La Gazette du Var n°94 1er nov 2019
La Gazette du Var n°94 1er nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°94 de 1er nov 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : interview d'Alain Galian.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 Région Novembre 2019 - #94 Vingt ans de l’Accord Pelagos Laurent Isnard, Préfet maritime  : « Nous devons avoir des projets ambitieux pour la Méditerranée » Le 11 octobre, l’accord Pelagos a fêté ses vingt ans. Dans le cadre magnifique de la résidence du Préfet maritime de la Méditerranée au Fort du Cap Brun, à Toulon, le Ministère de la Transition écologique et solidaire et les représentants de l’Accord Pelagos étaient les invités du Préfet maritime de la Méditerranée, lors d’une cérémonie qui fêtait les vingt ans de l’Accord Pelagos. Pour mémoire, l’Accord Pelagos relatif à la création en Méditerranée d’un Sanctuaire pour les mammifères marins a été signé le 25 novembre 1999 par la France, l’Italie et la Principauté de Monaco. L’objectif de l’Accord est de protéger les mammifères marins et leurs habitats de toutes menaces d’origine anthropique ainsi que de faciliter le développement de bonnes pratiques et d’activités durables. LA MER, UN PATRIMOINE ET UN POUMON ECONOMIQUE Tout naturellement en tant que puissance accueillante, la cérémonie était ouverte par le Vice-amiral d’escadre Laurent Isnard. Le Préfet maritime de la Méditerranée a fixé le cap  : « Nous devons protéger cet espace naturel extraordinaire et qui représente, à la fois, un patrimoine et un poumon économique. Cela nous engage car cette économie représente une richesse dans laquelle l’aspect militaire se traduit, notamment, par la protection des côtes ». Le représentant de l’action de l’État en mer ajoutait  : « Ces dernières années nous ont permis de travailler en bonne intelligence et de trouver les bonnes pratiques, ensemble, ce qui a permis de protéger ce patrimoine et lui redonner une dynamique. En vous invitant ici dans la résidence du Préfet maritime, un environnement agréable, c’est l’Accord Pelagos qui est mis à l’honneur ». Puis, le Préfet maritime a rappelé qu’il y a dix ans déjà, à l’occasion du dixième anniversaire de l’Accord Pelagos, les signataires avaient été accueillis, au même endroit, par l’Amiral Tainguy, à l’époque Préfet maritime de la Méditerranée, et aujourd’hui, élu à la Ville de Toulon. Depuis cette date, 10 autres années ont passé et, désormais, l’Accord Pelagos entre dans une période de maturité. « Cela doit nous autoriser à avoir des projets ambitieux. Je constate que chacun a avancé dans ses projets et que la doctrine initiale a changé. Nous en avons eu la preuve avec une mine, située au Cap Corse et que nous avons choisi de faire exploser au large pour limiter les conséquences sur la faune ». « Aujourd’hui, il s’agit de savoir comment aller plus loin pour protéger notre environnement », a lancé, en guise de conclusion ouverte, le préfet maritime. SENSIBILISATION INDISPENSABLE DES HABITANTS De son côté, Rémi Méjecaze, représentant du MTES (partie invitante) et chef de la délégation française à l’Accord Pelagos, représentant du Ministère de la Transition écologique et solidaire, a complété les objectifs  : « Maintenant, il faut partager le bilan de ces 20 années et se tourner vers les 20 prochaines années. Ce qui caractérise l’Accord Pelagos, c’est qu’il est de nature internationale. Et, en même temps, ce qui m’a frappé, c’est le travail réalisé par les communes et les groupements de communes. C’est atypique, mais c’est une richesse car elles engagent des actions indispensables dans la sensibilisation des habitants ». Le chef de la délégation française à l’Accord Pelagos a fait remarquer  : « La France possède le 2ème espace maritime mondial. Actuellement, un plan national d’actions est en train d’être finalisé. Il est ambitieux car il vise l’ensemble des cétacés qui comptent 80 espèces et concerne, également, l’ensemble des pressions humaines sur l’environnement, directes et indirectes ». Pour le représentant du Ministère de la Transition écologique et solidaire, c’est aussi l’occasion de renforcer l’action internationale, notamment en incitant à la réduction de la vitesse des navires, qui générera moins de bruit et moins de risques de collisions. Et, il faut inciter à la réduction des déchets plastiques. En mars 2020, le Congrès Mondial pour l’Environnement, qui se déroule à Marseille, sera l’occasion d’acter le travail de l’Accord Pelagos pour les 20 prochaines années. S’adressant à l’assistance au nom des Autorités de l’Accord, Cyril Gomez, président de la Réunion des Parties à l’Accord Pelagos, s’est félicité de cette journée anniversaire. « L’Accord Pelagos, c’est une action concertée entre la France, l’Italie et la Principauté de Monaco. Mais, c’est aussi une action dans la recherche grâce à des échanges internationaux (…). Cet accord est plus que nécessaire pour l’avenir ». Enfin, les participants ont assisté à la projection du clip de présentation de l’Accord Pelagos puis à une explication de texte faite à deux voix. D’une part, avec Alain Barcelo, président du Comité Scientifique et Technique, puis, en conclusion de cette séquence, avec un bilan tiré par Costanza Favilli, secrétaire exécutif de l’Accord Pelagos. Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR Déferlante de pompons dans la base navale Première immersion dans les forces des stagiaires « préparation militaire marine » La Marine nationale propose en métropole et outre-mer, à plus de 2 000 jeunes âgés de 16 à 21 ans, de vivre une immersion dans son univers, à travers une année scolaire de « préparation militaire marine ». Temps fort de cette année, la « période bloquée » leur permet de découvrir, cinq jours d’affilée, la base navale de Toulon et le quotidien des marins embarqués. Après plusieurs samedis de formation, le moment était venu pour 365 stagiaires des centres PMM de Toulon, la Seyne-sur-Mer, Fréjus, Brignoles, Hyères, Avignon, Aix-en-Provence et Béziers de passer les grilles de la plus grande base navale de France avec leurs encadrants de la réserve opérationnelle lors des vacances de la Toussaint. Pour Florian, Alia, Maxime ou encore Léna, le programme était alléchant  : visite de bâtiments de guerre, de sous-marins, découverte de la base d’aéronautique navale d’Hyères, pratique de sports nautiques ou initiation au tir. « Destinée à faire rayonner la Marine au niveau local auprès des jeunes générations, la préparation militaire Marine (PMM) s’adresse aux 16-21 ans de tous niveaux scolaires, qui découvrent au cours de 12 samedis par an et cinq jours dans une base navale l’univers et les métiers de la Marine nationale. 82 PMM existent en métropole et outre-mer pour un total de 2500 stagiaires », explique un porte-parole de la Marine nationale. Au terme d’une année riche en échanges, certains vont, de toute évidence, conforter leur envie de s’engager pour une carrière dans la Marine nationale quand d’autres prendront la voie de la réserve opérationnelle qui permet aux jeunes, âgés de 17 ans minimum, d’occuper un poste à temps partiel au sein des armées. Mais, tous, auront, quoi qu’il advienne, découvert la Marine nationale « de l’intérieur » et l’esprit d’équipage. Photo Marine nationale
EN ROUTE II VERS 2019 I Région Comité Régional de Tourisme En 2020, un plan d’actions ambitieux pour le CRT Mi-octobre, le Comité Régional de Tourisme a dévoilé le Plan d’actions régional 2020 à 300 professionnels réunis au Château Saint-Hilaire de Coudoux (Bouches-du-Rhône). 100 ACTIONS POUR FAIRE RÊVER Dans une région où le tourisme fait office de pilier économique (13% du PIB), ce Plan d’actions se montre ambitieux, recensant plus de 100 actions (contre 70 en 2019) à destination du grand public, des médias et des tours opérateurs. « Ce Plan d’actions régional restitue la démarche offensive conçue par le CRT et ses partenaires pour continuer à faire rayonner nos trois destinations Provence, Alpes et Côte d’Azur en France et à l’international, dans le respect de leur environnement naturel et sociétal », annonce, avec son enthousiasme coutumier, François de Canson, le président du Comité Régional de Tourisme. Pour l’élu  : « Il s’agit de faire rêver de la Provence, des Alpes et de la Côte d’Azur à travers le monde et de promouvoir des destinations compétitives portées par trois marques, Provence Enjoy the unexpected, Alpes French South et Côte d’Azur France, qui véhiculent leur identité et leurs valeurs. Enfin, nous souhaitons tisser des liens forts avec les visiteurs de la région Sud, pour qu’ils en deviennent les meilleurs ambassadeurs ». CAP SUR LES MARCHÉS LOINTAINS Côté grand public, le CRT prévoit le déploiement d’un nouvel écosystème digital, composé de 4 sites web, la mise en œuvre d’une stratégie axée sur les réseaux sociaux et la conduite de campagnes de communication d’envergure. Il programme, également, le renforcement des actions autour de filières touristiques qui concernent tous les territoires de la région, toute l’année  : vélo, écotourisme, golf, nautisme, art Aéroport de La Môle-Saint-Tropez Françoise Dumont obtient des garanties du Gouvernement Françoise Dumont, présidente de Var Tourisme, a obtenu des garanties du Ministre de l’Action et des comptes publics, Gérald Darmanin. Par un courrier en date du 26 septembre dernier, le Ministre de l’Action et des Comptes publics, a confirmé à Françoise Dumont, vice-présidente du Conseil Départemental et présidente de l’Agence de Développement Touristique Var Tourisme, la reconnaissance, par l’État, de la contribution essentielle de l’aéroport de La Môle-Saint- Tropez, au tourisme varois. Pour Françoise Dumont qui s’est battue depuis de nombreux mois, avec acharnement, sur ce dossier vital pour l’économie touristique du Var  : « Il est en effet indispensable pour cet aéroport, de continuer d’accueillir des vols internationaux moderne et contemporain, camping, croisière, tourisme d’affaires et de congrès... Côté pros, le CRT et ses partenaires vont organiser des missions, workshops et éductours, des moments d’échange avec les organisateurs de voyages et des médias étrangers, pour promouvoir les destinations à l’international. Ainsi que des actions d’accompagnement des professionnels du tourisme, via un travail de veille et d’observation ou de rencontres thématiques telles que les Rendez-vous du CRT. « En 2020, les actions du CRT cibleront en particulier les marchés lointains, qu’ils soient matures (États-Unis, Canada, Brésil, Japon, Corée du Sud) ou émergents (Chine, Asie du Sud-est). Pour deux raisons principales  : les touristes qui en sont originaires dépensent nettement plus que les touristes européens pendant leur séjour, ce qui bénéficie à notre économie. De plus, ces pays offrent un potentiel de développement important », ajoute le président de l’institution. Parce que l’union fait la force, ce Plan d’actions 2020 est le fruit d’un travail collaboratif. Pour cela, le CRT a organisé de nombreux échanges avec les professionnels du tourisme  : comités de pilotages thématiques, réunions de filières, journées avec les partenaires, consultation en ligne et séances de travail avec les membres du Club Pro. « Ce plan d’actions s’est nourri des précieux retours de ces acteurs de terrain. D’ailleurs, nous l’avons conçu en étroite concertation avec nos partenaires majeurs que sont les agences départementales de tourisme », conclut François de Canson. en provenance et à destination de pays en dehors de l’espace Schengen ». SAISON TOURISTIQUE ELARGIE Ainsi, à la suite de l’intervention de la présidente de Var Tourisme, Gérald Darmanin a saisi son collègue du gouvernement, Christophe Castaner, Ministre de l’Intérieur, afin de lui proposer une organisation administrative prenant en compte les impératifs de sécurité de douane et de police aux frontières permettant le fonctionnement et l’ouverture de l’aéroport pour ces vols durant une saison touristique, par ailleurs, élargie au mois de mai. LES CHIFFRES CLÉS DU TOURISME 31 millions de séjours touristiques dont 6 millions issus de touristes internationaux. 213 millions de nuitées. 2ème région de France pour le tourisme international, après Paris. 13% du PIB régional, soit 2ème région de France pour le poids économique du tourisme, après la Corse. 19,8 milliards d’euros de recettes annuelles. 143 000 emplois. 5 DESTINATION VIGNOBLES Le CRT, l’Office de Tourisme d’Aix-en- Provence et le conseil interprofessionnel des Vins de Provence se sont associés pour porter la candidature de la Provence au salon Destination Vignobles. Organisée tous les deux ans par Atout France, cette manifestation réunit 170 tour-opérateurs du monde entier spécialisés dans l’oenotourisme. CAP 2023, COUPE DU MONDE DE RUGBY La Coupe du Monde de rugby qui aura lieu en France en 2023 sera l’occasion d’un formidable coup de projecteur sur la région Sud. Dès 2020, le CRT va engager des actions de promotion de nos destinations en lien avec cette compétition. Une attention particulière sera portée aux marchés lointains où le rugby est un sport en vue  : Australie, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Argentine, USA ou encore Japon. ECOTOURISME Début avril 2020, le CRT accueillera, dans le cadre de la filière écotourisme, entre 20 et 30 tour-opérateurs spécialisés dans le tourisme de nature au sens large. Puis, à l’occasion du Congrès mondial de la nature qui a lieu à Marseille en juin 2020, le CRT, en lien avec les partenaires de la filière écotouristique régionale, éditera un guide destiné à présenter des idées de circuits et des expériences écoresponsables. Pour la présidente de Var Tourisme  : « Il s’agit là d’une avancée majeure dans la résolution de ce problème qui ne pouvait trouver de solution qu’au plus haut niveau ». Elle ajoute  : « Cette reconnaissance publique assortie de mesures concrètes, constitue une grande satisfaction. Quand l’action publique des élus de terrain rencontre un écho opérationnel favorable de la part du pouvoir central, c’est forcément un soulagement et le sentiment du devoir accompli pour la préservation des intérêts économiques du Var et notamment du Golfe de Saint-Tropez. Je suis donc très fière d’avoir pris ce sujet à bras le corps et de n’avoir rien lâché jusqu’à l’obtention de ces décisions ». Photo Philippe OLIVIER Novembre 2019 - #94



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :