La Gazette du Var n°86 15 jui 2019
La Gazette du Var n°86 15 jui 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°86 de 15 jui 2019

  • Périodicité : quinzomadaire

  • Editeur : ADIM

  • Format : (235 x 315) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 13,3 Mo

  • Dans ce numéro : île de Porquerolles, la garde régionale forestière en action.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 Département Juillet 2019 - #86 Restaurant du Golf de Valgarde Une touche glamour dans un écrin de verdure Aujourd’hui, nous partons en visite au golf de Valgarde, situé à La Garde en plein cœur de l’agglomération toulonnaise, à quelques centaines de mètres seulement des zones d’activités et commerciales. Sur place, nous sommes accueillis par Fabrice Benayoun, directeur adjoint du golf de Valgarde, et par le nouveau directeur du restaurant, le chef italien Daniele Curatulo. Ils répondent aux questions de La Gazette du Var. Le restaurant du Golf de Valgarde vient d’être décoré, comment cela se traduit-il ? Daniele CURATULO. En effet, le restaurant vient d’être entièrement rénové par Patrick Guigues, architecte d’intérieur de Saint-Tropez, qui est venu apporter une touche de glamour design, en adéquation avec ma cuisine. C’est votre première expérience en tant que chef dans un golf ? DC. Pas vraiment, j’ai été Head Chef de plusieurs lieux en vogue sur la Côte d’Azur. J’ai aussi été au service de l’exigeante clientèle du VIP ROOM de Paris et de Saint- Tropez. Parlez-nous de votre cuisine ? DC. Aujourd’hui, je prends le pari de proposer une cuisine gastronomique à des prix très abordables avec des formules du midi comprenant  : Entrée et plat ou plat et dessert à 23 € , des menus complets  : Entrée, plat et dessert à 28 € . De plus, les cartes sont renouvelées toutes les semaines ! Lorsque l’on pense au golf et à son restaurant, on imagine que c’est un lieu fermé, réservé uniquement aux golfeurs ? Fabrice BENAYOUN. Non, pas du tout ! C’est un cliché ! S’il existe un règlement intérieur relatif au respect d’un certain niveau. Le restaurant du golf est un lieu ouvert à tous. Outre le golfeur, nous accueillons des cadres, des dirigeants, des employés des diverses zones d’activités et commerciales des alentours, ainsi que des familles. Notre terrasse panoramique, munie d’une véranda amovible, nous permet, également, d’accueillir de nombreux événements médiatiques comme les soirées avec l’UPV, les défilés de mode du magasin Printemps ou les soirées festives telles que les nuits éphémères.
Département Draguignan Mise en service de la première station Gaz Naturel pour Véhicules (GNV) du Var Depuis plusieurs années, Dracénie Provence Verdon Agglomération initie, sur son territoire, une politique environnementale non seulement très offensive, mais aussi participative et incitative. Ainsi, fidèle à ses exigences en matière de transition énergétique, l’Agglomération a mis en place un ambitieux « Plan Transition Énergétique «, voté en conseil d’agglomération le 4 avril dernier. Grâce à ce plan, 5 mesures phares ont été identifiées  : le transport propre des déchets, une prime au particulier pour l’acquisition d’un vélo électrique, le passage au Gaz Naturel Véhicule pour les transports en commun du territoire et des véhicules électriques à l’Agglomération, des primes pour lutter contre la précarité énergétique des logements et l’étude de la production d’énergie par le solaire photovoltaïque sur les bâtiments publics. TRANSITION ÉNERGÉTIQUE En effet, le transport des déchets et le traitement font partie des plus gros facteurs émetteurs de gaz à effet de serre. Aussi, l’Agglomération agit pour réduire la facture énergétique liée aux déchets. « La valorisation des déchets est une priorité dans la lutte pour réduire l’impact sur notre environnement. S’il en va de l’implication de chacun d’entre nous à chaque étape de la chaîne de ce traitement, l’Agglomération a déjà pris de nombreuses dispositions afin de diminuer la facture énergétique liée aux déchets. Le recours au traitement thermique pour une part de ces déchets ultimes permet une valorisation énergétique. 16% des ordures ménagères ont été incinérées en 2018 », explique un élu. Depuis 2013, l’interdiction de brûlage des déchets verts a augmenté l’apport en déchetteries et la valorisation en compost. De 7 500 tonnes en 2014, ces déchets sont, désormais, valorisés à hauteur de 12 000 tonnes. Depuis fin juin, l’ensemble des véhicules affectés au transport des déchets (début juillet) et 64% des véhicules de collecte - bennes- (1er août) de l’Agglomération fonctionne au Gaz Naturel pour Véhicules (GNV). Il s’agit d’une mesure très forte pour réduire l’impact environnemental du transport des déchets. Avec 1 million de kilomètres parcourus chaque année, ces véhicules émettront 53% d’oxyde d’azote et 90% de particules de moins qu’un véhicule diesel récent. « L’Agglomération mène, également, des études de faisabilité sur la valorisation énergétique des déchets verts pour répondre aux besoins en biomasse énergie. Nous souhaitons lancer, dès cette année, la collecte des bio-déchets au pouvoir fermentescible reconnu, permettant la valorisation en méthanisation dans les prochaines années si le gisement le permet », précise, encore, un élu. OBJECTIF DÉCHETS PROPRES Le transport constitue de loin le 1er secteur consommateur d’énergie (57%) et émetteur de gaz à effet de serre (67%). L’Agglomération concentre ses efforts sur ce secteur-clé afin de diminuer sa facture énergétique, les concentrant, ces dernières années, sur les transports en commun avec la mise en service en septembre 2018 d’un nouveau réseau entièrement restructuré pour favoriser l’augmentation de sa fréquentation. De plus, l’Agglomération incite les entreprises PIZZORNO, ACTEUR MAJEUR DE L’ECONOMIE CIRCULAIRE Acteur de l’économie circulaire, PIZZORNO Environnement accompagne la transition écologique des territoires. Son expertise se fonde sur la maîtrise de l’ensemble des métiers du déchet, de la propreté à la collecte, du tri à la valorisation jusqu’au traitement. Basé à Draguignan dans le Var, le Groupe emploie 3 450 personnes et a généré 230 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017. « Avec un parc de plus de 1 200 véhicules circulant quotidiennement en France, PIZZORNO Environnement s’est engagé dans une démarche de réduction des émissions de CO2 par une gestion raisonnée et durable de ses véhicules. Pour répondre aux exigences de la ville de demain, plus propre, plus silencieuse et plus connectée, PIZZORNO Environnement privilégie les véhicules fonctionnant au Gaz Naturel Véhicules (GNV) ou à l’électricité, au service de collectivités qui mettent au cœur de leur projet la lutte contre le réchauffement climatique », explique la direction de la société. Fort d’une expérience de près de 20 ans dans la gestion de véhicules propres, PIZZORNO Environnement dispose d’une des plus importantes flottes de véhicules circulant au GNV. À Paris et à Lyon par exemple, 100% du matériel mis en service fonctionne au GNV (ou à l’électricité). PIZZORNO Environnement s’est également engagé à ce qu’en 2021, 21% de son parc roulant, fonctionne à une énergie alternative plus respectueuse de l’environnement. « Preuve de l’investissement de PIZZORNO Environnement dans le GNV, le Groupe développe ses propres stations d’approvisionnement. Sur son exploitation basée à Vénissieux, le Groupe a mis en service la première station GNV à usage privé de Lyon. Avec la construction d’une nouvelle station à Draguignan, PIZZORNO Environnement entend consolider sa position d’acteur majeur de l’économie circulaire », conclut un responsable de l’entreprise. 9 candidates à innover en matière de véhicules à hautes performances environnementales au travers du renouvellement des marchés publics de transport. Ambitieuses, les réponses marquent un véritable challenge de transformation des parcs de véhicules mis à disposition dans le cadre de ces marchés publics. Pour compléter ce dispositif, les élus ont mis en place une navette électrique de centre-ville à Draguignan le 1er avril dernier. Instaurée pour soutenir et dynamiser le commerce du cœur de ville, elle est gratuite pour les usagers. Des bornes de recharge pour véhicules électriques vont être déployées sur les équipements intercommunaux. Enfin, l’Agglomération poursuit le renouvellement de sa propre flotte automobile avec pour objectif d’atteindre 20% du parc de véhicules légers en énergies propres d’ici 2020. 100% DES LIGNES INTERURBAINES AU GNV C’est une première dans le Var ! L’Agglomération fait le pari de transformer sa flotte de véhicules affrétée aux lignes interurbaines, scolaires et de transport à la demande pour se doter de bus roulant au Gaz Naturel Véhicule (GNV). 75 véhicules seront remplacés d’ici fin 2019, représentant la totalité du parc des prestataires. Ainsi, avec 1,1 M de km annuel, ces véhicules émettront 53% d’oxyde d’azote, 88 tonnes de CO2 et 96% de particules en moins dans l’atmosphère, sans compter une baisse de 50% des nuisances sonores. L’Agglomération est la première intercommunalité du Var à faire le choix d’un parc de véhicules entièrement propres sur les lignes interurbaines, sans oublier les lignes urbaines de Draguignan. Actuellement, les lignes urbaines et le transport à la demande interne à Draguignan sont exploités en régie. Le parc d’autobus est propriété de l’Agglomération et son renouvellement est programmé cette année, avec l’acquisition de 2 premiers autobus au GNV. L’achat de ces véhicules sera rendu possible grâce à l’octroi de subventions et du soutien financier de l’État, au travers son dispositif Cœur de ville, à hauteur de 47% du coût HT de l’investissement. Juillet 2019 - #86



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :