La Gazette du Var n°94 1er nov 2019
La Gazette du Var n°94 1er nov 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°94 de 1er nov 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : interview d'Alain Galian.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Édito illip Novembre 2019 - #94 « Les enfants sans père », c’est voté par LaREM ! La procréation médicalement assistée (PMA) devrait être instaurée, en France, début 2020. Une des mesures du projet de loi bioéthique a été votée par la Commission de l’Assemblée nationale. Les députés Les Républicains, qui s’opposent à l’ouverture de la PMA aux femmes seules comme aux couples de femmes, ont manifesté leur défiance, indiquant que ce mode de procréation « sans père » allait contre les intérêts de l’enfant. Le rejet de la « PMA sans père » est très partagé, car même des personnalités de gauche sont hostiles à cette mesure. La philosophe, Sylviane Agacinski, épouse de Lionel Jospin, a publié une tribune contre la « PMA sans père ». Dans un livre « L’homme désincarné. Du corps charnel au corps fabriqué », elle aborde les questions éthiques et politiques posées par les techniques de reproduction. Réduire l’opposition à ce projet de loi aux organisations religieuses serait une contre-vérité. Pour LaREM, le débat serait apaisé et il n’existerait plus aucune opposition à la fabrication « d’enfant sans père ». Pourtant, une députée LaREM a été exclue pour avoir pris position contre les publications de sondages arrangés sur le thème, « passez, il n’y a rien à voir ». Dans un avis rendu le 21 septembre, l’Académie nationale de médecine (ANM) s’est placée du côté des opposants à la PMA. Vendredi 15 novembre THÉÂTRE  : LE PÈRE NOËL EST UNE ORDURE Jeudi 28 novembre CONCERT INTIMISTE  : TRIO ESSAÏ Elle estime que  : « La conception délibérée d’un enfant privé de père constitue une rupture anthropologique majeure et n’est pas sans risques pour son développement psychologique et son épanouissement ». Elle reconnaît  : « La légitimité du désir de maternité chez toute femme quelle que soit sa situation (…), mais au titre de la même égalité des droits, il faut tenir compte du droit de tout enfant à avoir un père et une mère dans la mesure du possible. De plus en plus malmenée par les évolutions sociétales, la figure du père reste pourtant fondatrice pour la personnalité de l’enfant comme le rappellent des pédopsychiatres, pédiatres et psychologues ». L’avis de l’Académie de médecine a ravi les associations s’opposant à l’extension de la PMA, dont la plus importante est la Manif pour tous. Malgré tout, la commission de l’Assemblée nationale a validé l’article 1, qui élargit l’accès à la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires. Pour les ministres Agnès Buzyn (Santé) et Nicole Belloubet (Justice)  : « L’ouverture de la PMA n’aurait pas d’impact sur le sujet de la GPA, absent du projet de loi ». Mais, comme le chante Stromae  : « T’es où, dismoi papa, dis-moi, t’es où ? Papa, mon papa, mon papa dis-moi, comment t’as commencé. Je n’ai pas grandi sous ton aile, rien n’était plus solide. Tu n’aurais pas eu les mots, mais les gestes essentiels pour me dire que tu m’aimes » … Bernard BERTUCCO VAN DAMME Vendredi 15 novembre Jeudi 28 novembre tv, Vendredi 6 décembre Vendredi 6 décembre APÉRO-SCÈNE* facebook.com/mairie.decavalaire * L’abus d’alcool est dangereux pour la santé GOLFE D'Al 1- Tit.eJPEZ la gazette cul/a r a porre des maures à ià médibrprie Bir Cavalaire, Cleweeige destination desejimeeKe-K. bonheur 1evueteue ! Directeur de la publication Gilles Carvoyeur redaction@presseagence.fr Editorialiste Bernard Bertucco Van Damme Rédacteur en chef Olivier Pavie Secrétaire de rédaction Marie Bruel redactionlalonde@presseagence.fr Chef de studio Laurent Monition lographic@wanadoo.fr Consultant juridique Morgan Maginot, avocat au barreau de Toulon contact@mdmaginot-avocat.fr Bureau de Toulon Thierry Cari Emilie Cardinale-Bottero Patrick Michel Louvois Bureau de Paris Julien Azoulai corresp. permanent Bureau de Pierrefeu Nicolas Tudort Alain Blanchot Photographe Bureau de La Londe Francine Marie - Pascal Jolliet Bureau de Cavalaire-sur-Mer Marc Defendente 06 80 61 06 84 Photographes Jean Michel Elophe Pascal Azoulai - Philippe Olivier Olivier Lalanne - Laurent Monition Régie publicitaire 06 37 37 21 21 Prix au numéro  : 1 € Éditeur et responsable de la publication - ADIM - BP 06 - 83250 La Londe-Les-Maures Dépot légal en cours - Impression La Provence - tiré à 10 000 exemplaires Retrouvez-nous sur www.lagazetteduvar.fr Du 6 au 16 décembre Du 6 au 16 décembre LE TÉLÉTHON Samedi 14 décembre Samedi 14 décembre, LA RONDE DES"PÈRES NOËL Du 14 décembre au Du 14 décembre au 05 janvier LES SCINTILLANTES Renseignements  : Office de Tourisme Maison de la Mer, 83 240 Cavalaire Tél.  : 04.94.01.92.10 contact@cavalairesurmer.fr Ville de Cavalaire - 2019 - Reproduction Interdite
RCS re 83 7 463 966. Membre d'Une A$SOCIalien de Geel.) Région 3 François de Canson  : « La Région sera le chef de file des communes du littoral » Comment la Région peut-elle aider les communes du littoral varois ? Telle était l’objet d’une réunion, qui s’est tenue à La Londe-les-Maures le 18 octobre, à l’initiative de François de Canson, le maire de la ville. Au cours de cette réunion, les services de la Région ont, notamment, présenté les dispositifs Mer et Littoral. Conseiller régional, délégué et président de la Commission « Génie écologique côtier », François de Canson répond aux questions de La Gazette du Var. La Région sera désormais le chef de file des communes du littoral méditerranéen ? François de CANSON  : C’est une évidence car le littoral court de Marseille à Menton et nous devons, maintenant, dépasser le cadre strictosensu des départements ! D’autant que la Région apporte le principal financement. La Région va donc être, désormais, le chef de file pour toutes les questions qui tournent autour du littoral. Il existe une volonté régionale de structurer la filière, notamment dans la perspective de l’accueil des JO 2024. Il faut que chaque élu regarde ce que l’accueil des équipes, participant aux JO, peut lui rapporter. Tout en conservant une forte fibre environnementale ? FdC. Notre région est incroyable par sa beauté. Mais n’oublions pas que si la mer Méditerranée est certes l’une des plus riches en terme de biodiversité, elle est l’une des plus menacées. Ce patrimoine naturel exceptionnel se doit d’être préservé, c’est notre ADN, c’est notre mission première. En ce sens, avec le président Renaud Muselier, nous avons adopté en 2017 un grand plan climat, sous le sigle « une COP d’avance », qui constitue la stratégie environnementale et le fil directeur de notre action publique. C’est cette sensibilité environnementale que nous portons depuis le début de notre mandat régional qui va nous permettre de nous projeter dans les prochaines années avec les bonnes armes. En effet, nous n’avons pas attendu la révélation divine des dernières élections européennes pour nous ruer sur les étals de peinture émeraude. Nous ne nous sommes pas réveillés un jour en Khmers Verts ! Ce qui me gêne, par exemple, dans l’approche du Conservatoire du Littoral, c’est qu’il se permet de déroger à des règles qu’il nous impose par ailleurs ! Nous avons en exemple l’expérimentation qu’il mène aux Salins d’Hyères qui va dénaturer l’espace naturel et tuer une pinède. Nous sommes particulièrement attentifs à ce que fait, à cet endroit, le Conservatoire du Littoral ! Vous possédez l’environnement dans votre ADN ? FdC. En effet ! Comme je vous l’ai dit précédemment, nous avons toujours eu la préservation de l’environnement comme ADN. Notre plan climat régional est structuré en cinq axes majeurs  : Cap sur l’éco mobilité, Une région neutre en carbone, un moteur de croissance. Un patrimoine naturel préservé, Bien vivre en Provence-Alpes-Côte d’Azur, et se compose en 100 mesures opérationnelles. En 2019, ce sont déjà 25% soit 450M € d’ € qui y sont consacrés. Parmi ces mesures, la préservation de la mer, mais aussi l’aménagement de notre littoral, ont une place importante. Nous avons donc décidé de décliner notre Plan Climat dans un Plan Mer et Littoral. Avec 44 actions dont certaines sont déjà mises en œuvre. Comment comptez-vous procéder ? FdC. L’ambition maritime que nous portons doit nous permettre de répondre à des nombreux défis  : croissance bleue, valorisation durable des ressources marines, adaptation au changement climatique, etc. Droit commercial/des sociétés Droit pénal spécial/des affaires Droit de la famille/des personnes Indemnisation du dommage corporel Pourtant, le Sud n’est pas identifié immédiatement comme une région maritime, mais plutôt balnéaire. Chacun d’entre nous connaît l’importance des enjeux touristiques et économiques liés à la mer dans notre département, ainsi que la nécessité d’agir pour préserver notre patrimoine et notre identité. Une ambition  : proposer le meilleur accueil à nos populations, tout en développant l’économie touristique, mais en ajoutant dans le respect de notre environnement, une stratégie toujours fédératrice, mais qui devra être encore plus agile pour développer nos plans d’actions en fonction des besoins de nos communes, des moyens qui vont vous être présentés ce matin, et que nous devrons utiliser de la meilleure des façons, des élus toujours plus responsables et toujours plus exposés, cela ne change pas. Dans ce domaine, vous avez une réelle expertise ? FdC. Comme vous le savez, c’est un sujet qui me tient particulièrement à cœur. Je suis, au sein de la Région, conseiller régional délégué aux risques naturels et président d’une commission de travail, dédiée au génie écologique côtier, au sein de l’Assemblée maritime que nous avons créée avec Maud Fontenoy. Aussi, cette commission régionale travaille sur des sujets tels que l’érosion du littoral, les mouillages organisés, l’aménagement des plages. Nous savons, par exemple, qu’il va falloir adapter le littoral au changement climatique. Nous y pensons. De nombreux dispositifs sont tournés vers la Mer, dans le respect de la nature, et surtout en répondant aux attentes des communes ! C’est parce que la Région a à cœur de proposer aux élus des communes du littoral des soutiens financiers, mais aussi humains, d’accompagnement que j’ai organisé cette rencontre. Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR 18, Rue Ancitole France, 83000 Toulon 06.28.01.13.71 contactmdmaginot-avocat.fr Novembre 2019 - #94



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :