La Gazette du Var n°87 1er aoû 2019
La Gazette du Var n°87 1er aoû 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°87 de 1er aoû 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 12 Mo

  • Dans ce numéro : Toulon, patrouille de France, un show exceptionnel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 Édito Août 2019 - #87 Prévention des feux de forêts et sécurité en mer La fréquentation du public pendant la période estivale est un facteur aggravant le risque de feux de forêt. Les populations et les estivants doivent donc respecter la réglementation pour éviter les départs de feux. Durant la période estivale, les services de l’État sont mobilisés pour prévenir ces derniers et lutter contre les incendies criminels. Deux fois par jour, l’analyse du danger feux de forêts est réalisée par la cellule météo de l’État-major interministériel de zone sud. Chaque soir avant 19 heures jusqu’au 20 septembre, la préfecture du Var publie la carte d’accès aux massifs forestiers en fonction du risque incendie (carte disponible sur www.var.gouv.fr). Quotidiennement, le centre opérationnel départemental d’incendie et de secours, la direction des territoires et de la mer, le Conseil Départemental du Var et les Comités Communaux Feux de Forêts (CCFF) analysent le risque et déploient le dispositif préventif adapté. Suivant le niveau de risque (très sévère et extrême), des contrôles d’identité et des fouilles de véhicules sont menées par la police et gendarmerie, sous réquisition des procureurs de la République. Pour rappel, depuis le 1er juin, il est interdit à toute personne de porter ou d’allumer du feu en forêt et à moins de 200 mètres des massifs forestiers. SECURITE EN MER En Méditerranée, chaque année, près de 30 personnes trouvent la mort et 1 300 sont sauvées au cours d’opérations en mer coordonnées par le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage de la Méditerranée. Coup de vent, coup de fatigue, coup de la panne, alors que les estivants arrivent sur nos côtes, il est primordial de rappeler qu’en mer aussi les coups peuvent tuer et diffuser les messages importants de prévention nautique. Sécurité des navires et de leur navigation dans le respect des réglementations en vigueur, port des gilets de sauvetage, mouillage respectueux de l’environnement ainsi que gestion des déchets en mer et plus globalement le mouillage « propre », ces actions sont aussi l’occasion d’inviter les vacanciers à la plus grande vigilance sur les plans d’eau comme sur les plages. Car, la saison estivale 2019 est placée sous le sigle « PEA, l’assurance vie en mer »  : - P comme préparation (météo, connaissance du milieu, de l’activité, de soi, prévenir un proche de ses intentions) - E comme équipement (vérifier son matériel, porter une brassière, avoir un moyen de communication en état de marche) - A comme alerte (le 196 depuis un téléphone ou le canal 16 de la VHF pour joindre les secours) Le respect de ces consignes doit permettre une responsabilisation de chaque usager de la mer et prévenir bon nombre d’accidents, voire de drames. Une bonne application des règles de sécurité aurait pu éviter la plupart des accidents mortels arrivés en 2018. Fête de la Libération 75 e anniversaire 17h30 DÉFILÉ MILITAIRE (Square Verdun) 19h00 BUFFET ANCHOÏADE (Place de la Liberté) 21h30 SPECTACLE DANSANT (Place de la Liberté) Cabinet du maire  : 04 94 27 85 74 Comité officiel des fêtes  : 06 33 71 15 42 la gazette cul/ar.1.2 5 porte des, maures à la medeerrar  : Directeur de la publication Gilles Carvoyeur redaction@presseagence.fr Editorialiste Bernard Bertucco Van Damme Rédacteur en chef Olivier Pavie Secrétaire de rédaction Marie Bruel redactionlalonde@presseagence.fr Chef de studio Laurent Monition lographic@wanadoo.fr Consultant juridique Morgan Maginot, avocat au barreau de Toulon contact@mdmaginot-avocat.fr Bureau de Toulon Thierry Cari - Julie Pezet Patrick Michel Louvois Emilie Cardinale-Bottero Bureau de Hyères Julien Azoulai Michel Romano, corresp. à Porquerolles Nicolas Tudort Bureau de La Londe Francine Marie - Pascal Jolliet Bureau de Cavalaire-sur-Mer Marc Defendente Gabriel Defendente (06 20 20 72 20) Photographes Jean Michel Elophe Pascal Azoulai - Philippe Olivier Olivier Lalanne - Laurent Monition Régie publicitaire 06 37 37 21 21 Prix au numéro  : 1 € Éditeur et responsable de la publication - ADIM 2972 route de St Honoré - 83250 La Londe-Les-Maures Dépot légal en cours - Impression La Provence - tiré à 10 000 exemplaires Retrouvez-nous sur www.lagazetteduvar.fr La Farlède Mercredi 21 août 2019 Ville de La Farlède
Droit commercial/des sociétés Droit pénal spécial/des affaires Droit de la famille/des personnes Indemnisation du dommage corporel Morgan DAUDÉ - AVOCAT - MAGINOT Barreau de Toulon Actualités 3 Fondation Concorde La France va mal et le déclin économique se poursuit... Selon une étude instructive de la Fondation Concorde, « la crise des gilets jaunes est un des indices de l’altération de la santé de notre pays ». Cette crise qui perdure a suscité peu d’interrogations sur ses fondements, révélateurs de l’histoire économique et sociale des cinquante dernières années. Comme l’analyse Michel Rousseau, président de la Fondation Concorde  : « Nous payons le prix de cinq abandons intervenus au début des années 70  : L’abandon de l’industrie, l’abandon du travail, l’abandon de l’élitisme républicain dans l’éducation, l’abandon des centres-villes, l’abandon de la discipline économique et financière. Ces abandons ont pour origines, les mutations que notre société a connu depuis la fin des trente glorieuses ». ETAT DE L’INDUSTRIE Il ajoute  : « Les remèdes, d’une efficacité équivoque à ces changements, atteignent aujourd’hui leurs limites. L’étude de l’Institut Concorde a pour objectif d’apporter une vision sur cette période, afin de favoriser le traitement des causes et non les conséquences ». Ainsi, en ce qui concerne l’abandon de l’industrie, un article dans le journal sportif l’Équipe de février 1946, relatait déjà  : « La France a failli disparaître parce que, dans l’entre-deux-guerres, elle a abandonné son industrie » ! Donc, rien de nouveau sous le soleil de l’hexagone ! Certes, la culture et les valeurs font notre beau pays la France, mais sa grandeur est déterminée par l’état de son industrie. Aujourd’hui, beaucoup de pays ont retrouvé un niveau de production d’avant crise, tandis que la France n’a jamais pu enrayer les délocalisations vers des pays à bas coût de production. LE DECLIN FRANCAIS SE POURSUIT Dans le classement mondial des économies, l’hexagone a perdu sa place de 6ème puissance économique, placé désormais derrière l’Inde, à une 7ème place, symbole d’un retrait permanent dans le concert des nations. Effectivement, des usines ouvrent encore, en particulier dans l’alimentaire, mais le solde continue d’être négatif et le déclin industriel français se poursuit, année après année. Pourtant, l’industrie a un rôle clé dans les économies contemporaines, car si elle ne multiplie plus les emplois, elle reste le moteur de l’économie des pays développés. Elle fixe la croissance économique et c’est la productivité qui conditionne la croissance, entraînant les autres activités, car un emploi industriel mobilise un emploi dans les services et elle mobilise 80% des dépenses en Recherche et Développement. De plus, l’industrie procure des emplois, relativement, bien rémunérés, socle des démocraties. Philippe Ansel, chef économiste de la Fondation Concorde, reprend  : « En termes environnemental, seule l’industrie est à même de faire face aux enjeux climatiques qui nécessitent des solutions apportées par une hyper-industrie. Notre déclin industriel a pour origine la diffusion d’une croyance collective qui pourrait faire l’impasse sur la production. Tout d’abord, l’abandon du travail. À partir de 1981, les gouvernements socialistes adoptent toute une série de mesures visant à lutter contre le chômage par une baisse de l’offre de travail  : passage de l’âge de la retraite de 65 à 60 ans, à partir du 1er avril 1983, préretraites, indemnisation chômage, réduction du temps de travail de 40 à 39 heures en 1982. Le passage de l’âge de la retraite de 65 à 60 ans a fait reculer fortement le taux d’emploi. Le taux d’emploi remonte grâce au relèvement de l’âge légal de la retraite à 62 ans, décidé en 2010 ». ABANDON DE L’ELITISME REPUBLICAIN Selon le chef économiste de la Fondation Concorde  : « Cette évolution reflète aussi bien une chute de la valeur travail que des politiques économiques de lutte contre le chômage axées sur le partage du travail. À l’heure actuelle, le taux d’emploi français est un des plus faibles de l’OCDE. La conjugaison d’un faible taux d’emplois et d’une durée de travail réduite font de la France le pays où l’on travaille le moins au monde. Ensuite, l’abandon de l’élitisme républicain dans l’éducation. L’éducation a toujours eu un impact déterminant dans l’économie. C’est encore plus vrai maintenant avec la révolution technologique qui crée de nouveaux produits et services, avec des processus de production de plus en plus flexibles et automatisés ». Cette analyse de l’état de notre pays, après plusieurs décennies de choix politiques dommageables, doit dicter le sens des réformes nécessaires à nos dirigeants. Il faut changer de cap et renouer avec une politique vertueuse pour l’économie et l’avenir de nos enfants. Gandhi disait  : « On peut juger de la grandeur d’une nation par la façon dont les animaux y sont traités ». On juge aussi, la grandeur ou la civilisation d’une nation, à la façon dont les faibles, les handicapés et les pauvres y sont traités. Bernard BERTUCCO VAN DAMME 18, Rue Anatole France, 83000 Toulon 06.28.01.13.71 contactmdmaginot-avocat.fr Août 2019 - #87



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :