La Gazette du Var n°94 1er nov 2019
La Gazette du Var n°94 1er nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°94 de 1er nov 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : interview d'Alain Galian.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
28 Golfe de Saint-Tropez Cavalaire-sur-Mer Philippe Leonelli  : « Ma vision de l’urbanisme, c’est une vision de l’équilibre » La ville de Cavalaire a lancé une procédure de révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU). Cette révision a été annoncée sur le site internet de la ville, les réseaux sociaux et par des affiches en ville pour que chaque habitant soit mis au courant et puisse, s’il le désire, apporter sa contribution. Sur ce dossier du PLU, Philippe Leonelli répond aux questions de La Gazette du Var. Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste cette révision du PLU ? Philippe LEONELLI. Je vous remercie de m’interroger sur ce sujet, ô combien important pour le devenir de notre ville et de notre territoire. Tout d’abord, permettez-moi de préciser à vos lecteurs que le PLU avec lequel nous travaillons aujourd’hui est un PLU qui date d’avant 2014. In fine, le règlement, les orientations, les contraintes et les zones ont donc été décidées bien avant que je devienne le maire de la ville. Pourquoi avoir tant attendu pour lancer cette révision générale du PLU ? PL. J’aurais aimé pouvoir le faire avant, mais vous le savez et j’aime à le rappeler, dans l’administration, les choses ne vont pas aussi vite que nous l’aimerions. Entamer une révision générale du PLU sans avoir le SCOT voté par les élus de la communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez était illusoire. Ce dernier a été entériné le mois dernier, nous avons donc lancé cette phase de révision de notre PLU. Nous avons eu une très longue réunion il y a quinze jours avec l’AMO qui nous accompagne et l’ensemble des services de la ville compétents dans ce dossier. Nous avons lancé la communication auprès des Cavalairois et des Cavalairoises. Nous devrions tenir une réunion publique d’information dans les prochains mois. La réunion avec l’AMO a été très fructueuse et j’ai ainsi pu lui présenter notre territoire et formuler nos attentes en regard de cette révision du PLU. Quelles-sont-elles ? PL. Je m’étais engagé lors de la précédente campagne électorale à mettre en œuvre une révision du PLU approuvé en 2013. Ce PLU était orienté par une vision de Cavalaire qui n’est pas la mienne ; spolier les familles cavalairoises pour prétendument sauvegarder le territoire était une ineptie. Mais c’était sans compter sur la loi ALUR sortie en 2014 alors que les urnes étaient encore chaudes. J’ai rapidement modifié le PLU afin d’atténuer ses effets. Je rappelle  : loi ALUR = suppression des COS comme des superficies minimales de terrain ; tout cela traduisant une volonté du gouvernement de densifier les centres-villes. Pour certains, certaines associations surtout, Novembre 2019 - #94 j’aurais pu aller plus loin, taper plus fort. Mais je dois dire, malheureusement, qu’au-delà de ces invocations, il n’y a guère plus. La critique est facile, l’art est difficile, on dit ça, non ? C » IALA'AVIS D'ENQUÊTE PUBLIQUE - L’opposition vous reproche votre côté bâtisseur ? PL. Déjà, qu’est-ce que cela veut dire ? Personnellement je ne bâtis rien de mes mains, je laisse cela à ceux dont c’est le métier ! Trêve de plaisanterie, c’est l’axe qui a été choisi par l’opposition depuis des années. Que voulez-vous… C’est plus simple de faire des raccourcis à travers des irruptions en séance du conseil municipal ou de déverser des contres vérités sur Internet plutôt que d’avoir une approche pragmatique de la question. Tenez, j’ai eu l’outrecuidance d’évoquer, au détour d’une conversation avec un journaliste, que sans aucune construction supplémentaire, et si les propriétaires des résidences secondaires décidaient de venir vivre à l’année, nous pourrions atteindre sans problèmes les 20 000 habitants puisqu’en période estivale nous recevons jusqu’à 80 000 personnes en résidences secondaires (tout cela sans construire un logement de plus). Effectivement, Cavalaire peut accueillir du monde. Que n’avais-je pas dit là ! Tout de suite, mes opposantes s’en sont saisies pour me targuer de la volonté de construire, mais quoi donc, des tours de 10 étages peut-être pour atteindre cet objectif ? Que voulez-vous, j’ai vraiment du mal à perdre mon temps à répondre à de telles absurdités, de telles déformations volontairement mensongères, trompeuses, néfastes pour la bonne compréhension des choses. Et vous savez quoi ? Franchement, qui peut vraiment me donner des leçons sur la protection il e il il Plan Local d'Urbanisme fi- 7/de notre territoire, de nos paysages, de nos collines que j’arpente tous les jours, enfin tous les matins très tôt quand certains de mes administrés se reposent ainsi que mes opposants ? Il ne suffit pas du haut de son étrier de soi-disant chevalier blanc (ou cavalière blanche…) de dire  : « Oh, Ah, Non ! Pourquoi tant d’immeubles ! Moi j’interdirais, moi je dirais non, moi j’empêcherais tous les propriétaires de vendre leurs terrains pour assurer l’avenir de leurs enfants » ! Alors, vouloir faire croire que le maire peut s’opposer systématiquement aux nouvelles constructions est une hérésie. Pour qu’un permis puisse être déposé, il faut avant tout que deux conditions soient réunies  : un acheteur et… un vendeur ! Cela peut paraître tautologique mais il me semble important de le rappeler. Ensuite, le permis est instruit par les services compétents sur la base d’un règlement d’urbanisme. La règle est simple  : le permis est-il conforme aux règles d’urbanisme  : oui ou non ! M’opposer pour m’opposer, en effet, je le peux, refuser un permis c’est possible. Mais le refuser sans fondement juridique, c’est un risque majeur à faire prendre à la commune. Un risque qui peut coûter cher, très cher. Donc cela suffit d’entendre ces inepties, c’est malhonnête, c’est de la récupération politique à l’aube des échéances électorales et c’est juste couillon en fait. Pardonnez-moi l’expression… Mais du coup, qu’est-ce que vous préconisez ? PL. Il faut trouver des solutions pour permettre à Cavalaire de trouver son équilibre entre le souhait de ceux qui ont travaillé toute une vie de pouvoir en tirer la juste récompense en vendant au juste prix leur terrain, le désir des actifs de se loger sur place, la volonté des acteurs économiques d’investir. Avec comme axe directeur essentiel  : un développement durable du territoire intégrant pleinement l’impérative transition écologique indispensable à notre survie, en tous cas à celles de nos sociétés. Alors oui, je vous le dis  : ma vision de l’urbanisme, c’est une vision d’équilibre, d’un équilibre à trouver entre toutes ces volontés. Et, c’est très loin d’être simple. Croyez-moi… C’est de cette manière-là que la révision générale du PLU doit être construite. Elle ne peut pas se faire sans intégrer le maximum de personnes et sans sortir d’une vision dogmatique prônée par certains et malheureusement hors du temps. Non, définitivement cette révision générale du PLU est une opportunité pour notre ville en faisant participer tout le monde, les citoyens, les architectes, les associations. En définitive, toutes les bonnes volontés. Oui, la loi ALUR a assez parlé. A notre arrivée, il fallait redonner du souffle à Cavalaire après des années d’étouffement. Aujourd’hui, il faut intelligemment trouver le juste équilibre entre la limite et la profusion. Et je suis convaincu que ce juste milieu nous allons le trouver et réussir à le mettre en œuvre afin de permettre à Cavalaire et son territoire de répondre à la vocation qu’ont su lire les différents maires de Cavalaire jusqu’à Louis Foucher. Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR
L'HOMME QUI REPARE LES FEMMES LA cOtrei i:POCRATF - Mères Pour la Pal fêteses 25 ans et célébre la Journée internationale Des Droits des Enfants Projection du film « L'homme qui répare les femmes » Denis MUKWEG Prix Nobel de la Paix En (4  € reversés à MPP) suivi du verre de l'amitié Présenta Golfe de Saint-Tropez 29 Le Plan de la Tour Lutte contre le frelon asiatique, expérimentation du programme BEES FOR LIFE La Communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez a signé un accord avec BEES FOR LIFE pour la lutte contre le frelon asiatique et la protection des abeilles. En effet, l’abeille constitue près du tiers du bol alimentaire des colonies de frelons asiatiques qui n’ont pas d’ennemi naturel en Europe. L’Intercommunalité du Golfe de Saint-Tropez a inscrit cet objectif de protection des abeilles dans son Contrat de Transition Écologique (CTE). BEES FOR LIFE a démarré ce projet expérimental de détection des nids de frelons asiatiques en 2017 et a planifié des programmes d’étude jusqu’en 2020. L’objectif de ce projet est de diagnostiquer au LA CROIX-VALMER Prix Nobel de la Paix 2018 et Prix Sakharov 2014, le Dr Denis Mukwege est internationalement connu comme l’homme qui répare ces milliers de femmes violées durant 20 ans de conflits à l’Est de la République Démocratique du Congo, un pays parmi les plus pauvres de la planète, mais au soussol extrêmement riche. Sa lutte incessante pour mettre fin à ces atrocités et dénoncer l’impunité dont jouissent les coupables dérange. Fin 2012, le Docteur est l’objet d’une nouvelle tentative d’assassinat, à laquelle il échappe miraculeusement. Menacé de mort, ce médecin au destin exceptionnel vit, dorénavant, cloîtré dans son hôpital de Bukavu, sous la protection constante des casques Bleus des Nations Unies. Mais il n’est plus seul à lutter. A ces côtés, ces femmes auxquelles il a rendu leur intégrité physique et leur dignité, devenues grâce à lui de véritables activistes de la paix, assoiffées de justice. plus tôt la présence de nids de frelons asiatiques Vespa Velutina Nigrithorax dans la canopée des arbres, afin d’éliminer ces insectes déclarés espèces exotiques envahissantes préoccupantes pour l’Union européenne. La technique innovante en cours d’évaluation consiste en une exploration d’espaces végétalisés à l’aide d’un drone qui embarque à la fois une caméra visuelle et une caméra thermique. Les images réalisées sont ensuite analysées en post production au travers de logiciels de reconnaissance et de calcul pour RE HUMANITAIRE ET HUMA identifier les formes et « points » chauds des images et ainsi localiser géographiquement les emplacements avec suspicion de présence de nids. Pour mettre en œuvre cette solution, le projet doit disposer de beaucoup de données accumulées sur ce modèle, afin que les applications mathématiques basées sur l’Intelligence Artificielle (IA) soient éduquées à la reconnaissance des nids. L’application doit en effet s’entraîner pour intégrer les différenciations créées par des lieux de nature différente, par la topographie, la nature de la végétation, la saison, la taille des nids, les conditions d’exploitation variables avec les saisons... BEES FOR LIFE porte ce projet innovant en ayant constitué un accord de développement Le 20 novembre 201 a 19 h 30 Salle Von à La Croix Valmer qui régit les contributions réciproques entre les 3 partenaires  : L’Abeille Olivetaine, association d’apiculteurs amateurs regroupant plus de 100 apiculteurs et représentant un territoire d’expérimentation de plus de 400 ruches, l’Abeille Olivetaine, également très active en termes de protection des abeilles et de la mise en œuvre des bonnes pratiques par les séances de formation des enfants des écoles et du support d’apprentissage apporté au grand public, Air d’Eco, entreprise de nouvelle technologie dans le domaine des drones et plus particulièrement développée sur la microtopographie et sa modélisation grâce à la prospection LiDAR aéroportée et Droneperf, référentiel de qualification des prestataires de drones. 25ÈME ANNIVERSAIRE Depuis 1994, « Mères Pour la Paix » soutient les femmes et les enfants victimes de conflits en mettant en place des programmes éducatifs, économiques et sanitaires pour leur venir en aide. Elle s’est employée sans relâche à défendre les droits des femmes dans les pays en conflit. L’association est engagée auprès de la RDC depuis 5 ans. C’est pourquoi le comité Var- Provence propose sa première manifestation qui abordera ces terribles questions. Les membres du comité dont Dominique Dupuy, présidente de la fédération à l’échelon national, invitent toutes les personnes sensibilisées à cette cause à venir les rencontrer le mercredi 20 novembre à la salle Voli, à l’occasion de la projection du film « L’homme qui répare les femmes », à 19h 30. RESERVATION 06 60 19 03 70 Novembre 2019 - #94



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :