La Gazette du Var n°90 15 sep 2019
La Gazette du Var n°90 15 sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°90 de 15 sep 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 9,0 Mo

  • Dans ce numéro : escapade gourmande à Bormes-les-Mimosas.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Édito La France, principale responsable de la pollution en Méditerranée Selon le WWF, chaque année, 600 000 tonnes, de déchets plastique sont rejetés par les 22 pays qui bordent la mer Méditerranée qui serait quatre fois plus polluée que le 7ème continent de plastique, cette immense étendue de déchets flottants au large de l’Indonésie. C’est un triste record, que l’on aurait préféré ne pas battre ! Pire encore selon le WWF, la France en est le principal responsable, la France contribuant au rejet de 80 000 tonnes de plastiques, dont plus de 10 000 en Méditerranée (voir page 3). L’ONG indique que la France est le plus important producteur de déchets plastiques de la région, avec 4,5 millions de tonnes en 2016, soit 66, 6 kg par personne. Et, seulement 22% de ces déchets sont recyclés, taux plus faible que l’Italie, l’Espagne, Israël et la Slovénie ! Selon WWF, les départements méditerranéens ont un système de recyclage moins performant. Dans certaines zones, les déchets finissent, encore, dans des décharges à ciel ouvert ! Le gros de cette pollution plastique « Made in France » provient des activités côtières. 80% des 11 000 tonnes de plastiques qui finissent en Méditerranée sont liées aux activités de tourisme et de loisirs de bord de mer, et à une mauvaise gestion de collecte de ces déchets. Votre Coach Vocal. e "I"".. 4, ASSOCIATION LE JOUR SE LEVÉ.eill LA FARLÈDE 9 JÇÀN-PIERRE S. hnterpette des chansons du filmieFI2 I. Autre.. ler rôle derteJra teck. A_a Reveltution Française, Auteur MInterprété du tube légendaire sfiesdifi de Ifien. Ensor de Toi, Acteur des films Musai° let 2. Il est depuis plusieurs année,  : erieeh de se ateliers de comédies mulles. Septembre 2019 - #90 Cette concentration de plastiques est, particulièrement, élevée près des villes de Marseille, de Nice et près de la Corse. Outre un impact sur notre santé, la faune et la flore, cette pollution plastique a un coût important, à cause de débris de plastiques qui se retrouvent dans les moteurs des bateaux, les filets de pêche ou dans les pales d’hélice des bateaux, Pour Isabelle Autissier, présidente du WWF France, « 98% du total est collecté, mais seulement 22% recyclé. Tout le monde parle du recyclage, mais nous ne connaissons pas bien les conditions de la recyclabilité ». Elle ajoute  : « L’urgence est de continuer à réduire la consommation de plastique, mais surtout que les industriels proposent autre chose ». Contrairement aux idées reçues, ce sont les océans qui renouvellent l’oxygène de l’atmosphère ! Et, c’est grâce au phytoplancton, ou plancton végétal qui constitue une biomasse bien plus importante que celle des forêts. C’est lui le premier producteur d’oxygène O² et recycleur de gaz carbonique CO² de la planète. Si rien n’est fait, la production mondiale de déchets plastiques pourrait augmenter de 41% d’ici 2030 et la quantité accumulée dans l’océan pourrait atteindre 300 millions de tonnes, à cette date. Bernard BERTUCCO VAN DAMME.*..ii IÉEDUE  : t (MALE 1,1 de Sandry et Jean-Pierre SAVE LLI *Me Coach Danse Danseuse. chorégraphe, professeur de Zomba. elle a fait la mise en scène du écrite musisal ee Chevalier Criais. Elles bat de nombreuses ilevi et ta mise en scene rie - de pondues rie roiffore.Elle es depuis plusieurs années coach dans ses propres ateliers de ses musicales. TOUS'LES MitREIM.de.18H30 à 20H30 Tarif annuel 440 miros + 15 curas de frais d'adhésion 6 Rue de la TUILERIE 83210 LA FARLÈDE riscriptions 07 50 43 01 05 - Mail  : cora la gazette cul/dr.1.2a porre des maures à la médibrIllÉE Directeur de la publication Gilles Carvoyeur redaction@presseagence.fr Editorialiste Bernard Bertucco Van Damme Rédacteur en chef Olivier Pavie Secrétaire de rédaction Marie Bruel redactionlalonde@presseagence.fr Chef de studio Laurent Monition lographic@wanadoo.fr Consultant juridique Morgan Maginot, avocat au barreau de Toulon contact@mdmaginot-avocat.fr Bureau de Toulon Thierry Cari Patrick Michel Louvois Bureau de Paris Julien Azoulai corresp. permanent Bureau de Pierrefeu Nicolas Tudort Alain Blanchot Photographe Bureau de La Londe Francine Marie - Pascal Jolliet Bureau de Cavalaire-sur-Mer Marc Defendente Photographes Jean Michel Elophe Pascal Azoulai - Philippe Olivier Olivier Lalanne - Laurent Monition Régie publicitaire 06 37 37 21 21 Prix au numéro  : 1 € Éditeur et responsable de la publication - ADIM 2972 route de St Honoré - 83250 La Londe-Les-Maures Dépot légal en cours - Impression La Provence - tiré à 10 000 exemplaires Retrouvez-nous sur www.lagazetteduvar.fr Villes et Villages SOLLIÈS-PONT eptoir Fleuris JOURNÉES DU PATRIMOINE VISITE DES SITES HISTORIQUES Le Château vous ouvre ses portes le dimanche 22 septembre de 10h à 18h Le Château vous ouvre ses portes le dimanche 22 septembre de 10h à 18h Conférences Expositions salades Visites des chapelles et du moulin & Animations pour enfants Animations pour enfants Samedi et Dimanche Parc du [Mea Samedi et Dimanche Parc du Château
Actualités 3 Olivier Cavallo  : « Il faut réduire les émissions de plastique » Du 25 au 30 août, la goélette Tara a fait escale à Toulon. Partie le 27 mai de Lorient pour mener une mission de 6 mois sur la pollution plastique en Europe, la goélette Tara a effectué sur sa route une escale à Toulon, auprès de son partenaire historique, VEOLIA. « Lors de l’escale, l’équipe scientifique et VEOLIA a proposé un programme dédié à la thématique de la pollution plastique et à ses impacts sur l’océan  : projection débat du film « le mystère plastique », visites du bateau, exposition et atelier. En effet, VEOLIA est un partenaire ancien de la mission Tara et les scientifiques ont salué le travail mené par VEOLIA, notamment dans le cadre de la mission sur les microplastiques », raconte Olivier Cavallo, directeur territorial Var de l’entreprise. Fruit d’un travail collaboratif, ce projet réunit des chercheurs universitaires (Université de Toulon et d’Aalborg au Danemark), ainsi que des chercheurs de VEOLIA en région Sud. Olivier Cavallo ajoute  : « Cette collaboration est L Er"I 1111 1111/U i/LI. - 1.1 !..1. I ! I ! spécifique à Toulon, car, VEOLIA s’intéresse, depuis plusieurs années, à l’origine de ces déchets, notre société ayant identifié que la plupart des déchets viennent de la terre, arrivant dans la mer par l’intermédiaire des réseaux des eaux pluviales. Nous avons compris qu’il faut réduire les émissions de plastique ». La prise de conscience des équipes de VEOLIA va plus loin encore  : « Aujourd’hui, les stations de traitement, construites pour la plupart entre 1980 et 2000 ne sont pas adaptées à la lutte contre les microplastiques. Le challenge concerne également le réseau pluvial qui part directement à la mer. Notre action est de comprendre comment nous pourrons mettre en place des techniques pour lutter contre ces phénomènes, de manière efficace » reprend le responsable de l’entité varoise. MISSION MICROPLASTIQUES 2019 De son côté, la mission scientifique mène un travail à travers le monde entier, en explorant le cours des fleuves pour identifier les foyers de dispersion des plastiques et leur impact. Ainsi, les chercheurs tentent de répondre à de nombreuses questions parmi lesquelles  : D’où viennent les déchets plastiques ? Sous quelles formes arrivent-ils en mer ? Comment évaluer les sources de pollution à terre ? Où faut-il concentrer les efforts pour stopper leurs flux ? Comment comprendre la toxicité des microplastiques sur la biodiversité marine et le vivant ? Comment informer et sensibiliser efficacement le public ? « En effet, on estime que 80% des déchets plastiques en mer sont d’origine terrestre ! D’où pour l’équipe de chercheurs, un travail scientifique à l’échelle de l’Europe, complémentaire du travail mené dans la rade de Toulon par les équipes de VEOLIA », se félicite Olivier Cavallo. Pour la Fondation TARA Océan, engagée sur ces questions depuis 2010, il est urgent d’explorer et de décrire les fuites (gisements - sources) de déchets plastiques vers la mer pour mieux endiguer cette dispersion. La « mission microplastiques 2019 », dont le volet scientifique est coordonné par le CNRS*, a sillonné plusieurs façades de l’Europe pendant 6 mois et exploré 10 grands fleuves européens. Ainsi, la goélette Tara prélève des microplastiques, de 0,2 à 5 mm de diamètre, dans ses filets, à l’occasion de ses différentes expéditions. Le constat est clair  : ces fragments sont omniprésents dans l’océan. Après s’être concentrés durant sept mois sur cette pollution en mer Méditerranée en 2014, avoir découvert l’importante zone d’accumulation dans l’océan Arctique en 2017 et identifié la biodiversité associée dans le « Vortex » du Pacifique Nord en 2018, la goélette Tara et ses partenaires cherchent, désormais, à identifier les sources, prédire le devenir et évaluer l’impact des plastiques de la terre vers la mer. ROLE DU CONSOMMATEUR « On a découvert qu’il y avait autant de zooplancton que de plastiques dans la nourriture des poissons ! Nous avons donné l’alerte après cette découverte, car on sait maintenant que ces déchets ont un important énorme sur l’écosystème », souligne, encore, le responsable de VEOLIA. « Par exemple, à chaque utilisation d’une machine à laver le linge, 76 000 fibres textiles partent à la mer ! C’est grave ! D’autant que les microplastiques sont des vecteurs de bactéries pathogènes. Et, malgré la connaissance de cette situation, nous continuons de produire du plastique de plus en plus dans le monde. Alors qu’il faudrait diminuer les émissions de plastique (pneus, fibres, textiles, emballages et suremballages) », constate-t-il avec effroi. Le scientifique conclut  : « Aujourd’hui dans la mer, on retrouve essentiellement des emballages. D’où le choix du produit, au moment de l’achat par le consommateur puisqu’on sait que 10% des déchets plastiques vont à la mer » ! Propos recueillis par Gilles CARVOYEUR *Centre national de la recherche scientifique Le programme des escales  : www.fondationtaraocean.org. FONDATION VEOLIA Dans le cadre de son partenariat avec la Fondation VEOLIA, TARA Océan a présenté les dernières avancées de la mission MEDITPLAST en rade de Toulon. Ce projet de Recherche et Développement, soutenu par l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse fait le point sur les sources et les concentrations de microplastiques et de nanoplastiques dans les différentes matrices environnementales de la rade toulonnaise. Il vise à développer une technique d’échantillonnage et à évaluer des procédés de réduction dans les filières de traitement des eaux. Septembre 2019 - #90



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :