE Jean-Pierre Giran a réaffirmé sa confiance en l’avenir  : « Le passage à une nouvelle année est, pour chacun d’entre nous, celui de tous les espoirs. Dans un monde souvent incertain, dans une société souvent divisée, je forme le vœu que notre ville d’Hyères constitue pour vous, chaque jour davantage, un repère de stabilité, l’espoir d’un destin commun ; qu’elle sache proposer à notre jeunesse un avenir lui permettant de réaliser ses projets et ses ambitions ; qu’elle renforce encore en 2020 les liens humains et la solidarité nécessaires à ce que personne ne soit laissé au bord du chemin du progrès. Soyez unis, car c’est unis que nous serons plus forts et plus heureux ».
Vallée du Gapeau - Vœux 2020 La Farlède Raymond Abrines  : « Savourons notre chance, sans pour autant oublier les difficultés » Décembre vient de s’achever sur les traditionnelles festivités de fin d’année et les moments forts qu’est la coutumière et attachante fête de Noël en famille qui nous réchauffe le cœur. Et, pour Raymond Abrines, le maire  : « Janvier commence en même temps que son agréable cortège de célébrations diverses et, bien sûr, avec cette habituelle et bien sympathique cérémonie des vœux. Cette partie de l’année est, selon chacun, un temps de rassemblement ou un temps de paix. C’est aussi l’occasion de se faire plaisir en famille ou entre amis en échangeant des cadeaux ou par tout autre moyen qui permettent d’oublier les soucis quotidiens. C’est encore le moment propice pour mettre de côté certaines brouilles, petites ou grandes, que beaucoup de familles rencontrent un jour. La vie est trop courte pour la laisser passer en conflit. Faut-il rappeler que l’on désigne habituellement cette période de cette fin d’année comme la trêve des confiseurs ? Ce temps est particulièrement favorable pour revivre les bons souvenirs de l’année écoulée et pour se remémorer les instants de joie ». HOMMAGE AUX SOLDATS Mais ce début d’année est aussi et souvent favorable aux bonnes résolutions, aux projets de toutes sortes, comme le pense le docteur Abrines  : « Malgré tous ces bonheurs en perspective, il est impossible de ne pas se souvenir des bouleversements qu’a subi notre planète ces derniers temps  : cyclones tremblements de terre, inondations, catastrophes en tout genre ou encore les guerres qui ravagent trop de pays. Rendons un hommage à nos 13 soldats tués au Mali en novembre dernier. De même, on ne peut passer sous silence les difficultés économiques et sociales liées à la crise. Les accidents de la vie, je pourrais en citer beaucoup d’autres. Mais à quoi bon ? Il est à mon avis plus important d’avoir une pensée sincère pour tous ceux qui ont souffert ou souffrent encore de ces situations. Nous devons être conscients du bien être ClepeOisc-beQue ecizekA (De- rAneoe CINeCOA eXPOSK-ION CDUSIQUE St pArgici Programme disponible sur www.lafarledeir Service culture Médiathèque Eurêka  : 04 94 20 77 30 mediathequelafarlede.fr Men  : 14h118/1. Mer (et vend 94112h-144118h _feue,  : /6h/18ir 5.1rnen`i  : 10411,511 McJixch Eurêka LA FARLEDE 19 que nous connaissons de ne pas avoir été les victimes directes de ces désordres planétaires et de ne pas trop pâtir de la crise qui est bien là. Cela devrait nous permettre de relativiser certains petits problèmes qui nous agacent parfois. Savourons notre chance, sans pour autant oublier ». Aussi, il faut reconnaître que le peuple français se montre toujours généreux lorsqu’il est appelé au secours des victimes ou lorsqu’il participe aux œuvres caritatives. « Cela mérite d’être souligné », constate le premier magistrat qui ajoute  : « Ainsi, l’année nouvelle pointe à l’horizon et avec elle arrive le moment des vœux, tradition bien agréable puisqu’on ne souhaite que de bonnes choses ». « Laissez-moi alors vous souhaiter au nom de la municipalité et à mon nom propre une bonne et heureuse année 2020 pour vous-même, vos proches et tous ceux qui vous sont chers. Qu’elle soit pleine de joie et vous apporte santé, bonheur et réussite. Que la devise « bien vivre au pied du Coudon » s’applique à chacune et chacun d’entre vous », conclut le maire. Janvier 2020 - #99



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :