La Gazette du Var n°92 15 oct 2019
La Gazette du Var n°92 15 oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°92 de 15 oct 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 7,7 Mo

  • Dans ce numéro : Thierry Albertini, à la Valette, le cadre de vie est un axe fort.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 Métropole Octobre 2019 - #92 La Valette-du-Var Thierry Albertini  : « Le cadre de vie est un axe fort de la politique municipale » Le 26 septembre, à l’occasion de la 9ème question du Conseil municipal, Thierry Albertini, le maire, est intervenu sur l’amélioration du cadre de vie des Valettois. Thierry Albertini répond aux questions de La Gazette du Var. La pollution en dioxyde d’azote et dioxyde de carbone se situe, principalement, à proximité des grands axes routiers tels que l’autoroute. Quelle est, précisément, la situation ? Thierry ALBERTINI. Tout d’abord, sur tout le reste du territoire de la ville, la valeur réglementaire de 40 micro grammes par m3/an est respectée. Toutefois, entre 2004 et 2018, si le flux de véhicules a augmenté, les concentrations moyennes en NO2 et CO2 ont baissé de 40%. Cela est dû, en particulier, aux progrès technologiques qui ont amélioré les émissions d’échappements des voitures et au renouvellement du parc de véhicules. Quelle solution préconisez-vous ? TA. Plusieurs pistes s’offrent à nous ! Premièrement, l’amélioration des infrastructures routières avec, notamment, la mise à 2 × 3 voies de l’autoroute, puis, la requalifi cation des ponts autoroutiers avec pistes cyclables et voies piétonnes sécurisées. Deuxièmement, la construction de murs antibruit le long des habitations les plus proches. Enfin, en complément des 6 000 arbres de la ville, chaque fois que cela est possible, l’arborisation avec des variétés aux feuilles persistantes qui captent le dioxyde de carbone. Une étude de circulation va être, également, lancée ? TA. En effet, elle va l’être dans tous les quartiers de La Valette et dans la zone tertiaire et commerciale, avec pour objectif de réaliser les travaux nécessaires à une meilleure fluidité de circulation, quelles que soient l’heure et la période. Quelles solutions seraient mises en œuvre ? TA. Tout d’abord, le covoiturage. Il s’agit de promotionner et mieux faire connaître « Covoit 83 », la plate-forme qui permet de trouver un covoiturage dans le Var avec des départs multiples sachant qu’en moyenne 1,35 personnes par véhicule en passant de 1,35 à 2 diminution du nombre de véhicules d’un tiers et NO2 et CO2 diminueraient d’autant. Ensuite, le développement des modes de déplacement doux. Avec la mise en place de boucles piétonnes, des sentiers métropolitains qui sont en cours d’élaboration. Il y a aussi les boucles piétonnes, proposées par VALCOEUR, l’association des entreprises du secteur tertiaire de la valette. On pourrait également favoriser l’utilisation du SALON BIEN-ETRE ET SANTE Après un arrêt de quelques années, le salon Bien-être et Santé a été remis au programme des animations municipales. Organisé dans le cadre apaisant du Jardin de Baudouvin, il a trouvé naturellement sa place dans cet écrin de verdure exceptionnel. De nombreux stands, dédiés au bien-être, à la santé et aux produits biologiques, ont accueilli les dizaines de visiteurs durant deux journées (28 et 29 septembre). « Une occasion pour les Valettois et Valettoise, et leur famille, de se relaxer, se divertir et de se détendre, tout en dégustant des produits biologiques, issus des circuits courts », faisait remarquer Thierry Albertini, en visitant les stands, en compagnie de Sylvie Laporte, adjointe au maire. Un salon qui s’inscrit, pleinement, dans la politique menée par l’équipe municipale en faveur de l’amélioration permanente du cadre de vie, politique actée offi ciellement par la déclaration du maire, lors du dernier Conseil municipal. p grxLffl xi mon THÉÂTRE eue MARELIOS RVICE CULTURE & PATRIMOINE 04 94 23 36 49 vélo, par la création et l’amélioration de pistes cyclables continues et sécurisées. Et, faciliter et inciter à prendre les transports en commun le parc de véhicules étant en plein renouvellement avec la mise en service bus hybrides et bus électriques. Vous souhaitez aller au-delà de ces 3 pistes, en associant la population ? TA. En effet, pour mettre en place ses mesures indispensables au bien-être des valettois, j’ai créé un groupe de travail avec des usagers de ces modes doux qui, par leur participation active vont nous aider à porter les solutions les mieux adaptées. Pour illustrer mon propos, je vous cite l’exemple d’un parcours du centre-ville de La Valette au centre commercial. Ainsi, il faut compter 25 minutes à pied (zéro émission), 7 minutes en vélo (zéro émission), 6 minutes en bus (émission 168 g de CO2), 12 minutes en voiture, plus le temps de trouver un stationnement (8 minutes hors embouteillage), soit 20 minutes (émission 285 g de CO2). Ces indications seront fournies aux Valettois sur des panneaux placés en différents points de la ville pour les inciter à utiliser des modes de déplacements doux. C’est par la participation de chacun à son niveau que nous apporterons une pierre à l’édifi ce pour lutter le plus effi cacement possible contre la pollution urbaine. Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR VEND. 11 OCT. 2019 À 19H30 ESPACE PIERRE-BEL SAISON 2019-2020 M'ABONNE DEMANDEZ LE PROGRAMME www.lavalette83.fr Application mobile lavaLette83
Métropole La Garde L’opéra « Mireille », par les Voix Lyriques Inspiré du poème « Mireio » de Frédéric Mistral, cet opéra, créé en 1864 et maintes fois remanié, est peut-être le chef-d’œuvre de Charles Gounot. Dimanche 27 octobre à 15 heures, salle Gérard Philipe. Une œuvre simple, d’une douce fragilité et par là même très délicate, dont l’intrigue se situe à la frontière du pittoresque régionaliste et de la tragédie. Quelle destinée singulière que celle de Mireille, dont le livret s’inspire du poème provençal de Frédéric Mistral, Mirèio (1859). Charles Gounod se rend d’ailleurs en Provence pour écrire sa partition sur les lieux mêmes de l’action. Il peut ainsi s’imprégner de l’atmosphère lumineuse et pittoresque du Midi. Mireille, c’est l’histoire d’une jeune provençale, préférant le pauvre vannier Vincent à Ourrias, le riche prétendant que son père a choisi pour elle. Aveuglé par la jalousie, Ourrias blesse Vincent et le laisse pour mort. Mireille décide de partir en pèlerinage aux Saintes-Maries pour obtenir la guérison de Vincent mais elle meurt d’épuisement au terme d’un long et pénible chemin à travers la plaine de la Crau, rendue mortifère par un soleil implacable. MIREILLE OPÉRA EN CINQ ACTES Avec entracte, tiré du poème provençal de Frédéric Mistral. Musique  : Charles Gounod. Direction artistique  : Norbert Dol. Avec  : Mireille (Cécilia Arbel), Vincent (Luca Lombardo), Ourrias (Norbert Dol), Taven (Rosemonde Bruno), Ramon (Hervé Martin), Vincenette et Andreloun (Amandine Besset), Clémence et voix du ciel (Marie-Dorothée Goiffon). Piano  : Ludovic Selmi Avec la gracieuse participation de La Farigouletto. Prix des places  : 20 € . Tarif unique. Placement libre Billets en vente sur  : www.ville-lagarde.fr Et au service culturel  : 04 94 08 99 34 Parking gratuit. Vie municipale Le multi-accueil Anne Frank, entièrement réhabilité Après 6 mois de travaux de réhabilitation, les enfants du multi-accueil Anne Frank sont accueillis, depuis le 2 septembre, dans des espaces rénovés et aménagés avec de nouveaux équipements. Les travaux ont permis une réhabilitation totale de la structure. En effet, tout à l’intérieur a été démoli pour partir sur un bâtiment « nu », permettant ainsi d’améliorer le confort des enfants et du personnel et de rendre les locaux plus fonctionnels. Parmi les travaux  : étanchéité, isolation thermique, pose de vitrage phonique et thermique, plomberie, chauffage, peintures, sols, climatiseurs, travaux dans les cours extérieures, accès pour les personnes à mobilité réduite… ECONOMIE D’ENERGIE Pour résoudre le problème de luminosité, 10 puits de lumière ont été créés offrant une lumière naturelle et rendant la structure économe en énergie. Dans les cours, des casquettes (avancées métalliques) ont été posées. En été, l’ombre est ainsi assurée. Et, en hiver, elles permettent de faire entrer la chaleur et la lumière du soleil. « De plus pour une meilleure sécurité, la cour n’est plus visible de l’extérieur et des poteaux de forme spécifique empêchent toute possibilité d’escalade. Enfin, le visiophone est relié au téléphone portable de la structure. Ces mesures de sécurité sont complétées par les caméras de vidéoprotection déjà présentes », explique Jean- Claude Charlois, le maire. Il ajoute  : « La structure, d’une surface de 600m2 répartie sur deux niveaux, a été conçue, principalement, pour la petite enfance et aménagée afin d’assurer l’ensemble des activités proposées en toute sécurité ». LE BATIMENT Au rez-de-chaussée  : l’espace cuisine sur 60m2 permet l’élaboration des menus sur place, 11 un réfectoire, une salle d’activité et 3 dortoirs pour les bébés, le coin change, la biberonnerie, une salle d’activités et 2 dortoirs pour les grands et un coin zen. Sans oublier  : les bureaux, le hall d’accueil, le local poussette et la buanderie. À l’étage  : la salle du personnel, les vestiaires et les locaux techniques. LE CALENDRIER DES TRAVAUX Début des travaux  : février 2019 Fin des travaux  : août 2019 Montant  : 1 187 830, 59 € TTC Octobre 2019 - #92



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :