La Gazette du Var n°95 15 nov 2019
La Gazette du Var n°95 15 nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°95 de 15 nov 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 15,6 Mo

  • Dans ce numéro : massif des Maures, transition energétique, c'est signé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Région Novembre 2019 - #95 Gendarmerie Nationale Christian Rodriguez, nouveau patron des gendarmes Le 31 octobre, la cérémonie de passation de drapeau de la gendarmerie nationale entre le général d’armée Richard Lizurey et le général de corps d’armée Christian Rodriguez, nouveau Directeur général de la gendarmerie, s’est déroulée dans la cour d’honneur de la direction générale, à Issy-les- Moulineaux. Numéro 2 de l’institution, occupant le poste de major-général, le général de corps d’armée, Christian Rodriguez a été nommé, le 30 octobre en conseil des ministres, au poste de Directeur général de la gendarmerie nationale (DGGN), au rang et appellation de général d’armée (5 étoiles). Âgé de 55 ans, le nouveau chef des 100 000 gendarmes (et 30 000 réservistes) connaît parfaitement l’institution, issu des rangs de l’École des Officiers de la Gendarmerie de Melun. Après une carrière dans la gendarmerie mobile à Dijon et Thionville notamment, il intègre la gendarmerie départementale, en tant que commandant de la compagnie de Pornic. Nommé au sein de la direction générale au poste de chef de la section officier (bureau de la formation du service des ressources humaines), il est admis au Collège Interarmées de Défense et devient officier chargé d’études au Centre de Prospectives de la Gendarmerie Nationale. Puis, de retour sur le terrain, il occupe le poste d’adjoint au commandant du groupement de gendarmerie départementale de la Haute-Savoie. Promu au grade de colonel, il est nommé chargé de mission au cabinet du Directeur général de la gendarmerie. Après un passage en Corse en tant que commandant de région, il est promu général de brigade et conseiller du ministre de l’Intérieur, puis général de division en février 2016. En septembre de la même année, il devient général de corps d’armée, et rejoint la Direction générale, en qualité de numéro 2, au titre de major-général. C’est le 15 octobre que s’est déroulée la cérémonie d’adieu aux armes du général d’armée Richard Lizurey, Directeur général de la gendarmerie, placée sous la double présidence de la ministre des Armées et du ministre de l’Intérieur. Dans la cour d’honneur de l’Hôtel des Invalides, Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, a mis en exergue « l’homme d’opération, de terrain qu’a été le général Lizurey (…). Vous avez été un chef. Un grand chef pour la gendarmerie. La tâche était immense. Vous avez été confronté à certaines des crises les plus dures et, pourtant, vous avez relevé les défis. À chaque fois, la gendarmerie a répondu présent et vous avez su guider son action ». Nicolas TUDORT, envoyé spécial à Paris - Photos SIRPA Gendarmerie et ACSPMG 1== OMMMiolfflUMM La France prend le commandement de l’EUROMARFOR Courant septembre, le vice-amiral d’escadre (VAE) Jean-Philippe Rolland, amiral commandant la Force d’action navale (ALFAN), a pris le commandement opérationnel de la Force maritime européenne (European Maritime Force – EUROMARFOR). est une force navale, non permanente, réunissant 4 pays L’EUROMARFOR (Espagne, France, Italie, Portugal). Créée en 1995, elle peut être engagée pour des missions humanitaires, de maintien de la paix, de sécurité maritime, et de prévention et gestion de crises. Elle peut tout aussi bien intervenir sous l’égide de l’Union européenne (UE), que sous mandat d’institutions internationales (ONU, OTAN...). Elle représente, au niveau européen, un partenariat militaire fort entre 4 grandes marines. La cérémonie de prise de commandement était présidée par l’amiral Christophe Prazuck, chef d’état-major de la marine, et s’est déroulée, à bord du porte-hélicoptères amphibie (PHA) Tonnerre, stationné à Toulon.
Département Partenariat Convention entre l’UMIH 83 et l’URSSAF PACA Le 7 novembre, la signature d’une convention a acté un partenariat gagnantgagnant. Cette signature conforte une volonté commune d’accompagner et de conseiller efficacement les professionnels du secteur des cafés, hôtels, restaurants, discothèques et métiers de la nuit. « La convention s’articule autour de cinq axes  : l’accompagnement des entreprises avec une politique de conseil et de prévention ainsi que la résolution des difficultés, l’amélioration de la connaissance et de l’application de la législation sociale dans les moments-clés de la vie de l’entreprise, la simplification des démarches administratives via l’utilisation d’outils dématérialisés, le renforcement de la lutte contre la concurrence déloyale et le travail dissimulé et l’échange de données statistiques pour une meilleure connaissance du tissu économique », détaille Jean-Pierre Ghiribelli, président du l’UMIH du Var. ALERTER L’URSSAF AU PLUS TOT Pour le directeur régional de l’URSSAF  : « Il s’agit d’accompagner les entreprises avant qu’elles ne connaissent des difficultés, via l’URSSAF et les fédérations professionnelles. Cela concerne toutes les entreprises, petites ou grandes. Le mot d’ordre est simple  : nous alerter le plus tôt possible. Par ailleurs, dans le cadre du droit à l’erreur, mis en place par le gouvernement, les entreprises doivent se signaler à l’URSSAF et nous effectuons la correction le mois suivant. Il n’y a pas d’amende ni de pénalité. Autre point  : la mise en place de la médiation qui est effective à l’URSSAF depuis janvier 2019. Elle nous permet de restaurer le dialogue avec des entreprises qui ont essuyé un refus. L’objectif est de trouver une voie de passage ». De son côté, Marc Isidore, responsable du site de La France, une chance, les entreprises s’engagent Le 15 octobre, le plan 10 000 entreprises a été lancé dans les locaux de la DIRECCTE, à Toulon, et a rencontré un franc succès. Alain Testot, directeur-adjoint de la DIRECCTE, qui a présenté C’est la Charte d’engagement au Club Départemental du Var aux entreprises intéressées en présence de Pôle emploi du Cannet des Maures, de la mission Locale de La Seyne-sur-Mer, de Cap emploi de Fréjus et de FACE Var. PLUS DE 60 PERSONNES AU LANCEMENT « Ce lancement du Plan 10 000 entreprises pour l’inclusion et l’insertion professionnelle a réuni 61 personnes portées par ce challenge dont les 4 entreprises leaders  : ATNI, FORTIL, CASINO BARRIERE ET GAI. Leur rôle  : être le porte-parole du Club vis-à-vis de l’extérieur et mobiliser à leur niveau, des entreprises afin qu’elles rejoignent le Club Départemental. Convaincus par cette démarche, 20 entreprises et partenaires souhaitent être recontactés pour rejoindre le Club à l’issu de cet événement », se félicite Cécile Roblez, directrice de FACE Var. Alain Testot ajoute  : « Créer le Club Départemental du Var, c’est manifestement possible ! Toulon, a précisé l’action de la médiation  : « Nous avons reçu 250 dossiers, certains en provenance de l’ex RSI. Dans 84% des dossiers, le médiateur a donné raison aux bénéficiaires. À noter que les dossiers partis au contentieux ne sont pas repris en compte par le médiateur ». … dans le cadre du droit à l’erreur, mis en place par le gouvernement, les entreprises doivent se signaler à l’URSSAF… « Jusqu’à maintenant, notre médiateur non officiel, c’était Marc Isidore qui a toujours été très attentif à nos demandes. Il a toujours été là. Dans la Var, la direction de l’URSSAF a toujours été totalement accessible et joignable », s’est félicité le président de la fédération varoise. Le Ministère du Travail souhaite mobiliser 10 000 entreprises au niveau national qui s’engagent concrètement en matière d’emploi. L’objectif pour le Var est de créer un Club Départemental avec 136 entreprises inclusives sur 3 ans ». Le directeur adjoint reprend  : « Ce challenge, porté par plusieurs opérateurs dont FACE Var, les Missions Locales, CapEmploi et les Pôles emploi, met en avant les actions menées par les entreprises partenaires auprès de bénéficiaires qui leur sont propres. À forte valeur ajoutée, ces actions s’inscrivent dans les volontés portées par le plan 10 000 entreprises, à savoir créer les conditions d’une croissance inclusive liant l’économie et le social ». 5 LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL Un autre point important portait sur la lutte contre le travail illégal. Pour Jean-Pierre Ghiribelli, « la lutte contre le travail illégal, c’est surtout la lutte contre la concurrence déloyale puisque cela supprime des commandes de nos carnets, en n’appliquant pas le vrai prix du service. Cela casse l’économie et l’image des entreprises ». Le directeur régional a conclu  : « Cette problématique est accentuée par le caractère saisonnier de l’activité du secteur du fait de sa proximité avec la frontière italienne. Cela détruit l’équilibre économique des entreprises. La lutte contre le travail illégal, c’est l’affaire de tous. C’est la responsabilité de chaque chef d’entreprise. Pour vous aider, nous pouvons être à vos côtés. Évidemment, ce n’est pas le côté le plus glamour de cette convention ». Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR LES ENTREPRISES S’ENGAGENT Au vu du succès remporté lors du lancement du club, Alain Testot se félicite  : « Une trentaine d’entreprises était inscrite pour participer à ce lancement, ce qui est encourageant pour notre pays. La circulaire du 4 février 2019 a précisé le contenu des annonces présidentielles du 17 juillet 2018 dans le cadre du dispositif « la France, une chance  : les entreprises s’engagent ». L’objectif est de mobiliser les entreprises socialement engagées sur les territoires au travers de 14 thématiques, non exclusives. Une partie de ces thématiques peut également s’inscrire dans le cadre du PaQte pour les QPV ». Novembre 2019 - #95



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :