La Gazette du Var n°94 1er nov 2019
La Gazette du Var n°94 1er nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°94 de 1er nov 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : interview d'Alain Galian.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 Métropole Novembre 2019 - #94 Hyères Max Bauer (CR 83)  : « Filière horticole, la confiance est-elle encore possible » ? Max Bauer, représentant de la section horticole CR (UNIPHOR), ne s’est pas rendu à l’assemblée générale de l’interprofession VAL’HOR, le 16 octobre dernier. Réunis deux jours avant, les délégués de la section horticole de la CR ont fait ce choix en voyant les signaux négatifs s’accumuler en peu de temps. CLIMAT DE TENSION Syndicat indépendant de toute organisation économique et politique, la Coordination Rurale Provence- Alpes-Côte-d’Azur défend tous les agriculteurs. Max Bauer explique la position de son syndicat  : « Le dernier signal date du 10 octobre. Ce jour-là, nous avons été déçus de constater que l’interprofession, d’ordinaire si intransigeante avec les contestataires de la cotisation interprofessionnelle, avait laissé filer des procédures contentieuses, créant ainsi un climat de tension et d’incompréhension ». « Ce fut la goutte d’eau de trop dans le vase horticole qui se remplissait depuis plusieurs semaines de manière continue  : cogestion triomphante lors des élections tendancieuses du nouveau Conseil spécialisé de France AgriMer, persistance du « tout label » qui n’offre, pour l’heure, aucune solution économique », insiste le vice-président national de la Coordination Rurale. Pour le syndicaliste varois, « la continuité du lien de confiance, aujourd’hui dégradé, dépendra des échanges à venir ». Ainsi, l’UNIPHOR souhaite une réelle prise en compte de la disparition continue des exploitations horticoles et du malaise durable des professionnels. BEAUCOUP DE VOLONTE Max Bauer conclut  : « La CR PACA lutte pour que les agriculteurs conservent leur liberté d’entreprendre avec des prix rémunérateurs, pour que le foncier agricole cesse d’être menacé par la pression urbaine et pour la protection des productions méditerranéennes. Nos représentants sont des bénévoles vivant de leur ferme, présents dans les instances départementales et régionales où ils apportent l’avis de vrais paysans ». De son côté en parfait connaisseur du dossier, Élie di Russo, adjoint à l’agriculture, livre cette analyse  : « La filière horticole du bassin de Hyères, malgré un contexte difficile mais grâce au travail et à l’action des organismes d’assistance administrative, économique, technique et de recherche (PHILAFLOR, HYERES- HORTIPOLE, FLORISUD, SCRADH) et évidemment le marché aux fleurs, qui reçoit 80% de la production, fait preuve de beaucoup de volonté, d’adaptabilité et de confiance dans l’avenir. Par exemple, un collectif d’horticulteurs vient de s’engager pour la création du GIEE PIVOINES (Groupement d’Intérêt Economique et Environnemental) pour élaborer un itinéraire encore plus performant pour la production de pivoines. La municipalité salue le savoirfaire exceptionnel des horticulteurs. La Ville apporte son soutien en subventionnant les organismes professionnels et en accompagnant la filière dans sa démarche de rénovation, d’innovation et de valorisation de ses produits ». Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR Olivier Foucou, viticulteur  : « Des cuvées 2019 remarquables » Présent sur toute la commune, c’est à dire autant sur le continent que sur l’île de Porquerolles, le vignoble est de plus en plus attractif et recherché pour la qualité de sa production. Dernièrement, c’est une grande marque de parfum, internationale mais française, qui a fait la une de l’actualité en se rendant acquéreur d’un domaine ancestral, situé sur l’île de Porquerolles. TERROIR D’EXCELLENCE « Certes, si le rosé reste emblématique, le blanc est de plus en plus prisé. Pratiquement l’ensemble des exploitations est bio avec, aujourd’hui, une orientation vers la biodynamie. Cela démontre l’effort de nos viticulteurs pour aller vers de plus en plus de qualité dans le respect de notre environnement », constate, avec satisfaction, Élie di Russo, maire adjoint en charge de l’agriculture. « Malgré les épisodes caniculaires et la sécheresse, la récolte 2019, qui s’est déroulée sur le secteur dans des conditions climatiques exceptionnelles, a été satisfaisante. Avec un état sanitaire du vignoble parfait, un terroir d’excellence et le professionnalisme de nos vignerons, le millésime 2019 s’annonce prometteur et de très belle qualité », se félicite l’élu, en solide épicurien. NIVEAU DE RECOLTE EXCELLENT Une excellente tendance que confirme Olivier Foucou, viticulteur dans la vallée des Borrels  : « Globalement, le niveau de la récolte 2019 est excellent. Nous avons profité d’un printemps, assez propice à la vigne et à la production de raisin, grâce à un climat venté et sec. Puis, on a souffert d’un manque de pluie et on est arrivé à l’été avec un déficit hydrique. Mais, ce temps nous a permis de rendre des jus assez fermes par rapport aux récoltes habituelles. Seul bémol, les rendements sont faibles mais cette faiblesse dans la quantité se fait au bénéfice de la qualité. Le consommateur y trouvera son compte et le viticulteur aussi » ! Malgré des quantités inférieures aux récoltes précédentes, on note une plus grande concentration des jus et des arômes. Résultat, les rendements sont loin d’être ceux qui étaient attendus. C’est la troisième année consécutive que les producteurs connaissent une telle situation. Malgré tout, le vigneron se veut rassurant  : « Globalement, certaines cuvées vont être remarquables. Au final, c’est plutôt une année bénéfique pour la viticulture. En plus, le climat nous a servi pour nous faciliter la récolte. Pour tout vous dire, on a déjà dégusté certaines cuvées et je peux vous le révéler  : elles sont exceptionnelles avec une typicité très marquée ». Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR
C EUX V I [1 [S i ESPOAi i COSHAÏ TOULON LA GARDE & 11 Novembre 201 611/- bukw— MURAL. ; 10h-18h ENTREE 2C GRATUIT -12ans LES PALMIERS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :