La Gazette du Var n°94 1er nov 2019
La Gazette du Var n°94 1er nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°94 de 1er nov 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : interview d'Alain Galian.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 Métropole Imaginez qu’un jour, en vous réveillant, vous vous découvriez moche. La vérité éclaterait soudain au grand jour. Monsieur Lette, inventif ingénieur, va vivre cette affreuse expérience ! Il a une « tête pas possible ». Pourquoi personne ne le lui a-t-il dit jusqu’à présent ? Pourquoi son supérieur préfère-t-il envoyer son assistant, incompétent mais au physique avantageux, lors d’un congrès pour présenter sa dernière réalisation ? Une opération chirurgicale va lui donner, par hasard, un visage aussi beau qu’une œuvre d’art. Son physique lui ouvrira désormais les portes du succès. Jusqu’où pourra-t-il aller pour répondre aux besoins et aux demandes des autres ? Va-t-il se perdre ou au contraire résister ? Cette pièce, habilement rusée, s’interroge sur le fonctionnement de notre société et l’évolution de ses valeurs. Elle dénonce la perte d’identité et le totalitarisme de l’apparence. Ce texte n’a jamais autant résonné qu’aujourd’hui. LE MOCHE SAMEDI 16 NOVEMBRE À 20H30 PAR LA COMPAGNIE DE L’ECHO Adapté de l’œuvre de Marius Von Mayenburg Novembre 2019 - #94 Le Pradet Et, si vous étiez moche ? (l’Arche Éditeur) Mise en scène  : Xavier Hérédia Avec  : Peggy Mahieu (Fanny), Frédéric Grosche (Lette), Morgan Deffendente (Karlman), Stéphane Bault (Scheffl er), Jean-Louis Barletta (lumières) Durée  : 1h30 Tout public à partir de 15 ans Tarif plein  : 14 € /Tarif partenaire  : 10 € Tarif réduit  : 8 € En vente sur www.le-pradet.fr ou à l’Espace des Arts aux horaires de billetterie. www.compagniedelecho.fr muent ILLUMINATIONS DE NOËL cime geuw ar AU RYTHME DES FOLLES AVENTURES DE CHARLEY CHASE ! Se déroulant sur 7 communes de l’agglomération, la 15ème édition du Festival International des Musiques d’Écran propose de (re)découvrir des fi lms d’hier sur des musiques d’aujourd’hui jouées en direct au pied de l’écran. Le Festival se termine le 17 novembre. Le festival fait une halte au Pradet, le samedi 16 novembre à 20h30 pour un ciné concertcréation en nous proposant 4 courts-métrages. Charley Chase fait partie de ces comiques américains qui, comme Keaton ou Chaplin, ont connu un immense succès pendant la période du muet. On doit également la réussite de ces fi lms au réalisateur Leo McCarey, qui pose, ici, les jalons de la comédie vaudevillesque des années 30. Cette année, ce sont 4 DJ qui sont enrôlés pour accompagner chacun des courtsmétrages et nous entraîner au rythme des folles et trépidantes aventures de Charley Chase. 4 COURTS-METRAGES Projection de courts-métrages de Charley Chase Follies, réalisés par Léo Mc Carey. À visage découvert (Mighty like a moose) 22 min – 1926 Une vie de chien (Dog shy) 23 min - 1926 Charley rate son mariage (His wooden marriage) 24 min - 1925 Une soirée de folie (What price goofy) 24 min – 1925 ATELIER CINEPHONIQUE (DJ set) Projet amorcé en 2018, l’Atelier Cinéphonique réunit des musiciens issus de la scène toulonnaise ayant répondu à l’appel à candidature du FiMé. Sur une seule journée, ils doivent travailler sur tout ou partie du fi lm proposé et livrent, le soir même, une prestation unique et sans fi let. Entrée libre sur réservation au 04 94 01 77 34 Renseignements  : 07 81 26 26 11 SAMEDI 30 NOVEMBRE À 18H30 Chocolat chaud offert par l’Association des Commerçants et Artisans du Pradet
Métropole Carqueiranne Alain Galian  : « Il y a toujours tellement à faire quand on aime passionnément sa commune ! » En sa qualité d’adjoint à l’Administration générale, à la Sécurité publique et aux Anciens combattants, il est en charge de la tranquillité publique à Carqueiranne, ce qu’on appelle désormais, « le bien-vivre ensemble ». Cet homme qui considère que « la sécurité est la première des libertés » répond aux questions de La Gazette du Var. La Mairie de Carqueiranne se démarque par un fonctionnement en régie. N’est-ce pas trop contraignant au quotidien ? Alain GALIAN. Bien au contraire, ce choix, assumé depuis plusieurs mandatures par la Municipalité, lui permet d’être des plus réactifs. Cette proximité avec les administrés permet une grande adaptabilité afi n d’améliorer sans cesse le service rendu à nos concitoyens. Mais c’est vrai que de nos jours ce mode de fonctionnement se fait rare. À Carqueiranne, du gros œuvre au carrousel présent sur la place centrale du village, tout fonctionne en régie… Pour le plus grand bonheur de tous, me semble-t-il. L’organisation de tant de services municipaux ne doit pas être une sinécure ? AG. C’est sûr que c’est une responsabilité car en cas de dysfonctionnements la population le remarque très rapidement. Mais je crois que le travail de fond qui a été entrepris par la Ville permet que les services donnés à la population soient de qualité. Même lorsque la population triple pendant la période estivale, la qualité des services à laquelle les Carqueirannaises et les Carqueirannais sont attachés est maintenue. C’est donc le travail mené par vous-même, vos collègues élus et les services qui finissent par payer ? AG. En tant que responsable de la Délégation au Personnel, j’en suis persuadé ! Beaucoup a été réalisé depuis que j’ai été investi de cette mission en 2014. Il suffi t de se rappeler les plus grandes actions réalisées depuis le début du mandat  : mise en place de la participation employeur à la mutuelle, qui correspondait à une demande des syndicats en comité technique, écoute proactive des syndicats du personnel, soutien des agents dans leur avancement de carrière et dans les procédures de reclassement. L’association du personnel dans la prise de décision permet je le crois de servir au mieux l’intérêt général. Il me faut évoquer, également, les aménagements de poste visant à ce que le personnel puisse travailler dans les meilleures conditions qui soient, la mise en place de séminaires « bienêtre au travail » et la refonte du plan de formation, qui s’est traduite par une augmentation de l’enveloppe budgétaire allouée à la formation. Il y a vraiment eu la volonté de placer nos agents dans les meilleures conditions d’exercice afi n que le service rendu à la population soit le meilleur possible. Et au niveau de la Délégation à la Sécurité, vous avez fonctionné sur le même mode ? Carqueiranne se démarque par l’un des plus bas taux d’insécurité de la Métropole, comment l’expliquez-vous ? AG. Les résultats sont là pour démontrer la pertinence de notre action. Il suffi t de se donner les moyens de sa politique. J’ai toujours considéré que la sécurité est la première des libertés. Depuis notre arrivée à la tête de la Commune en 2014, nous avons procédé à l’augmentation des effectifs de la Police Municipale (PM) pour parvenir à un effectif de 16 agents aujourd’hui, renforcé encore lors de la saison estivale, pour assurer la sécurité des plages notamment, et leur avons donné des moyens supplémentaires afi n de réaliser au mieux leur mission de protection de la population  : nouveau matériel, nouveaux véhicules, etc. À cette fin, un aménagement des horaires et des rondes a été réalisé. L’augmentation du nombre de caméras de surveillance n’est aussi pas étranger à la diminution de l’insécurité dans notre Ville (de 0 en 2015 nous en sommes à 25 aujourd’hui). Nous sommes de plus la première Commune du Département à avoir conventionné avec le Tribunal de Grande Instance de Toulon pour prendre part au dispositif des stages de citoyenneté. Cette notion de « bien-vivre ensemble » est fondamentale. Cela passe aussi par le respect de la sécurité routière d’où la pose récente de radars pédagogiques, de panneaux zones 20/30 et la sécurisation de la RD 559 qui est bientôt à venir. Et concernant votre délégation Anciens combattants, comment se porte-t-elle ? AG. Vraiment, très bien. Je suis fi er de voir que le devoir de mémoire continue d’occuper une place si singulière au sein de notre Commune. Les habitants et les associations répondent à chaque fois présents. Quand on sait tout ce que l’on doit à ces hommes et à ces femmes, cela fait chaud au cœur. Je suis un grand patriote vous savez, donc d’avoir eu la responsabilité de cette délégation a été un réel honneur pour moi. Une petite déception est qu’il ne nous a pas été possible cette année d’avoir la patrouille de 19 France, mais cela devrait pouvoir se concrétiser dans les années à venir. Ce n’en fut pas moins une année chargée… AG. Effectivement ! On n’a pas chômé, entre l’ouverture de la nouvelle MMPE, qui permet à Carqueiranne de disposer de l’une des plus belles crèches du Var, les politiques publiques mises en place en faveur de la protection de l’environnement (recyclage des mégots, nichoirs à chauve-souris pour lutter contre les moustiques, etc.) ou encore les aménagements au stade Riquier avec la création par le Département d’une piste d’athlétisme et d’un stade de foot à 5/Basket, ce qui permet à Cette notion de « bien-vivre ensemble » est fondamentale. tous les sports de pouvoir être pratiqués à Carqueiranne. J’en profi te pour saluer la centaine d’associations que compte notre Ville et qui contribuent dynamiquement à l’amélioration de notre qualité de vie. Et, malgré cette charge de travail, vous avez pourtant encore de l’énergie à revendre ? AG. Plus que jamais… Il y a toujours tellement à faire quand on aime passionnément sa Commune ! Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR (texte et photo) Novembre 2019 - #94



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :