La Gazette du Var n°96 1er déc 2019
La Gazette du Var n°96 1er déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°96 de 1er déc 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 12,8 Mo

  • Dans ce numéro : interview de Jeanne Manson.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Département Chambre d’Agriculture du Var François de Canson  : « La Région est aux côtés des agriculteurs » Le 18 novembre, la session de la Chambre d’Agriculture du Var, présidée par Fabienne Joly, se tenait à La Londe-les-Maures, en présence de nombreux représentants du monde agricole dont Max Bauer, vice-président national de la Coordination Rurale et Philippe Vitel, vice-président du Conseil régional et président de la Société du Canal de Provence. Pour la première fois depuis 15 ans, La Londe-les-Maures accueillait les représentants du monde agricole varois dans le cadre d’une session délocalisée de la Chambre d’agriculture. Représentant le président Muselier, François de Canson a rappelé l’importance du rôle que jouent l’agriculture et les agriculteurs dans la vie des territoires. Il a, notamment, déclaré  : « Ce rôle dépasse toutes les statistiques  : notre agriculture, c’est d’abord une part de notre identité à tous, par le passé commun auquel elle nous renvoie et par les traditions qu’elle porte en elle jusqu’à nos jours. Et, cette part de notre identité vit et se perpétue grâce à vous et à votre travail ». Puis, il a ajouté  : « Les défis à relever sont nombreux. Je pense, à l’avenir face à la concurrence internationale dans un monde troublé, mais aussi et surtout à la situation et au bien-être des agriculteurs de tous âges. Face à ces défis, sachez que vous pouvez compter sur nous pour les relever avec vous, à vos côtés. Provence-Alpes-Côte d’Azur ne serait pas la plus belle région du monde sans son agriculture ! Pour conclure, je voudrais vous féliciter pour la qualité du dialogue que notre Collectivité entretient avec votre institution. Depuis votre élection, nous n’avons cessé d’échanger, de partager des projets, de trouver des solutions, sur des sujets parfois difficiles que nous avons pu résoudre par des relations franches, régulières et constructives. Quand les élus et les représentants du monde agricole travaillent dans une telle relation de confiance, les résultats ne peuvent que suivre ». Le point avec François de Canson, maire de La Londe-les-Maures, président de la Méditerranée – Porte des Maures et conseiller régional. Station balnéaire, La Londe-les-Maures reste aussi une terre agricole ? François de Canson. Je peux vous l’affirmer. Nous comptons près de 100 exploitations agricoles sur notre commune. La production viticole domine l’ensemble du territoire communal. Celle-ci représente plus 75% de la SAU et compte une trentaine de domaines viticoles dont les superficies dépassent plusieurs dizaines d’hectares. Les domaines viticoles, qui s’étendent sur plus de 16% du territoire, développe une offre qualitative couronnée par l’AOC Côtes de Provence La Londe et ont diversifié leur activité, via l’oenotourisme notamment. Décembre 2019 - #96 Au-delà de la production viticole, y a-t-il d’autres filières ? FdC. Oui. Notamment l’oléiculture qui n’a cessé de progresser. Trois domaines avec leurs moulins sont situés sur la commune et produisent des huiles dont une partie est labellisée « AOC huile de Provence ». Et, l’activité horticole et le maraîchage se maintiennent sur le territoire communal depuis le début des années 80, couvrant 104 ha en 2019. Cette dynamique londaise, mais qui vaut aussi pour les autres communes de l’intercommunalité MPM, est une fierté pour les élus que je représente et qui ne manquent jamais d’être aux côtés des agriculteurs. La Communauté de communes est devenue un acteur du développement économique du territoire. Elle est impliquée dans les actions en faveur de la protection de l’environnement. Ainsi, nous accompagnons, avec la Chambre d’Agriculture, les acteurs agricoles locaux, réunis au sein de l’Association des vignerons « AOC La Londe » dans la démarche innovante en faveur de la modification des pratiques phytosanitaires en viticulture. D’où un projet expérimental ? FdC. Grâce à l’expertise et l’intervention de la Chambre d’agriculture et le soutien de la Communauté de communes, à hauteur de 17 623 € , un projet environnemental expérimental va être mené auprès des 33 domaines de l’association. Il est axé sur deux actions. D’une part, la protection du vignoble contre les ravageurs, et, d’autre part, l’entretien des sols et fertilisation par la recherche d’une sortie du glyphosate. Cette initiative répond aux nouvelles réglementations environnementales qui contraignent le monde agricole à mettre en place de nouvelles pratiques. La Communauté de communes est fière de pouvoir s’impliquer aux côtés des professionnels. Ce partenariat, entre Méditerranée Porte des Maures et la Chambre d’agriculture au bénéfice des agriculteurs du territoire, est soutenu par la Région, à hauteur de 27 112 € . Mais l’action ne s’arrêtera pas là ? FdC. C’est le premier acte d’un partenariat pluriannuel (2020-2023) en cours d’élaboration, MIS qui sera proposé, prochainement, aux élus de la Communauté de communes, afin d’inscrire les six communes du territoire (Bormes-les- Mimosas, Le Lavandou, La Londe-les-Maures, Collobrières, Pierrefeu-du-Var et Cuers) dans un soutien actif de l’agriculture à travers plusieurs actions  : accompagner les viticulteurs dans la transition agroécologique, limiter le ruissellement et l’érosion des sols dans le cadre de l’application du PAPI Côtiers des Maures, élaborer et accompagner le volet agricole du PCAET (Plan Climat Air Énergie du Territoire), favoriser les reconquêtes agricoles, notamment en tant qu’outil de lutte contre le risque incendie et les installations agricoles. Je reste convaincu de la force que représente l’agriculture dans notre département. Vous menez, également, une action au niveau régional ? FdC. Nous poursuivons un même but  : servir une agriculture riche d’une histoire qui lui permet d’affirmer aujourd’hui une identité absolument unique. Nous sommes la 1ère région productrice de rosé au monde, la 1ère région de France pour la production de fruits et légumes et la seule région rizicole de France métropolitaine ! Provence-Alpes-Côte d’Azur, c’est une agriculture d’excellence et des produits d’exception. À la quantité, nous conjuguons la qualité puisque nous pouvons nous affirmer comme la 1ère région bio de France avec 284 produits titulaires d’un label français ou européen. C’est le cas du rosé ? FdC. L’exemple du rosé, dont Provence-Alpes- Côte d’Azur est la patrie ! 1ère région productrice au monde (5% de la production mondiale) avec 6.130 exploitations et 12.410 emplois ! Provence-Alpes-Côte d’Azur peut s’enorgueillir d’une production diversifiée, traditionnelle, à forte identité et d’une qualité incomparable – et cela avant tout grâce au travail et à la passion de ses agriculteurs. L’agriculture est le 2ème employeur de la région avec plus de 20.000 exploitations sur 25% de notre superficie en terre agricole, fournissant 140.000 emplois directs et indirects et générant un chiffre d’affaires de 3 milliards d’ €  ! Elle représente un enjeu absolument capital pour la Région, en tant que collectivité pilote de la stratégie économique pour l’ensemble du territoire régional, stratégie dont elle constitue l’un des axes majeurs. En 2019, la Région Sud a consacré près de 30 M € à l’agriculture et au pastoralisme, auquel il faut ajouter 560 M € , issus du Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural (FEADER) sur la période 2014-2020 ! Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR
Département Hyères Renaud Muselier  : « Un nouveau lycée à Hyères en 2024 » Suite aux inondations survenues entre le 22 et le 24 novembre dans le Var, le Lycée Golf-Hôtel de Hyères a été contraint de fermer ses portes. En visite sur place le 29 novembre, Renaud Muselier, président de la Région, Jean-Pierre Giran, maire de Hyères, Hubert Falco, maire de Toulon et président de la Métropole et Marc Giraud, président du Conseil Départemental, ont constaté l’urgence à déplacer l’établissement dans un lieu plus sécurisé. En effet, lors des dernières intempéries, une partie de l’internat, le gymnase, des salles de cours ainsi que la salle des professeurs ont été touchés, rendant impossible l’accès aux lycéens et au corps enseignant durant plusieurs jours. Mais, le nouvel établissement, attendu depuis de longues années par le personnel, ne pourra ouvrir ses portes que dans 5 ans, c’est à dire en 2024, après les phases administratives et de construction. Un délai jugé trop long par les enseignants, réunis dans la cour de l’établissement. TRANSFERT DANS LE QUARTIER DE L’HOPITAL D’emblée, Renaud Muselier a pris la mesure des attentes des personnels  : « Vous êtes inquiets et cela est tout à fait normal. Aujourd’hui, je suis en mesure de vous annoncer un calendrier. Nous avons fait de l’avenir de notre jeunesse une priorité. C’est pourquoi nous lui consacrons 765 millions d’ € , soit un 1/3 de notre budget. On ne peut pas aller plus vite. Mais, dès maintenant, on va sortir de ce circuit infernal Notre volonté est de proposer les meilleures opportunités aux jeunes, à la fois pendant leurs études mais aussi dans leur vie quotidienne. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, nous comptons 195 000 lycéens, 178 lycées publics et 3 500 agents régionaux des lycées. Nous consacrons 295 millions d’ € à l’éducation en région, soit 1.5 milliard d’ € d’ici 2021. Aujourd’hui, notre priorité est d’accueillir les lycéens dans les meilleures conditions possibles. C’est dans cet axe que nous avons établi un Plan de mise en sûreté des établissements. C’est le cas dans la totalité des départements, même dans le Var, sauf à Hyères ». CONSTRUIT EN 1975 APRES UNE GRANDE CRUE Concernant la relocalisation du Lycée Golf-Hôtel, les crues du Gapeau (1970, 1999, 2011, 2014 et 2019) ont provoqué plusieurs inondations ces dernières années, sans provoquer aucune victime. Pourtant, le président de l’exécutif régional insiste  : « Il y a un an et demi, je vous annoncais que le Lycée Golf-Hôtel allait être reconstruit. Depuis, la localisation précise a été définie avec la Ville de Hyères. En effet, l’acquisition des terrains a été engagée par la Métropole de Toulon et par la Ville de Hyères. Et la Région s’était engagée à soutenir les aménagements routiers nécessaires pour desservir le futur lycée. Il est aujourd’hui temps d’accélérer ». Il a rappelé le contexte historique  : « Ce Lycée de Golf-Hôtel a été construit en 1975 et la première grande crue date de 1970. Depuis, le lycée connaît une crue tous les 3 ou 4 ans. Cela vient du choix de l’implantation, un mauvais endroit. C’est à nous, aujourd’hui, de supporter les conséquences de ce mauvais choix. Pour transférer ce lycée, il nous fallait un terrain disponible pour le reconstruire. Dès janvier 2020, on lancera les études, les travaux seront LES PERSONNALITES PRESENTES Renaud MUSELIER, président de la Région, Hubert FALCO, maire de Toulon, président de Toulon Provence Méditerranée, Jean-Louis MASSON, député de la 3ème circonscription du Var, Marc GIRAUD, président du Département, Jean-Pierre GIRAN, maire de Hyères, François de CANSON, conseiller régional en charge des risques majeurs, Josy CHAMBON, Sandra TORRES et Hélène RIGAL, conseillères régionales. programmés pour 2023 et le nouveau lycée pourra ouvrir ses portes en 2024. C’est le délai le plus court. On ne peut pas aller plus vite. Mais, dès maintenant, on va sortir de ce circuit infernal où personne ne décide et, où, à la sortie, le matériel est détruit ». UN GRAND JOUR POUR LA VILLE DE HYERES De son côté, Jean-Pierre Giran, le sourire aux lèvres, était heureux de l’annonce de cette bonne nouvelle aux personnels et enseignants du lycée, venus, en grand nombre, écouter les élus lors de leurs interventions. Ainsi, le 29 novembre, le Conseil Municipal de Hyères a voté l’achat des parcelles nécessaires à la reconstruction. Pour le premier magistrat de Hyères  : « Après la pluie, le soleil ! Et, je ne parle pas que d’un point de vue de la météo ! Les choses avancent et, cet après-midi, nous allons voter une délibération qui nous permettra de maîtriser l’espace foncier qui accueillera le futur lycée. Une partie appartient à TPM, une autre à la Ville mais la majeure partie du terrain appartient à des propriétaires privés. Il nous a fallu convaincre les propriétaires de vendre à un prix raisonnable. Car, nous voulions restructurer ces parcelles pour que le lycée soit une entité harmonieuse. Aujourd’hui, nous sommes au bout de cette logique. C’est un moment important et je remercie Hubert Falco et Renaud Muselier qui ont été à notre écoute. Et, je sais que je peux compter sur leur 5 engagement total pour transférer le Lycée Golf- Hôtel ». Enfin, durant les quatre ans d’études et de travaux, la Région s’engage à mettre en œuvre des aménagements provisoires pour faire face à une nouvelle crue, « telle la construction d’une digue et d’un bassin de rétention aux dimensions suffisantes pour limiter les effets d’une nouvelle crue ». François de Canson, conseiller en charge des risques majeurs, explique l’intérêt de cette solution transitoire  : « Le but sera d’améliorer le temps d’évacuation nécessaire pour préserver la vie et la santé des lycéens et des personnels ». Pour en fixer les modalités, une réunion s’est tenue en Préfecture le 2 décembre dernier avec les services de l’État. Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR LE CALENDRIER DES TRAVAUX S’ils sont mis à disposition de la Région d’ici juin 2020, voici le calendrier proposé  : - Lancement des études pour définir le programme dès janvier 2020 jusqu’en 2021 pour le concours d’architecte et la désignation de la maîtrise d’œuvre. - Début des travaux en 2022 - Ouverture du lycée pour la rentrée 2024 Ce projet représente un investissement de 47 millions d’ € . Décembre 2019 - #96



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :