La Gazette du Var n°92 15 oct 2019
La Gazette du Var n°92 15 oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°92 de 15 oct 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 7,7 Mo

  • Dans ce numéro : Thierry Albertini, à la Valette, le cadre de vie est un axe fort.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 Métropole Octobre 2019 - #92 Carqueiranne Le pari architectural réussi de la nouvelle maison de la petite enfance Le 16 septembre dernier, la ville a inauguré une étonnante nouvelle crèche ! Après 12 mois de travaux de rénovation et plus de 2 millions d’ € investis, la nouvelle Maison Municipale de la Petite Enfance (MMPE) a ouvert ses portes aux familles et peut accueillir jusqu’à 75 enfants. Engagement phare lors de la campagne de 2014, la MMPE est une réalisation d’ampleur visant à accompagner les jeunes parents dans ce moment exceptionnel qu’est l’arrivée dans leurs vies de leurs tout-petits. ENVIRONNEMENT SECURISE Le 26 septembre, lors d’une conférence de presse, Robert Masson, le maire, a rappelé que l’inauguration de la structure avait été effectuée dix jours plus tôt (le 16 septembre), en présence des parents d’élèves, des financeurs (État, NOUVEL ENVIRONNEMENT POUR LES TOUT-PETITS Un environnement qui se veut plus étendu, plus lumineux. Plus agréable au quotidien ! En effet, l’ancienne MMPE disposait d’une surface totale de 337 m² et accueillait jusqu’à 60 enfants, ce qui représentait environ 6 m² par enfant. Et, cette crèche n’est pas qu’esthétiquement belle, elle est aussi des plus fonctionnelles. Ainsi, la nouvelle MMPE dispose de 699 m² de surface en intérieur, de 100 m² de terrasse et de 385 m² d’espaces extérieurs. Ayant une capacité d’accueil modulable jusqu’à 75 enfants, cela représente plus de 9 m² par enfants. Les espaces de vie ont été considérablement agrandis. Cette ambition se traduit aussi par une montée en puissance des effectifs. Métropole, Département, CAF et Ville) et des entreprises ayant participé au projet. Puis, il a ajouté en resituant les objectifs de la ville  : « Le but recherché était d’accueillir les enfants en bas âge dans un environnement sécurisé et propice à leur développement afin de faciliter la vie des familles et ainsi contribuer à leur pleine réussite. Je pense que toutes les conditions sont réunies pour qu’il en soit ainsi. C’est une nouvelle page qui s’ouvre pour la municipalité. Une partie non négligeable des travaux a été réalisée par les services techniques de la mairie, mode de fonctionnement assez rare pour être souligné. Un autre objectif affiché était de conserver aux habitants l’accès à leur patrimoine, tout en augmentant la capacité de la MMPE afin de répondre à la forte demande des parents. D’autres objectifs affichés par la municipalité étaient de renforcer davantage l’attractivité du Territoire et d’entretenir le dynamisme démographique ». Il faut en convenir  : Le résultat final de l’édifice est assez innovant de par l’alliance contrastée de l’ancien bâtiment un bijou architectural qui date de 140 ans et qui fait partie du patrimoine de la ville, la façade étant du XIXème siècle, et du LES PARTENAIRES FINANCIERS Sur un coût total de 2 000 000  € HT, les subventions ont représenté 1 502 000  € soit plus de 75%. Le Conseil Départemental a participé à hauteur de 460 000  € , les services de la CAF à hauteur de 509 000  € , la Métropole TPM à hauteur de 273 000  € et l’État a complété les subventions (260.000  € ). neuf, avec le parement en cuivre qui fait le trait d’union. Pour l’architecte qui l’a conçu  : « Ce bâtiment moderne, ouvert sur l’avenir mais profondément ancré dans l’histoire, confirme la pérennisation du service public d’accueil à la petite enfance pour le plus grand bonheur des pitchouns. C’est une ouverture d’esprit réussie car le défi à relever était complexe, le bâtiment existant ayant une forte identité avec une façade très présente, très symétrique mais très atypique. Comme, on n’a pas souhaité faire un pastiche provençal, on a opté pour une réalisation contemporaine du 21ème siècle en intégrant une façade à dominante de cuivre en souvenir de l’exploitation du cuivre à Cap Garonne. Le parti architectural a été de poser un nouveau bâtiment, juste à côté de la façade pour établir un développement entre l’ancien et le moderne et pour rendre cette bâtisse accessible aux personnes à mobilité réduite. À l’étage, on a créé une vue panoramique qui permet de voir jusqu’à la mer à travers les arbres du parc ». MOMENT FORT DE LA COMMUNE Au cours de la visite des lieux, le premier magistrat a ajouté  : « La construction, ou la rénovation, d’une crèche est toujours un moment fort pour une commune. Cet acte fort illustre la volonté de la municipalité d’accompagner les jeunes parents et les actifs dans ce moment exceptionnel qu’est l’arrivée dans leurs vies de leurs tout-petits. Dans leurs très fréquentes trop longues journées de travail, toujours un peu culpabilisantes pour de jeunes parents, ils savent pouvoir compter sur ce service public municipal de qualité. Nous nous étions engagés, lors de la campagne de 2014, à réaliser une crèche à la hauteur de la demande qui avait été identifiée. La Ville a donc décidé de tout mettre en œuvre afin de mener à bien ce projet d’ampleur sous cette mandature. Nous avons ainsi réussi à concrétiser, en synergie et en bonne intelligence, un projet ambitieux au service de toutes les familles à la fois pour faciliter leur vie et pour contribuer à leur pleine réussite ». Patrick Carrasco, adjoint au maire, délégué à la jeunesse, aux Sports et aux Animations, a repris  : « Cette rénovation est un temps fort d’affirmation de notre projet d’avenir pour notre territoire et prouve notre attachement à la valeur famille. Nous avons la volonté de relever le défi d’une jeunesse épanouie à Carqueiranne, car l’avenir a pour fondement toute la jeunesse de notre ville. Nous l’avons conçu comme un projet participatif en y intégrant le personnel dans l’évolution du projet. Son avis a beaucoup compté ». Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR
Métropole 15 Hyères Les Journées Européennes du Patrimoine séduisent toujours autant ! Chaque année, les Journées Européennes du Patrimoine permettent de célébrer les sites et les monuments qui forgent l’identité du territoire. Elles sont l’un des temps forts de la vie culturelle hyéroise. Les 21 et 22 septembre derniers, hyéroises et hyérois ont donc apprécié les richesses multiples du paysage  : visites de sites, parfois fermés au public ou inédits, concerts, expositions, ateliers jeune public… Ces journées ont permis de mettre en exergue des édifices (Théâtre Denis, Casino des Palmiers...), des pratiques (photographie, lecture, jeux) et le patrimoine vivant des arts du spectacle. Ainsi, du site archéologique d’Olbia à la villa Noailles, en passant par la chapelle Saint- Lambert dans la vallée des Borrels, le château médiéval, les forts des îles, l’architecture climatique et les sites naturels, le patrimoine de la commune a attiré les curieux. Malgré les intempéries du dimanche, le succès était au rendez-vous  : l’ensemble des sites, établissements, musées et concerts municipaux ont rassemblé de très nombreux visiteurs, la fréquentation étant, visiblement, en progression par rapport à 2018. Photos Pascal AZOULAI World Clean Up Day La démarche éco-citoyenne des élèves des Borrels En s’associant au World Clean Up Day, l’école des Borrels a fait un geste pour la planète. de tonnes de déchets finissent tous les ans dans les mers et 10millions océans de la planète, représentant une crise majeure pour les écosystèmes et l’environnement. Depuis maintenant 11 ans, le World Cleanup Day vise à sensibiliser les citoyens à la nécessité d’une planète sans déchets en organisant des actions individuelles et collectives durant une journée, et pour le reste de l’année. Avec une semaine de retard sur la date officielle, les enfants de l’école des Borrels ont participé à l’opération «Nettoyons la nature«, le 27 septembre. Mais, l’important était de participer en nettoyant le parc nature des Borrels. Équipés d’une paire de gants, tous les élèves avaient en main un grand sac poubelle. « Le parc, c’est 20 hectares de nature méditerranéenne, dédiés à la promenade à pied, à la randonnée à vélo ou en VTT et au sport en général. Niché dans le massif des Maures, c’est le lieu d’un terroir de grande qualité et l’un des lieux les mieux protégés de la commune d’Hyères. Ainsi, grâce à cette action de sensibilisation, les enseignants et les parents permettent d’éduquer les jeunes générations au respect de la nature. D’ailleurs, par les différentes actions qui sont menées en faveur de la nature, l’école des Borrels mérite, vraiment, le label éco-école » ! explique Élie di Russo, adjoint à l’agriculture, espaces verts et forêts, et adjoint spécial de la fraction des Borrels, il a tenu à saluer « cette initiative de sensibilisation à l’environnement et la participation à des actions de développement durable ». Il a ajouté  : « Merci aux élèves des Borrels qui ont la démarche de protéger leur cadre exceptionnel, aux enseignants qui encadrent ce projet éco-citoyen et aux parents d’élèves pour leur présence ». Il a conclu en citant une phrase de Victor Hugo  : « C’est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n’écoute pas ». Photo Gilles CARVOYEUR Octobre 2019 - #92



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :